L’Acrobate par Agnes Moon

Synopsis :

L’Acrobate est un voleur professionnel qui a des dizaines de cambriolages à son actif, mais lorsqu’il se retrouve pris au piège dans l’immense demeure d’un homme mystérieux, aussi séduisant que mortellement dangereux, il comprend que la police pourrait bien être le cadet de ses soucis.
Vincent de Saint-Bonnet est incroyablement riche, cache de nombreux secrets, et tient peu à la vie. Un petit voleur grossier aux splendides yeux bleus pourraient bien être exactement ce dont il a besoin pour apporter un peu de lumière à la grisaille de son interminable existence.

Un voleur à la recherche d’une précieuse dague, un marchand d’antiquités âgé de plusieurs siècles et pour qui l’arme a une. . . valeur inestimable. Chacun poursuit un but précis que rien ne l’empêchera d’atteindre. Pas même l’incroyable attirance qui s’empare d’eux et les entraîne dans un duel dont les armes sont les mensonges et la séduction.

Mon avis :

Liam, un gosse des rues, devenu par la force des choses un Arsène Lupin au grand cœur. Il joue le rôle du plus fort, celui qui résolve tous les problèmes, même dans les situations les plus pourries auprès de son frère de cœur au point de réaliser un cambriolage dans une villa dont le propriétaire n’est autre qu’un riche antiquaire e au sujet duquel on raconte des histoires sanglantes et inquiétantes. Mais les apparences sont souvent trompeuses…

Vous devinez que ledit cambriolage ne va pas se passer comme Liam l’avait prévu. Captif de son geôlier, notre acrobate va se retrouver à devoir se soumettre à cet homme à l’aura dangereuse. Ce qui au départ n’était qu’une relation sado masochiste va alors prendre une tout autre dimension… qui va grandement les remettre en question.

Le personnage de Liam m’a autant attendri qu’il m’a fait rire de par sa répartie très franche. En revanche, Vincent m’a un peu plus contrarié. Au vu du passif de ce personnage, je m’attendais à un homme moins « doux » avec son prisonnier au début de leur rencontre. Tout s’enchaine trop rapidement ce qui fausse quelque peu les véritables sentiments de Vincent vis-à-vis de Liam. On peut aussi relever quelques incohérences vis-à-vis du Clan ce qui ne fait que renforcer notre sentiment d’une romance un peu trop « linéaire ». L’histoire aurait pu être plus approfondie.

En conclusion, je dirais que cette romance réunit les fondamentaux : des malentendus, de l’humour et des sentiments forts. Mais ces incohérences et les coquilles me laissent quelque peu mitigée.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, Fantaisie, faux semblants, seconde chance
Série: Auto édition |

A Foreign Feeling par Sawaën K.

Synopsis:

C’est l’été du renouveau, l’été de l’amour, l’été du changement.
Durant ces quelques semaines, Alexandre découvrira ce que c’est d’aimer pour la première de sa vie et devra se battre pour préserver sa relation avec ce beau jeune homme venu tout droit des États-Unis.

Mon avis:

Cette novella est un véritable coup de cœur…

Alex, 17 ans d’une extrême maladresse au sens propre comme au figuré. Car il ne comprend pas cette attirance pour Keith… Ce mec l hypnotise dès le premier regard.

C’est doux, innocent et léger et pourtant il aborde un sujet tellement important dans la vie: le premier amour, celui pour qui on ressent tant de chose, celui qui marque, celui qui fait qu’ on est dans une bulle.  Mais voilà, vivre son premier amour est une chose. Être accepté par nos proches en est une autre. Ce qui au début était léger prend de plus en plus de lourdeur. L’auteure nous confronte à cette réalité, celle du regard qui sont, à cet âge les plus importants : nos parents. Être rejeté simplement car on tombe amoureux de la mauvaise personne est-il une raison valable? Comment faire face à cette attente, ce dénouement ? A quoi ou qui se fier ? Et plus important encore, comment gérer le « après », quand on assume qui on est? Tant de remise en question que nous vivons auprès d’Alex.

Une lecture douce, sensible, touchante… Une lecture à lire, à relire, à savourer comme un premier baiser.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, romance young adult
Série: Homoromance éditions |

Liens de famille et Liens du Coeur – recueil de nouvelles

 

Les recueils que vous tenez entre les mains sont nés de la volonté de lecteurs, passionnés de MM et de littérature LGBT+. Pour le sixième anniversaire de leur groupe, l’idée est venue de proposer quelque chose de différent à leurs membres : des livres recueillant des récits inédits autour du thème des liens de famille car le concept de famille n’est pas qu’une position binaire liée à la génétique ainsi que autour du thème des liens du cœur car l’amour n’a pas de limite de genre, de temps, ni de lieu..
Avec le soutien des auteurs, des illustrateurs et des correcteurs, ce projet a pu aboutir pour notre plus grand plaisir !

Tournez les pages de ce recueil de 80 000 mots, découvrez les univers vastes et riches d’auteurs exceptionnels qui vous feront vivre d’incroyables aventures en peu de pages.

 

 

Mon avis:

Le premier recueil pour sur le concept de la famille, filiale ou élargie. Les auteurs ont à cœur de mettre en avant cette peur viscérale de chaque individu face à cet aveu et les réactions de ceux qui sont, à leurs yeux, leurs repères : la famille. Cet instant est décisif où ils avouent qui ils sont… On nous met face à leurs peurs du rejet.

Le second recueil, lui se tourne vers ce sentiment si commun à tous : l ‘amour.
L’amour nous pousse à de grandes choses, à se révéler, s assumer, pouvoir enfin vivre librement ses sentiments envers l’être aimé. Mais l’amour a aussi des déclinaisons. L’amour est aussi synonyme d’une amitié forte, solide par laquelle on peut se livrer sans honte, sans appréhension.

Ils nous entraînent dans des instants de vie volés, des moments intimistes, des confessions… on nous fait face à une réalité sociétale : trouver leur place dans la vie même si celle-ci n’est pas « ordinaire », « classique », coutumière. Pour le coup, le format choisi, de par ces diversités de plumes, apporte encore plus de profondeur à chaque histoire. On s’identifie à ces personnages, on se remet en question, s’interroge sur leurs appréhensions justifiées. Ce recueil et le travail des auteurs ont pour but d’apporter ces questionnements et nous ne pouvons que constater que ça marche. Ce recueil est avant tout un appel à la tolérance, quelle que soit la génération concernée. C’est en cela qu’on ne peut que saluer l’initiative.

En clair un recueil qui prône encore et toujours l’acceptation de soi, décider de se libérer de ses contraintes que la société et le plus important : que l’amour reste l’amour.

Un moment de lecture qui nous transporte.

 Rappelons que tous les bénéfices iront à l’association MAG Jeunes, qui défend une cause qui leur tient particulièrement à cœur.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, homoparentalité, Le temps des choix, recueil, seconde chance
Série: Books on Demand |

Coup de Cœur à Edessa

Synopsis:

30 jours.
30 jours pendant lesquels Achille va faire le point. Le choix est aussi simple que difficile. Sentir la friture jusqu’à la retraite, ou retourner à l’école et s’ouvrir de nouvelles portes. Et la Grèce, lieu de souvenirs familiaux est l’endroit parfait pour cette retraite.
30 jours avec Emmett, confident et ami de longue date, avec qui Achille va profiter de la vie de jour comme de nuit.
30 jours près de Tasos, l’apollon qui vient d’exploser les certitudes d’Achille, bousculer ses projets et ébranler son coeur.
30 jours. C’est décidément trop court.

 

Mon avis:

Achille est un jeune homme qui s’interroge. Une fois le bac en poche, il décide de prendre son indépendance et arrêté études. 4 ans plus tard, il regrette ce choix, car il ne se voit pas continuer ainsi toute sa vie sans prendre de plaisir dans ce qu’il entreprend. Sa mère lui propose alors de  prendre une année sabbatique et en premier lieu, s’offrir un moment de dépaysement  dans leur maison de Grèce afin de faire le point, réfléchir à ses désirs pour l’avenir.

La relation mère fils est complice et tendre, fusionnelle. On ressent tout l’amour de ces deux êtres l’un pour l’autre, mais aussi cette péripétie qui va les voir contraindre à se séparer. Ce voyage est un nouveau départ, mais aussi une séparation. L’oiseau quitte le nid. C’est doux, délicat, sincère…

Nous suivons donc Achille qui vit ce changement de façon enthousiaste, mais aussi quelque peu effrayé par cet inconnu qui l’attend, lui qui aime tout contrôler.

Le changement de culture, l’éloignement de son quotidien, ces rencontres impromptues en particulier ce cher Tasos vont bouleverser Achille. Au fur et à mesure, on découvre l’homme derrière l’apparence… on commence à entrevoir ses douleurs et traumatismes passés, mais aussi l’homme en devenir. 

Ce voyage va devenir une réelle introspection sur lui-même : sur un temps révolu et un autre qui lui tend les bras. Achille ça devoir affronter ce que l’on appelle la vie et les sentiments qu’elle nous procure.

En conclusion, je dirais que c’est une romance YA comme je les aime… à l’image de Achille, douce, tendre et savoureuse…

 

Et attention j’ai un scoop! Une suite est prévue, oui oui!!! Antho me l’a confirmé mais je ne dirais rien sans la présence de mon avocat. Un indice, je l’attends car oui! ce tome 2 on ne pouvait que l’espérer.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, dépaysement, Le temps des choix, romance young adult
Série: Auto édition |

La Maison au milieu de la Mer céruléenne par T.J KLUNE

Synopsis:

Linus Baker mène une vie tranquille et solitaire. À quarante ans, il vit dans une petite maison avec un chat caractériel et ses vieux disques. En tant qu’agent du Ministère de la Jeunesse Magique, il doit s’assurer du bien-être des enfants dans les orphelinats supervisés par le gouvernement.

Mais lorsqu’il est convoqué de manière inattendue par les Cadres Extrêmement Supérieurs, il se voit confier une mission curieuse et hautement secrète : se rendre sur l’île de Marsyas dans un foyer où résident six dangereux pensionnaires.

Obligé de mettre ses craintes de côté afin de rédiger un rapport objectif sur l’établissement, Linus va vite comprendre que les enfants ne sont pas le seul secret que renferme l’île. Il devra également réussir à cerner le charmant et énigmatique directeur des lieux, Arthur Parnassus, qui fera tout pour défendre ses protégés.

À mesure qu’il découvre d’incroyables secrets et qu’il se rapproche d’Arthur, Linus va se retrouver confronté au plus difficile des choix : faire son devoir ou écouter son cœur.

 

Mon avis:

Difficile de faire un retour sans spolier donc je vais vous parler de mon ressenti. TJ Klune a l’art et la manière de prôner « la différence ». De par sa plume queer, il aborde des sujets aux combien actuels même dans de la fantasy. C’est ce qui fait son charme, avouons-le-nous !
Dans ce dernier roman, il fait un pamphlet sur les sténotypes que nous rencontrons dans notre quotidien : la grossophobie, l’homophobie, cette peur de l’inconnu. Par la voix de Linus, nous apprenons à voir au-delà des apparences, nous remettre en question, apprendre à connaitre avant de juger. Plus encore, il aborde aussi un thème difficile et pourtant ô combien important : l’amour. L’amour au sens large, celui d’un directeur d’orphelinat pour ses enfants abandonnés, celui d’un homme qui prend à cœur son métier. Voilà ce que recèle ce trésor, car oui, c’est un trésor à lire, à savourer.

Pour ma part, je dirais que c’est le plus réussi de ses romans, un melting pot de cette magie que seul cet auteur sait transmettre à ses lecteurs.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, drame psychologique, fantasy, seconde chance, survivants, traumatismes du passé
Série: DE SAXUS |

Without You par KAYA C.

Synopsis:

Amaury est un jeune homme timide, gentil, entouré par une famille aimante, dont certains membres sont un peu loufoques. Sa rencontre avec Eden va tout bouleverser, ils vont vivre un amour au-delà de tout ce qu’il aurait pu espérer. Mais le destin est capricieux et Amaury va en payer les frais. Qu’est-il prêt à supporter pour grapiller des morceaux de bonheur fou ? Combien de batailles devra t’il mener pour enfin être heureux ? Pourra t’il se reconstruire une fois qu’il aura tout perdu ? Qui sera celui qui l’aidera à continuer ?

Mon avis: 

Lorsque nous débutons cette histoire, nous faisons la connaissance d’Amaury alors âgé de 32 ans, architecte reconnu dans son loft New Yorkais. En apparence, tout lui réussit, mais cela n’est qu’une apparence… Car Amaury est seul dans ce lieu qui pourtant représente tant de beaux projets passés et à venir… Car il manque l’homme de sa vie, Eden.

Eden, qui deux ans et demi plus tôt va se voir faucher par une voiture et ainsi le condamner. Kaya va alors nous retranscrire cet instant où tout bascule, cet instant où la vie s’arrête et n’est plus. On suit ce couple dans cette lente descente aux enfers. Du choc de l’annonce à ce destin funeste qui les attendait. On ressent ce tiraillement entre espoir et résilience, ce combat auquel chacun doit faire face, pour au final accepter l’inacceptable et profiter de chaque instant offert.

Ce qui est « difficile » c’est cette date, celle où tout s’arrête. Kaya trait avec beaucoup d’humilité l’euthanasie du point de vue de celui qui choisit de partir dignement, mais aussi de l’entourage. Lors de la première partie du roman, nous suivons notre couple et ce travail de deuil par lequel l’un et l’autre va passer tout en ayant en tête cette date ultime. Tout comme eux, on passe par choc déni, colère, tristesse, cette quête de sens illusoire, mais vitale, cette résilience tout en restant dans le déni pour le « après », car sans l’amour de sa vie, il n’y a plus que le néant.

Dans la deuxième partie, nous faisons face à ce que tout le monde appréhende : le déni, la colère, la tristesse aussi. On subit autant qu’Amaury cette descente aux enfers qui commence. Oui, nous revivons une deuxième fois le deuil et cela prend une tout autre dimension à notre lecture.

Troisième partie marque la quête d’un nouveau sens à donner à sa vie, ces essais pour arriver à cette acceptation que oui, la vie continue malgré tout.

Quatrième partie est ce que je nommerais « ce nouveau départ », cette sérénité qui nous transperce. Cette absolue vérité que la vie continue malgré son absence, mais que l’être aimé est toujours là dans un coin de son cœur et veille sur nous.

En finissant cette lecture, on réalise l’importance de ces 4 parties, car à l’image d’Amaury, nous avons, le temps de cette lecture, nous aussi lecteur, vécu, ressenti éprouvé cette perte et tout le travail de deuil qui s’en suit.

Préparez-vous, car s’il y a bien une chose que vous devez savoir en débutant cette lecture, c’est que plus que lire, on vit chaque instant, chaque joie chaque peine. On pleure, on espère. Voilà la magie de cette plume: transcender son lecteur. Faire partie de cette histoire, devenir en quelque sorte cet(te) ami(e), ce confident, spectateur impuissant, mais présent à chaque instant. Voilà dans quoi vous vous embarquez. Vous êtes prévenus. Vous ne ressortirez pas indemne.

Beaucoup, moi-même d’ailleurs avons eu le plaisir de lire la première version de Without you. Kaya a bien insisté en précisant qu’elle l’avait retravaillé. Ce que je peux dire, c’est que c’est réussi. J’avais été marqué, mais cette réédition retravaillée est encore plus bouleversante. Tout est amplifié et cela tout au long de ce premier opus. Comme je l’ai dit à Kaya, j’ai été transcendée. Oui c’est un mot fort, mais c’est mon ressenti et c’est assez rare pour le noter.  Bravo à elle pour ce travail faramineux.
Alors évidemment pour conclure, que dire hors mis que oui! On attend le deuxième opus! Vu le premier, on sait d’or et déjà que oui, on va se reprendre une claque magistrale. Donc wait and see comme dirait Mac!

Plus qu’un coup de coeur, un coup de foudre!

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

 


Genre: au delà des apparences, deuil, drame psychologique, faux semblants, handicap, Le temps des choix, romance, seconde chance, tatouage, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Je suis qui? Je suis quoi? par Jean Michel Billioud, Sophie Nanteuil, Terkel Risbjerg, Zelda Zonk

Synopsis :

Tu aimes les filles ? Tu aimes les garçons ? Tu ne sais pas trop ? Ton genre, ton corps ne te conviennent pas ? Tu te poses des questions sur ta vie, tes envies… et tu n’oses pas en parler autour de toi ? Ou bien un ou une amie vit cela ?

Ce livre peut t’apporter des réponses. Notre identité n’est pas définie par la personne que l’on aime, ni par son genre. Tu peux être qui tu veux. Et personne ne peut te l’interdire.

 

Mon avis:

Notez que ce livre n est pas une romance mais je me devais de vous en parler. Il est d utilité publique.

Je l ai acheté pour mes enfants de 8 et 10 ans. Pourquoi ? Car ils arrivent à ce moment de la vie où ils se posent ces questions d identités. Bien que le sujet est ouvertement discuté à la maison, en parler quand il s agit de soi est une mission bien difficile autant pour l enfant que pour la personne à qui il se confie. Je parle de personne en général car ce n est pas forcément avec ses parents qu’ils aborderont le sujet… oncle tante ami, tout le monde est concerné.

Ce livre est un hymne à la tolérance. Un livre qui devrait être remis à chaque enfant dès le plus jeune âge. Il traite de la sexualité et de son identité dans sa généralité. Voilà ce qui est superbement bien pensé.

Les témoignages de tous âges,ces bd qui retracent des hommes et des femmes qui s assument, la mise en avant des préjugés et les conseils pour y faire face…

Oui un livre que nous ne pouvons que recommander. Un cadeau ludique, intelligent prônant la tolérance. Bravo à ceux qui y ont participé

Je ne peux que vous le recommander.

 

Lien d achat:


Genre: au delà des apparences, faux semblants, Le temps des choix
Série: Casterman |

Une étincelle dans la nuit par Alexis Hall

Synopsis:

L’univers est une boule à facette que je tiens dans le creux de ma main.

Autrefois, enfant chéri de la scène littéraire anglaise, aujourd’hui, écrivain dépressif de romans policier, Ash Winters a renoncé à l’amour, à l’espoir, au bonheur et, surtout : à lui-même.
Il vit sa vie entre les cycles de sa maladie, hanté par les fantômes des attentes des autres.
Puis une rencontre fortuite à un enterrement de vie de garçon le jette dans les bras de Darian Taylor, un garçon du comté d’Essex, aspirant modèle qui vit dans un monde de gel pour cheveux, faux bronzage et défilés de mode.

Darian admet qu’il n’est parfait, mais il sait faire rire Ash, et lui rappeler ce qu’est la vie sans anxiété. Seulement, Ash vit dans l’ombre depuis tellement longtemps qu’il est incapable de voir la lumière briller.

Un homme qui n’a pas confiance en lui-même peut-il seulement croire au bonheur ? Et comment un homme qui ne croit pas au bonheur peut-il se battre pour le sien ?

 

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Ash, un homme quelque peu isolé et pour cause… cet homme fuit toute interaction sociale. Sa bipolarité a pris le contrôle de sa vie. Il sombre jour après jour dans une dépression sans fin. Tout n’est que honte et haine de lui-même. Tout n’est que routine millimétrée, ce contrôle de chaque instant de peur de retomber dans ses pires travers. Le seul sur qui il puisse compter est son ex et meilleur ami Niall.

Mais voilà qu’une obligation envers ses amis va le forcer à en sortir. Il ne s’attend pas alors à faire une rencontre qui va lui apporter de la lumière dans cette obscurité qu’est devenu son quotidien.

Lui, ce chasseur de fantôme poursuivant le spectre de ce qu’il fût va se voir bousculer par l’époustouflant et scintillant Darian, ce jeune homme satiné et serpentin. Darian est son exact opposé. Il parait trop brillant, impertinent et faux. Pourtant, aux yeux de Ash il rayonne. Tout n’est que sincérité.

Ce qui au départ ne devait être qu’une nuit de luxure va prendre une tournure inattendue. Vient alors une grande remise en question : Pourquoi, dans son monde si gris, un jeune homme candide, mais au combien coloré le fait sentir si vivant ? Peut-il assumer cette pulsion qui le pousse vers lui ?

 

Cette romance est à l’image de ses personnages : d’apparence trompeuse. On image des faux semblants, de la superficialité … Pourtant, l’auteure aborde un sujet ô combien délicat : le handicap mental, invisible et pourtant si réel. Au final, Ash et Darian ont bien plus de points communs qu’ils ne le pensent… L’apparence ne fait pas l’homme.

Ce roman peut se résumer à son titre, une histoire clair-obscur. Le risque était de tomber dans un extrême, mais tout est fluide. Nous vivons à travers Ash toutes les difficultés d’adaptations qu’il vit au quotidien. Darian devient pour nous lecteur, tout comme pour Ash, une vraie bouffée d’oxygène et d’authenticité. C’est en cela que la romance est si plaisante à lire.

Au final, on ne peut que remercier l’auteure pour son message de tolérance.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, handicap, handicap mentaux, handicap social, Le temps des choix, seconde chance, traumatismes du passé
Série: MxM BOOKMARK Romance |

Pour un bouquet de fleurs par A.L. Morgann, Kaelig Lan

Synopsis:

Le jour où Jérémy décide de se marier, c’est tout naturellement qu’il demande à Mattéo, son cousin et Caz, son meilleur ami d’être ses témoins.
Les deux hommes ne se sont jamais rencontrés, mais tout les oppose. Pour le bonheur de Jérémy, ils vont pourtant devoir faire un effort. Pour le pire comme pour le meilleur…

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de deux hommes que tout oppose, en apparence…

Il faut dire que Mattéo, notaire est du genre BCBG, en apparence coincée. Alors quand il fait la connaissance du meilleur ami de son cousin, forcément, c’est empli d’a priori qu’il juge Caz. Avec son look négligé, genre hipster et sa réputation de gigolo, ce n’était pas gagné. Mais voilà que se retrouver témoins et devoir préparer l’enterrement de vie de garçon de Jérémy va les rapprocher.

Nous allons suivre leur rapprochement d’abord amical. Ce que j’ai adoré dans cette romance, c’est que l’auteure prend son temps. Oui, c’est une romance, mais plus encore, c’est une tranche de vie qui nous est proposée. Nous découvrons, au fil des pages qui sont réellement ces deux hommes derrière l’apparence. L’un et l’autre cache des secrets, des fêlures. On les découvre et de facto on s’y attache. Les personnages secondaires ne font qu’un avec nos deux protagonistes. On rit, on appréhende et au final, on finit cette lecture d’une traite.

Ce que j’ai beaucoup apprécié aussi, c’est que l’auteure nous présente en la personne de Caz, un personnage qui diffère des personnages que nous avons l’habitude de voir dans des romances LGBT de par sa bisexualité. Caz l’assume totalement et l’auteure en joue avec brio.
Vous l’aurez compris, j’ai adoré cette romance. Sans prise de tête, nous passons un moment hors du temps, une belle échappée livresque.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, romance
Série: Crayons de bois |

T’as pas le sida j’espère par Fred Colby

Synopsis:

Cette phrase – « T’as pas le sida j’espère?! » – est le point de départ de ce livre témoignage. Parce que certains mots font plus mal que des coups. Je m’appelle Fred, j’ai 39 ans et je suis séropositif. Mon histoire n’est ni banale ni extraordinaire. C’est l’histoire d’un jeune gay qui a fui une petite ville à la mentalité étriquée pour vivre son homosexualité de façon plus libérée à Paris. Un garçon qui a connu de grands moments de bonheur et aussi de grands moments de peine. Qui a contracté le VIH à une période de sa vie où il était particulièrement seul et vulnérable. Et qui a transformé cette épreuve en force, en combat et en fierté.

Mon avis:

Comment aborder la thématique « au delà des apparences » sans vous partager cette lecture ? Fred Colby nous confie, de par son autobiographie, un témoignage sans phare de sa vie. De son enfance difficile à sa quête pour trouver sa place dans cette société, Fred explique les difficultés qu’il a rencontrées tout au long de ses années. Lui le petit gars d’une famille de banlieue qui se découvre attiré par les garçons, le rejet familial, sa jeunesse en quête d’identité, ses expériences qui lui permettront de grandir, faire de lui l’homme qu’il est aujourd’hui. Puis vient ce diagnostic tant redouté : il est séropositif. Une fois encore, Fred nous conte son parcours, de nouveau ce rejet, cette sérophobie, sa reconstruction.

Alors oui, c’est cash, c’est cru, c’est égocentrique aussi. Mais rappelons que c’est une autobiographie. C’est en cela qu’elle nous offre une telle claque. Je ne peux que vous la recommander. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est encore trop rare de lire un témoignage d’un séropositif de nos jours. Comme le remarque si justement Fred, la population a tendance à stéréotyper le VIH par le Cancer Gay, les années Sida, ces personnes qui souffrent et meurent prématurément. Ce récit nous est conté par un homme qui est certes séropositif, mais il vit, il est en couple. Voilà la grande différence et c’est en cela que ce livre devient d’utilité publique. Fred prend le temps de faire de la pédagogie, nous expliquer les nouveaux traitements qui offrent cette sécurité si précieuse aux personnes séropositives comme aux autres. C’est un engagement, un acte citoyen !

Fred veut faire passer un message : on peut être séropo et vivre en étant « clean ». En refermant ce livre, on ne peut que le féliciter de cette démarche. Il n’est en rien évident de confier une part de son intimité. Alors oui, certains bondiront sur leur fauteuil de par ses choix de vie, d’autres seront choqués par ses propos… Personnellement, je pense que ce livre est un pamphlet sur cette population encore trop stigmatisée : les séropos des années 2020. Notre regard change non pas sur ces hommes, mais sur le virus lui-même. Aujourd’hui, il est canalisé. Comme aime à le rappeler Fred, la prévention reste le meilleur moyen de ne pas être contaminé certes, mais ceux qui l’ont été restent des humains et non pas des personnes « sales ».

En clair, cette autobiographie est un pamphlet sur la tolérance. Arrêtons de nous arrêter à nos préjugés, voyons au-delà des apparences.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, maladie, survivants
Série: Librinova |