la série Nuages et pluie par Zarah OWENS

Tome 1: Sous les nuages du ranch

Flynn Tomlinson s’est laissé pousser par le vent pendant des années, faisant des petits boulots quand il a besoin d’argent avant de reprendre la route. Son style de vie libre, sans attaches ni responsabilités envers quelqu’un d’autre lui convient parfaitement. Puis il tombe sur une affiche d’offre d’emploi dans un bureau de poste dans l’Idaho et rencontre Gabe Sutton. Gabe ne pourra payer Flynn qu’après avoir vendu ses chevaux, mais les séquelles d’un grave accident l’empêchent de faire tourner le ranch tout seul.
Travailler avec des chevaux l’intéresse plus que de remplir des rayons dans un supermarché, aussi Flynn accepte-t-il les termes de Gabe. Il ne s’attendait pas à être captivé par cet homme doux et solitaire qui capture son coeur et le pousse à s’atteler à une très lourde tâche : sauver le ranch de Gabe.

 

Tome 2: Entre ciel et terre

Hunter Krause sait mieux que personne que gérer un ranch demande beaucoup de travail. Les bons employés sont difficiles à trouver. Hunter a beau avoir un régisseur efficace et une grande famille prête à l’épauler, le ranch est constamment à court de main-d’ouvre. De plus, des poulains se mettent à disparaître mystérieusement et son beau-frère décide d’embaucher un homme que Hunter aurait préféré ne jamais revoir : Grant. Hunter ne peut pas lui pardonner d’avoir abandonné meilleur ami, Gabe, le propriétaire du ranch voisin, après un grave accident qui l’a laissé handicapé. Grant Jarreau s’adapte rapidement à la vie du ranch, il se rend indispensable et s’entend bien avec Izzie, la soeur de Hunter. Quant à Hunter, malgré ses idées préconçues, il ne peut contrôler ses réactions physiques en présence du beau cowboy. Quand celui-ci sauve son jeune neveu de la noyade, les deux hommes échangent un baiser qui ouvre pour Hunter un monde nouveau et des perspectives dont il ignorait l’existence. Pendant que Hunter et Grant entament une relation secrète, la famille se déchire et le ranch est en difficulté, parce que personne n’arrive à comprendre ce qui arrive aux chevaux. Pour couronner le tout, Grant cache un lourd secret. Hunter apprendra-t-il à faire confiance à Grant ou bien l’orage familial fera-t-il une autre victime ?

 

Tome 3: Entre déluge et sécheresse

Tim Conroy a de la patience. Depuis trois ans, il attend que son ami Rory McCown sorte de prison, après une condamnation pour un vol de chevaux commis au ranch Blue River. Rory serait susceptible de bénéficier d’une libération anticipée, mais à condition d’avoir un poste stable et un endroit où loger. Aussitôt, Tim se donne pour objectif de convaincre son ami et patron, le rancher Hunter Krause, d’offrir à Rory une deuxième chance.

Quand Hunter accepte, Tim le regrette presque : Rory a changé. À certains moments, il se montre morose et renfermé, à d’autres, arrogant et trop présomptueux. Pourtant, l’attraction est toujours aussi forte entre eux. Malheureusement, dès qu’ils commencent à se rapprocher, un ennemi acharné œuvre dans l’ombre, prêt aux plus sombres machinations pour les séparer…

Leur relation encore fragile sera-t-elle assez forte pour résister aux tempêtes à venir ?

 

Tome 4: Avec la lune et les étoiles

Après une calamiteuse liaison avec un district attorney, un homme marié, Cooper Nelson a été radié du barreau. Ayant dû renoncer à sa brillante carrière d’avocat, il a modestement refait sa vie aux écuries du ranch Blue River. Huit ans après le scandale, il retrouve Kelly Freed, son amant d’autrefois, à l’école de droit. Malheureusement, la situation est délicate : d’abord, Kelly est en campagne pour devenir le prochain shérif de St Anthony, petite ville conservatrice, ensuite, il est marié et son épouse est en phase terminale. Cooper ne supporte pas l’idée d’une liaison secrète. D’expérience, il sait que mensonges et dissimulations se paient très cher.

Dans le voisinage, la vie continue, avec ses drames incontournables : au Blackwater, Gabe est désespéré d’apprendre que sa meilleure amie souffre d’un cancer du sein. Lui et Flynn, son partenaire, aimeraient avoir la garde des enfants de Calley, mais pour ce faire, ils ont besoin d’assistance. Cooper et Kelly unissent leurs compétences, policières et juridiques, pour aider Gabe à rétablir ses droits parentaux et Calley à mettre ses affaires en ordre, au cas où…

Maintenant que tous deux font cause commune, Cooper trouve de plus en plus difficile de résister à Kelly. Mais, après le drame qu’il a déjà vécu, est-il prêt à mettre en danger celui qu’il n’a jamais pu oublier ?

 

Mon avis:

Le premier tome est tourné vers le deuil, celui de la perte, celui d’être handicapé. Zarah OWENS fait un magnifique travail sur la personne « handicapée », celle qui s’est perdue, qui est dans la frustration, la culpabilité, l’incertitude face à ce corps qui n’est plus celui qu’il était « avant ». Elle nous explique le mal-être de Gabe, d’ordre physique, mais aussi psychologique. C’est dans sa globalité qu’on apprend à connaitre cet être dépossédé de sa vitalité, de sa confiance. Mais ce qui aussi, très intéressant, c’est qu’elle fait le même travail d’écriture sur l' »autre », celui qui partage le quotidien de cette personne diminuée. La difficulté pour le conjoint d’aider, d’aimer sans culpabiliser. Réapprendre à vivre autrement. Prouver que l’amour ne se résume pas à un physique, à du sexe, à des apparences. Accepter et aimer, tout simplement.

En conclusion, montrer la différence entre être dépendant, subit ou aider l’autre par envie, par amour. 

 

Dans ce second tome, on retrouve Gabe et on découvre le sombre Grant. Sombre? Pas tant que cela. On en apprend plus sur ce personnage que l’on pense, comme tous, quelqu’un d’égoïste, de froids. Il n’en est rien. Une belle leçon sur les aprioris et les faux semblants.

Face à l’attirance mutuelle, qu’ont Hunter et Grant, on aborde le douloureux sujet du coming out, accepter ce désir que les deux hommes n’assument pas. Cette douloureuse révélation s’amplifie par l’environnement où travaillent les deux hommes: un ranch, où la place de l’homme est stéréotypée. De plus, la relation Employeur employé rajoute ce sentiment de malaise que l’auteure nous fait ressentir tout au long de leur histoire. C’est une découverte de l’autre, se mettre à nu, au sens propre comme au figuré. Assumer son passé pour aller de l’avant, s’autoriser une seconde chance, être heureux. Leur relation prend son temps, l’auteure nous fait rentrer dans leur intimité, la découverte de l’autre, la différence entre baiser et faire l’amour, à se faire confiance, se soutenir pour enfin vivre au grand jour.

 

Le troisième opus se passe trois ans après cette histoire de vol de chevaux. On retrouve Tim et ses sentiments inchangés pour Rory. Malgré les préjugés, malgré le passif de Rory, Tim va tout faire pour lui offrir une seconde chance, une main tendue pour repartir sur de nouvelles bases et enfin, lui faire découvrir la signification du mot Amour. Lui apprendre à croire en lui et en ses qualités. L’aider à sortir de cet engrenage où il sombre jour après jour. Un sublime roman, de loin, mon préféré de la série.

 

Enfin, le dernier opus se tourne vers Cooper, ce mystérieux rancher et Kelly, le nouveau shérif de la ville. On découvre que les deux hommes ont un passé en commun, qui date d’il y a quinze ans. Mais en quinze ans, ils ont beaucoup changé et toutes les vérités ne sont pas bonnes à révéler. Dans cet opus, l’auteure nous fait un pamphlet de cette société (américaine et rurale) et de leurs mentalités bigotes et homophobes, où le fait d’aimer la mauvaise personne nous vaut d’être traités comme un pestiféré, où l’on considère cette personne comme une personne perverse et dans l’incapacité de travailler.

Qu’il s’agisse d’un travail ou d’une situation plus personnelle, comme celui des enfants, tout acte que l’on considère comme « normal » pour un hétérosexuel devient interdit pour un homosexuel.

 

En clair, une série, qui vous l’aurez compris, j’ai adoré. Zarah OWENS aborde des sujets sensibles, d’actualité, qui nous remet en question. On s’insurge face à certains comportements, on ressent de la compassion, de l’amour… Par sa plume, on s’attache à ces hommes, à cette famille élargie, à cette terre qui est le point commun à tous. On ressent cette idée de famille, d’acceptation.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, cow-boys, drame psychologique, faux semblants, handicap, homoparentalité, homophobie, Le temps des choix, série
Série: Dreamspinner Press |

Lumineuse obscurité par Nathalie Daumas

Synopsis:

Anthony se réveille à l’hôpital, aveugle. L’angoisse, la peur et les changements pèsent lourd sur lui. Ainsi que la solitude. Il ne sort de la maison que pour aller chez son psychiatre, où il rencontre invariablement le même jeune homme : Alaix. Alaix est fils de bonne famille, enfant de médecins, il a le physique et l’intelligence qui pourraient le mener loin. Mais, étouffé par son père, il se meurt à petit feu. À force de toujours se croiser dans cette routine, Anthony se met à apprécier ces moments. Jusqu’à ce qu’Alaix lui vienne en aide et lui propose de passer plus de temps avec lui…

Mon avis:

Nathalie DUMAS nous plonge dans ce quotidien fait de terreur et de détresse suite à un traumatisme. Par les voix Anthony et Alaixandre, elle nous décrit leurs difficultés d’acclimatation face à cette société hostile, où frustrations, peur et solitude deviennent leur quotidien.

L’un est affaibli physiquement. L’autre l’est psychiquement. Deux âmes perdues, deux hommes solitaires qui se rencontrent dans un lieu peu commun : un psychiatre.  De fil en aiguille, ils vont instaurer de nouvelles routines, des instants de « normalité » dans leurs vies brisées. Ils ne vont pas se juger sur leur apparence, ne vont pas s’apitoyer sur le sort de l’autre comme leur entourage. Au contraire, ils vont écouter, s’adapter. Peu à peu, ils découvrent que derrière l’apparence « forte » que l’un ressent de l’autre, se cachent des fêlures. Que leurs parcours, bien que différents, sont pourtant communs : ils n’étaient pas heureux. Ils subissaient plus qu’ils ne vivaient leurs vies.

Sans s’en rendre, compte, leur rapprochement va être le point de départ de leurs reconstructions. Ils vont apprendre à faire face à eux-mêmes et leurs handicaps respectifs. Plus encore, ils vont les accepter et s’assumer tels qu’ils sont devenus dans leur entièreté.

 

En clair, une nouvelle pleine de bon sens que l’on prend plaisir à lire et à relire. Et, au final, un superbe message d’espoir : rien n’est figé. Au contraire, tout est à faire.  Il suffit parfois de se laisser la chance de faire un pas vers l’autre.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, handicap, Le temps des choix, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Série Héros/ Bébés par Victoria SUE

Tome 1: En de bonnes mains

Maverick DelGardo, un ancien pilote d’hélicoptère, a dû interrompre sa carrière à la suite de blessures. Il s’enfonce dans l’amertume et l’alcool. Quand sa sœur lui demande de l’aide dans une mission de protection, Maverick accepte en traînant les pieds. Il s’agit de s’occuper d’une pop star tombée en disgrâce.

Deacon Daniels, chanteur et idole éphémère pour adolescents, a vu sa carrière ruinée suite aux révélations d’une journaliste et au scandale qui s’en est suivi. Sans argent, sans travail et le cœur brisé, Deacon vient de perdre la garde de sa petite nièce. Et au moment où il se dit qu’il ne peut pas tomber plus bas, il commence à recevoir des menaces de mort de la part d’un harceleur.

Mav ne s’engage pas à plus d’un rendez-vous, mais quand il rencontre Deacon, son instinct protecteur prend le dessus, en même temps que son attirance. Toutefois, au fur et à mesure que la liste des victimes s’allonge, Mav commence à douter de sa capacité à protéger Deacon du tueur. Cependant, il est trop tard pour reculer : maintenant que Mav est tombé fou amoureux, il va devoir trouver la force de rassurer Deacon et sa nièce, et de les convaincre que, quoi qu’il lui en coûte, ils sont en de bonnes mains.

 

Mon avis:

Deux hommes si différents et pourtant…

L’un est un ancien militaire, revenu du front avec un handicap physique et psychologique. L’autre est une ancienne pop star déchue, qui depuis connait une descente aux enfers…

Ces deux hommes n’ont rien en commun et pourtant, les deux souhaitent la même chose : avoir l’opportunité de reprendre le cours d’une vie « normale », s’offrir une seconde chance d’être heureux. Ils vont découvrir qu’ils vivent avec cette même culpabilité de vivre…

Malgré le danger, malgré toutes les péripéties qu’ils vont endurer, Victoria Sue nous prouve que l’entraide, l’écoute et le don de confiance peuvent amener à faire de grandes choses et entrevoir un avenir radieux.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, handicap, homoparentalité, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Dreamspinner Press |

Série Sexe à Seattle par Eli EASTON

Tome 1 : Les ennuis riment avec Tony

Pour mener à bien son enquête sur le meurtre d’une jeune femme, Tony DeMarco, détective privé à Seattle, se fait passer pour un patient du docteur Jack Halloran, le thérapeute ayant traité la victime dans une clinique de sexe de la même ville. Ce n’est pas la première fois que Tony passe sous couverture, mais c’est la première fois qu’il veut passer sous les couvertures de l’un de ses suspects. Il ne peut pas s’en empêcher : Jack Halloran est exactement le genre de héros au regard d’acier pour qui Tony craque. Mais avant de pouvoir jouer les Roméo, il devra prouver l’innocence de Halloran et faire en sorte que le médecin ne découvre pas sa ruse.

Le docteur a ses propres problèmes, y compris un bras droit endommagé dans l’exercice de son devoir en tant que chirurgien de guerre en Irak et le stress post-traumatique qui en découle. Il ne comprend pas pourquoi il se sent attiré par son nouveau patient, cet Italien grand et drôle au regard de chien battu, dont l’humour s’infiltre à travers ses défenses pour lui faire ressentir des choses qu’il pensait depuis longtemps enfouies. Mais le médecin et le détective pourront-ils trouver un chemin vers leur amour en dépit des secrets qui existent entre eux ?

 

Tome 2 : Crise existentielle rime avec Daniel

Daniel Derenzo, magnat des affaires, ne se consacre qu’à son travail jusqu’au jour où son père mourant lui rappelle que la vie est courte. Lorsque Daniel commence à réévaluer ses choix, il réalise qu’il est attiré par Nick, son collègue et meilleur ami, alors qu’il s’est toujours cru hétéro. Fidèle à lui-même, Daniel étudie ce désir qu’il vient de découvrir avec l’aide des experts de chez Nouveaux Horizons, et décide de poursuivre Nick avec cette même détermination farouche qui lui a permis de réussir en affaires.

Lorsqu’ils étaient colocataires à l’université, Nick Ross, qui n’a jamais caché sa bisexualité, en pinçait pour Daniel. Mais celui-ci était hétéro, et Nick a fini par panser son cœur meurtri en épousant Marcia, qui a toujours su pour sa bisexualité. Deux enfants et quatorze ans plus tard, leur mariage est devenu une routine des plus banales, mais les enfants de Nick sont tout pour lui, et il craint de ne jamais obtenir la garde alternée en cas de divorce. S’il parvient à confier son cœur à un Daniel qui s’éveille à de nouvelles pulsions, chacun pourrait trouver son bonheur, comme dans un conte de fées.

 

Tome 3 : Amour éternel rime avec Michael

Tout le monde adore Michael Lamont en tant qu’infirmier, mais son second boulot en tant qu’assistant sexuel à mi-temps en fait sourciller plus d’un, et lui a fait perdre plus d’un conjoint. Michael est petit, très beau, et dévoué à aider ceux qui ont besoin de lui. Mais ce qu’il veut par-dessus tout, c’est une histoire d’amour bien à lui. Il passe le plus clair de son temps dans des romans de science-fiction, plus particulièrement ceux de son auteur préféré et celui pour qui il en pince depuis longtemps : le très mystérieux J.C. Guise.

La vie de James Gallway tourne au ralenti, mais elle fonce inexorablement vers le chaos. Lui qui a écrit un best-seller à dix-huit à peine alors qu’il était alité de force à cause de la polio, dix ans plus tard il a non seulement perdu son inspiration mais son envie de vivre. Ses ventes sont en chute libre depuis des lustres, et coincé dans sa chaise roulante il s’est isolé du monde, convaincu qu’il n’est pas digne d’amour.

Mais quand il se voit obligé de se rendre à une séance de dédicaces et y rencontre Michael, il n’arrive pas à croire qu’un homme tel que ce dernier pourrait être intéressé par quelqu’un comme lui…

 

Mon avis:

Voici une série à laquelle on ne s’attend pas. Rien qu’au titre, on se dit que notre lecture va nous donner chaud. Et bien, il n’en est rien. Eli EASTON nous fait découvrir des métiers méconnus et pourtant importants : les travailleurs du sexe dans des cliniques spécialisées. C’est ce qui rend cette série juste sublime.

On découvre des hommes et des femmes, diplômés de médecines qui aident d’autres personnes ayant des problèmes d’ordre sexuel. L’auteure joue sur les stéréotypes avec un humour sarcastique. Un réel miroir de notre société.

Les références médicales sont multiples et très bien expliquées, telles que l’échelle de Kinsey ou encore « la personnalité du type A » pour appuyer l’histoire de ces pathologies. Elle pose des mots sur ces hommes et ces femmes qui vivent mal leurs problèmes de sexualité : cette tension, cette gêne sur un sujet trop tabou de nos jours. Tout est fait pour dédramatiser le sujet de fond.

Elle joue sur cette gêne commune à tous par des euphémismes et des métaphores qui ne peuvent que nous faire rire de nous-même. Elle dédramatise ce sujet tabou. Elle nous explique les tenants et aboutissants qui entraînent de tels problèmes. Une remise en question qu’une telle prise de conscience peut entraîner sur un individu, mais aussi sur son entourage… Mais aussi la difficulté d’avouer son métier quand on est dans cette branche si particulière… Un vrai coup de pied aux idées reçues.

Elle aborde non pas un, mais plusieurs aspects de ces patients qui vont dans ces cliniques du sexe : de l’homme impuissant, à celui qui se découvre bisexuel ou encore les personnes avec un handicap. C’est ce panel qui apporte une réelle profondeur à notre lecture. On en ressort différent.

En clair un vrai coup de cœur pour cette auteure et cette série. À lire absolument, on ne peut que ressortir enrichi par une telle lecture.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, handicap, homoparentalité, Le temps des choix, métier, seconde chance, série, sexualité différente
Série: Reines-Beaux |

Magik, T1 : Double jeu par H.V GAVRIEL

Synopsis:

San Diego, 2020. Humains, Magiks et Modifiés cohabitent dans une paix relative, cherchant à oublier les blessures du passé. Richard rêvait de servir son pays mais lorsque ses dons Magik ont été révélés, ses espoirs ont pris fin. Sa jumelle Kathleen, bien qu’humaine, peine aussi à trouver sa place dans ce monde qu’elle étudie sans toujours le comprendre. À vingt-neuf ans, les jumeaux sont prêts à changer de vie pour intégrer l’AFPM, l’agence fédérale de police mutante. Leur première enquête sur la mort mystérieuse d’un voyant et d’une sorcière risque de les mener loin de leurs certitudes, et de les toucher d’une manière qu’ils n’auraient pu imaginer.

Mon avis:

Après les métamorphes, HV nous lance dans un nouvel univers fait de Magik. Et devinez quoi ? On plonge et on devient addict.

Dans ce premier tome, nous découvrons Kit et Kat, jumeaux, mais pas que. En effet, Kat est une humaine, qui malgré son trouble du spectre a réussi à devenir profileur au sein du FBI. Elle va quitter son poste pour suivre son frère Kit dans une nouvelle unité faite d’humains et de Magik.

Kit, lui, est un homme qui en a déjà trop vu. Traumatisé suite à son passage dans l’armée, où son don se révèle dans les pires circonstances, il essaie de se reconstruire. Ce nouveau poste est pour lui un point de départ.

Dès leur arrivée, ils vont être confrontés à une enquête somme toute banale, mais qui va prendre une tournure intime et personnelle…

La force de cette romance repose sur cette relation de jumeaux. Ils sont à la fois jumelés, mais aussi en conflit à cause de non-dits sur leurs traumatismes passés et leur différence. Tout au long de cette lecture, on subissons en même temps qu’eux ce grand huit émotionnel.

HV nous propose de la fantasy, mais elle aborde des thématiques d’actualité qui font référence à notre quotidien : le racisme, la ségrégation, mais aussi cette volonté de ne pas vouloir avoir des enfants quand on est une femme. À la fin de cette lecture, on ne peut que se remettre en question. L’auteure nous nous impose pas un choix, mais nous donne son avis, via la voix de ses personnages, en toute simplicité, sans jugement. Et c’est à ça qu’on apprécie encore plus sa plume. On nous laisse libres de nous faire notre propre opinion.

Que dire hors mi que c’est une réussite et que nous sommes impatients de lire la suite.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: choc des cultures, Fantaisie, handicap, handicap social, Le temps des choix, policier, série, traumatismes du passé
Série: Mix Editions Romans |

Vingt mille lieues dans tes yeux par Manon Seguin

Synopsis:

Gabriel, jeune étudiant de 22 ans, quitte sa famille et sa ville natale pour poursuivre ses études tout près d’un petit village où il espère prendre un nouveau départ… C’est ici qu’il retrouve sa grand-mère, propriétaire d’une petite boutique de fleurs, qu’il n’a plus vu depuis sa tendre enfance. Dans cette boutique au parfum bien particulier, Gabriel rencontre Basile, un jeune homme aveugle, mystérieusement hébergé par sa grand-mère. De remarques acerbes à de l’humour vache, chacun va apprendre à s’apprivoiser au fil des jours. Et alors que les fleurs éclosent chaque matin, voilà que bourgeonne lentement, un étrange sentiment dans le cœur de Gabriel.

 

 Mon avis:

Toute cette histoire se rapporte à une seule idée: voir au delà des apparences.

Tous les opposent. L’un est citadin, l’autre vit à la campagne dans un tout petit village. L’un est imbu de sa personne, sarcastique et est toujours sur la défensive, l’autre est aveugle, un handicapé, un imposteur en puissance selon certains qui pourtant est apprécié de tous et autonome… Et pourtant, ils se ressemblent plus qu’ils ne le pense.

Ces deux hommes portent un masque en apparence pour se protéger de leurs failles, leurs fêlures, leurs faiblesses… L’auteure nous laisse le temps de les connaître plus intiment. On découvre que chacun porte le poids d’un passé lourd et traumatisant. Que chacun pense avoir un chemin tout tracé, que cela est le suel moyen de se protéger des autres, que personne ne pourrait les faire déviés et pourtant… Les péripéties s’enchaînent… on passe du rire au larmes en un clin d’œil, on souffre avec eux, on ressent cette tension qui ne fait que grandir entre Gabriel et Basile, avec ces incertitudes sur le moment présent et l’avenir…

Beaucoup de thèmes sont abordés dans cette romance mais ce panel représente à lui seul la réalité de la vie, avec ces hauts et ces bas. La seule chose que je pourrais reprocher à l’auteur est que les sujets ne sont pas assez développés mais on comprend que ce n’est pas là l’essentiel de l’histoire.

Toutes ces péripéties donne un sens à cette histoire d’amour « hors norme » dans une société faite d’apparence. Car c’est bien là le message de l’auteure: voir au delà des apparences, ressentir avec ses autres sens.

En clair une belle leçon de tolérance.

 

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, handicap, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Editions Lollipop |

Détour mortel – un homme parfait par K.A. Merikan

Synopsis:

Colin : Suit les règles. Futur médecin. Témoin d’un meurtre. Captif
Taron : Survivaliste. Muet. Meurtrier. Ravisseur.

Comme chaque week-end, Colin est sur le point de rentrer à la maison, après la semaine passée à l’université, mais il est hanté par la prise de conscience qu’il ne prend jamais de risques dans la vie et qu’il suit toujours le même chemin. Sur une impulsion, il décide d’emprunter une route différente. Juste une fois. Ce qu’il ne réalise pas, c’est que ce sera la dernière fois où il aura un choix à faire.

Il finit par suivre un détour vers l’horreur absolue et se retrouve kidnappé par un homme imposant et silencieux avec une hache tachée de sang. Pourtant, ce qui ressemble à son pire cauchemar pourrait s’avérer être un chemin vers la liberté que Colin n’avait même pas envisagé.

Taron vit seul depuis des années. Ses terres, ses règles. Il a abandonné toute idée d’avoir de la compagnie depuis une éternité. Après tout, toute forme d’attachement entraîne des responsabilités. Il a bien assez à gérer avec ses propres problèmes, et la nuit où il se débarrasse d’un ennemi, il finit avec un témoin de son crime.

La dernière chose dont il a besoin, c’est d’un captif geignard. Colin ne mérite pas la mort pour avoir posé le pied sur les terres de Taron, et le retenir prisonnier n’est pas non plus ce qu’il y a de mieux à faire. C’est seulement lorsqu’il découvre que ce citadin est gay, que de toutes nouvelles options voient le jour. Dont une qui n’est pas juste, et qui pourtant le tente davantage, chaque fois que les beaux yeux de Colin l’accusent depuis le fond de sa cage.

 

Mon avis:

La présentation des personnages est à elle seule le résumé de ce livre.

Colin est un jeune homme emprisonné dans les attentes des autres: celles de ses parents, celles des étudiants qui l’entoure, celles liées à son futur métier … Il étouffe et s’ennuie dans cette vie si prévisible. Alors il décide pour la première fois de sa vie de faire un détour … Un détour qui le changera à jamais.

Dès les premiers chapitres, les auteures ( deux plumes féminines) nous mettent immédiatement en immersion. On ne lit pas mais on vit à travers les mots tout le traumatisme psychologique d’un captif, celui d’un homme qui en un instant perd toute liberté. Par les mots, par un vocabulaire très ciblé, on suit l’emprise d’un ravisseur sur son prisonnier. On ne nous épargne rien. Tous les sentiments et ressentiments sont exposés allant crescendo.

On commence par le choc : l’incompréhension, la peur, l’abandon puis on monte en intensité en voyant l’évolution d’un homme lambda à celui d’un captif: peur, angoisse, désespoir, auto-apitoiement pour arriver à ce sentiment ambiguë, celui de la dépendance entre le ravisseur et le captif.

Mais les auteures jouent sur les deux tableaux. Si dans un premier temps on se met dans la peau d’un captif, on apprend aussi à connaitre le ravisseur, à le découvrir, non pas sur l’apparence et la peur qu’il induit, mais l’homme qui se cache derrière. Car même captif, un homme n’est pas un animal qui peut être domestiqué. C’est là toute l’ambiguïté de cette relation hors norme entre ces deux hommes. Il n’y a pas de gentil et de méchant. C’est plus subtile que cela.

On découvre que le ravisseur n’est pas cette bête sauvage mais un homme avec un lourd passif, une personnalité, des idéaux et des conditions de vie à l’opposé d’une personne lambda vivant en société. C’est là le coup de maître de cette histoire. Le mode de vie d’un survivaliste augmente encore plus ce sentiment d’étouffement, de captivité que l’on ressent tout au long de cette lecture. Et cela fait parfaitement le lien avec cette relation, loin d’être ordinaire.

Cette relation qui est ambiguë, dérangeante, sur laquelle on émet beaucoup de réserve mais que l’on finit par comprendre… Le syndrome de Stockholm est un thème très difficile à aborder. Les auteures nous mettent en garde dès le départ et elles ont raison. De prime abord, on n’y adhère pas et cela est normal, humain. Mais en lisant l’histoire de Taron et Colin, on ne pas dire que l’on y adhère après coup, mais on comprend les rouages, l’évolution des sentiments. L’épilogue est d’ailleurs très réaliste. Les auteures ne donnent pas un avis positif ou négatif sur leurs sentiments et leur relation. Elles nous font comprendre que tout est une question de choix. Mais cette conclusion n’est pas généraliste, seulement liée à cette histoire. C’est pour moi le gros point positif de cette lecture. Ne pas faire une généralité d’un sujet aussi sensible.

 

En clair, une vraie dark romance. Âmes sensibles s’abstenir! Mais le combo survivalisme et syndrome de Stockholm donne juste ce résultat explosif.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, faux semblants, handicap, handicap social, survivants
Série: Auto édition |

Coeurs aux abois par S.M GERHARD

Synopsis:

Parfois, il faut être acculé pour admettre ce que l’on est vraiment et laisser parler son cœur. C’est la dure leçon qu’apprendra William en faisant connaissance avec ses nouveaux voisins. Il devra mettre fin à ses manières d’ours mal léché afin d’aider ce charmant duo.

Dans ce nouvel appartement, Timothée va devoir retrouver ses marques et surtout, s’ouvrir aux autres et aller au-delà de son handicap s’il veut être heureux.

Et l’ami de Timothée, son complice de toujours, les regardera se débattre alors qu’il suffirait simplement de profiter du bonheur qu’offre la vie.

 

Mon avis:

S’aimer est une chose difficile en temps normal. Alors rajoutez nos peurs les plus profondes et intimes à cette formule et vous aurez la définition du couple Timothée et William. L’un est un homme détruit par son ex-femme, qui lui a enlevé toute sa confiance en lui, et a renforcé cette peur de l’abandon. L’autre est un jeune homme qui se cache derrière son handicap pour fuir le monde et sa cruauté. Leur rencontre va être explosive et rapide. « Trop » est le mot clé… Cette romance nous offre un sublime message sur notre société et ses préjugés. Les attentes de chacun, la pression des uns et des autres au point de se perdre soi-même. Voir au-delà des apparences, s’assumer tel que l’on est pour au final être heureux, est un chemin semé d’embuche. Mais quand l’amour se mêle, alors ces obstacles en valent largement la peine. Voilà le message de cette histoire.

Là où le texte est encore plus parlant, c’est qu’elle met en rôle non pas deux hommes mais deux hommes et un chien. Cet animal, telle la voix d’une conscience nous fait ressortir l’absurdité de l’homme et ses actes bancales face à leurs préjugés et leurs peurs. Ce chien du silence a réellement sa place dans cette histoire d’amour entre deux êtres écorchés. Il est le lien manquant, ce lien qui communique des sentiments en silence.

 

 L’auteure, par ces histoires, met toujours en valeur ces apparences trompeuses qui nous aveuglent sur ce que l’on est, ce que l’on vaut, sur ce que l’on souhaite réellement. Par sa plume, douce et chaleureuse elle nous propose des romans doudous, agréables à lire et toujours avec un sublime happy end. C’est comme un chocolat chaud, quelque chose de rassurant, doux amer à certains moments mais toujours avec un message fort. Cœurs aux abois en est la preuve.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: faux semblants, handicap, romance
Série: KDP |

Brute par Kim Fielding

Synopsis:

Brute mène une vie solitaire dans un monde où la magie est omniprésente. Ce qui le définit le mieux serait sans doute ses deux mètres trente de laideur, et son ascendance honteuse. Personne, pas même Brute, ne s’attend donc à ce qu’il puisse être autre chose qu’une main-d’œuvre corvéable. Mais les héros sont de toutes sortes et de toutes tailles, et quand il se retrouve handicapé pour avoir sauvé un prince, la vie de Brute change brusquement. Il est invité à venir travailler au palais de Tellomer afin de devenir le gardien d’un seul et unique prisonnier. La tâche semble facile, mais elle s’avérera être le défi de sa vie.

Les rumeurs prétendent que le prisonnier, Gray Leynham, est un sorcier et un traître. Ce qui est certain, c’est qu’il a passé les dernières années dans une misère à peine imaginable : aveugle, enchaîné, et rendu presque incompréhensible par un bégaiement extrême. Et comme si cela ne suffisait pas, il est assailli par des cauchemars durant lesquels il assiste à la mort de gens vivant à proximité – pire, ses rêves se réalisent.

Tandis que Brute s’habitue à la vie au palais et apprend à connaître Gray, il découvre sa propre valeur, d’abord en tant qu’ami et en tant qu’homme, puis en qualité d’amant. Mais Brute apprend aussi que les héros sont parfois confrontés à des choix difficiles et que faire ce qui lui semble juste peut aussi l’exposer à de grands dangers.

 

Mon avis:

Cette romance qui se déroule au 18 ème siècle est un conte qui pourrait tout à fait être remis dans notre contexte actuel. L’auteure met en avant les jugements sur les apparences. Voir au-delà des apparences, voir la beauté derrière la façade, c’est le vrai message de cette histoire.

L’altruisme et le don de soi sont la moralité de cette romance, une sorte de conte de la Belle et la Bête remodelé et au combien touchant. 

Une vraie leçon de vie qui nous est offerte, un condensé d’émotions qui nous touche et qui ne peut nous laisser indifférents.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, Fantaisie, handicap, Médiéval fantasy
Série: Dreamspinner Press |

Clair Obscur par Lily HAIME

Mon synopsis:

C’est l’histoire de Gwenn, un jeune homme de 17 ans, qui a deux rêves: rentrer dans une grande école de danse et Sevan; Sevan, cet homme qui meilleur ami de son frère aîné, hétérosexuel, dont il est ouvertement amoureux depuis son adolescence.

Mais en une nuit, il va tout perdre. L’annonce du départ de Sevan et un conducteur alcoolique croisé en chemin vont briser les rêves et la vie de Gwen et le changer à jamais.

7 ans plus tard, Sevan, dont le service militaire est terminé et son mariage raté, se voit être muté à Portland, un retour aux sources, pour travailler en binôme avec le frère de Gwenn. Celà implique forcément de revoir Gwenn dont il ne sait plus rien depuis son départ.

Comment assumer ses sentiments face à un Gwenn qui ne veut plus entendre parler de lui?

Sevan va se battre contre ses démons liés aux horreurs de la guerre, mais aussi contre lui même, pour récupérer l’amour de sa vie. Y arrivera t-il? Surmontera -t-il les fantômes du passé? Assumera t-il être vu tel qu’il est réellement à la vue de tous?

Gwenn surmontera t-il ses propres démons? Acceptera t-il de nouveau Sevan dans sa vie? Déteste t-il autant cet homme qui par le passé, a tellement aimé? Se donneront-ils une seconde chance?

 

Mon avis:

Une fois de plus, Lily HAIME met l’accent sur l’acceptation de soi. Ce long chemin tortueux où l’on choisi d’être celui que nous sommes face à soi même et face au regard des autres. Où les traumatismes se définissent au pluriel, où un SSTP sont les conséquences d’un passé militaire comme celui d’un accidenté de la vie… On a tous dans notre passé un élément traumatisant qui influe sur notre façon d’être, de se voir et ‘être vue. Peut-on se donner une seconde chance? à soi même? à notre entourage? à celui qu’on aime?

Ouvrir ses sentiments à l’autre n’est pas toujours simple. Il peut être bien plus douloureux que de rester dans le mensonge.

Comme à chaque lecture de cette auteure, l’histoire est douloureuse, poignante, prenante, happante… Mais tellement juste, claire, et lucide…

Un coup de coeur pour l’histoire et l’auteure, car on ne lis pas ses livres, on les vit!

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: armée, au delà des apparences, handicap, seconde chance
Série: MxM BOOKMARK Romance |