Série Renegades par Victoria Lace

T.1 : PAX

Pax Hunter et Nate Crawford n’auraient jamais dû se rencontrer, et encore moins s’aimer.
Pax est un gangster et règne sur Greenville, une petite ville du New Jersey. Jeux et combats illégaux constituent son quotidien. La justice veut le faire tomber. Les gangs rivaux guettent la moindre faiblesse.
Lorsque son père est accusé de meurtre, Pax veut le meilleur pour le défendre.
Nate est un jeune et brillant avocat. Ouvertement gay, il voit dans le sexy Pax un défi à relever. Tomber amoureux ne fait pas partie de son plan de carrière.
Pax, de toute façon, n’est pas attiré par les hommes.
La passion qui va les réunir va tout bouleverser sur son chemin, mettant en danger leur carrière, leur liberté, mais aussi leurs vies.

T. 1.5 : La promesse de la Saint-Valentin

Au Blue Lounge, le club hype de Greenville, la soirée de la Saint-Valentin bat son plein… Joaquin Mendez, gangster au charme sulfureux, supervise la soirée. L’amour ? Très peu pour lui ! Pourtant, lorsque son regard croise celui d’un jeune inconnu aux cheveux blonds, son cœur chavire.

Gabe, étudiant à la beauté ambiguë, cache son attirance pour les hommes à tous, y compris à ses amis les plus proches. Cependant, lorsqu’il repère Joaquin, il oublie toute prudence.
Cette soirée va changer le cours de leur vie.

T2 : Joaquin

L’amour n’est pas pour Joaquin Mendez, le lieutenant de Pax Hunter. Le coup de foudre et ses conséquences, il a déjà donné. Merci, mais non merci.

Quand il rencontre Gabe lors d’une soirée de Saint Valentin, il se laisse cependant aller à son attirance pour le jeune homme, étudiant de bonne famille.

Gabe Jordan, étudiant le jour, a des activités plus secrètes la nuit. Entier, il laisse Joaquin entrer dans sa double vie, sans cependant lui dire toute la vérité. Il sait que le jour où Joaquin découvrira sa véritable identité, ce sera la rupture.
Lors d’une course folle dans la ville, alors que la guerre des gangs est sur le point de commencer, les deux hommes vont devoir apprendre à se faire confiance pour rester en vie et avoir une chance de s’aimer…

 

T 2.5, spécial Halloween – L’ange de la Muerte

Le soir d’Halloween, Gabe s’élance pour une course pleine de dangers et va faire une rencontre qui va bouleverser sa vie…

 

T 3 Colt

Alexei Wilder est un mafieux russe hanté par la vengeance. Il a des comptes à régler avec son clan, les Lumienko.
Colton Andrews est agent du FBI. Il s’est juré de faire tomber les Lumienko, qui vont lancer une nouvelle drogue sur le marché. Sous couverture, il devient le garde du corps d’Alexei.
Entre les deux hommes, l’attirance est immédiate, la passion irrésistible, mais leur amour est impossible. Alexei sera exécuté par sa propre famille si l’on apprend qu’il est gay. Colt risque sa vie si son amant découvre qu’il est un agent fédéral.
Mais la passion qui les dévore les ramène irrésistiblement l’un vers l’autre…

Mon avis:

La série débute avec un bon et un méchant. Le gentil avocat et le mafioso. Sur le papier, on se dit, encore une histoire avec les clichés que l’on peut attendre. Mais voilà, Pax se pointe et tous nos préjugés retombent. Le gentil n’est peut-être pas si gentil que cela et le méchant n’est pas aussi violent que son apparence peut laisser entendre. C’est là que Victoria LACE joue sa carte maitresse: tout n’est pas blanc ou noir mais nuancé. L’ambiance, la description des personnages et de leurs actions, tout est fait pour nous remettre en question. A chaque nouvelle péripétie, le lecteur (moi en tout cas) vient à se poser cette question: Et moi j’aurais fait quoi? Comment j’aurais réagi? Et au final on se rend compte que notre jugement de départ n’est pas si catégorique que cela. Ce livre nous fait réfléchir et apprendre à prendre du recul, à réfléchir sur des situations. Voir au-delà des apparences. Bref, une réussite.

La nouvelle est une entrée en matière pour le tome sur Joaquim. Pax filant le grand amour, c’est au tour de Joaquim de se dévoiler. Cette nouvelle nous met l’eau à la bouche… On la finit avec mille questions en tête et une envie de se jeter sur Joaquim pour savoir où cela va mener.

Et enfin, un focus sur ce second qui nous intrigue tant : Joaquim. Victoria Lace nous présente ce second du gang, qui a tout du bad boy: pas un tendre, un mec qui ne se fixe pas, à fond pour son travail, du genre pas fréquentable… Tout à l’opposé de ce petit minet rencontré lors de la St Valentin ( nouvelle 1.5), Gabe. Un mec propre sur lui, l’image de l’étudiant sérieux, ami avec le fils du chef de la police. Lui-même fils d’une famille de conservateur… Et pourtant… Les apparences sont trompeuses. Tout comme son premier opus, Victoria Lace joue sur les apparences et le jugement qui en découle.
Ces deux hommes, d’apparence en total contradiction, ont un point en commun: des blessures invisibles liées à leur enfance respective. L’auteure aborde parfaitement ce sujet par nos deux protagonistes, cette Amérique puritaine, qui est guidée par une forte présence religieuse, où le moindre écart de route est rédhibitoire.
Mais à l’heure des choix que nous impose la vie, assumeront ils leurs envies ou préféreront ils fuir, rester terrer dans cette vie qui n’est pas la leur, pour satisfaire tout le monde et s’oubliant toujours un peu plus? Car chaque choix à une conséquence…

Dans sa dernière nouvelle Victoria Sue nous permet de retrouver le couple Joackim Gabriel le soir d’Halloween… Malgré les derniers rebondissements qu’a vécu Gabriel, on retrouve ce jeune plein de fougue et d’orgueil… Peut-être trop. On le voit perdre la notion de la réalité, du danger… Il devient vulnérable jusqu’ au point de non-retour… Et une prise de conscience, Celle des priorités.
Voilà une nouvelle d’Halloween comme on les aime. Un conte à la Coco de Disney et ses anges de la Muerte. Une très belle « leçon de vie ».

Dans le troisième volet de cette folle et addictive série, nous faisons la connaissance de Colt/Colton, l’agent du FBI sous infiltration dans le gang russe de Lumienko. Son but? Faire tomber le gang avant le lancement de cette nouvelle drogue sur le marché. Ce à quoi il ne s’attend pas, c’est à Alexei, le neveu du parrain du gang. Une fois de plus, Victoria se joue sur les apparences. Colt, comme Alexei sont, en apparence des hommes sûrs d’eux, qui en imposent mais qui derrière l’image du dur à cuir, sont en fait des hommes avec des blessures, des hommes de principes, épris de justice.
Tout, de la description des personnages, des lieux, de l’organisation de cette mafia russe est faite pour nous induire en erreur. Victoria joue sur cette vision archaïque des russes en plein New York du 21ème siècle: la misogynie, l’homophobie, l’égocentrisme. Tout est fait pour nous tenir en haleine jusqu’à la fin du livre. Le rythme est soutenu, les péripéties s’enchaînent. On s’immerge complètement dans cette histoire au point de devenir aussi paranoïaque qu’Alexei, et pour cause. Oui, un troisième tome à la hauteur de cette série: complètement addictif.

En clair, une série addictive. On en redemande, encore et encore.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, Le temps des choix
Série: format kindle |

L’oeuvre de NM MASS: les Hot Mustang par Emma KAT, NM MASS

Vous les attendiez n’est ce pas? et bien les voici ses motards…

Tome 1: Hot Mustang and co…

Anthéas se dévoue corps et âme à ses quatre enfants et à son travail de professeur. Cet homme discret que rien ne perturbe a des habitudes bien installées. Il est droit, voire un peu rigide : il ne déroge jamais à la loi. Sa petite vie tranquille est ponctuée par les rires de sa progéniture.
Arrive Dan, son nouveau voisin. C’est un biker, un vrai : Harley, cuirs, tatouages. Extraverti, célibataire et… agent de sécurité spécialisé, sa vie se résume à ses motos, ses potes et son travail.
Ce macho arrogant va, inconsciemment ou pas, révolutionner la vie bien rangée du petit professeur timide et solitaire.

Tome 2: Hot Mustang and co… 2

Ces derniers mois, la vie de Lysander, propriétaire d’une chaîne hôtelière et fidèle Biker, part dans tous les sens. L’annulation de son mariage, puis la menace de mort du chef d’un autre club, et cette super déculottée où il a failli y laisser sa peau.
Et maintenant… ça ! Ça ?
Oui ça, c’est Wild, le taciturne, Wild, le secret, Wild, le sexy, Wild, Wild Wild ! Wild et ses putains
de lunettes noires qui ne quittent jamais son nez. Wild et cette aura extraordinaire qui éveille le désir de Lys.
Et ce Wild ? Que fait-il là au juste ? Certes, il est un ami de Phil, le Prés des Hot Mustang, mais pourquoi est-il entré aussi facilement au sein du club ? Qui est-il ? Que cache-t-il ? Que veut-il ? Pourquoi les sens
de Lysander échappent-ils aussi facilement à son contrôle ? POURQUOI ?

Tome 3: Hot Mustang and co… 3

Sherodan Merider est un biker, il porte les couleurs du MC des Hot Mustang et répond au surnom de « Ertz ». Son métier ? Tatoueur. Ses passions ? Son fils Yslann, son shop de tattoos, son club de motards, les vieilles radios et les femmes.
Renegade Almond porte lui, les couleurs des Demon’s Dark, son nom de biker est « Taoz ». Son métier ? Biker ! Ses passions ? Son Motors Club dont il est le capitaine. Et Livi, sa jeune sœur dont il est le tuteur légal.
Leurs vies respectives leurs conviennent parfaitement, mais leurs deux ados vont les entraîner dans un road trip endiablé et explosif qui va bouleverser leurs existences…

 

Tome 4: Hot Mustang and co… 4

Si l’amour se trouvait à tous les coins de rue, ça se saurait, non ? C’est ce que se dit Pulp du MC des Hot Mustang. Pas que sa vie actuelle lui déplaise, non, il a un bon boulot qu’il a choisi et qu’il apprécie, des frères au club qu’il considère comme sa famille, sans compter toutes ses connaissances et sa popularité. Mais il a aussi un complexe qu’il a toujours tenté de dissimuler derrière son humour, son arrogance et ses poings. Et il est persuadé que ce complexe est la raison pour laquelle il est encore seul à 38 ans. Jusqu’à une certaine soirée où il va rencontrer…

 

Tome 4: Hot Mustang and co… 5

Je m’appelle Dantikos, comme tout le monde le sait, je suis le président du MC des HOT MUSTANG et je crois que j’ai merdé.
Contrairement à mes habitudes, je n’ai pas été à la hauteur de mes responsabilités de chef.
Après le pire que notre Motors Club a subi, traversé et résisté, ces dernières années, je n’aurais jamais imaginé qu’une putain de nuit de beu

  

Mon avis:

Et nous voici en totale immersion dans un nouvel univers. Un univers très codifié, où les apparences sont légions. On a tous l’image une image bien précise d’un Motor Club: des bikers, polus, shootés aux drogues et la gonflette, toujours entourées de nanas très peu habillées et toujours dans de mauvaises combines. Bref, c’est pas des gens très très sympathiques de prime abord. Il faut dire que la romance en général nous présente toujours un biker comme le bad boy imbu et egocentrique. Mais ça, c’était avant que NM MASS ne pointe le bout de sa plume. En quelques lignes, elle met un coup de pied aux idées reçues, à ces apparences d’hommes des cavernes. Elle montre que oui, ce sont des mecs. Oui, il ont un genre … ben de biker avec accessoires assortis, le langage quelque peu fleuri mais ceux sont avant tout des hommes comme tout le monde. Ils peuvent être éduqués, avoir un travail, une famille, des amis et faire le bien autours d’eux. Voilà ce qu’NM MASS nous explique. On a tendance à se fier à un stéréotype alors que si on prend le temps de les connaitre, de leur parler, on se rend compte que derrière les apparences, ce sont des hommes avec un cœur, des sentiments, des peurs, des envies. Le dernier tome en est le résumé parfait. Ce dernier tome (ah, que c’est dur d’écrire « dernier ») est une conclusion à cette folle épopée avec ce MC combien apprécié. Les auteures se jouent de nous une dernière fois avec les facéties de ces membres et les conséquences qu’elles entrainent sur « les inséparables », mais aussi et surtout sur le MC lui-même… Car plus que des grandes gueules, ils sont avant tout des frères, une famille.

Pour conclure, on peut définir un biker et son MC comme des mecs en cuir pour qui la moto est avant tout une passion. Les autres, ceux qui ont une mauvaise réputation qui entache tous les MC, on les appelle des voyous. Voilà la morale que NM MASS fait passer dans ses histoires. Ne pas se fier aux apparences.

 

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, bad boys, faux semblants, homoparentalité, homophobie, Le temps des choix, romance, série, tatouage
Série: Éditions Textes Gais |

Promesse de gui par ARIA GRACE, Lorelei M. Hart

Synopsis:

Un baiser. Une promesse. La magie de Noël.
Everett, Oméga célibataire, est prêt à devenir père. Il a un bon emploi, un toit au-dessus de la tête, et plein d’amour à donner. Il ne se fait pas d’illusions sur le parfait Alpha ou les contes de fées, c’est pourquoi il décide de prendre les choses en main – ou en éprouvette, du moins – avec l’aide d’une clinique de fertilité. Le jour où il apprend, avec joie, qu’il deviendra bientôt père, le reste de son monde s’écroule lorsque son entreprise ferme ses portes.

Sa vie change complètement, lorsqu’il s’installe dans une nouvelle ville avec un nouveau travail, juste à temps pour la période des fêtes. Déterminé à préserver la tradition familiale de manger au resto la veille de Noël, il opte pour un endroit recommandé par son téléphone, seulement pour se retrouver à s’engueuler avec un serveur pour une table pour un.

La vie de l’Alpha Graham, côté romance, se résume à des rendez-vous à l’aveugle organisés par son frère, malheureusement. Quand son rancart prévu pour la veille de Noël tombe à l’eau, à la dernière minute, il décide de profiter de sa soirée, en allant prendre une bière au bar de son restaurant préféré. C’est là qu’il aperçoit un sexy Oméga se faire refuser l’entrée. Ne pouvant se résoudre à laisser cet Oméga manger seul, la veille de Noël, il décide d’intervenir.

L’attirance entre eux est impossible à ignorer, la soirée se termine avec un baiser sous le gui, scellant leur promesse de se revoir dans un an, quand tous deux seront prêts à entretenir une relation plus sérieuse qu’une simple partie de jambes en l’air.

La magie de Noël et un baiser sous le gui aideront les deux jeunes hommes à se comprendre eux-mêmes et à trouver l’amour.

Promesse de gui une romance de Noël, Mpreg, douce et adorable, qui se termine par l’arrivée d’un beau petit bébé, un baiser sous le gui, et un voyage pour aller rendre visite au Père Noël.

 

Mon avis:

Evrett est un oméga célibataire, enceint dans une situation précaire suite à la perte de son emploi. Graham, lui est un alpha qui existe plus qu’il ne vit. Ni l’un ni l’autre ne croit au grand amour et préfère le célibat aux contraintes d’une relation. Voilà l’histoire qui nous est proposée. Deux hommes que le hasard, le destin va réunir à un moment où ni l’un ni l’autre ne peut accepter ce désir mutuel.

Nos deux auteures mettent en avant les difficultés qu’une grossesse entraine. Pour le parent qui est en charge de ce petit être, il ne pense plus pour lui-même mais pour deux. Mener une grossesse seule, dans le cas de Evrett ; peut se transposer aussi dans la vraie vie pour un parent célibataire. La situation dans laquelle ce parent se retrouve est loin d’être évident pour leur vie sentimentale. Ces personnes sont jugées continuellement sur leurs choix. Le parent doit apprendre à s’assumer avec ses doutes, ses aprioris et cette solitude qui l’accompagne.

Elles nous montrent aussi toute la difficulté le poids des responsabilités. Quel cela soit le parent ou la personne souhaitant une relation, tout tourne autour de ce petit être. On ne pense plus à deux mais à trois.

En clair, un joli conte de Noel qui dénonce avec beaucoup de douceur et de sentiments toute la difficulté à trouver son équilibre entre le bien être de son enfant et son souhait d’être en couple.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: contes et légendes, homoparentalité, Le temps des choix, omegaverse
Série: Surrendered Press |

Omega mon amour par Jeremy HENRI

Synopsis:

Dans un monde où l’évolution a scindé l’humanité entre alphas, bêtas et omégas, les injustices se sont multipliées. À travers l’histoire des couples de ce roman, venez découvrir comment l’Amour lutte et s’impose.
Julian a passé les deux dernières décennies à regretter d’avoir perdu Sylvain et leur fils.
Maxime ne rêve que de trouver un bon travail, avant de se confesser à son meilleur ami Dorian.
Gabriel, qui se considère comme un handicapé de la vie et de l’amour, ne comprend pas l’intérêt que lui porte Christophe de Nivars.
Et Sofia, transidentité, tente de survivre dans un monde qui la rejette, quand le destin lui fait revoir Amaury d’Estèves.
Chacun à leur façon, ils témoignent que tout est possible.

Mon avis:

Quatre couples, quatre histoires. D’apparence, on pourrait s’attendre à quelque chose de redondant. En effet, chaque couple est composé d’un Alpha et d’un Oméga et pourtant… L’auteur passe au-delà des apparences et met en avant l’individu et non sa « race ».  C’est là le point fort de cette histoire. Chaque homme a un passé, une histoire, des traumatismes, des peurs, mais aussi des envies qui font échos aux autres sans pour autant prendre la vedette sur les autres. 

L’objectif est réellement de mettre en avant le poids des apparences sur le comportement d’un être dans cette société. Son poids sur son quotidien. Ce qui au départ est une omegaverse peut tout à fait être conté dans une romance classique sur notre société. On parle de ségrégations, d’homophobie. Des sujets qui sont, à l’heure actuelle très présente dans notre vie quotidienne.

Toutes ses situations font échos à des faits de société: le poids de la famille sur un enfant, la lutte des classes, la ségrégation, la transidentité. Tous ces sujets font échos à notre quotidien. Voilà pourquoi on apprécie cette lecture. 

Le petit point négatif que j’emmétrai par rapport à cette lecture est cette relation à l’argent. C’est réellement dommage que l’auteur le mette en avant cette aise financière qui résout tous les problèmes, sans effort. À lire cette romance, on pourrait croire que l’argent fait le bonheur et que sans y avoir accès, on ne peut vivre « normalement ». Rien n’est réalisable sans… Oui l’argent amène du confort, mais est-ce vraiment le message à donner? Ne peut-on pas raisonner et tout faire pour s’en sortir sans forcément avoir un conjoint multimillionnaire?

C’est ce qui me dérange un peu, je l’avoue. Après, on parle de romance voir de romance omégaverse… Donc oui, dans ce cadre c’est plutôt habituel de lire des romances conte de fées… Mais l’histoire est tout de même très plaisante à lire. 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, Le temps des choix, omegaverse, traumatismes du passé
Série: Independently published |

Musher par Eva Justine

Synopsis:

Tome 1: Musher: Jusqu’à toi

Envoyé au pied levé par sa société dans le Yukon, Anthony doit retrouver un dénommé Adam Larivière pour l’informer de son héritage. Afin de contrer sa poisse habituelle, son meilleur ami Mikado décide de l’accompagner, et ce n’est pas un luxe, car dès l’aéroport, les ennuis commencent. De Montréal à Whitehorse, les deux amis croiseront plusieurs fois sans le reconnaître celui pour lequel ils parcourent des milliers de kilomètres. Une fois arrivés à Teslin, bourgade isolée au milieu des immenses espaces enneigés où le musher vit avec sa meute, l’un d’eux tombera sous le charme de ce pays à la beauté sauvage où la nature est reine et de cet homme hors du commun qui vient d’être élu le sportif le plus sexy de l’année.

 

 Tome 2: Musher: jusqu’à moi

Le temps est venu pour Adam Larivière de connaître la teneur du testament de son grand-oncle. Heureux de retrouver Anthony, il s’envole pour Paris. Mikado traîne comme une âme en peine. Triste d’être séparé de Lédonias, il croit rêver le soir où il entend sa voix dans l’interphone. Après d’intenses retrouvailles et un séjour à Nice, tous prendront d’importantes décisions qui bouleverseront leur avenir.

 

 Tome 3: Musher: jusqu’à vous

Au tour de Violette et Charlotte de s’envoler pour le Yukon, afin d’y passer les fêtes de fin d’année en famille. Accompagnées de Markus, leur sexy bodyguard, elles survoleront l’océan et les vastes étendues enneigées de ce territoire encore sauvage et vivront de merveilleux moments de bonheur saupoudrés de neige et surtout de fantaisie.

 

Spin off: Musher forever

Ah, Noël ! Son ambiance chaleureuse. Ses lumières clignotantes. Ses odeurs de pain d’épices, de cannelle et de vin chaud. Ses chants de Noël repris en chœur. L’excitation de découvrir ce qui se cache à l’intérieur des paquets-cadeaux. Tout cela nous plonge chaque année dans une véritable magie féérique. Et quand on a la chance de passer les fêtes dans le Yukon, comment dire… cela devient inoubliable.

 

Mon avis:

Voilà une vraie romance version conte de fées moderne. Comment ne pas tomber amoureux de ces hommes, tous si différents et pourtant si attachants? Le gros point fort de cette histoire est ses différentes personnalités qui regroupent un panel et non pas un stéréotype unique d’un homme. Sans parler de leur entourage, tous aussi « frapadingue » excusez-moi l’expression. Chacun s’assume, avec ses qualités et ses défauts. Ils ont tous un passé différent, des peurs, des choix de vie différente et c’est ce melting pot qui fait que cette romance nous est si agréable à lire. On peut facilement s’identifier à l’un d’eux, et c’est la force de la plume d’Éva. Chacun aura des choix à faire, car accepter l’amour est une chose, mais quand on se retrouve sur deux continents différents, avec des conditions de vie à l’opposé du nôtre… prendront-ils le risque de tout remettre en question pour un homme?

Tel un doudou, on prend plaisir à se poser et s’imaginer voyager entre la France et le Canada. Un voyage des sentiments et des sens. Une romance à déguster comme un chocolat chaud au coin d’une cheminée…

 

Et cette nouvelle qui vient clore cette série… Parlons-en.

Cinq ans plus tard, nous revoilà dans le Yucon pour Noël. On retrouve, avec un plaisir non dissimulé, à la hauteur de Mikado Antony et Adam et leurs jumeaux, mais aussi Charlotte, Violette et tous les autres. Les années sont passées, chacun a évolué, grandi dans leur nouvelle vie avec leurs compagnons. Le temps d’une soirée, chacun nous fait partager leurs souvenirs, leurs souhaits et envies pour le futur.

Eva nous offre avec cette nouvelle un véritable épilogue de cette superbe série. Celle qui a débuté en France, entourée de solitude, trouve son happy end dans ce petit coin de paradis canadien. Comme aime à dire Eva, là où le vent les a menés et où leurs cœurs ont su où étaient leurs places.

Vous l’aurez compris, c’est une confirmation de mon coup de cœur. Une fin qui au fond ne l’est pas. Juste une parenthèse, où nous prenons des nouvelles de personnes auxquelles on s’est attaché, avec qui nous avons vécu une folle aventure… À l’image de ces hommes et femmes, une série dans sa globalité haute en couleur et en sentiments.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: homoparentalité, Le temps des choix, road trip, romance, série, voyage
Série: format kindle |

Just him: Ysterio et Nanxos par NM MASS

Synopsis:

 Merde, pourquoi est-ce que j’avais dit oui à Rengio Piacco ? Cet abruti, que je n’appréciais pas plus que ça et qui avait le don de me porter sur les nerfs, allait encore me fourrer dans une situation dont je devrais me dépêtrer en un temps record. Je ne savais pas encore ce qu’il me réservait alors que sa limousine nous emmenait à vive allure dans les rues de New York. Ce type avait toujours des idées à la con, quant à moi, je devais être encore plus con d’accepter de participer à ses défis débiles. Je n’avais besoin de rien, j’avais déjà tout, par contre j’adorais ramasser le fric engagé dans ce genre de délire, j’en faisais toujours bon usage. J’aimais l’aventure, le danger et l’adrénaline qui allaient avec. Oui, j’adorais ça. Parce que ces petits jeux avaient le pouvoir de me sortir de ma zone de confort, et le confort me connaissait plutôt bien, j’étais né dedans. Ces défis me permettaient de laisser tomber le masque et les convenances. Je pouvais oublier les apparences, mon statut, tout le reste, et laisser s’exprimer librement le véritable moi…

 

Mon avis:

Cette histoire est, si je peux me le permettre, hors l’œuvre complète de la blackbird et les hot mustang, le meilleur roman de NM MASS. Il résume à lui seul tout son talent et cette plume si addictive.

Tout y est: des hommes, des vrais, pleins de testostérones avec des poils au torse, qui, face aux autres portent un masque, joue un rôle. Un masque qui les protège de leurs blessures passées, de leur talon d’Achille. L’auteure nous prouve par leur histoire que rien n’est figé dans la vie. L’Homme, de part sa nature, s’impose des barrières pour se protéger mais à un moment donné, elles vont indéniablement littéralement tombées. Quand la vérité éclate, quand les masques tombent et que l’on se montre corps et âme face à l’autre, il est parfois trop tard…

Toute la problématique de cette romance repose sur cette question: peut on accorder et s’accorder une seconde chance quand tout nous pointe du doigt et que l’on se pense incapable d’être pardonné?  Le chemin vers la rédemption est loin d’être un parcours de santé. L’auteure n’épargne pas ses hommes. Elle ne minimise pas les faits et les obligent à réfléchir et à adopter une attitude plus sincère. Une belle leçon de moralité sur les conséquences des faux semblants…

Par ces situations loufoques, ces quiproquos et des égos de mâles blessés, on retrouve la patte de NM Mass, cette empreinte qui nous conforte dans ce choix de lecture. Bien que le sujet soit grave, elle nous entraine dans cette folle aventure pleine de testostérones et vulgarité mais toujours entourée de sentiments profonds et sincères.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, bad boys, faux semblants, Le temps des choix, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Dublin Lovers par Aurore Kopec

Synopsis:

Rowan débarque à Dublin pour jouer dans une comédie musicale sur fond de légende celte. Il espère que ce changement d’horizon l’aidera à refaire sa vie après une période difficile. Si se faire de nouveaux amis l’angoisse, il est néanmoins décidé à aller de l’avant. En tombant amoureux de la jolie Maureen, il pense avoir définitivement tourné la page, mais l’Irlande a bien des charmes… Un homme aux envoûtants yeux noirs pourrait bien remettre en cause ce fragile équilibre.

 

Mon avis:

Aurore nous entraîne dans ce beau pays qu’est l’Irlande… Elle nous immerge dans ce pays et plus particulièrement dans la ville de Dublin… De splendides descriptions des paysages, mais aussi des us et coutumes des Irlandais et de leur accueil … On fait la connaissance de Rowan, un artiste anglais (c’est important de le préciser, car notre héros se retrouve face au racisme anti britannique) qui suite à une dépression décide de s’offrir une seconde chance en acceptant de travailler dans une comédie musicale.

Aurore nous présente, de façon remarquable, tous les aspects d’une dépression. Elle nous décrit, tout au long de son aventure, les handicaps que cela occasionne sur le quotidien d’un dépressif. Des handicaps certes invisibles, mais aux conséquences dramatiques : l’anxiété sociale, la solitude, l’hypersensibilité, manque flagrant de confiance en soi et la fragilité d’un équilibre précaire… Par Rowan, elle nous montre que cette maladie conditionne l’apparence, mais aussi les décisions que cela soit dans le cadre privé ou celui du travail. Elle nous montre qu’il est facile de cacher ces symptômes à son entourage tout en soufflant quotidiennement. Concernant Rowan, la cause de cette dépression est une succession de déceptions, qui a, pour Rowan démarrage avec sa rupture avec Aisling dix ans auparavant. Elle nous montre qu’une dépression part d’un choc émotionnel qui entraîne une perte de confiance, la confusion, une source de stress permanente… La dépression est une maladie que l’on ne peut pas combattre seul, que la médication a des conséquences physiologiques qui elles aussi renforce ce sentiment de doute, de peur, que s’ouvrir aux autres est une épreuve… C’est un combat de longue haleine qui ne se soigne pas comme un simple rhume. C’est une guerre avec soi-même.

L’histoire débute donc sur cette envie d’aller de l’avant, repartir à zéro et s’offrir la possibilité d’une seconde chance d’être heureux. Là où l’auteure corse l’histoire de Rowan, est sur le fait qu’il est ouvertement bisexuel. La bisexualité est un sujet peu abordé dans les romans. Les stéréotypes sur ce type de sexualité sont bien ancrés dans les consciences. En effet, un bisexuel est doublement jugé : trop hétéro pour être considéré comme homosexuel, mais indécis et donc « anormal » pour les hétéros… Ils sont pour beaucoup indécis. Aurore fait un gros travail pour nous expliquer que la bisexualité n’est pas une tare, mais que leurs choix entraînent aussi des rejets quotidiens. Pour le coup, cette « particularité » renforce le mal-être de Rowan face à sa dépression. Devoir se justifier, assumer ses choix, ses envies, ses désirs n’est pas chose évidente quand on doute de soi-même.

 

En clair, une histoire d’un homme, mais qui nous parle nous interpelle. On ne peut que souffrir, douter ou encore soutenir cet homme qui souffre et qui n’a qu’une envie, se sortir de ce marasme… Une très belle histoire à savourer.

 

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, dépaysement, handicap social, Le temps des choix, maladie, seconde chance, sexualité différente

Déliés par alliance par Félie Bertin

Synopsis:

Quand sa mère commence à fréquenter Brice, un commandant de police, le petit Daryl voit en lui un héros. Un homme capable de faire rire sa maman et de la rendre heureuse. Tout serait certainement parfait si le chevalier blanc n’avait pas un fils de deux ans plus jeune : Louis. Daryl ne veut pas de frère. Très vite, sa fascination se mue en quelque chose de trop fort pour lui. Il ne veut pas de cet amour et la colère semble être un bon moyen de s’en défendre. Plus les années passent, plus leur relation s’envenime et la carapace angélique de Louis se fissure. De bousculades en remarques désobligeantes, de rejets en afflictions, les deux garçons grandissent côte à côte en tentant de garder la tête haute. Leurs heurts se multiplient jusqu’à celui de trop.Bientôt, ils ne savent plus que compter l’un sur l’autre. L’un pour l’autre. Mais sauront-ils dépasser ce qui fait d’eux des frères ? Parviendront-ils à oublier cette alliance et à trouver « leur lien » ?

 

Mon avis:

C’est avec plaisir que j’ai redécouvert la plume de Felie BERTIN avec son nouveau livre Déliés par alliances. J’ai déjà eu un coup de cœur pour Larmes de lune et celui-ci ne fait que confirmer mon ressenti.

Déliés par alliance est un tout autre registre que celui de l’omegaverse qu’elle nous avait proposé, et pourtant, on retrouve cette plume qui ne nous ménage pas, qui n’enjolive aucunement la réalité des faits et c’est cela qui fait mouche.

L’auteure part d’une situation qui est, de nos jours, très commune : celui des familles recomposées. Elle nous montre l’envers du décor d’un conte de fées. En effet, si les parents se remarient et forment une belle famille recomposée et unie, il n’en est pas de même pour les enfants. En effet, là où les adultes sont heureux de cette situation, l’on ne laisse que peu de choix aux enfants. Au contraire, on leur impose cette situation : un nouveau parent, que l’on doit aimer pour ne pas faire de peine à son père ou sa mère, mais aussi des demi-frères/sœurs que l’on n’a pas forcément désirés.

Dès le départ, le cadre est en place : comment trouver sa place dans cette nouvelle famille ?

L’auteure met en avant des sentiments enfantins et pourtant tellement logique face à ces changements : l’appréhension, la culpabilité, la peur… Pour les adultes, les apparences sont primordiales et passent malheureusement avant le bien-être des enfants… Pour nous adultes, c’est logique que tout se passe bien, la transition doit se faire naturellement. Or, il n’en est rien. Et c’est là le point de départ de l’histoire de ces deux garçons, frères par obligation et non par choix.

 

L’histoire se déroule sur plusieurs années. On découvre ces enfants de trois et cinq ans avec leurs passés, leurs traumatismes, leurs incertitudes pour l’avenir. Au fil et à mesure de la lecture, on les voit évoluer, en tant qu’individu, mais aussi en tant que « frères ». Cette relation au départ non désiré devient ambiguë. L’auteure joue sur ces parents trop occupés pour s’occuper de leurs enfants. Des parents absents et des enfants laissés à eux même. Un aîné qui se retrouve à jouer un rôle qu’il n’a pas à tenir. On ne lui laisse pas sa place d’enfant, mais celui d’un grand responsable de son cadet.

Cette relation évolue avec nos personnages. Du stade d’enfants, on passe à celui d’adolescents. L’auteure met en avant les désirs, les prises de conscience que cette période amène. À ce stade de la vie, les apparences font l’être et le paraître… L’on devient est témoin, nous lecteurs, de cette relation qui d’ambiguë devient codépendante, presque nocive. On récent leur mal-être, toutes ces questions que le se pose et auxquels personne n’est là pour répondre. On ressent le poids de cette société et de ces idées préconçues sur des relations entre deux personnes, deux frères qui pourtant ne le sont pas. Comment assumer ce désir qui nous pousse vers l’autre alors que c’est interdit ? Encore une fois, l’auteure joue sur les mots pour nous décrire leurs maux. Tout en s’adaptant à l’âge des personnages, elle transmet cette multitude d’émotions qu’ils dégagent de leur mal-être : déni, désir, peur, anxiété, culpabilité.

Et puis vient le temps des choix, cet âge où l’adolescent devient un adulte en devenir, qu’il commence à réfléchir par lui-même, pour lui-même… où l’on prend des décisions, bonnes ou mauvaises. Où l’on comprend que nos actes ont forcément des conséquences sur nous, mais aussi sur notre entourage, notre vie. On ouvre aussi les yeux sur la réalité de la vie. On perd cette image idéaliste enfantine que nous avons. Non, ceux qui nous entoure, qui sont nos piliers ne sont pas si parfait que cela, que les héros peuvent cacher des êtres monstrueux, des êtres sans âmes…

 

Oui, cette histoire est une histoire parmi tant d’autres qui sont tus et pourtant qui montre la cruauté de certains envers ce qui sont « normalement » supposé chérir et aimer… Elle nous met devant cette réalité sans la romancée : une réalité qui est cruelle, sombre voir nébuleuse, mais qui, si on a le courage de s’affirmer peut-être magnifique.

 

Concernant le travail d’écriture, ce qui au départ m’a paru confus, se relève une superbe acrobatie de la part de l’auteure. Je m’explique. Le roman nous paraît, au début, quelque peu confus. Mais au fur et à mesure de la lecture, on se rend compte que Félie joue sur les mots. L’histoire débute avec un vocabulaire et des émotions enfantines, puis devient tranchantes, blessantes, représentant le comportement d’un adolescent pour finir par des réflexions construites, réfléchies, celle d’un adulte en devenir…. Par ce biais, on s’imprègne de l’histoire, on vit l’évolution de ces deux êtres auxquels on ne peut que s’attacher. On ressent leurs malaises, leurs peurs, et comme eux, nous sommes incapables de prédire la fin de leur histoire… Cette tension, cette incertitude nous tient tout au long de leur récit.

Pour conclure, je dirais que Félie met en avant le poids des mots, leur impact sur des êtres fragiles et innocents. Des mots qui peuvent être amour ou dévastateurs, des mots qui peuvent détruire ou rendre une personne épanouie.

Voilà ce que l’on se dit à la fin de cette sublime histoire… Quelle belle leçon qu’elle nous offre là.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: drame psychologique, faux semblants, homophobie, Le temps des choix, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

La série Sweet Summer par Marie H.J

Synopsis:

Sweet Summer
Un été pour tout changer.
4 cœurs esseulés
3 destinations
2 mois de vacances
1 pacte, l’amour à trouver …
L’été sera-t-il « Sweet » pour ces 4 amis prêts à relever le défi ?

Livre 1, Marlone
La vie est un combat.
Pour Marlone, ancien boxeur au cœur trop souvent malmené, ce n’est plus à prouver. Mais au milieu d’une forêt, autour d’un lac ou d’un torrent, au chaud devant un feu de camp, les choses peuvent parfois s’avérer plus douces… Et peut-être… faire battre deux cœurs à l’unisson.

Livre 2, Milan
Franchir le pas et oser avouer, ou préférer aimer en secret ?
Au gré des flots de la mer Égée, laisser les cœurs s’envoler, ou maintenir les œillères ? Ignorer une âme en souffrance ou mettre une amitié en danger ?
En embarquant sur le voilier familial, Milan ne s’attend pas à se retrouver noyé dans un tourbillon d’émotions trop longtemps bridées… Il est peut-être l’heure de découvrir certaines vérités…

Livre 3, Valentin
Museler les fantômes du passé pour enfin avancer.
Vivre ou simplement survivre ? Ne plus laisser passer l’existence, mais y plonger, en profiter. Ouvrir enfin les bras, apprendre à respirer, goûter à la vie… Glisser sur la déferlante et tenter de la dompter… Les vacances de Valentin seront-elles le déclencheur de son bonheur ?

Livre 4, Dorian
Apprendre à respirer, s’autoriser à aimer.
Bousculer les chaînes et les habitudes qui empêchent d’avancer. Sortir la tête de l’eau, pour enfin respirer, et discerner, comprendre qui l’on est. Repousser les obstacles du passé, marcher à deux sur le même chemin, s’entraider, se dévoiler. Aimer, à ne plus pouvoir s’arrêter.

 

Mon avis:

Quatre garçons, quatre personnalités fortes, quatre hommes qui assument leur homosexualité et qui en apparence sont épanouis. Voilà comment résumer cette douce série. Tout n’est qu’apparence… Un défi lancé pour qu’ils trouvent enfin cette part d’eux qui les rendraient complets. Un simple défi, mais qui va les bouleverser, les obliger à se remettre en question, faire face à leurs failles, leurs blessures, leurs incertitudes…

Marlone, cet homme en apparence intouchable, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, mais qui a peur du rejet…

Milan, lui aussi en apprenne heureux, qui est entouré et accepté par sa famille, mais qui lui aussi à ses failles… Sa relation passée l’a traumatisé. Il n’envisage pas de se mettre en couple et pourtant…

Valentin, le doux valentin qui en apparence est un vrai Bad Boy. Grande gueule, qui se fout des apparences est en réalité un être sensible et apeuré. Il est un enfant perdu dans le corps d’un adulte.

Et enfin Dorian, le grand frère, celui qui est toujours là pour les autres, à un tel point qu’il s’en oublie lui-même…

Oui, chacun a ses failles, ses faiblesses, ses peurs sur l’avenir et pourtant le temps d’un été, des rencontres vont les bousculer et leur apprendre que des fois, le risque vaut le coup, qu’un avenir à deux est possible.

Chaque tome est une dénonciation de cette société, de ses préjugés, de ses stéréotypes qui sans qu’elle le sache, peuvent détruire une personne parce qu’elle est « différente »…

Par Marlone, on découvre le poids des préjugés et leurs impacts sur une famille. Celui d’un enfant en recherche de repères face à des parents qui se déchirent, un père qui préfère sacrifier son bien-être pour protéger son enfant, au point d’oublier ses propres besoins. L’auteure met le doigt sur le poids de cette société de ces personnes qui sont traités comme « différents », la remise en question de leur place et sur leur rôle auprès de leur entourage. L’histoire de Marlone fait écho à celle de Tristan, mais aussi celle du fils de celui-ci.

Milan, lui, nous montre qu’un enfant, même à l’âge adulte a toujours besoin du soutien de ses proches. Même s’il est autonome, même s’il vit une relation d’adulte, à un travail, l’enfant en lui cherchera toujours l’approbation de ses parents. Hors, beaucoup ne se rendent pas compte que l’ignorance est la pire des trahisons et qu’elle à un impact sur la confiance en soi….

Valentin. Ah Valentin. Sous ses apparences se cache un enfant perdu, un enfant rejeté, laissé à lui-même trop tôt, sans arme pour faire face à la vie et ses dangers. On découvre ses déboires, son passé plus que traumatisant. On comprend enfin ce personnage si attachant et pourtant troublant. Marie ne nous épargne rien sur cette descente aux enfers. On devient, comme les autres personnages qui l’entourent, spectateurs de cette agonie qui le ronge, cette peur de l’inconnu, ce combat avec lui-même pour s’ouvrir à quelqu’un d’autre.

Et enfin Dorian, Dorian est son syndrome de super héros. Celui à qui on n’a pas laissé le choix. Celui sur qui reposent trop de responsabilités, mais qui n’arrive pas à dire non. Mais aussi, l’homme au grand coeur, qui ne juge pas, qui tend la main à celui ou celle dans le besoin. C’est homme de confiance, celui qui a sauvé Valentin. Car oui, Dorian et Valentin ont, et cela depuis le début de la série une relation ambiguë, une broromance qui au fur et à mesure devient toxique tellement l’un est dépend de l’autre…

 

Alors oui, cette série est riche, profonde. Marie HJ nous offre une romance, mais ce n’est pas une simple romance. Elle nous donne matière à réfléchir. Car si on pousse la réflexion plus loin, il ne s’agit pas de quatre hommes qui vont chercher l’amour le temps d’un été. Il s’agit d’une famille agrandie, qui s’entraide, sur laquelle on peut se reposer, se remettre en question, pouvoir être soi-même sans être jugé. C’est ça qui fait que cette série matche tant. Le point commun à ses quatre hommes, c’est cette association, Sweet Home, qui a permis de les réunir, leur a permis de comprendre et accepter leur « différence »… Et je trouve que c’est un très bel hommage à ces hommes et ces femmes qui sont là pour les aider, les accompagner sur le chemin de la vie. Car oui, Sweet Home peut aussi être nommé Le Refuge ou tant d’autres. Le fait est que l’on comprend pourquoi ils deviennent indispensables.

En clair une série addictive ! Bravo Madame.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, homoparentalité, Le temps des choix, seconde chance, survivants, traumatismes du passé
Série: Independently published |

Tentation par Nathalie MARIE

Synopsis:

La soirée bat son plein, les verres se remplissent et se vident, des corps à moitié nus ondulent au rythme de la musique.
Morgan est là pour célébrer l’anniversaire d’une de ses amies, se lâcher un peu, mater et s’amuser, avant de retrouver la simplicité de son quotidien.
C’était sans compter sur l’impertinent Yaël. Provocant, impudique, direct, il va bousculer le petit monde bien organisé de Morgan.
Une rencontre, une attirance, des contraires qui s’attirent ; des convictions, des acceptations, des refus, des choix ; le temps qui œuvre en souterrain.
Reste à savoir si une fin heureuse est possible…

 

Mon avis:

Deux personnes à l’opposées l’une de l’autre, qui profitent de l’instant présent, ne cherchant pas de complications avec une relation… Mais une rencontre va bouleverser tout ce petit monde.

L’attirance, la tentation, qu’on ces deux hommes l’un pour l’autre va changer leur vision de leur quotidien, de leurs acquis, de leur vision de la vie. Succomber à cette tentation amène forcément à une perte de contrôle. Remords ou regrets? Là est toute la thématique de cette romance.

Comme à chaque fois, Nathalie MARIE nous propose une romance faite de sentiments, de ressentiments, d’interrogations face à l’inconnu, cette prise de risque. Par ces mots, elle nous met, nous, lecteur, dans la peau de ses personnages et nous amène à une remise en question sur soi.

Car au final, la vie n’est pas faite que d’illusion et de contrôle. Il faut parfois prendre le risque de se jeter dans l’inconnu pour réellement vivre.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander. nb: seul la couverture change, l’histoire est la même


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, Le temps des choix
Série: format kindle |