Lettres oubliées par Kim Fielding

Synopsis:

William, en instance de divorce, arrive à l’Asile d’Aliénés de Jelley’s Valley pour en devenir le gardien. Il a bien l’intention de faire le point sur sa vie, finir sa thèse et découvrir quel homme il peut être ; l’hétérosexualité a été un échec, mais l’homosexualité n’a jamais été une possibilité. Jusqu’à ce qu’il tombe, en faisant sa ronde, sur une boite en fer contenant des lettres ignorées du monde depuis plus d’un demi-siècle. Elles ont été écrites par Bill, jeune homme interné soixante-dix ans plus tôt, à une époque où l’homosexualité est une maladie qui doit être soignée par tous les moyens. De lettre en lettre, William découvre Bill, sa force, son courage, ses épreuves. De ces témoignages et sa rencontre avec Colby, gay, lumineux, ouvert et profondément gentil, il tire la force de faire la paix avec lui-même. Le bonheur semble enfin à portée de main. Ils doivent simplement se laisser une chance.

 

Mon avis:

Voici une romance qui nous prend aux tripes, littéralement. Plus qu’un coup de cœur, ce roman est juste magistral! L’auteur nous fait un parallèle entre deux hommes homosexuels que quarante années séparent.

L’un vient dans les années 30. On découvre les conditions des homosexuels à une époque où l’on pensait qu’ils avaient une maladie mentale… On découvre la triste réalité sur les thérapies de conversions. Rien ne nous est épargné. Le rejet, la douleur, la monstruosité que des hommes faisaient subir à d’autres car ils avaient le malheur d’aimer la mauvaise personne.

L’autre est un homme vivant à notre époque. Lui aussi a vécu une thérapie de conversion mais celle-ci est dirigée par l’église. On découvre les traumatismes psychologique et physique qui poursuivent ses personnes tout au long de leur vie.

Un parallèle très prenant, où l’expérience et la souffrance endurée permet à l’autre de s’accepter.

Ce livre est un devoir de mémoire. L’auteur nous montre que les droits des homosexuels ont évolué. Certes tout n’est pas parfait mais beaucoup de chemin a été parcouru. Mais il est aussi important de ne pas ceux qui se sont battus pour que les générations à venir puissent vivre comme tout à chacun. Un roman historique qui vous marque à vie. Une superbe leçon d’histoire et d’acceptation.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: drame psychologique, historique, thérapies de conversions
Série: Juno Publishing |

Brute par Kim Fielding

Synopsis:

Brute mène une vie solitaire dans un monde où la magie est omniprésente. Ce qui le définit le mieux serait sans doute ses deux mètres trente de laideur, et son ascendance honteuse. Personne, pas même Brute, ne s’attend donc à ce qu’il puisse être autre chose qu’une main-d’œuvre corvéable. Mais les héros sont de toutes sortes et de toutes tailles, et quand il se retrouve handicapé pour avoir sauvé un prince, la vie de Brute change brusquement. Il est invité à venir travailler au palais de Tellomer afin de devenir le gardien d’un seul et unique prisonnier. La tâche semble facile, mais elle s’avérera être le défi de sa vie.

Les rumeurs prétendent que le prisonnier, Gray Leynham, est un sorcier et un traître. Ce qui est certain, c’est qu’il a passé les dernières années dans une misère à peine imaginable : aveugle, enchaîné, et rendu presque incompréhensible par un bégaiement extrême. Et comme si cela ne suffisait pas, il est assailli par des cauchemars durant lesquels il assiste à la mort de gens vivant à proximité – pire, ses rêves se réalisent.

Tandis que Brute s’habitue à la vie au palais et apprend à connaître Gray, il découvre sa propre valeur, d’abord en tant qu’ami et en tant qu’homme, puis en qualité d’amant. Mais Brute apprend aussi que les héros sont parfois confrontés à des choix difficiles et que faire ce qui lui semble juste peut aussi l’exposer à de grands dangers.

 

Mon avis:

Cette romance qui se déroule au 18 ème siècle est un conte qui pourrait tout à fait être remis dans notre contexte actuel. L’auteure met en avant les jugements sur les apparences. Voir au-delà des apparences, voir la beauté derrière la façade, c’est le vrai message de cette histoire.

L’altruisme et le don de soi sont la moralité de cette romance, une sorte de conte de la Belle et la Bête remodelé et au combien touchant. 

Une vraie leçon de vie qui nous est offerte, un condensé d’émotions qui nous touche et qui ne peut nous laisser indifférents.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, Fantaisie, handicap, Médiéval fantasy
Série: Dreamspinner Press |

Série Bonne Ossature par Kim Fielding

Tome 1: Une bonne ossature

Dylan Warner, hipster maigrichon et discret, était le genre de gars à qui les autres hommes ne jetaient qu’un coup d’œil à peine, jusqu’à ce soir où ses indiscrétions avec un bel inconnu ont fait de lui un loup-garou. Désormais, en dépit d’un léger handicap capillaire, il ne veut qu’une chose : vivre une vie ordinaire (tant pis pour la solitude) en tant qu’architecte. Il essaie de garder ses pulsions sauvages sous contrôle, mais après un nouveau fiasco évité de justesse, Dylan abandonne sa vie citadine et déménage en campagne, où il aura beaucoup moins de chance de blesser quelqu’un. Son nouveau chez-lui est une charmante maison en ruines mais au potentiel énorme, agrémentée d’une ancienne plantation de sapins de Noël, et d’un voisin solitaire : le sexy et rustique Chris Nock.

Dylan engage Chris pour l’aider à rénover le corps de ferme et découvre rapidement que ses hypothèses concernant son voisin sont fausses… et qu’il aimerait beaucoup voir Chris devenir partie intégrante du décor de sa vie et de sa maison. Entre devoir faire ses preuves face à son patron, les attraits séducteurs de son dangereux ex-amant, et ses expériences limitées en amour, Dylan a beaucoup de mal à s’exprimer : comment pourrait-il lancer la conversation sur son besoin mensuel de hurler à la lune ?

 

Tome 2: Une bonne fondation

Cela fait plusieurs semaines que Dylan Warner a tué Andy, le loup-garou dément à l’origine de sa lycanthropie, quand celui-ci a essayé de s’en prendre à Chris Nock. L’architecte et l’homme à tout faire continuent de rénover la vieille demeure tout en posant les fondations de leur relation. Ils viennent tous deux de milieux très différents, et ni l’un ni l’autre n’a eu d’histoire sérieuse auparavant, alors avancer main dans la main est un défi en soi, sans même compter sur le fait que Dylan se transforme en monstre une fois par mois.

Pour couronner le tout, la maison de ce dernier est hantée, et le passé des deux hommes est bien décidé à les rattraper. Pour bâtir une relation solide et durable, ils vont devoir faire front ensemble à leurs problèmes.

 

Mon avis:

Cette romance lie le paranormal à la vie de deux hommes lambdas. La différence qu’il y a avec cette série et une romance métamorphe comme on a l’habitude de lire est qu’on ne parle pas de meute, de puissance, mais d’individus. On parle de deux hommes qui ont chacun de lourds secrets, de deux solitaires. Il s’agit d’une romance sur l’acceptation de l’autre au-delà de ces apparences.

Dans le tome deux, l’auteure renforce cette idée d’acceptation. Le manuel des loups-garous n’est fourni ni aux protagonistes ni au lecteur. L’auteure nous apprend qu’une relation de couple fonctionne de la même façon que des humains ordinaires, avec une bonne ossature que construisent de bonnes fondations avec le temps. Elle met le doigt sur les ravages de l’enfance sur l’adulte, sur ce passé douloureux qui nous amène à nous méfier. Elle nous laisse avec ce message: on ne choisit pas sa famille de sang, mais on peut choisir celle du cœur.

En résumé, une plume qui nous fait vivre une intrigue et ses péripéties. Une plume qui par de simples mots met le doigt sur des maux qui sont nous parle. Une romance réussie.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, faux semblants, romance métamorphe, série
Série: Reines-Beaux |