Sous le même ciel par Erika BOYER

Synopsis:

 

Mon avis:

Alejandro à 11 ans quand il se voit dans l’obligation de partir de son Espagne natale pour déménager à Arcachon. Enfant considéré comme « à part », il vit mal la situation. Mais cela va changer quand il va rencontrer son voisin, Hugo, ce magicien qui va lui faire retrouver le sourire.

Les deux hommes vont grandir et devenir amis. A 14 ans, Alejandro va se découvrir, comprendre son attirance pour les hommes et en particulier pour Hugo. Mais désireux de ne pas gâcher cette amitié, il va se taire. Mais la vie réserve de belles surprises … Hugo n’est pas insensible à son voisin.

Ils vont se découvrir des sentiments commun et ensemble, vont traverser bien des épreuves pour que leur couple persiste. Ils envisagent un futur, avec son lot de souhaits et d’amour éternel. Mais la vie peut aussi se montrer cruelle. Alejandro et Hugo vont devoir y faire face. Un amour aussi fort peut-il survivre à tout?

Un livre qui fait parti de ces livres où on ne voit rien arriver; mais une fois l’intrigue mis au grand jour, ne pouvons que ressentir ce sentiment d’impuissance qui nous bouleverse. L’auteure, par sa plume, nous décrit cette histoire d’amour avec une justesse infinie.

L’amour n’a pas forcément de Happy End. Mais l’on doit tout de même vivre, même dans la douleur et le souvenir pour chérir se qu’elle nous apporte.

Un livre qui vous fait pleurer, vous remet en question mais un petit bijou à chérir et à relire pour le savourer encore et encore.

Sans vous donner plus d’informations sur l’intrigue d’ Alejandro et Hugo, je tiens à vous prévenir, si vous acheter le livre, vous faite un don pour une association. Je ne vous dirais pas laquelle, tout est dans le livre.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: drame psychologique, maladie, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

À cœur brisé rien d’impossible par Mathieu Bastien

Synopsis:

En cette fin d’été, fuyant la chaleur écrasante de la Californie, Tom et son petit ami Dylan font route vers Trenton quand le destin en décide autrement. À quelques kilomètres de leur destination, le pire se produit.
L’embardée. Les tonneaux. Le choc. Le néant. Quelques jours plus tard, Tom se réveille. Dans une chambre d’hôpital. La douleur se fait plus insupportable encore lorsqu’il apprend que Dylan est plongé dans un profond coma.
Tiraillé par la culpabilité, le chemin vers la guérison sera longue et difficile. En plus des blessures physiques, les plaies béantes de son âme auront aussi besoin d’être pansées.
Entouré des proches de Dylan et soutenu par Matthew, un infirmier aussi jovial qu’intrigant et bien décidé à le pousser dans ses derniers retranchements, Tom va devoir se reconstruire.
Mais sera-t-il prêt à livrer bataille contre ses propres sentiments et à accepter un avenir bien différent de ce qu’il avait jusqu’alors imaginé ? Quand un os se fracture, on l’immobilise pour qu’il se répare. Quand un organe est atteint, on opère, on traite, on suture.

Mais quand le cœur se brise, se réduit en miettes, existe-t-il un remède ?

 

Mon avis:

Cette romance débute sur un drame, un accident de voiture. Tom se voit survivre à ce drame alors que son compagnon, lui est toujours dans le coma… Vient alors la reconstruction d’un corps blessé, mais aussi d’un cœur traumatisé face à la réalité qui l’attend.

Nous avons clairement un homme atteint du syndrome du survivant. Tout, dans la description des sentiments de Tom, décrit ce sentiment de culpabilité. Culpabilité de s’être réveillé, de devoir se forcer à se reconstruire alors que Dylan, lui, est perdu dans les limbes d’un coma sans fin.

Par le biais de flash-back, nous découvrons l’histoire de Tom; cet homme à qui la vie n’a pas fait de cadeau. Il n’est que trop coutumier de ces lourds traumatismes : la perte de sa mère puis celle de son père…. Alors qu’il pense enfin sortir de ce marasme et reprendre goût à la vie avec Dylan, voilà qu’il est sur le point de le perdre lui aussi. Cette culpabilité est comme une vieille amie avec qui il a appris à composer. Alors qu’il doit faire face à une nouvelle perte, voilà qu’un ange tombe du ciel…. Un ange nommé Matthew. Comment ne pas culpabiliser de ressentir de l’envie, du désir, aller de l’avant …

Tout au long de sa reconstruction, nous suivons ce travail psychologique auquel Tom va devoir se confronter : le deuil et cette dualité entre l’espoir qui fait de votre vie un enfer, car on ne peut qu’espérer, faire des suppositions sans aucune possibilité d’avoir un aboutissement réel et celui d’affronter la dure réalité. On ressent ce tiraillement entre rester fidèle à l’être aimé et ressentir des sentiments nouveaux, avoir cette volonté d’avancer.

Toute la difficulté sera d’accepter, de se résilier… et décider de vivre et aimer à nouveau malgré la perte…

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: amitié / amour, drame psychologique, Le temps des choix, traumatismes du passé
Série: MxM BOOKMARK Romance |

Comment j’ai rencontré un ange… par Estel STARK

Synopsis:

Certaines personnes naissent sous une bonne étoile et d’autres n’ont pas cette chance. Certains d’entre vous diront sûrement que j’appartiens à la seconde catégorie. Pour ma part, cela n’a aucune importance.
Depuis toujours, je vis dans l’ombre de mon frère aîné. Mes parents ont toujours souhaité avoir une fille comme deuxième enfant. Malheureusement pour eux, je suis né garçon.

 

Mon avis:

Voici une lecture au combien éprouvante. Nous faisons la connaissance de Gwendal. Gwendal qui n’a connu toute sa vie que la violence, la souffrance. L’auteure met en avant cette victime qui ne cesse d’être jugée et rabaissée ; par ses bourreaux, mais aussi par les autres et leurs condescendances… Jusqu’à cet ange. Cet ange qui va le voir lui, lui offrir quelque chose dont il a été privé toute sa vie : le libre arbitre et cette attention. Il va l’apprivoiser et l’aider.

Estel Stark nous offre un témoignage d’un homme en pleine reconstruction suite à une vie brisée… Les difficultés pour sortir de ce silence qu’on lui impose, oser s’affirmer et sortir de cette spirale…

Une énième lecture qui nous marque, qui nous interroge… Une pépite.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, Le temps des choix, survivants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Tombé du ciel par Nikki Godwin

Synopsis:

Tous les repères de Ridge McCoy, un adolescent de seize ans, se sont écrasés et sont partis en fumée lorsque son père est décédé dans un accident d’avion. Il voit dans ce camp d’été de basket-ball une chance d’améliorer son jeu et d’échapper à ses problèmes quotidiens. Mais il prend un tournant inattendu lorsqu’il rencontre Micah Yougblood, l’homme qui tient le manège du centre commercial local et qui a pour réputation de dévorer les illusions hétérosexuelles des hommes en guise de petit déjeuner, accompagné de pancakes au chocolat.

Ridge a besoin d’une excuse pour éviter les autres mecs du camp, qui passent leurs soirées à enchaîner les bières et les filles. Alors lorsque Micah se propose de lui expliquer la signification qu’ont les dix chevaux de son manège aux yeux de sa tribu, il saute sur l’occasion, sans parvenir à déterminer si sa décision est géniale ou catastrophique. En revanche, il ne s’est pas senti aussi vivant depuis que son père est tombé du ciel et lorsque son séjour s’achève, il se rend compte qu’il est tombé amoureux de Micah.

 

Mon avis:

Ce roman est un vrai young adult et pourtant… il faut écho à un traumatisme qui, à n’importe quel âge marque, nous fait perdre tout repère, tout espoir : le deuil. Dans le cas de Ridge, c’est le deuil de son père auquel il doit se confronter. Mais pas seulement… Sa mère n’arrive pas à faire face à la perte de son mari au point qu’elle en rejette son enfant. Cela fait beaucoup à gérer pour un garçon de seize ans…

Nous faisons la connaissance d’un jeune homme qui survit plus qu’il ne vit. Ce voyage dans ce camp d’été est un prétexte pour améliorer ses performances. Du moins c’est ce qu’il pensait. Il ne s’attendait pas à une rencontre impromptue, celle de Micah… Sans le savoir, cette rencontre va bouleverser Ridge. Il va se rendre compte que les apparences et les étiquettes sont monnaie courante, mais qu’il faut aller au-delà pour comprendre le véritable sens de la vie : arrêter de survivre, faire son deuil, pour au final vivre de nouveau pleinement.

L’auteure nous offre une vraie romance entre deux adolescents le temps d’un été… Ne cherchez pas de scènes sulfureuses… tout n’est que sentiments…

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, romance young adult, traumatismes du passé
Série: MXM BOOMARK TEAM SPIRIT |

Deux Jules | La théorie du Serpent par Clément Flahaut

Synopsis:

« Crois-tu aux fantômes, LL ? »
Eliott et Lucas filaient le parfait amour. Deux garçons opposés par la vie, comme dans la plupart des histoires, qui se retrouvaient autour d’une même idylle. Une romance palpitante et inattendue qui aurait pu durer une éternité…
1er mars 2016. Les liens se brisent à la suite d’un acte intime et interdit. L’âme esseulée, Lucas sombre dans une nostalgie inaltérable. Les secrets les plus enfouis resurgissent, les doutes s’accroissent, l’impression du complot grandit : toute cette relation n’était-elle que le préquel d’un crime ?
Plongez dans le puzzle d’une vie, arpentez le passé et le présent d’un garçon détruit… Le tableau d’une maladie, ou plutôt de l’attirance irrationnelle entre un ange et un serpent.

 

Mon avis:

Voici une lecture difficile à commenter sans spolier.

Mais voici comment son auteur la présente:

La romance a eu lieu il y a 627 jours, elle s’est terminée il y a 360 jours, et aujourd’hui, au début de l’histoire, l’un des deux garçons espère enfin comprendre pourquoi !

Toujours selon son auteur, voici comment la résumer

« « Lucas aimait Eliott, Eliott aimait Lucas, ils étaient deux Jules, mais force d’éclats de venin, le serpent finit toujours par se mordre la queue » »

Voilà qui est dit. Je vais donc vous faire part de mon retour de lecture. Ce roman est construit tel un puzzle. Au départ, c’est confus, tout n’est qu amertume, silence, culpabilité. On ressent que Lucas ne s est pas remis de ce traumatisme, lié à ce garçon. On devient curieux, on essaie de comprendre ce qu il en est de par ces brides d informations distillées… Puis arrive ce cours, cette théorie et tout est remis en question. Comme le dit l’auteur, l’histoire se résume à la définition de cette théorie du serpent. Peu à peu, le brouillard s’éclaircit et on redoute de découvrir la vérité…

Clément par sa plume, nous montre tout son talent dans cet art complexe qu’est la description de cette relation idéalisée et pourtant si toxique.  Nous retrouvons cette ambivalence, ce sentiment d’être partagé entre la colère et l’envie. Le fait d avoir ce compte à rebours, ces bonds entre passe et présent renforce ce malaise que l on ressent à travers Lucas. Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire… C est ce paradoxe qui fait la force de cette histoire.

Nos deux Jules sont à cette image, un amour impossible malgré ce désir déchirant d une autre finalité. Cette lecture est bouleversante. Clément nous donne un vrai drame dans toute sa splendeur. Il nous prouve que l Homme de par sa nature, n est pas monochrome mais fait de nuances. Nous avons chacun une part sombre. À nous de savoir composer avec et l’accepter.

En conclusion, je dirai que cette romance est un roman psychologique qui nous force à réfléchir sur l’être humain et les conséquences de nos actes. On en vient à ressentir une profonde empathie pour un être qui de prime à bord, est coupable des faits qui lui sont reprochés. C’est là le tour de force de ce roman! C’est un déchirement de quitter ces deux Jules… Et pourtant, tout à une fin. Une lecture qui ne laisse pas indifférent, une lecture que l on prend plaisir à relire, à redécouvrir… Une lecture coup de coeur.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Collision par John Inman

Synopsis:

À vingt-six ans, les jours de Gordon sont comptés. Du moins, il espère qu’ils le sont. Lassé de la culpabilité et des regrets qui découlent d’un horrible accident de voiture, deux ans auparavant, dans lequel un homme a perdu la vie, il se réveille chaque matin avec des pensées suicidaires. Alors que la loi l’oblige à travailler pour expier ses péchés, sa rédemption personnelle est beaucoup plus difficile à trouver.

Puis Minus – un simple sans-abri qui a sa propre croix à porter – sauve Gordon d’un terrible destin. Une nuit, non seulement Gordon trouve une lumière à suivre, et peut-être même un but à sa vie, mais aussi la possibilité que l’amour l’attende au bout du tunnel.

Il n’aurait jamais imaginé qu’il découvrirait un moyen de se pardonner et, qu’en le faisant, il ouvrirait suffisamment son cœur pour gagner l’acceptation et l’amour de la personne qu’il a le plus blessée..

 

Mon avis:

Voici une romance qui ne peut laisser indifférente.

Je vous préviens, elle marque au fer rouge. Moi-même j’ai eu l’occasion de la relire et de retomber dans ce drame, cette ode au pardon, à une seconde chance.

L’auteur ne nous épargne rien. Dès le départ, nous nous immergeons dans la vie de Gordon. Gordon qui avait tout et qui le temps d’un instant va tout perdre. Par la suite, il va sombrer et nous amener dans cette descente aux enfers. Tout est amplifié. Nous suivons pas à pas cet homme meurtri qui va rencontrer une autre âme meurtrie, Minus.

Ce roman est bouleversant. Tout n’est que regrets, culpabilité. Ces sentiments sont amplifiés par cette atmosphère lourde, accablante qui pèse sur cet homme brisé et qui se répercute sur nous lecteur. Nous suivons ces âmes torturées sur le long chemin tortueux vers cette rédemption tant désirée… et cette fin est juste bouleversante de par sa révélation… Car toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

Une énième lecture qui nous marque, qui nous interroge… Une pépite.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: drame psychologique, faux semblants, survivants, traumatismes du passé
Série: Dreamspinner Press |

L’ombre du pouvoir par Thomas Lebescond

Synopsis:

Il y a ceux qui agissent dans la lumière pour que d’autres restent dans l’ombre. Mais à la fin de la nuit, plus personne ne sera dans l’obscurité. La vérité sera révélée. Et la mort reprendra ce qui lui revient de droit.

Mon avis: 

Chronique de L’ombre du pouvoir… Ou lorsqu’on tombe par hasard sur une pépite qui vous retourne. Je tiens à le préciser, c’est un fantastique. Mais pour moi, c’est beaucoup plus que cela. Le côté fantastique permet de poser le contexte et donne appui à l’histoire mais ce qui fait que cette romance devient un bijou, c’est Ethan. Ethan, ce jeune homme torturé, qui doit cacher sa véritable nature aux humains mais aussi à lui-même. Ethan, un jeune homme rongé par ses démons.

« Il n’est pas bon de vivre dans le passé » lui répète sa mère…

Mais la perte d’un être cher amène n’importe quel individu à changer. Le traumatisme est tel qu’une vie, jusqu’ici heureuse et insouciante devient obscurité, fantômes et amertume. Pour se reconstruire, Ethan cherche désespérément les raisons d’un tel dénouement funeste. Mais toutes les vérités ne sont pas bonnes à dires. Parfois, les secrets sont plus dangereux une fois révélés car il faut en assumer les conséquences.

Thomas nous met en avant cette dualité qui nous poursuit tout au long de notre lecture : le pouvoir face aux sentiments et cette difficulté à ne pas laisser l’un prendre le pas sur l’autre. Mais vivre dans le mensonge n’est en rien une solution viable. Cela amène à se perdre dans les abîmes, cette nuit sans espoir de lendemain.

Vous l’aurez compris, j’ai eu un véritable coup de foudre pour cette plume de ce jeune auteur. Plus qu’une fantasy, l’auteur met en avant des mots sur des maux invisibles qui font écho à notre société. Il nous offre une véritable remise en question sur le bien et le mal et cette fin ne fait que nous conforter dans cette idée que la vie n’est pas bicolore mais faite de nuances…

Bravo à lui pour cela. Un auteur à suivre !

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, fantasy, Le temps des choix, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Le chemin de l’acceptation par KC Burn

Synopsis:

L’inspecteur Kurt O’Donnell a l’habitude de déterrer les secrets des autres, mais quand il découvre que son partenaire décédé était marié à un autre homme, il est secoué. Déterminé à faire les choses comme il se doit, Kurt offre son soutien à Davy, en deuil. Aider Davy à surmonter son chagrin aide Kurt à faire face à la culpabilité dévorante de savoir que son partenaire ne lui faisait pas assez confiance pour lui dire la vérité à son sujet. Mais quelque part en chemin, Davy cesse d’ètre une obligation et devient un ami, l’ami le plus proche que Kurt ait jamais eu.

Son attirance grandissante pour Davy complique les choses, laissant Kurt face à la difficulté de reconsidérer sa sexualité. Puis, un échange sensuel auquel ni l’un ni l’autre ne s’attendait vient les perturber davantage. Pour ètre avec Davy, Kurt doit se résoudre à révéler son homosexualité, mais son travail et ses relations avec sa famille catholique le retiennent. Peut-il risquer de tout perdre pour la possibilité de vivre une relation avec un homme récemment devenu veuf ?

 

Mon avis:

Le titre à lui seul résume cette romance : apprendre à se reconstruire suite à la perte d’un proche est une épreuve en soi.

Mais quand des vérités en ressortes, et que l’on se rend compte que la personne perdue n’était pas celle que nous pensions, comment l’accepter?

L’auteure fait un très beau travail sur une forme de violence conjugale peu abordée mais qui prend tout son sens dans une relation homosexuelle. Certains préfèrent garder leur relations secrètes, au point d’isoler complètement leur conjoint. On peut voir la souffrance et les conséquences de ce « secret » sur le conjoint. L’auteure pose des mots sur des maux: la peur, la honte, l’isolement que l’on peut ressentir… Accepter de reconnaitre que nous sommes victime est loin d’être évident, le conjoint étant pris dans cet engrenage.

On nous montre toute le chemin à faire, les difficultés rencontrées par l’entourage pour que notre victime accepte et puisse enfin se reconstruire.

D’un autre côté, on voit aussi toute la remise en question d’un homme, qui en voulant aider cette victime endeuillée, se découvre attiré par des hommes. Face à une victime qui devait rester cachée aux yeux de tous, lui aussi va devoir passer par le chemin de l’acception, pour vivre au grand jour sans avoir honte de lui ou de ses sentiments. Rien n’est évident dans ce genre de situation, quel que soit l’âge, la peur d’être rejetée est toujours présente.

 

Un livre plein de rebondissements où on ressent ce sentiment de malaise face à une situation délicate et inattendue. On se remet en question en même temps que nos protagonistes en se disant: et si c’était moi? C’est à cela que l’on sait que ce livre vaut le coup d’être lu et on l’apprécie à sa juste valeur.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, seconde chance, survivants, traumatismes du passé
Série: Dreamspinner Press |

Aux pieds de la grande dame de fer par Laura MARCHETTI

Synopsis:

Clémentine est une jeune altiste en quête d’un nouveau professeur à Paris. Alors qu’elle essuie un échec particulièrement douloureux, elle fait la rencontre de Lula, une bédéiste complètement délurée qui va lui apprendre à voir le monde sous un œil nouveau. Pourtant, il se pourrait bien que, malgré les apparences, ce n’est pas tant Clémentine qui, des deux, ait besoin de protection. Alors que leurs journées prennent un caractère de plus en plus étrange, les deux femmes ne pourront compter que sur leur amour aveugle pour se relever l’une l’autre.

 

Mon avis:

A l’occasion de la date anniversaire de sa sortie, oui c’était il y a six mois hier, je vous propose de découvrir une plume qui devient addictive ! Je précise c’est un FF, oui. Mais la sexualité ne fait pas l’histoire. C’est bien plus que ça… L’histoire est à l’image de la passion de l’héroïne : tout n’est que musicalité. Telle une partition, nous passons par une multitude d’émotions.

Nous faisons la connaissance de Clémentine… Ah Clémentine… Une fille passionnée et passionnante. Dès le départ, nous comprenons qu’elle est différente et ce qui nous fait l’aimer. Elle ne vit que pour son amour de la musique. Jeune femme ayant vécu à la campagne, qui découvre cette ville des lumières et s’ouvre enfin à la réalité.

Alors qu’elle pensait sa vie sans issue, elle fait la connaissance de Lula. Lula, une jeune femme extravertie, drôle, une artiste, d’un optimisme sans faille. Avec sa meilleure amie Gaby, elles vont faire découvrir à Clémentine que la vie n’est pas monochrome. Elle peut être lumineuse, aventureuse, audacieuse… Mais elle peut être aussi sombre, voire détestable.

Oui, l’auteure ne nous épargne rien ! Elle aborde des sujets tabous comme la transphobie en plus de cette homophobie latente. Laura met en avant cette société qui jugent sur des apparences, qui refusent d’accepter quelqu’un pour ce qu’il ou elle est et les conséquences dramatiques sur ces personnes qui pourtant ne peuvent qu’amener une certaine admiration pour leur détermination à être et ne plus paraître. Gaby en est la porte-parole. C’est un personnage secondaire et pourtant indispensable à cette romance. Elle est bouleversante de sensibilité, de féminité… et force notre admiration.

« Toutes nos actions ont des répercussions ». Voici un adage auquel Clémentine va être confrontée. Elle va découvrir que la vie a aussi ses parts d’ombres. On ne peut pas vivre enfermé entre quatre murs, oubliant le reste du monde en se focalisant sur l’instant présent. On ne peut se voiler la face à la réalité. Il faut savoir s’y confronter, et coûte que coûte avancer… Car nous allons souffrir… je préfère vous prévenir ! Laura nous dévoile peu à peu un mal très répandu et pourtant tellement mal connu et soigné… L’intrigue prend de l’ampleur jusqu’au point de non-retour. Alors arrive la peur, les doutes et le sentiment de ne plus rien maîtriser.

C’est un tout qui fait que cette romance est bouleversante de sincérité. Laura exploite un panel d’émotions qui amène le ou la lectrice à s’immerger dans cette folle aventure. L’utilisation du « je » renforce cette sensation de vivre notre lecture à travers les yeux de Clémentine.

Mais le plus troublant reste la fin. Car Laura nous offre une possibilité qui est surréaliste. Nous, lecteurs, pouvons faire notre propre avis sur la véritable raison du traumatisme vécu par notre tendre Clémentine. C’est un choix de l’auteure et je trouve que c’est un pari osé mais gagnant ! Certes, certains diront que c’est déstabilisant mais je pense que nous offrir ce choix est assez rare pour être mis en avant.

En clair, je ne dirais pas que j’ai aimé son roman, mais je l’ai adoré.  Dès que l’on commence, il est impossible de le lâcher !

Un conseil de lecture ? retenez bien les indices laissés de-ci delà par l’auteure… ils sont capitaux pour apprécier à sa juste valeur cette fin insoupçonnée !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, homophobie, post apocalyptique, transvestisme, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Jour de colère: Vivre avec la culpabilité par Eric CHAUVIN

Synopsis:

Maxime, un jeune garçon de 15 ans déjà fragilisé par un deuil familial, voit sa vie basculer à tout jamais à cause d’une bêtise irréversible. Une erreur de jeunesse qui l’oblige à fuir son village et à espérer qu’on ne le retrouve jamais. Alexis, son meilleur ami de toujours, tourmenté par d’autres souffrances plus intimes, tente pourtant de le raisonner de toutes ses forces. Mais la colère, bien différente soit-elle pour les deux garçons, ne cesse de croître en eux et les pousse irrémédiablement vers un avenir encore plus tumultueux.

Mon avis:

Jour de colère ou Dies Irae. Tout ce résumé à ce titre. Un jour de deuil qui en réalité est un jour de colère, un jour où on extériorise tout ce que l’on ressent face à cet abandon. L’histoire débute sur un homme adulte en recherche de rédemption. Un lourd traumatisme pèse sur lui et cela rejaillit sur son quotidien et son entourage.

Rien ne nous est dévoilé de prime abord. Tout n’est que ressentiment, culpabilité, peur d’avouer cette vérité qui, on le devine, va changer le cours de son existence ainsi que celle de son entourage à son égard. L’utilisation du « je » nous permet de nous immerger dans cette confidence.

Nous découvrons que ce traumatisme s’est déroulé 16 ans plus tôt, en 1982. Maxime nous met en garde, ce jour va être le dernier de son innocence. En réalité, ce jour de colère a débuté plus tôt. À 13 ans il connaît un premier jour de colère. Il perd tragiquement son frère. En plus de son deuil, il doit faire face à celui de ses parents qui ne font que le rabaisser face à l’ombre de ce frère parfait défunt et lui, le cadet, survivant et insignifiant. On découvre un adolescent qui joue sur les apparences pour cacher son mal-être face à la perte.

Les confidences de Maxime retracent les déboires d’un adolescent en recherche d’affection, de reconnaissance suite au traumatisme de la perte de son frère. Un jeune homme en perdition qui préfèrera fuir que subir un nouveau drame à son entourage. Malheureusement, tout acte a des conséquences… Et celles-ci seront dramatiques.

L’histoire se déroule lentement. Au départ on se questionne sur l’aboutissement. Ce n’est qu’à la toute fin que le dénouement nous est révélé et quel dénouement. Les larmes montent et coulent sans qu’on puisse les arrêter. Et nous nous mettons à ressentir à notre tour toute cette colère.

C’est un roman noir, un drame dans toute sa splendeur. L’auteur nous bouleverse par ces vérités qu’on n’ose pas exprimer de peur d’être jugé, rejeté. Précisons que l’année où se déroule le drame joue énormément sur l’histoire et les sentiments troublants de Maxime. Une lecture qui marque, une lecture qui laisse des traces.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, drame psychologique, historique, homophobie, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |