Moi, j’embrasse par Clément G.

Synopsis:

Un ancien escort témoigne

 » J’ouvre les yeux. Je suis allongé et le plafond blanc, immaculé – inconnu – m’éblouit un peu. J’ai du mal à bouger, mes bras et mes jambes sont entravés. Je veux parler ; je ne peux pas. J’ai ce tube dans la gorge qui m’empêche d’émettre le moindre son.  »

À son réveil sur un lit d’hôpital, la sentence tombe : overdose. La drogue fait partie des risques du métier, Clément le sait.

Clément est escort. Il vend son temps, monétise sa compagnie, loue son corps. Ses clients sont des hommes aisés qu’il rejoint dans des lieux cossus de la capitale. Mais le sexe n’est qu’un ingrédient de ces soirées : l’alcool coule à flots, la drogue accompagne la prostitution. Il devient vite impossible de s’en passer, comme de cet argent rapidement gagné, qui paie les études, le loyer, les vacances, les loisirs.

Ce livre est un témoignage inédit sur un phénomène de société qui se déroule à l’abri des regards. Il raconte un engrenage pernicieux et lève le voile sur une réalité sombre, derrière les illusions de la fête et du luxe.

 

Mon avis:

Il est vrai que mon blog est destiné à la présentation de romans. Mais je ne pouvais pas ne pas vous présenter ce livre. Oui, c’est un témoignage, mais qui traite d’un sujet que l’on retrouve dans nos romances, un sujet qui fait écho à chacun aussi…

Clément nous livre une période de sa vie, sans ombrage, sans enjoliver ce métier dont on ne parle pas… l’escorting. Il nous livre les raisons pour lesquelles il est tombé dans cet engrenage et par la suite dans la drogue.

Tout, dans les descriptions, est criant de sincérité.  On découvre un jeune homme qui fuit. Clément est un jeune en quête d’identité. Il se cherche jouant un rôle afin d’être remarqué, apprécié. Il est clair qu’il a souffert d’une peur du rejet.

Mais plus encore, c’est l’histoire d’un homme comme tant d’autres qui a de grands projets, mais qui va se rendre compte que la vie n’est pas un conte de fées. Tout le monde a des rêves de grandeurs, mais peu y accèdent. La réalité prend alors une tout autre réalité : des factures à payer, des boulots où on ne s’épanouit pas…

C’est un homme résigné, qui fuit cette routine sans avenir qui va tomber dans l’escorting. Ce qui en apparence n’est que faste et luxe est en fait qu’un milieu où se retrouvent des âmes perdues en recherche de choses qui leur sont inaccessibles dans leur quotidien. Comme nous l’explique Clément, ce qui au départ est un amusement, un passe-temps devient au fur et à mesure une escroquerie. Lui-même nous explique qu’il profitait du malheur de ces clients de façon intéressée et cruelle. La réalité prend le dessus et on cherche le moyen d’oublier, pendant un temps la vérité. L’engrenage dans la drogue apparaît presque naturellement. C’est là l’autre atout de ce témoignage. Clément nous expose son expérience avec ces drogues, les « bienfaits » qu’elles lui procurent, mais aussi le revers de la médaille : l’addiction, la dépression, la perdition.

Vous l’aurez compris, cette lecture est une véritable claque ! Un témoignage à lire, un témoignage pour avertir aussi. Il faut un sacré courage pour se remettre en question et se livrer ainsi. Merci à lui pour ça.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, faux semblants, prostitution, témoignage, traumatismes du passé
Série: Récit Plon |

Série Without you par KAYA C.

Tome 1: Without you

Amaury jeune trentenaire est seul à New York. Il se souvient des années qui viennent de s’écouler et de celui qui a marqué sa vie à jamais. Il avait tout, l’amour, l’argent, le succès, et un jour tout a basculé. Les portes de l’enfer se sont ouvertes et l’ont laissé brisé. Quel sera son futur ? Comment surmonter l’insurmontable ? Pourra t’il se relever après une telle épreuve ?
La vie va t’elle mettre sur sa route la solution à ses tourments, et lui donner la famille dont il rêve et l’amour qui pansera ses blessures ? A travers sa fuite pour se reconstruire, cette promesse de futur qu’il ne peut trahir. Cette envie de recommencer et de peut être ouvrir à nouveau son cœur, il nous montre le chemin vers un autre futur. L’amour est toujours plus fort et triomphe de toutes les épreuves que le destin avait envoyé.

Tome 2: Fight to survive

APRES L’HISTOIRE D’ AMAURY DANS WITHOUT YOU, FIGHT TO SURVIVE VA VOUS ENTRAINER DANS CELLE DE SULLIVAN…
Je m’appelle Sullivan, je suis le photographe le plus poissard de New York. Après avoir été trompé par mon ex, j’ai été foudroyé par des yeux bleu lagon qui m’obsèdent. Je suis irrésistiblement attiré par Amaury, mais il est marié à un type adorable, alors que lui est un abruti fini. Aussi beau qu’imbuvable, à chaque fois que je le croise on se saute à la gorge. Pourtant il est là qui me hante, je suis perdu, je l’ai dans la peau, je dois quitter New York, m’éloigner pour l’oublier. Je vais reprendre mon ancien métier de reporter de guerre, partir au bout du monde, et essayer de reconstruire ma vie ailleurs. Je n’imaginais pas que j’allais mettre directement les pieds en enfer. Comment supporter l’indicible, quand il n’y a plus d’espoir ? Quand l’horreur se déchaine, quand les ténèbres menacent de m’engloutir, il ne me reste que ses yeux pour seul espoir.

 

 

Mon avis:

Le thème du deuil et du « après » n’est jamais facile à aborder. Pourtant, par ces mots, par sa douceur, Kaya C. réussit à traiter ce sujet avec brio.

Le premier tome se compose en quatre parties.

La première partie nous parle d’un thème d’actualité, celui de l’euthanasie. Un sujet au combien délicat à aborder, pourtant on se retrouve dans l’intimité du couple. On devient spectateur de ce drame où nous nous sentons aussi impuissant que le couple. L’auteure aborde la question de l’acceptation. La dure acception de laisser l’autre partir selon sa propre volonté, celle de se retrouver seul.  Le deuxième partie traite le « Après », celui du deuil, du manque. L’auteure par la voix d’Amaury nous fait traverser toutes les étapes du deuil d’un amour perdu, de cette injustice, de cette chute dans les abysses pour oublier… Jusqu’à l’acceptation, qui nous amène à la troisième partie, celle de la renaissance. Une fois la douleur primale passée, que l’on peut enfin se remémorer de doux souvenirs avec nostalgie. Arrêter cette culpabilité qui nous ronge: celle d’être en vie et pas l’autre. On recommence à s’ouvrir au monde, pour enfin arriver à la dernière étape du deuil, celui de la rédemption. On recommence à vivre, à faire des projets, à ouvrir son cœur à quelqu’un d’autre.

Alors oui, ne nous mentons pas, on sort les mouchoirs, on souffre autant que nos personnages mais c’est, de mon avis, la preuve que l’auteure a réussi son travail d’écriture. Elle nous faire ressentir, vivre le deuil avec son personnage principal. De ce fait nous ressentons, nous aussi, cette lueur d’espoir, cette renaissance. Oui, cette romance est une réelle réussite. Par sa plume, Kaya nous accompagne tout du long dans cette épreuve avec beaucoup de sensibilité sans tomber dans la mièvrerie. Oui, Without you fait partit de ces lectures qui vous marque au fer rouge. Merci pour cette merveille.

 

C’est bien une série sombre qui aborde des sujets sensibles difficiles à manier sans tomber dans le cliché. Et pourtant Kaya C-auteur a réussi haut la main ce pari.

Ce deuxième opus se construit comme le premier. On découvre (enfin le beau et tendre) Sullivan. Tout comme le premier il y a un avant et un après. Cet instant où tout bascule, ce terrible traumatisme où on N est plus, on devient un autre plus fort.
Dans un premier temps on découvre la difficulté d être « l autre » celui qui tombe amoureux d un homme marié puis veuf et enfin d un fantôme. Alors qu’il se résigne, la vie va lui faire affronter le pire côté de l être humain. Sullivan N est plus. Il devient victime puis l ombre de lui même.
La deuxième partie est une double reconstruction : celui de la victime qui doit reprendre à vivre et celui de cet « autre ». Apprendre à vivre avec une personne veuf N a rien d évident ni pour l un ni pour l. Autre.
C est la la puissance des mots sur des maux. Trouver sa place dans la vie et dans celle que l on se construit avec L être aimé.

Kaya par sa plume nous fait traverser un melting pot d émotions qui s amplifie suite à la lecture du premier. On ne parle pas de couple, d un trouble ou d un polyamour. On parle de famille, d êtres aimés. Elle cible ses mots, de telle façon qu ils ne peuvent que nous percuter. Simple mais tellement commun à chacun. En clair un superbe coup d artifice dans mon cœur et la chair de poule qui ne m a pas quitté tout au long de ma lecture. C est un combo gagnant à mes yeux.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: deuil, faux semblants, Le temps des choix, seconde chance, série, survivants, traumatismes du passé
Série: format kindle |

Collision par John Inman

Synopsis:

À vingt-six ans, les jours de Gordon sont comptés. Du moins, il espère qu’ils le sont. Lassé de la culpabilité et des regrets qui découlent d’un horrible accident de voiture, deux ans auparavant, dans lequel un homme a perdu la vie, il se réveille chaque matin avec des pensées suicidaires. Alors que la loi l’oblige à travailler pour expier ses péchés, sa rédemption personnelle est beaucoup plus difficile à trouver.

Puis Minus – un simple sans-abri qui a sa propre croix à porter – sauve Gordon d’un terrible destin. Une nuit, non seulement Gordon trouve une lumière à suivre, et peut-être même un but à sa vie, mais aussi la possibilité que l’amour l’attende au bout du tunnel.

Il n’aurait jamais imaginé qu’il découvrirait un moyen de se pardonner et, qu’en le faisant, il ouvrirait suffisamment son cœur pour gagner l’acceptation et l’amour de la personne qu’il a le plus blessée..

 

Mon avis:

Voici une romance qui ne peut laisser indifférente.

Je vous préviens, elle marque au fer rouge. Moi-même j’ai eu l’occasion de la relire et de retomber dans ce drame, cette ode au pardon, à une seconde chance.

L’auteur ne nous épargne rien. Dès le départ, nous nous immergeons dans la vie de Gordon. Gordon qui avait tout et qui le temps d’un instant va tout perdre. Par la suite, il va sombrer et nous amener dans cette descente aux enfers. Tout est amplifié. Nous suivons pas à pas cet homme meurtri qui va rencontrer une autre âme meurtrie, Minus.

Ce roman est bouleversant. Tout n’est que regrets, culpabilité. Ces sentiments sont amplifiés par cette atmosphère lourde, accablante qui pèse sur cet homme brisé et qui se répercute sur nous lecteur. Nous suivons ces âmes torturées sur le long chemin tortueux vers cette rédemption tant désirée… et cette fin est juste bouleversante de par sa révélation… Car toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

Une énième lecture qui nous marque, qui nous interroge… Une pépite.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: drame psychologique, faux semblants, survivants, traumatismes du passé
Série: Dreamspinner Press |

Aux pieds de la grande dame de fer par Laura MARCHETTI

Synopsis:

Clémentine est une jeune altiste en quête d’un nouveau professeur à Paris. Alors qu’elle essuie un échec particulièrement douloureux, elle fait la rencontre de Lula, une bédéiste complètement délurée qui va lui apprendre à voir le monde sous un œil nouveau. Pourtant, il se pourrait bien que, malgré les apparences, ce n’est pas tant Clémentine qui, des deux, ait besoin de protection. Alors que leurs journées prennent un caractère de plus en plus étrange, les deux femmes ne pourront compter que sur leur amour aveugle pour se relever l’une l’autre.

 

Mon avis:

A l’occasion de la date anniversaire de sa sortie, oui c’était il y a six mois hier, je vous propose de découvrir une plume qui devient addictive ! Je précise c’est un FF, oui. Mais la sexualité ne fait pas l’histoire. C’est bien plus que ça… L’histoire est à l’image de la passion de l’héroïne : tout n’est que musicalité. Telle une partition, nous passons par une multitude d’émotions.

Nous faisons la connaissance de Clémentine… Ah Clémentine… Une fille passionnée et passionnante. Dès le départ, nous comprenons qu’elle est différente et ce qui nous fait l’aimer. Elle ne vit que pour son amour de la musique. Jeune femme ayant vécu à la campagne, qui découvre cette ville des lumières et s’ouvre enfin à la réalité.

Alors qu’elle pensait sa vie sans issue, elle fait la connaissance de Lula. Lula, une jeune femme extravertie, drôle, une artiste, d’un optimisme sans faille. Avec sa meilleure amie Gaby, elles vont faire découvrir à Clémentine que la vie n’est pas monochrome. Elle peut être lumineuse, aventureuse, audacieuse… Mais elle peut être aussi sombre, voire détestable.

Oui, l’auteure ne nous épargne rien ! Elle aborde des sujets tabous comme la transphobie en plus de cette homophobie latente. Laura met en avant cette société qui jugent sur des apparences, qui refusent d’accepter quelqu’un pour ce qu’il ou elle est et les conséquences dramatiques sur ces personnes qui pourtant ne peuvent qu’amener une certaine admiration pour leur détermination à être et ne plus paraître. Gaby en est la porte-parole. C’est un personnage secondaire et pourtant indispensable à cette romance. Elle est bouleversante de sensibilité, de féminité… et force notre admiration.

« Toutes nos actions ont des répercussions ». Voici un adage auquel Clémentine va être confrontée. Elle va découvrir que la vie a aussi ses parts d’ombres. On ne peut pas vivre enfermé entre quatre murs, oubliant le reste du monde en se focalisant sur l’instant présent. On ne peut se voiler la face à la réalité. Il faut savoir s’y confronter, et coûte que coûte avancer… Car nous allons souffrir… je préfère vous prévenir ! Laura nous dévoile peu à peu un mal très répandu et pourtant tellement mal connu et soigné… L’intrigue prend de l’ampleur jusqu’au point de non-retour. Alors arrive la peur, les doutes et le sentiment de ne plus rien maîtriser.

C’est un tout qui fait que cette romance est bouleversante de sincérité. Laura exploite un panel d’émotions qui amène le ou la lectrice à s’immerger dans cette folle aventure. L’utilisation du « je » renforce cette sensation de vivre notre lecture à travers les yeux de Clémentine.

Mais le plus troublant reste la fin. Car Laura nous offre une possibilité qui est surréaliste. Nous, lecteurs, pouvons faire notre propre avis sur la véritable raison du traumatisme vécu par notre tendre Clémentine. C’est un choix de l’auteure et je trouve que c’est un pari osé mais gagnant ! Certes, certains diront que c’est déstabilisant mais je pense que nous offrir ce choix est assez rare pour être mis en avant.

En clair, je ne dirais pas que j’ai aimé son roman, mais je l’ai adoré.  Dès que l’on commence, il est impossible de le lâcher !

Un conseil de lecture ? retenez bien les indices laissés de-ci delà par l’auteure… ils sont capitaux pour apprécier à sa juste valeur cette fin insoupçonnée !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, homophobie, post apocalyptique, transvestisme, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Série Chemins de traverse par Emy BLOOM

Tome 1: L’éveil de l’être

Alors qu’il vient de finir ses études, Laurent décide, avec sa meilleure amie Lola, de quitter la capitale pour le sud de la France où ils vont débuter leur vie active. Son objectif avec ce déménagement : prendre son indépendance et devenir maître de sa vie. À son arrivée, il fera la connaissance de Dominique, le frère de Lola et de Gabriel, son meilleur ami. Gabriel, ce géant aux yeux saphir, avec cet air de bad boy, cet homme qui assume pleinement ses choix de vie. Mais derrière ces apparences se cachent de profondes blessures. Alors quand les deux hommes se rendent compte qu’ils sont attirés l’un par l’autre, des choix vont devoir se faire. Entre Gabriel qui refuse toute idée d’une relation sentimentale autre qu’éphémère et Laurent qui se pense hétéro, mais qui est incapable de se sortir cet homme de ses pensées ; assumeront-ils leurs sentiments naissants ? Pourront-ils remettre en question leur perception de leur vie et se projeter sur un avenir commun ? C’est une histoire d’acceptation de soi, qui pose la question de l’être et du paraître. Un long parcours sur ce chemin, que l’on appelle la Vie, composée de chemins de traverse.

 

 Tome 2: À l’aube de la vie

En un an, Laurent a découvert que l’amour avait plusieurs facettes : fraternelle, amicale, bienveillante. Qu’une famille ne se définit pas par les liens du sang mais par les actes et l’acception de ceux qui l’aiment. Mais surtout, Laurent a découvert que l’amour peut se jouer sur un simple regard. Que l’amour avec un grand A, ne se définit pas par les apparences mais par les sentiments.

Alors qu’il s’accepte enfin, il est décidé de ne plus laisser sur le bord de la route toutes ces personnes qui l’aiment. Il arrête de fuir et vit, tel qu’il est, sans faux semblants.

À l’aube de la vie, Laurent aura besoin de tout cet amour pour le guider à travers les ténèbres qui l’attendent. Car une chose est sure, rien n’est jamais acquis.

 

Avis de Rose TAYLOR, chroniqueue du blog M/Meninbooks:

Etant l’auteure de cette série, j’ai, avec l’accord de Rose que je remercie une fois de plus, souhaité vous donner un avis professionnel et impartial.

Service Presse TOME 1:
Premier essai d’Emy Bloom réussi, transformé, avec succès. J’ai de suite accroché au couple amical, fusionnel de Lola et Laurent. Eux qui se sont rencontrés en faisant leurs études ensemble ne se sont jamais quittés depuis. C’est donc tout naturellement qu’ils décident de quitter Paris pour s’installer dans le sud, auprès de la famille de Lola, d’aménager ensemble et de travailler ensemble.

Kiné de formation, l’une orientée vers les personnes âgées, l’autre vers les sportifs, ils débutent tous les deux avec enthousiasme dans le même établissement. Très vite, ils vont créer de nouveaux liens, tant par leur travail que grâce au frère de Lola qui les intègre au sein de ses amis. Parmi eux, il y a Gabriel, au physique de rugbyman, à la gentillesse débordante et qui lance des regards de braise à Laurent. Mais le hic, c’est que Laurent est hétéro, et pendant un bon moment, il ne se rend compte de rien si ce n’est sa présence apaisante, amicale et réconfortante…. jusqu’au jour où ça dérape !!

Et là commence pour Laurent une véritable introspection car il s’est vite rendu compte qu’il n’était pas aussi insensible que ça au charme de Gabe, mais comment appréhender son attirance pour un homme et surtout un homme qui semble ne pas vouloir d’attaches.
Si quelques fois, je mets plusieurs pages pour rentrer dans une histoire, là ce ne fut pas le coup, je suis tombée immédiatement sous le charme de ce couple amical qui change complètement de vie. J’ai retrouvé tout ce que j’aime dans les romans, les liens amicaux, filiaux, amoureux, passionnels qui font que la vie est plus belle et qu’on a toutes les raisons de rester optimiste. On entend presque le chant des cigales, le douceur du soleil, les odeurs de cuisine du sud, les embruns de la Méditerranée, qui m’ont dépaysé ce qui est vraiment un plus surtout en ce moment. On a presque envie d’aller faire un tour dans le midi pour toucher à cette douceur de vivre.
Même si le roman traite d’un bouleversement total de vie, de pensées , de confiance en soi mais aussi d’acceptation, tout se fait sans heurts, sans déferlement ni de haine, ni de larmes. Laurent se retrouve face à ses interrogations sans tomber dans les excès ou les caricatures, c’est ce que j’ai trouvé top dans ce livre, il se pose beaucoup de questions mais se rend vite compte que l’amour est ce qu’il veut vraiment dans la vie quelque soit sa forme, de plus comment résister à des yeux doux de couleur saphir !!
Autant dire qu’il faut le découvrir, le dévorer même si l’attente du second volet devient inévitable et que mon impatience est à son comble.
Service Presse TOME 2:

Laurent a enfin réussi à accepter son virage sentimental, il a beaucoup réfléchi, discuté avec ses proches et son cercle d’amis, il est serein et maintenant en phase avec lui-même. Il rentre donc dans le sud pour retrouver Gabriel et vivre au grand jour son amour pour lui. Tout semble se déroulait comme il le désirait même au boulot où son patron est un modèle de tolérance  et de soutien.

Mais voilà, c’est à ce moment que Gabriel décide de fuir, sans savoir tous les pas que Laurent a fait vers lui. Et ce dernier en pâtit, il veut tout faire pour montrer sa détermination à Gabe mais la route pour se retrouver sera semer d’embûches.

J’ai retrouvé avec grand plaisir cette petite tribu d’amis, d’amoureux, de copains, de parents interagissant tous ensemble autour de Laurent. Laurent qui reste au centre de ce volume avec un virage complet dans sa sexualité, qui découvre la tolérance chez les autres ou pas. Emy Bloom raconte leur histoire à Laurent et Gabe avec une grande tendresse, et un amour infini comme on aimerait bien tous partager. On n’a moins la découverte de leur univers mais plus l’approfondissement de leurs liens. Les amis sont encore plus proches et doucement le cercle s’élargit, la famille est mieux comprise et plus apte à elle-aussi tolérer les différences. Le roman s’oriente sur l’acceptation des différences quelles qu’elles soient.

Dans la seconde partie du livre, une fois que l’amour est installé, le quotidien paisible et tranquille bien ancré, une  nouvelle tourmente va bouleverser leur vie. Ils vont devoir puiser dans toutes leurs ressources pour affronter une des plus dures épreuves de leur vie. On part donc dans un tout autre domaine de peines et de tristesse: la maladie. L’auteure aborde encore un sujet très douloureux qui n’arrive pas qu’aux autres et qui peut débouler dans une existence sans préavis.

Au fil des pages, on ressent tout le chagrin qui en découle, à la simple pensée de l’issue possible, de l’espoir qu’on essaie de ressentir malgré la tourmente. Cette seconde partie est bien moins légère que le premier volet, elle creuse plus dans les méandres des facéties qu’apportent la vie.

Malgré tous les sentiments qu’apportent la lecture aux vues des détresses des différents personnages, le roman reste une ode à l’amour, à la compréhension, à la tolérance qui boucle l’histoire de cœur de Laurent et Gabriel.  On passe un très bon moment avec eux, donc n’hésitez pas à aller à leur rencontre. Rose Taylor

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, faux semblants, homophobie, Le temps des choix, métier, série
Série: Homoromance éditions |

la série Nuages et pluie par Zarah OWENS

Tome 1: Sous les nuages du ranch

Flynn Tomlinson s’est laissé pousser par le vent pendant des années, faisant des petits boulots quand il a besoin d’argent avant de reprendre la route. Son style de vie libre, sans attaches ni responsabilités envers quelqu’un d’autre lui convient parfaitement. Puis il tombe sur une affiche d’offre d’emploi dans un bureau de poste dans l’Idaho et rencontre Gabe Sutton. Gabe ne pourra payer Flynn qu’après avoir vendu ses chevaux, mais les séquelles d’un grave accident l’empêchent de faire tourner le ranch tout seul.
Travailler avec des chevaux l’intéresse plus que de remplir des rayons dans un supermarché, aussi Flynn accepte-t-il les termes de Gabe. Il ne s’attendait pas à être captivé par cet homme doux et solitaire qui capture son coeur et le pousse à s’atteler à une très lourde tâche : sauver le ranch de Gabe.

 

Tome 2: Entre ciel et terre

Hunter Krause sait mieux que personne que gérer un ranch demande beaucoup de travail. Les bons employés sont difficiles à trouver. Hunter a beau avoir un régisseur efficace et une grande famille prête à l’épauler, le ranch est constamment à court de main-d’ouvre. De plus, des poulains se mettent à disparaître mystérieusement et son beau-frère décide d’embaucher un homme que Hunter aurait préféré ne jamais revoir : Grant. Hunter ne peut pas lui pardonner d’avoir abandonné meilleur ami, Gabe, le propriétaire du ranch voisin, après un grave accident qui l’a laissé handicapé. Grant Jarreau s’adapte rapidement à la vie du ranch, il se rend indispensable et s’entend bien avec Izzie, la soeur de Hunter. Quant à Hunter, malgré ses idées préconçues, il ne peut contrôler ses réactions physiques en présence du beau cowboy. Quand celui-ci sauve son jeune neveu de la noyade, les deux hommes échangent un baiser qui ouvre pour Hunter un monde nouveau et des perspectives dont il ignorait l’existence. Pendant que Hunter et Grant entament une relation secrète, la famille se déchire et le ranch est en difficulté, parce que personne n’arrive à comprendre ce qui arrive aux chevaux. Pour couronner le tout, Grant cache un lourd secret. Hunter apprendra-t-il à faire confiance à Grant ou bien l’orage familial fera-t-il une autre victime ?

 

Tome 3: Entre déluge et sécheresse

Tim Conroy a de la patience. Depuis trois ans, il attend que son ami Rory McCown sorte de prison, après une condamnation pour un vol de chevaux commis au ranch Blue River. Rory serait susceptible de bénéficier d’une libération anticipée, mais à condition d’avoir un poste stable et un endroit où loger. Aussitôt, Tim se donne pour objectif de convaincre son ami et patron, le rancher Hunter Krause, d’offrir à Rory une deuxième chance.

Quand Hunter accepte, Tim le regrette presque : Rory a changé. À certains moments, il se montre morose et renfermé, à d’autres, arrogant et trop présomptueux. Pourtant, l’attraction est toujours aussi forte entre eux. Malheureusement, dès qu’ils commencent à se rapprocher, un ennemi acharné œuvre dans l’ombre, prêt aux plus sombres machinations pour les séparer…

Leur relation encore fragile sera-t-elle assez forte pour résister aux tempêtes à venir ?

 

Tome 4: Avec la lune et les étoiles

Après une calamiteuse liaison avec un district attorney, un homme marié, Cooper Nelson a été radié du barreau. Ayant dû renoncer à sa brillante carrière d’avocat, il a modestement refait sa vie aux écuries du ranch Blue River. Huit ans après le scandale, il retrouve Kelly Freed, son amant d’autrefois, à l’école de droit. Malheureusement, la situation est délicate : d’abord, Kelly est en campagne pour devenir le prochain shérif de St Anthony, petite ville conservatrice, ensuite, il est marié et son épouse est en phase terminale. Cooper ne supporte pas l’idée d’une liaison secrète. D’expérience, il sait que mensonges et dissimulations se paient très cher.

Dans le voisinage, la vie continue, avec ses drames incontournables : au Blackwater, Gabe est désespéré d’apprendre que sa meilleure amie souffre d’un cancer du sein. Lui et Flynn, son partenaire, aimeraient avoir la garde des enfants de Calley, mais pour ce faire, ils ont besoin d’assistance. Cooper et Kelly unissent leurs compétences, policières et juridiques, pour aider Gabe à rétablir ses droits parentaux et Calley à mettre ses affaires en ordre, au cas où…

Maintenant que tous deux font cause commune, Cooper trouve de plus en plus difficile de résister à Kelly. Mais, après le drame qu’il a déjà vécu, est-il prêt à mettre en danger celui qu’il n’a jamais pu oublier ?

 

Mon avis:

Le premier tome est tourné vers le deuil, celui de la perte, celui d’être handicapé. Zarah OWENS fait un magnifique travail sur la personne « handicapée », celle qui s’est perdue, qui est dans la frustration, la culpabilité, l’incertitude face à ce corps qui n’est plus celui qu’il était « avant ». Elle nous explique le mal-être de Gabe, d’ordre physique, mais aussi psychologique. C’est dans sa globalité qu’on apprend à connaitre cet être dépossédé de sa vitalité, de sa confiance. Mais ce qui aussi, très intéressant, c’est qu’elle fait le même travail d’écriture sur l' »autre », celui qui partage le quotidien de cette personne diminuée. La difficulté pour le conjoint d’aider, d’aimer sans culpabiliser. Réapprendre à vivre autrement. Prouver que l’amour ne se résume pas à un physique, à du sexe, à des apparences. Accepter et aimer, tout simplement.

En conclusion, montrer la différence entre être dépendant, subit ou aider l’autre par envie, par amour. 

 

Dans ce second tome, on retrouve Gabe et on découvre le sombre Grant. Sombre? Pas tant que cela. On en apprend plus sur ce personnage que l’on pense, comme tous, quelqu’un d’égoïste, de froids. Il n’en est rien. Une belle leçon sur les aprioris et les faux semblants.

Face à l’attirance mutuelle, qu’ont Hunter et Grant, on aborde le douloureux sujet du coming out, accepter ce désir que les deux hommes n’assument pas. Cette douloureuse révélation s’amplifie par l’environnement où travaillent les deux hommes: un ranch, où la place de l’homme est stéréotypée. De plus, la relation Employeur employé rajoute ce sentiment de malaise que l’auteure nous fait ressentir tout au long de leur histoire. C’est une découverte de l’autre, se mettre à nu, au sens propre comme au figuré. Assumer son passé pour aller de l’avant, s’autoriser une seconde chance, être heureux. Leur relation prend son temps, l’auteure nous fait rentrer dans leur intimité, la découverte de l’autre, la différence entre baiser et faire l’amour, à se faire confiance, se soutenir pour enfin vivre au grand jour.

 

Le troisième opus se passe trois ans après cette histoire de vol de chevaux. On retrouve Tim et ses sentiments inchangés pour Rory. Malgré les préjugés, malgré le passif de Rory, Tim va tout faire pour lui offrir une seconde chance, une main tendue pour repartir sur de nouvelles bases et enfin, lui faire découvrir la signification du mot Amour. Lui apprendre à croire en lui et en ses qualités. L’aider à sortir de cet engrenage où il sombre jour après jour. Un sublime roman, de loin, mon préféré de la série.

 

Enfin, le dernier opus se tourne vers Cooper, ce mystérieux rancher et Kelly, le nouveau shérif de la ville. On découvre que les deux hommes ont un passé en commun, qui date d’il y a quinze ans. Mais en quinze ans, ils ont beaucoup changé et toutes les vérités ne sont pas bonnes à révéler. Dans cet opus, l’auteure nous fait un pamphlet de cette société (américaine et rurale) et de leurs mentalités bigotes et homophobes, où le fait d’aimer la mauvaise personne nous vaut d’être traités comme un pestiféré, où l’on considère cette personne comme une personne perverse et dans l’incapacité de travailler.

Qu’il s’agisse d’un travail ou d’une situation plus personnelle, comme celui des enfants, tout acte que l’on considère comme « normal » pour un hétérosexuel devient interdit pour un homosexuel.

 

En clair, une série, qui vous l’aurez compris, j’ai adoré. Zarah OWENS aborde des sujets sensibles, d’actualité, qui nous remet en question. On s’insurge face à certains comportements, on ressent de la compassion, de l’amour… Par sa plume, on s’attache à ces hommes, à cette famille élargie, à cette terre qui est le point commun à tous. On ressent cette idée de famille, d’acceptation.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, cow-boys, drame psychologique, faux semblants, handicap, homoparentalité, homophobie, Le temps des choix, série
Série: Dreamspinner Press |

HAREM par Marie H.J

#1 Insoumis au Jaguar

Nouvelle érotique métamorphe.
Kheran est un guerrier. Avaghar un prince Jaguar. Lorsque l’indomptable se retrouve entre les griffes du dominant, en qualité d’esclave sexuel, l’issue du combat n’est plus aussi certaine… Qui succombera le premier à l’attraction? Le plus docile n’est pas forcément celui qu’ils croyaient.

 

Mon avis:

Un jeu non pas de chat mais de jaguar et la souris…

Alors oui c est une romance érotique mais pas que. C est là que l on voit le génie de l auteure. On parle de deux hommes entiers, épris de liberté dans tous les sens du terme. Ils veulent tout maîtriser et pourtant… A vouloir soumettre ou se soumettre, on devient par la force des choses vulnérable face à ces sentiments. Voilà le vrai nœud de cette sublime romance. Une question, à quand une suite ?

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, faux semblants, Le temps des choix, romance métamorphe
Série: Auto édition |

Le poids des sentiments par N.R. Walker

Synopsis:

Après s’être fait larguer par son petit ami de longue date à cause de son surpoids, Henry Beckett décide de s’imposer des changements radicaux. Dans une vaine tentative pour récupérer son petit ami, il fait la chose la plus absurde et la plus effrayante qu’il puisse imaginer : il s’inscrit dans une salle de sport.

Reed Henske est un coach personnel qui n’est pas certain d’être prêt à se lancer dans une nouvelle histoire d’amour. Il en a marre des types qui ne s’intéressent qu’à l’image d’un corps parfait et qui ne le voient jamais tel qu’il est vraiment. Alors que Reed torture Henry à coups de régimes et d’exercice, celui-ci ravit son entraîneur grâce à ses recettes et ses éclats de rire.

Mais tandis que les limites de l’amitié commencent à s’estomper, Henry est convaincu qu’il n’y a aucune chance que Reed, cette incarnation terrestre de Thor, puisse s’intéresser à un gars dans son genre. Reed doit convaincre Henry que la vie ne consiste pas à atteindre son poids idéal.

Il s’agit de trouver son contrepoids idéal.

 

Mon avis:

Deux hommes en totale opposition d’un point de vue apparence.

Henry est un homme dévasté après s’être fait largué à cause de son surpoids. Malgré son humour sans filtre, l’homme cache, derrière cette autodérision un mal-être réel, une insécurité…

Reed lui a, en apparence tout pour lui : une belle gueule, le corps de mannequin qui va avec et une attitude solaire. En clair, le mec intouchable pour le commun des mortels. Mais derrière cette apparence physique se cache un homme qui lui aussi a des blessures passées, un manque de confiance en lui.

L’auteur, par ses personnages, met en avant les dictats de notre société, ces étiquettes qui catégorisent chaque individu selon une apparence. Il joue la carte des stéréotypes de façon brillante : les sportifs contre les personnes en surpoids.

Il y a une dénonciation de l’influence de la société et les conséquences sur chaque individu. On s’enferme dans un rôle qui nous colle à la peau. L’auteur nous montre les conséquences sur le quotidien de ces deux hommes d’un point de vue sociétal, psychologique et physique. À vouloir être parfait, on en perd le sens des réalités, celui d’être bien avec soi même, s’accepter tel que nous sommes. Il pose des mots sur ces maux : vulnérabilité, isolement, mal-être.

Là où on aurait pu tomber dans le cliché et les campagnes sur des régimes, l’auteur prend le sujet autrement. En effet, il prône les bienfaits d’une alimentation équilibrée et les bienfaits du sport, mais sans tomber dans les clichés des extrêmes. Il nous montre que la perfection n’existe pas. Que c’est la société et sa stigmatisation qui est responsable de notre mal-être. C’est être imparfait qui nous rend exceptionnels.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, faux semblants, romance, sport
Série: Reines-Beaux |

Warlord’s enigma par Yamila ABRAHAM

Mettre résumé et photo avant

 

Mon avis:

Je viens de finir Warlords Enigma de Yamila Abraham et franchement je découvre une plume géniale. L histoire est à la base classique. Un prince qui devient esclave de son ennemi. Oui je me suis dit on va avoir une relation D/s mais non. C est là la force de ce roman. Tout N est qu apparence tromperie et manipulation. Nous nous retrouvons nous lecteurs coi au fur et à mesure de la lecture. Car C est une réelle enquête que nous menons, où nos certitudes tombent les unes après les autres. Qui trompe qui ? Qui est l assassin ? Quel complot se trame ? Bref, on N arrive plus à décrocher avant LA révélation et qu’elle révélation…

L auteure met en avant le choc des cultures, le poids des personnes hauts placées sur leur sujet, cette manipulation de l esprit. Ça nous parle, même si le roman est un SF, cela peut être rapporté à notre quotidien, à notre vie. C est une vraie remise en question sur notre libre arbitre.

Bref j ai adoré. Bravo à Yamila.


Genre: au delà des apparences, BDSM, choc des cultures, fantasy, faux semblants
Série: Homoromance éditions |

Entre les draps par Devon McCormack

Synopsis:

« J’ai combattu sur le champ de bataille. Maintenant, je combats dans mon esprit. »

Jay passe son temps à fuir, cherchant perpétuellement un nouvel endroit où démarrer une nouvelle vie. Pourtant, même s’il court encore et toujours, il ne peut échapper aux souvenirs douloureux qui le hantent. À peine arrivé dans un nouvel emploi, il est pris en grippe par ses collègues et, en leur tenant tête, provoque une bagarre qui oblige son patron à intervenir. L’homme est un vétéran nommé Reese que Jay fait accidentellement tomber par terre, révélant sa jambe artificielle. Le jeune homme est alors persuadé de perdre son travail et il est abasourdi de se voir offrir une seconde chance.

Le nouvel employé contrarie Reese, qui le trouve irréfléchi et colérique. Peut-être n’aurait-il pas dû se montrer clément, mais Jay lui rappelle son frère d’arme, un homme auquel il tenait énormément et qu’il a perdu dans des circonstances tragiques. Il espère juste ne pas le regretter.

Quand un accident au travail déclenche une crise liée au SSPT de Reese, Jay paie sa dette en étant là pour lui, puis refuse de lâcher son patron lorsque celui-ci décide d’oublier ce qu’il s’est passé. Reese a beau essayer de garder ses distances, il y a une flamme – une passion – entre eux à laquelle il ne peut pas résister. Une passion qui les mène constamment dans la chambre à coucher. Pourtant, il se rend rapidement compte qu’ils ont allumé plus que les étincelles qu’ils créent entre les draps et que sous l’apparente dureté de Jay se cache une âme tout aussi torturée et blessée que la sienne.

Les deux hommes s’attachent, les liens se tissent, mais Reese sait bien que la tempête menace au fond de son esprit.

 

Mon avis:

Reese est un ancien militaire qui est ressorti de sa dernière mission traumatisée et handicapé. Il joue de cette apparence d’ancien militaire intimidante, mais avec cette droiture pour ne pas montrer sa vulnérabilité auprès de ses employés. Quand Jay rejoint son équipe, Reese le traite comme les autres, souhaitant lui offrir une seconde chance : celle de trouver sa place. Sauf que Jay traîne une réputation de fauteur de trouble qui ne fait qu’aggraver son apparence auprès des autres de par sa méfiance. Il parait frustré, aigri, inapprochable, voire agressif.

Mais voilà, les apparences sont trompeuses. Derrière leurs images de dur se cachent deux hommes traumatisés. Leurs attitudes froides s’expliquent par des syndromes de stress post-traumatiques pour l’un, de mauvais traitements pour l’autre. C’est le point commun qui va les rapprocher : ce handicap social qu’ils traînent derrière eux.

L’auteur a parfaitement traité dans cette histoire toute la difficulté de vivre « normalement » malgré ce handicap invisible et pourtant bien présent dans leur quotidien. On comprend que c’est un combat quotidien auquel ils doivent faire face pour ne pas retomber dans ce cauchemar, une conduite de chaque instant où ils doivent être en alerte par rapport à leur environnement tout en essayant de juguler leurs réactions. Le moindre bruit, la moindre interaction peut être un élément déclencheur. On comprend le poids de ce traumatisme sur leur quotidien, en notant le manque d’aide cruel pour l’accompagnement dans leur reconstruction.

Ces deux hommes vont se retrouver dans l’autre. Endeuillés, traumatisés, vivant dans cette insécurité constante, ils vont voir au-delà des apparences et s’apprivoiser. D’une relation de convenance, ils vont approfondir leur relation de confiance pour laisser à l’autre le voir tel qu’ils sont : des hommes vulnérables. Une fois de plus, l’auteur nous offre une histoire forte en émotions.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, armée, au delà des apparences, faux semblants, handicap social, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |