Collision par John Inman

Synopsis:

À vingt-six ans, les jours de Gordon sont comptés. Du moins, il espère qu’ils le sont. Lassé de la culpabilité et des regrets qui découlent d’un horrible accident de voiture, deux ans auparavant, dans lequel un homme a perdu la vie, il se réveille chaque matin avec des pensées suicidaires. Alors que la loi l’oblige à travailler pour expier ses péchés, sa rédemption personnelle est beaucoup plus difficile à trouver.

Puis Minus – un simple sans-abri qui a sa propre croix à porter – sauve Gordon d’un terrible destin. Une nuit, non seulement Gordon trouve une lumière à suivre, et peut-être même un but à sa vie, mais aussi la possibilité que l’amour l’attende au bout du tunnel.

Il n’aurait jamais imaginé qu’il découvrirait un moyen de se pardonner et, qu’en le faisant, il ouvrirait suffisamment son cœur pour gagner l’acceptation et l’amour de la personne qu’il a le plus blessée..

 

Mon avis:

Voici une romance qui ne peut laisser indifférente.

Je vous préviens, elle marque au fer rouge. Moi-même j’ai eu l’occasion de la relire et de retomber dans ce drame, cette ode au pardon, à une seconde chance.

L’auteur ne nous épargne rien. Dès le départ, nous nous immergeons dans la vie de Gordon. Gordon qui avait tout et qui le temps d’un instant va tout perdre. Par la suite, il va sombrer et nous amener dans cette descente aux enfers. Tout est amplifié. Nous suivons pas à pas cet homme meurtri qui va rencontrer une autre âme meurtrie, Minus.

Ce roman est bouleversant. Tout n’est que regrets, culpabilité. Ces sentiments sont amplifiés par cette atmosphère lourde, accablante qui pèse sur cet homme brisé et qui se répercute sur nous lecteur. Nous suivons ces âmes torturées sur le long chemin tortueux vers cette rédemption tant désirée… et cette fin est juste bouleversante de par sa révélation… Car toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

Une énième lecture qui nous marque, qui nous interroge… Une pépite.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: drame psychologique, faux semblants, survivants, traumatismes du passé
Série: Dreamspinner Press |

Le chemin de l’acceptation par KC Burn

Synopsis:

L’inspecteur Kurt O’Donnell a l’habitude de déterrer les secrets des autres, mais quand il découvre que son partenaire décédé était marié à un autre homme, il est secoué. Déterminé à faire les choses comme il se doit, Kurt offre son soutien à Davy, en deuil. Aider Davy à surmonter son chagrin aide Kurt à faire face à la culpabilité dévorante de savoir que son partenaire ne lui faisait pas assez confiance pour lui dire la vérité à son sujet. Mais quelque part en chemin, Davy cesse d’ètre une obligation et devient un ami, l’ami le plus proche que Kurt ait jamais eu.

Son attirance grandissante pour Davy complique les choses, laissant Kurt face à la difficulté de reconsidérer sa sexualité. Puis, un échange sensuel auquel ni l’un ni l’autre ne s’attendait vient les perturber davantage. Pour ètre avec Davy, Kurt doit se résoudre à révéler son homosexualité, mais son travail et ses relations avec sa famille catholique le retiennent. Peut-il risquer de tout perdre pour la possibilité de vivre une relation avec un homme récemment devenu veuf ?

 

Mon avis:

Le titre à lui seul résume cette romance : apprendre à se reconstruire suite à la perte d’un proche est une épreuve en soi.

Mais quand des vérités en ressortes, et que l’on se rend compte que la personne perdue n’était pas celle que nous pensions, comment l’accepter?

L’auteure fait un très beau travail sur une forme de violence conjugale peu abordée mais qui prend tout son sens dans une relation homosexuelle. Certains préfèrent garder leur relations secrètes, au point d’isoler complètement leur conjoint. On peut voir la souffrance et les conséquences de ce « secret » sur le conjoint. L’auteure pose des mots sur des maux: la peur, la honte, l’isolement que l’on peut ressentir… Accepter de reconnaitre que nous sommes victime est loin d’être évident, le conjoint étant pris dans cet engrenage.

On nous montre toute le chemin à faire, les difficultés rencontrées par l’entourage pour que notre victime accepte et puisse enfin se reconstruire.

D’un autre côté, on voit aussi toute la remise en question d’un homme, qui en voulant aider cette victime endeuillée, se découvre attiré par des hommes. Face à une victime qui devait rester cachée aux yeux de tous, lui aussi va devoir passer par le chemin de l’acception, pour vivre au grand jour sans avoir honte de lui ou de ses sentiments. Rien n’est évident dans ce genre de situation, quel que soit l’âge, la peur d’être rejetée est toujours présente.

 

Un livre plein de rebondissements où on ressent ce sentiment de malaise face à une situation délicate et inattendue. On se remet en question en même temps que nos protagonistes en se disant: et si c’était moi? C’est à cela que l’on sait que ce livre vaut le coup d’être lu et on l’apprécie à sa juste valeur.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, seconde chance, survivants, traumatismes du passé
Série: Dreamspinner Press |

Talk par Ophélie Pemmarty

Synopsis:

Un banc face à l’océan à Santa Monica, en Californie. Sur ce banc, tous les matins, un jeune homme admire l’horizon. Et tous les matins, Randy le voit et se demande pourquoi il est si seul. Lui a passé son enfance à Los Angeles et est revenu s’y installer, après avoir voyagé pendant presque dix ans pour devenir l’interprète de renom qu’il est aujourd’hui.
Alors, un jour, Randy va rejoindre l’inconnu sur le banc. En quelques mots, il parvient à le faire sourire. Ils font connaissance, ils se parlent. Ou plutôt, Randy parle, parce que Jonathan, lui, est muet…
Malgré leurs premières difficultés à communiquer, les deux hommes développent une complicité insoupçonnée. Le rendez-vous sur le banc devient pour eux une habitude ; le tout premier pas vers leur histoire. Mais il en faut beaucoup d’autres pour réussir à tracer un chemin ensemble, et parfois les faux pas sont inévitables.
Sous ses traits angéliques, Jonathan est un homme torturé, brisé par un passé qu’il s’efforce d’oublier et que son silence protège farouchement. Mais Randy est prêt à briser le silence et à affronter le passé. À force de patience, d’amour et de parole, il parviendra peut-être à libérer Jonathan des secrets qui l’emprisonnent…

Mon avis:

Ophélie Pemmarty nous offre une histoire bouleversante. On découvre en même temps que Randy, cet homme étrange, seul, effrayé. Tel un animal sauvage, elle nous permet d’accompagner Randy à apprivoiser cet être traumatisé. Grâce à la douceur de sa plume, elle nous enveloppe dans ce cocon que forme ce couple d’apparence atypique mais tellement fragile et attachant.

On ne peut ressortir indifférent de cette lecture. La chair de poule m’est restée un long moment suite à cette lecture. Par ces mots, on ressent toutes les émotions par lesquels passent nos deux protagonistes. On peut presque goûter ses moments de malaises, de peurs; toutes liées à un traumatisme passé.

Chers lecteurs, accrochez vous. Cette lecture sublime est un renversement émotionnel assuré.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: drame psychologique, handicap social, survivants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Emory par Chris VERHOEST

Synopsis:

Heath Drakefort mène une vie soumise aux exigences paternelles. Il doit remplir trois rôles : le sien et celui des deux disparus dans un accident, sa mère d’origine amérindienne, et son jeune frère.
Emory Chance Downing est le fils unique d’un couple tout aussi exigeant. Dynamique et positif, mais pas naïf, il rencontre Heath dans leur école de commerce privée californienne et ultra sélective. Il lui montre une autre facette de l’existence et s’efforce de le faire sourire de toutes les manières possibles.
Le jour où sa mère les surprend, le couple est séparé. Emory part dans un centre de thérapie. Sous couvert d’aider des personnes riches en difficulté (alcoolisme, dépression), le centre est en réalité une clinique anti-gay clandestine, parfaitement illégale. Des hommes et des femmes adultes y sont retenus contre leur gré et torturés. Le bâtiment et le parc sont surveillés, et le directeur est soutenu par des personnes influentes.
Pour Heath, il n’y a qu’une chose à faire : sortir Emory de cet enfer. On lui donne le nom d’un homme qui a gardé ses réflexes d’agent spécial, mais qui a démissionné du FBI. Un homme qui a la possibilité d’infiltrer les lieux et d’organiser une évasion : Kyle Emerson. Y parviendra-t-il ?
Et s’il y parvient, Emory et Heath peuvent-ils espérer survivre à cette expérience traumatisante et à ces gens puissants qui soutiennent le centre ?

 

Mon avis:

Voici une lecture au combien éprouvante qui parle d’un sujet brûlant et ENCORE d’actualité partout dans le monde : les thérapies de conversions.  Ces thérapies anti-gays où sont envoyés des hommes et des femmes qui n’ont que pour tord d’aimer le mauvais sexe !

Ce n’est pas Emory qui nous présente ce drame mais son compagnon Heath, impuissant face à la folie d’adultes homophobes et de Kyle, celui qui va s’infiltrer volontairement pour sauver Emory.

Ces deux points de vues amplifient encore plus le drame qui se joue sous nos yeux. On ne lit plus, on s’immerge dans l’histoire. On ressent toute cette colère, cette injustice pour ces victimes, cette incompréhension face à ces pratiques barbares et leurs conséquences dramatiques sur leurs « patients ».

Plus qu’une romance, Chris nous propose un pamphlet sur cette société où les « puissants » se prennent pour Dieu. Faire la comparaison entre les camps de concentrations et ces thérapies prend alors tout son sens et est largement justifié.

Une énième lecture qui nous marque, qui nous interroge, une lecture bouleversante… Une pépite, comme toutes celles de cette auteure.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

  


Genre: drame psychologique, homophobie, romance young adult, survivants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

L’Équilibre: L’allégorie de la Mort par Marion DE SOUSA

Synopsis:

La Mort a un visage.
Dans un monde ravagé par d’innombrables guerres, l’équilibre entre le bien et le mal n’est plus maintenu. Cela a pour conséquence de détruire peu à peu toutes formes de vie qu’il reste. Gaël, un jeune agriculteur de dix-huit ans apprend qu’une amie a été kidnappée par les Meurtriers, organisation malveillante au cœur de la cité. Il part à sa recherche, s’ouvrant à l’aventure intrépide qui l’attend. Très vite, il découvre qu’il descend d’une lignée de Veilleurs et que la Nature, esprit éminent qui dicte les lois de la planète, n’attendait que son dix-neuvième anniversaire pour lui révéler son identité. Elle lui annonce qu’il doit maintenir l’Équilibre. Entre doutes, mensonges et surprises, le jeune homme se bat pour garder son humanité qui menace chaque jour de se dissiper…

Mon avis:

Voici un livre dont on ne se ressort pas indemne, qui nous fait réfléchir, un post apocalypse dans toute sa splendeur. Un titre qui résume à lui seul ce formidable roman.

La couverture et son résumé m’avaient fait de l’œil alors quand l’auteure m’a proposé de le chroniquer, je n’ai pas réfléchi, j’ai plongé dedans. Car oui, c’est une immersion totale.

On découvre Néos, une des villes survivantes de la Grande Guerre… Une description hyper réaliste de survivants… D’hommes, de femmes, d’enfants qui survivent plus qu’ils ne vivent. On ressent ce poids qui pèse sur chaque personnage : celui d’être privé de cette liberté, cette peur qui est omniprésente dans leur quotidien. Dès le départ, on ressent cette hostilité, ce sentiment de désolation, cette mélancolie qui les suit telle une ombre. Et puis il y a ces jeunes, ces rebelles qui ne sont plus des enfants, mais pas encore des adultes. Ces jeunes gens en quête de liberté, cette volonté de sortir de ce carcan qui les étouffe, vivre… Gaël est l’un d’eux. Mais l’ennemi n’est jamais loin. Alors qu’il se pense perdu, Gaël va découvrir sa véritable nature et sa mission. Dans sa quête, Gaël va devoir apprendre à grandir, devoir faire face à des choix et des responsabilités d’adultes. Il va apprendre que certains sacrifices peuvent se justifier. Mais comme tout équilibre, chaque acte à des conséquences… On ressent cet élan d’espoir, un certain réconfort qui est contre balancé par les regrets et la peur de l’inconnu. En effet, les apparences sont trompeuses. Un don peut être porteur d’espoir ou de désespoir et devenir une malédiction.

Tout dans les interactions entre les personnages, les rebondissements, l’histoire en elle-même en fait, est en quête de cet Équilibre…  Ce roman est véhiculé tout du long par ce lien fragile parfois et pourtant essentiel: celui de l’amour.

L’auteure ne nous épargne rien : la peur, l’angoisse, la tristesse, l’amour et le don de soi… On grandit en même temps que Gaël, on devient mature, on s’affranchit. L’on comprend que la vanité de l’Homme est le fléau qui entraîne le monde et sa beauté vers le néant.

En clair, un énorme merci à l’auteure de ce cadeau et un livre que je vous recommande ! Un coup de cœur !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, Le temps des choix, romance young adult, survivants, voyage
Série: Auto édition |

Manhattan Discrict – saga par Onyx

Manhattan District, Kelyos & Jared (Partie 1et 2 )

Mis à pied pour violences, Jared Conrad n’imaginait pas, en acceptant ce poste au département de la police de New York, qu’il plongerait de nouveau dans les ennuis
Désespérément attiré par le sublime lieutenant Kelyos Sullivan, il met tout en œuvre pour le soutenir dans sa mission d’infiltration du milieu mafieux. Et quand cette dernière tourne mal, il n’hésite pas à s’impliquer auprès du jeune homme.
Kelyos est immédiatement captivé par le sombre personnage. Son aide est inespérée.
Durement touché lors de l’infiltration, il trouve en Jared un soutien solide.
L’affaire connaît un rebondissement inattendu et oblige le jeune lieutenant à accepter l’impensable. Jared doit alors braver tous les interdits.

Manhattan District, Au-delà de la peur Noah et Cyrius (Partie 1et 2 )

Profondément marqué par son passé, Noah a néanmoins réussi à trouver un équilibre entre son travail de légiste, ses angoisses et ses amis… jusqu’à il y a un an et sa rencontre avec Cyrius. Ce jour-là, sa vie a basculé, car en même temps que l’homme s’imposait à lui comme un coup de poignard du passé, un sentiment improbable naissait dans son cœur.
Cyrius… Imposant, sombre et insolent, il est les souffrances de Noah. Et si sa raison lui dicte de fuir cette âme abîmée pour leur bien à tous les deux, son cœur ne peut s’y résoudre. Alors, quand la vie fait trébucher le légiste, le flic le relève et lui offre l’espoir d’une guérison.
Mais la vie est une vraie pute, Noah…
Manhattan. Frappé par une série de meurtres sadiques, le quartier s’enflamme. L’orchestration est sordide, les mises en scène allusives et les effets dévastateurs sur Noah. L’enquête piétine, l’étau se resserre et quand les corps parlent, que les indices se dévoilent et que les actes se durcissent, les pièces s’assemblent pour dévoiler l’horreur d’une situation qui ne peut que le détruire. Commence alors un affrontement sans merci, pour Noah, Cyrius et leurs amis, dont aucun ne sortira indemne.

 

Mon avis:

Voici une série comme je les aime, je préfère prévenir c’est noir, cruel, tortueux, mais extrêmement bien traité.
Nous découvrons Jared, qui suite à un fiasco sur sa dernière enquête se voit transféré au district de Manhattan. Il se retrouve adjoint à la division des stupéfiants, obligé de rester derrière un bureau pour encadrer son équipe. L’homme en lui-même est le stéréotype même du « mâle » : grand, fort, sombre et axé à des comportements violents. Il découvre que cette division n’est pas aussi unie que son ancienne unité. Ici règne la loi du silence, des actes homophobes sont loi sous le regard indifférent de leur directeur. Mais le pire est que ces actes ont des conséquences directes sur le travail, ce qui est inacceptable. Mettre en danger un coéquipier pour une raison aussi futile que son orientation sexuelle n’est pas acceptable. C’est ce qu’il découvre par le biais de Kelyos, son exact opposé physiquement. Kelyos qui malgré la pression exercée par ses collègues assume ses choix quitte à se mettre en danger.
On découvre les deux hommes à travers une enquête sordide où la drogue et le proxénétisme ne sont en fait que la partie émergée de l’iceberg… que des actes d’une cruauté insupportable se passent sous l’œil de tous dans le silence le plus complet. L’auteur nous immerge dans cette infiltration au combien périlleuse. On sombre avec Kelyos dans cet enfer.
La deuxième partie est un réel complément de l’enquête. L’auteur se concentre sur l’humain, les conséquences de traumatismes vécus et les incidences sur l’homme et son entourage. On reste dans cette atmosphère lourde de A à Z. On souffre avec eux, on reste sur ce fil fragile, attendant la chute… Cette lecture est addictive. Impossible de passer à autre chose une fois commencer.

Le deuxième « tome » de cette saga se tourne autour de ce personnage attachant, mais tellement mystérieux qu’est Noah. Noah et son anxiété sociale, Noah, ce petit brun qu’on a tout de suite envie de consoler, de rassurer, mais qui est inaccessible. Au fur et à mesure de la lecture, on découvre l’homme et ses cicatrices. Son combat quotidien pour survivre dans ce monde où tout le monde est un ennemi en puissance. On le voit lutter face à cette attirance pour le ténébreux Cyrius. Tout comme ce dernier, on ne comprend pas ces rejets. Mais quand la vérité éclate, on devient admiratif de l’homme. Ons e dit que réussir à se sortir de cette spirale infernale est un vrai défi. Noah, plus qu’une victime est un survivant qui va apprendre, au contact de Cyrius et de ses amis à se reconstruire et faire face à ses démons passés.
Vous l’aurez compris, une fois la lecture commencée, impossible de ne pas s’attacher à ses hommes. Chacun à des défauts, mais aussi des qualités remarquables. C’est dans leurs imperfections qu’ils deviennent humains et tellement attachants. Chacun à son passé, chacun ses traumatismes, mais l’union fait la force. D’apparence inaccessible, on découvre que derrière cette image d’hommes durs et insensibles se trouve un cœur qui bat et un sens aigu de l’amour, qu’il soit fraternel ou sentimental.
Ce qui mon le tour de force de l’auteur, c’est ce lien entre les enquêtes et ces hommes. Au départ j’étais un peu déboussolée avec le tout premier tome. Je m’attendais à une enquête policière, mais pas du tout à ça. Fort de ma curiosité, j’ai enchainé les lectures de Kelyos puis Noah et là j’ai pigé. C’est art un art complexe que l’auteure nous présente: celui de mélanger l’enquête et l’homme, son essence, son passé, son présent … Et c’est ça qui fait le gros plus. C’est un savant mélange entre le côté judiciaire et l’humain et ses tourments. J’avoue avoir préféré Noah, mais c’est mon côté tourmenté. Les enquêtes sont intimement liées, les tomes se complètent et appuie l’histoire. On s’attache, on souffre, on se impuissant à certains passages. Le thème général est très bien traité, car il s’agit de victimes innocentes (mais je ne vais pas dévoiler l’intrigue). Bref un superbe coup de cœur.
En clair un réel coup de cœur pour cette série. J’espère qu’Onyx a prévu une suite, car la fin de la saga nous laisse sur notre faim. On veut savoir ce que devient notre cher « minet » !
Affaire à suivre donc.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, handicap social, harcelement, Le temps des choix, métier, policier, survivants, traumatismes du passé
Série: Éditions Textes Gais |

Série OMEGA HOUSE par ARIA GRACE

Tome 1: Entité inconnu – Esclavagisme et conséquences

Après une enfance passée pratiquement seul, Max se fait capturer par une ferme d’élevage omégas. Lorsqu’enfin, ses compagnons de captivité et lui sont secourus et transporté à une maison Omega, il ne peut s’empêcher de se montrer sceptique. Prêt à survivre par lui-même si nécessaire. Or, il y a cet alpha séduisant qui est déterminé à prendre soin des nouveaux omégas, Max ne sait plus trop quoi penser de sa situation, encore moins si Curtis est digne de confiance.
Curtis s’est porté volontaire à la maison oméga dans le simple but d’aider ceux dans le besoin. Il ne cherche absolument pas quelqu’un avec qui s’envoyer en l’air, mais quand le jeune Max apparaît dans sa vie, le corps de Curtis se sent irrésistiblement attiré vers le jeune homme, comme s’il était un aimant. Un sentiment nouveau qu’il n’a jamais connu auparavant et qu’il ne peut ignorer.
La réalisation que Curtis pourrait bien être le partenaire de Max lui vient trop tard, quand l’attitude possessive des alphas pousse le jeune homme à fuir. Max se lance ainsi à la recherche du seul alpha qui s’était montré bon envers lui, lorsqu’il était captif de la ferme d’élevage.
Malheureusement, les intentions de Tad sont loin d’être honorables, maintenant qu’ils sont loin de la ferme.
Le seul espoir de Max est que Curtis suive son instinct et tente de retrouver l’oméga envers qui il était tant attiré.

 

Tome 2: Un désir conscient – Parent célibataire

Lorsque la ferme d’élevage Roper & Associates a été perquisitionnée, Freddie a été sauvé de l’enfer dans lequel il vivait depuis des années. En tant qu’omega enceinte, il n’avait pas beaucoup de perspectives pour son avenir, mais au moins il était libre et serait capable de garder ce bébé. Contrairement aux autres, il était né pendant le R & A.
Alors qu’il vit à la Maison Omega, il se lie d’amitié avec un oméga sans-abri qui a peur et cherche l’amitié. Ils le font l’un pour l’autre, et quand le frère alpha de l’Omega vient le chercher, tout change dans la vie de Freddie. Élever un nouveau-né comme un seul oméga n’est pas facile, mais il trouve le soutien dont il a besoin pour être le parent que tous les bébés méritent.

Mais devra-t-il le faire seul?

 

Tome 3: La première fois – Traumatisme suite à agression

Les deux dernières années ont été comme un tourbillon d’émotions pour Andy Carson. Passé de premier de sa promotion au lycée, avec un avenir prometteur, à un Oméga de 18 ans, en quelques jours. Maintenant qu’il est étudiant au collège et que sa vie reprend peu à peu de son sens, d’autres besoins commencent à se faire sentir. Malgré quelques rancarts à l’occasion, il a toujours eu peur de s’engager.
Jusqu’à maintenant.
Un plan douteux à l’esprit, Andy se rend au club dans l’espoir d’y trouver une histoire d’un soir, se disant que lorsque ce serait fait, il pourrait envisager une relation sérieuse sans que sa peur du sexe ne l’envahisse.
Malheureusement, la nuit se termine par un assaut brutal. Ses souvenirs de l’incident étant limités, il se met lentement à croire que l’homme qui lui a sauvé la vie est également celui qui l’a agressé.

 

Tome 4: Un de chaque – Trouble avec à la base 3 célibataires

Gunnar est un adepte de vélo de montagne, excité à l’idée de pratiquer son sport préféré et trouver de nouveaux endroits à explorer, en compagnie du nouveau garde forestier qui dirige la station d’enregistrement. Un Alpha. Gunnar n’a jamais été particulièrement attiré par les omégas, il se laisse donc facilement flirter avec le sexy Alpha, Collin Rich.
Après avoir habité à la maison Omega pendant plusieurs années avec son frère, Sean s’inscrit à un cours de photographie qui pourrait lui obtenir un emploi avec un bon salaire. Enfin, il sera prêt à vivre de lui-même, dans son propre foyer. Or, le jour où il essaie de prendre une photographie d’une nature morte, rare, les choses prennent une mauvaise tournure. Il se retrouve alors dans les bras de Gunnar et du nouveau garde forestier, Collin.
Collin ne sait pas pourquoi, mais il a développé une fascination pour les deux hommes avec qui, contre toute attente, il a développé des liens. Ses pensées sont fixées sur les deux hommes et combien ils pourraient être heureux ensemble. En prenant soin de Sean, les deux alphas se rencontrent et découvrent qu’ils partagent les mêmes désirs.
Mais la chance de Sean tourne lorsqu’il reçoit une note médiocre qui pourrait ruiner ses chances d’obtenir ce nouvel emploi. Il n’a pas d’autre choix que d’accepter l’offre mystérieuse de son professeur afin d’obtenir des crédits supplémentaires. Avec le sentiment que quelque chose cloche, il décide de cacher ses plans à ses nouveaux petits-copains.
Quelque chose lui dit qu’ils n’approuveraient pas. Un de chaque est une histoire d’amour entre deux alphas et l’oméga qu’ils sauvent.

 

Tome 5: Fuir la maison – Traumatismes de l’enfance

Nathan n’a jamais vraiment sut se fondre à la foule. Même s’il veut faire partie du groupe, il a peur de s’ouvrir aux gens qui pourraient le blesser. Encore.
Après avoir été enchaîné comme un chien, pour une séance photo qui a trop bien payé pour être légitime, il a du mal à faire face aux cauchemars qui reviennent le hanter.
Il n’avait pas le choix quand il était enfant, mais maintenant, il peut faire face à ses démons et les mettre au repos pour de bon.
Tant que le démon ne l’attrape pas en premier.

 

Tome 6: Une touche Alpha – Handicap L’anxiété sociale

Seth était ravi quand son frère a trouvé non pas un seul partenaire mais deux. Et il est vraiment heureux pour Nathan et Dodge. Mais sa solitude fait des ravages. Seth veut trouver son propre compagnon. Il ne pense pas qu’il a rencontré son compagnon mais les pulsions à l’intérieur de lui deviennent de plus en plus fortes. Et une chose est claire. Il cherche désespérément une touche d’Alpha.

 

Tome 7: Omegas et leur alpha – Trouble avec à la base un couple 

Ce n’est pas facile pour Jason d’oublier Seth. Il ne fait pas confiance aux Alphas, alors il continue de rechercher ce dont il a besoin auprès d’Omégas. Ça ne fonctionne pas très bien… jusqu’à ce qu’il rencontre Farron. Il y a entre eux une connexion instantanée qui donne à Jason l’espoir qu’il a enfin trouvé ce qu’il veut tant. Du moins, jusqu’à ce que Jason découvre que Farron est déjà dans une relation amoureuse avec un Alpha.
Farron et Garrett essaient d’avoir des enfants depuis des années, mais la vie a fait en sorte que ce rêve ne puisse jamais devenir réalité. Lorsque Farron ramène Jason à la maison, il ne s’attend pas à ce que Garrett ressente pour l’Oméga la même chose qu’il a ressenti. Mais il devient vite évident que ce qui manque au couple est un deuxième oméga.
Jason, Farron et Garrett décident de donner une chance à leur relation non conventionnelle en espérant que leur famille sera complète. Alors, une surprise les attend et les deux omégas se rendent compte que leur famille est déjà sur le point de s’agrandir.

 

Tome 8: Oméga sous le gui – au delà des apparences

Une douce histoire de Noël sur un alpha sexy et son oméga.

 

 Tome 9: Un oméga accompli – Traumatisme passé — mon coup de coeur de la série

Billy était coincé dans une relation abusive et sa seule façon d’échapper à son Alpha abusif était de s’enfuir avec quelques dollars à peine, priant pour une meilleure vie. Or, ce qui l’attend n’est nul autre que la dure réalité de la vie à la rue. Lorsqu’il découvre qu’il est enceinte, il est déjà trop tard pour reculer. Il fait ce qu’il peut pour rester en santé, mais ce n’est pas suffisant pour les garder, lui et le bébé, en vie.
Landon est un aidant. Quand un Oméga sous-alimenté est transporté à l’hôpital où il travaille, après une fausse couche, l’instinct de Landon est de lui venir en aide. La souffrance que Billy ressent après avoir perdu son bébé lui brise le cœur, mais la connexion entre eux est forte et vaut la peine d’être explorée. Et, même si Billy ne fait pas confiance aux Alphas, il baisse lentement mais sûrement sa garde devant lui.
Landon sait que Billy n’est pas prêt à lui faire confiance, mais il est prêt à attendre pour sa chance.
Ce n’est pas facile, mais Landon arrive enfin à découvrir le tourbillon de souffrance, d’abus et de trahison dans lequel Billy est coincé. Il trouve une solution pour aider son Oméga à guérir de ses blessures.

 

Tome 10: Le premier oméga de l’Alpha – choc des cultures / inégalités sociales

Rubin vit à la maison Oméga depuis plus longtemps qu’il n’aime l’admettre. Il est bien là-bas et n’éprouve pas le besoin de partir. Pourtant, il semble que tous ceux qui entrent dans sa vie finissent par s’en aller tôt ou tard, ce qui ne l’aide pas à former des amitiés à long terme. Il tente de remédier à la situation en occupant un emploi à temps partiel dans un bar, lorsqu’il ne travaille pas à la maison Oméga.
Grâce à son travail, Marius se sent imbattable et impossible à arrêter, mais sa vie personnelle, par contre, le laisse avec un sentiment de vulnérabilité. Il est un Alpha pur, mais n’a jamais été intéressé par les omégas … surtout les hommes. Il est seulement sorti avec des femmes Bêta ou Alphas. Mais sa dernière petite amie prenait leur relation bien plus au sérieux que lui, alors il savait qu’il était temps de passer à autre chose. Maintenant qu’il est célibataire, Marius s’ennuie et se sent seul, aussi passe-t-il plus de temps dans les bars locaux dans l’espoir de trouver sa prochaine aventure.
Lorsque des clients agressifs assaillent Rubin dans l’allée derrière le bar, Marius intervient pour les arrêter, lui sauvant ainsi la vie. Et même si Marius insiste sur le fait qu’il est hétérosexuel, il semblerait que Rubin et lui sont destinés à être bien plus que de simples connaissances.

 

 

Mon avis:

Alors vous allez me dire, Emy, t’es sympa mais dix tomes? Tous sur le thème de l’omegaverse, cela va être répétitif. Moi aussi je pensais cela. Alors oui, c’est de l’omegaverse donc attendez vous à des hommes enceints et des happy end. Le point non négligeable est que chaque nouveau tome raconte l’histoire d’un personnage secondaire du tome précédent, de telle façon qu’on s’attache très facilement à ces résidents omégas. Notons que chaque tome peut être tout de même lu séparément.

Mais ce qui m’a plu dans cette série, c’est les thèmes abordés. Vous verrez que j’ai mis à côté de chaque tome le thème abordé. Vous remarquerez qu’il il y a huit tomes et huit thèmes différents et tous sont, pour une genre « léger » très bien abordé.

Ce qui m’a fait accrocher à la série ce sont ces omégas. Le point commun à chacun, ils sont jeunes et rejetés, laissés à eux même.  Cela ne vous fait pas penser à quelque chose? Moi, j’ai tout de suite pensé au Refuge qui est un endroit sûr pour des jeunes gens abandonnés lâchement par leur proches. Omega House fonctionne sur le même principe. Alors oui, c’est de la romance, pourtant, les traumatismes abordés font échos à la vraie vie.

Ce que j’apprécie aussi, c’est les deux tomes sur les troubles. Contrairement à ce que l’on pense, un trouble n’est pas un modèle unique de relation. Il existe différents troubles avec différentes histoires et choix des partenaires. Ici, l’auteur en aborde deux cas en toute simplicité. Elle nous prouve qu’ils sont un couple comme un autre mais à trois.

Voilà pourquoi je tenais à vous faire partager mon avis sur cette série, car elle est riche émotionnellement, elle nous fait réfléchir sur différentes situations. Ce n’est pas une simple romance douce et sucrée.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, harcelement, homoparentalité, omegaverse, seconde chance, série, sexualité atypique, survivants, traumatismes du passé, trouble
Série: format kindle, Independently published |

Détour mortel – un homme parfait par K.A. Merikan

Synopsis:

Colin : Suit les règles. Futur médecin. Témoin d’un meurtre. Captif
Taron : Survivaliste. Muet. Meurtrier. Ravisseur.

Comme chaque week-end, Colin est sur le point de rentrer à la maison, après la semaine passée à l’université, mais il est hanté par la prise de conscience qu’il ne prend jamais de risques dans la vie et qu’il suit toujours le même chemin. Sur une impulsion, il décide d’emprunter une route différente. Juste une fois. Ce qu’il ne réalise pas, c’est que ce sera la dernière fois où il aura un choix à faire.

Il finit par suivre un détour vers l’horreur absolue et se retrouve kidnappé par un homme imposant et silencieux avec une hache tachée de sang. Pourtant, ce qui ressemble à son pire cauchemar pourrait s’avérer être un chemin vers la liberté que Colin n’avait même pas envisagé.

Taron vit seul depuis des années. Ses terres, ses règles. Il a abandonné toute idée d’avoir de la compagnie depuis une éternité. Après tout, toute forme d’attachement entraîne des responsabilités. Il a bien assez à gérer avec ses propres problèmes, et la nuit où il se débarrasse d’un ennemi, il finit avec un témoin de son crime.

La dernière chose dont il a besoin, c’est d’un captif geignard. Colin ne mérite pas la mort pour avoir posé le pied sur les terres de Taron, et le retenir prisonnier n’est pas non plus ce qu’il y a de mieux à faire. C’est seulement lorsqu’il découvre que ce citadin est gay, que de toutes nouvelles options voient le jour. Dont une qui n’est pas juste, et qui pourtant le tente davantage, chaque fois que les beaux yeux de Colin l’accusent depuis le fond de sa cage.

 

Mon avis:

La présentation des personnages est à elle seule le résumé de ce livre.

Colin est un jeune homme emprisonné dans les attentes des autres: celles de ses parents, celles des étudiants qui l’entoure, celles liées à son futur métier … Il étouffe et s’ennuie dans cette vie si prévisible. Alors il décide pour la première fois de sa vie de faire un détour … Un détour qui le changera à jamais.

Dès les premiers chapitres, les auteures ( deux plumes féminines) nous mettent immédiatement en immersion. On ne lit pas mais on vit à travers les mots tout le traumatisme psychologique d’un captif, celui d’un homme qui en un instant perd toute liberté. Par les mots, par un vocabulaire très ciblé, on suit l’emprise d’un ravisseur sur son prisonnier. On ne nous épargne rien. Tous les sentiments et ressentiments sont exposés allant crescendo.

On commence par le choc : l’incompréhension, la peur, l’abandon puis on monte en intensité en voyant l’évolution d’un homme lambda à celui d’un captif: peur, angoisse, désespoir, auto-apitoiement pour arriver à ce sentiment ambiguë, celui de la dépendance entre le ravisseur et le captif.

Mais les auteures jouent sur les deux tableaux. Si dans un premier temps on se met dans la peau d’un captif, on apprend aussi à connaitre le ravisseur, à le découvrir, non pas sur l’apparence et la peur qu’il induit, mais l’homme qui se cache derrière. Car même captif, un homme n’est pas un animal qui peut être domestiqué. C’est là toute l’ambiguïté de cette relation hors norme entre ces deux hommes. Il n’y a pas de gentil et de méchant. C’est plus subtile que cela.

On découvre que le ravisseur n’est pas cette bête sauvage mais un homme avec un lourd passif, une personnalité, des idéaux et des conditions de vie à l’opposé d’une personne lambda vivant en société. C’est là le coup de maître de cette histoire. Le mode de vie d’un survivaliste augmente encore plus ce sentiment d’étouffement, de captivité que l’on ressent tout au long de cette lecture. Et cela fait parfaitement le lien avec cette relation, loin d’être ordinaire.

Cette relation qui est ambiguë, dérangeante, sur laquelle on émet beaucoup de réserve mais que l’on finit par comprendre… Le syndrome de Stockholm est un thème très difficile à aborder. Les auteures nous mettent en garde dès le départ et elles ont raison. De prime abord, on n’y adhère pas et cela est normal, humain. Mais en lisant l’histoire de Taron et Colin, on ne pas dire que l’on y adhère après coup, mais on comprend les rouages, l’évolution des sentiments. L’épilogue est d’ailleurs très réaliste. Les auteures ne donnent pas un avis positif ou négatif sur leurs sentiments et leur relation. Elles nous font comprendre que tout est une question de choix. Mais cette conclusion n’est pas généraliste, seulement liée à cette histoire. C’est pour moi le gros point positif de cette lecture. Ne pas faire une généralité d’un sujet aussi sensible.

 

En clair, une vraie dark romance. Âmes sensibles s’abstenir! Mais le combo survivalisme et syndrome de Stockholm donne juste ce résultat explosif.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, faux semblants, handicap, handicap social, survivants
Série: Auto édition |

Série Miami Torride par Jessie G.

Tome 1: Blessures passées

Abandonné par sa mère et élevé dans les rues impitoyables d’Overtown par un père homophobe et toujours prompt à critiquer, Davin Monroe en sait beaucoup sur la survie et peu sur l’amour.
En tant qu’héritier de l’entreprise familiale, la force innée d’Alaric Bennett fait de lui un pilier sur lequel reposent les problèmes familiaux, mais qui le laisse émotionnellement abandonné par ceux qui ont besoin de lui.
Une rencontre fortuite et cinq merveilleuses années ensemble ne les ont pas préparés à la jalousie sombre et dépravée qui menace leur bonheur durement gagné.
À présent, un tueur force le Détective Monroe à faire face à son passé et au seul homme que son cœur a toujours désiré. Avec une seule chance de rédemption, Alaric est déterminé à découvrir la vérité et ramener son homme à la maison.
Alaric et Davin survivront-ils aux révélations qui suivront la découverte du seul secret qui les a séparés pendant huit ans, faisant s’effondrer une vie entière de secrets.

 

Tome 2: Pour une bonne raison

Ancien marine et grand frère à plein temps, Bull Connor passe ses journées à aider ceux qui ont besoin d’une seconde chance et ses nuits à combattre ses démons intérieurs, qui ne lui laissent aucun répit. Durant un remorquage de routine, il tombe nez à nez avec la seule personne qui refuse son aide, le seul homme qu’il aimerait qu’il le fasse.
En tant qu’enfant abandonné, Ian Jones est habitué à être soit ignoré soit ridiculisé, mais il n’a jamais renoncé à l’idée qu’une seule chance pourrait tout changer. Secouru par la seule personne qui ne l’a jamais ignoré ni ridiculisé, il aspire à être perçu autrement que comme un homme dans le besoin.
Ian n’attache aucune importance à une famille qu’il n’a jamais connue, mais quand elle se montre, indésirable et indésirée, Bull doit prouver qu’il est l’homme qui protégera le cœur si longtemps négligé de Ian en partageant les démons qui tourmentent sa fierté.

 

Tome 3: Le protecteur – Coup de coeur de la série

Il fut un temps où Saul Alvarez remplissait ses jours de combats et ses nuits à enseigner à des soumis enthousiastes le plaisir de son fouet. Sa compréhension compatissante de l’esprit masochiste faisait de lui le Dominant professionnel le plus recherché de la communauté BDSM. Même si son rôle ne favorisait pas les relations à long terme, il était à l’aise dans son existence solitaire jusqu’à ce qu’il soit chargé de la sécurité de la pute prisée de Durango. Un seul regard à ces yeux emplis de terreur lui fit promettre de tout risquer pour protéger cet homme splendide.
Javier Escardo avait prié pour mourir, mais il ne s’était jamais attendu au tueur de sang-froid qu’il avait obtenu en réponse. Un seul regard lui avait révélé non seulement la promesse de représailles, mais aussi une raison de vivre. Huit ans plus tard, libre et surtout sain d’esprit, Javier est déterminé à prendre ce qui lui appartient. Le cœur de Saul. Après avoir vécu l’enfer, à travers les couches de douleur et les changements de réalité, seule cette vérité demeure ferme. Son protecteur a besoin d’être sauvé et il ne peut pas le faire seul.
Caché derrière un personnage public, Kyle Jansen meurt d’envie d’être invisible sans pour autant être insignifiant. Il aspire à trouver un Maître qui verra son besoin d’être pris en charge sans abuser de lui et un amant qui prendra soin de lui au-delà des jeux sexuels. Ce n’est que lorsqu’il rencontre une combinaison incandescente en les personnes de Saul et de Javier qu’il se rend compte que jamais c’était censé n’être qu’un seul partenaire.

Deux cœurs meurtris peuvent-ils être réparés par l’amour d’un troisième ? Kyle devient la lumière de leur obscurité et il est prêt à risquer son cœur pour le leur, mais, quand le passé menace Saul, Kyle pourra-t-il aider Javier à sauver leur protecteur sans les détruire tous les trois ?

 

Tome 4: Piéger Chase

Lieutenant du Devil’s Pride MC, la réputation sans pitié de Tyler « Trick » Malone fait de lui le membre du club le plus craint et le plus respecté. À l’insu du club, Trick se livre à son plus dangereux secret, quittant l’État deux fois par an pour troquer son gilet contre un fouet qu’il manie avec expertise dans un donjon gay. Sa vie bien organisée prend un tournant radical quand il sauve Chase Ward, barman et soumis terrifié, du donjon de Géorgie.
Depuis la mort de son maître et protecteur, Chase n’est plus en sécurité dans ce lieu qu’il appelait autrefois maison. Les nouveaux propriétaires du donjon l’encerclant comme des requins, il cherche désespérément refuge dans les bras de son sauveur.
Un an plus tard, le MC est toujours persuadé que Chase n’est rien d’autre qu’un domestique serviable. Chase sait que, si quiconque découvrait la vérité, il tuerait Trick, l’homme sur qui il en est venu à compter, de la nourriture qu’il mange au plaisir qu’il éprouve, en passant par la sécurité à laquelle il aspire. Alors même que la gratitude se transforme en amour, il ne s’attend pas à ce que son impitoyable maître lui retourne ses sentiments. Après tout, leur seul moyen de survie est que Trick reste le connard sans cœur que connaît le MC.
Trick est certain de tout avoir sous contrôle, et la présence de Chase lui rend la vie plus facile. Il ne semble y avoir aucun danger à laisser Chase occuper un emploi à temps partiel au Velvet Ropes, surtout après avoir rencontré les propriétaires. Ce n’est que lorsqu’une bombe explose dans le club, laissant Chase entre la vie et la mort, que Trick se voit obligé de faire face à ses sentiments depuis longtemps enfouis. Même si Chase survit, cette bombe a fait plus qu’ébranler les fondations du célèbre club cuir. Elle a fait voler en éclat le secret bien gardé de Chase et de Trick, mettant leurs vies en danger.
Trick n’a plus qu’une seule chose à faire avant que le club ait leur peau ; se venger de la personne qui a osé blesser son précieux garçon.

 

Mon avis:

Voici une série que je qualifie de complète, où chaque tome à un lien et une incidence sur l’intrigue générale de l’histoire. Chaque tome complète l’autre et prend ton son sens quant à la Grande Révélation, la résolution de cette énigme. Vous l’aurez compris, j’ai été conquise. Mais pourquoi me direz-vous? Pour trois raisons.

Dans un premier temps, l’énigme générale:

L’histoire débute sur une enquête liée à un tueur en série qui repère ses proies dans des clubs BDSM. Jusque là, rien d’original me direz-vous. Mais là où l’auteure titille la curiosité de son lecteur, pour, par la suite nous rendre addictif à la série, c’est que cette simple enquête n’est que la partie immergée de l’iceberg. En effet, on découvre que cette enquête fait écho à une affaire de plus grande importance qui touche, on le découvre au fur et à mesure de l’histoire, tous les personnages de la série. Tous sont liés de prêt ou de loin… Nous voilà donc, nous lecteurs, lancés dans une enquête qui prend de plus en plus d’ampleur où on découvre ses hommes au passé traumatisant … On se prend pour des enquêteurs, on réfléchit, mettons, mentalement, des stratégies en place pour atteindre Le responsable…

Dans un deuxième temps, les personnages:

Dans chaque tome, les personnages ont une relations quelque peu « atypique » vis-à-vis de leur passé, une relation BDSM. On se demande au départ pourquoi? On se dit que l’auteur veut faire monter la température sur certaines scènes. Hors il n’en est rien. Au contraire, cette relation Dominant/dominé prend tout son sens. Chaque tome nous présente des hommes avec un passé lourd et des traumatismes bien ancrés. L’auteur met en avant cette pratique comme une thérapie: le soumis recherche, dans son dominant son besoin d’être rassuré, de pouvoir faire confiance. C’est dans ce sens que cette série est en plein dans la thématique du la seconde chance. Rien dans les scènes n’est « gore », sale ou violant. L’auteur fait une belle référence à cette pratique qui d’apparence ne serait pas appropriée mais dans ce contexte bien particulier prend tout son sens.

Enfin pour les thèmes abordés:

L’auteur, de par les histoire de ces personnages met en avant différentes thématiques qui sont à chaque fois très bien traitées. Rien n’est survolé. On ne épargne pas. Les mots sont durs, les expériences cruelles, les traumatismes très bien présentés… On ne pas se dire que cette série est romancée, loin de là mais à l’image de ses personnages, une série sur des survivants.

 

Un grand merci à Lily KAREY, la personne qui a fait la traduction de cette série. Grâce à elle, j’ai découvert une auteure mais aussi une superbe histoire. Un grand bravo pour son travail car la traduction est fluide, il n’y a pas de contre sens et le lecteur n’est pas gêné par quelque soucis de traduction comme c’est parfois le cas dans d’autres séries.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, bad boys, BDSM, choc des cultures, drame psychologique, faux semblants, handicap social, homophobie, policier, prostitution, seconde chance, série, survivants, traumatismes du passé, trouble
Série: Independently published |

La série Sweet Summer par Marie H.J

Synopsis:

Sweet Summer
Un été pour tout changer.
4 cœurs esseulés
3 destinations
2 mois de vacances
1 pacte, l’amour à trouver …
L’été sera-t-il « Sweet » pour ces 4 amis prêts à relever le défi ?

Livre 1, Marlone
La vie est un combat.
Pour Marlone, ancien boxeur au cœur trop souvent malmené, ce n’est plus à prouver. Mais au milieu d’une forêt, autour d’un lac ou d’un torrent, au chaud devant un feu de camp, les choses peuvent parfois s’avérer plus douces… Et peut-être… faire battre deux cœurs à l’unisson.

Livre 2, Milan
Franchir le pas et oser avouer, ou préférer aimer en secret ?
Au gré des flots de la mer Égée, laisser les cœurs s’envoler, ou maintenir les œillères ? Ignorer une âme en souffrance ou mettre une amitié en danger ?
En embarquant sur le voilier familial, Milan ne s’attend pas à se retrouver noyé dans un tourbillon d’émotions trop longtemps bridées… Il est peut-être l’heure de découvrir certaines vérités…

Livre 3, Valentin
Museler les fantômes du passé pour enfin avancer.
Vivre ou simplement survivre ? Ne plus laisser passer l’existence, mais y plonger, en profiter. Ouvrir enfin les bras, apprendre à respirer, goûter à la vie… Glisser sur la déferlante et tenter de la dompter… Les vacances de Valentin seront-elles le déclencheur de son bonheur ?

Livre 4, Dorian
Apprendre à respirer, s’autoriser à aimer.
Bousculer les chaînes et les habitudes qui empêchent d’avancer. Sortir la tête de l’eau, pour enfin respirer, et discerner, comprendre qui l’on est. Repousser les obstacles du passé, marcher à deux sur le même chemin, s’entraider, se dévoiler. Aimer, à ne plus pouvoir s’arrêter.

 

Mon avis:

Quatre garçons, quatre personnalités fortes, quatre hommes qui assument leur homosexualité et qui en apparence sont épanouis. Voilà comment résumer cette douce série. Tout n’est qu’apparence… Un défi lancé pour qu’ils trouvent enfin cette part d’eux qui les rendraient complets. Un simple défi, mais qui va les bouleverser, les obliger à se remettre en question, faire face à leurs failles, leurs blessures, leurs incertitudes…

Marlone, cet homme en apparence intouchable, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, mais qui a peur du rejet…

Milan, lui aussi en apprenne heureux, qui est entouré et accepté par sa famille, mais qui lui aussi à ses failles… Sa relation passée l’a traumatisé. Il n’envisage pas de se mettre en couple et pourtant…

Valentin, le doux valentin qui en apparence est un vrai Bad Boy. Grande gueule, qui se fout des apparences est en réalité un être sensible et apeuré. Il est un enfant perdu dans le corps d’un adulte.

Et enfin Dorian, le grand frère, celui qui est toujours là pour les autres, à un tel point qu’il s’en oublie lui-même…

Oui, chacun a ses failles, ses faiblesses, ses peurs sur l’avenir et pourtant le temps d’un été, des rencontres vont les bousculer et leur apprendre que des fois, le risque vaut le coup, qu’un avenir à deux est possible.

Chaque tome est une dénonciation de cette société, de ses préjugés, de ses stéréotypes qui sans qu’elle le sache, peuvent détruire une personne parce qu’elle est « différente »…

Par Marlone, on découvre le poids des préjugés et leurs impacts sur une famille. Celui d’un enfant en recherche de repères face à des parents qui se déchirent, un père qui préfère sacrifier son bien-être pour protéger son enfant, au point d’oublier ses propres besoins. L’auteure met le doigt sur le poids de cette société de ces personnes qui sont traités comme « différents », la remise en question de leur place et sur leur rôle auprès de leur entourage. L’histoire de Marlone fait écho à celle de Tristan, mais aussi celle du fils de celui-ci.

Milan, lui, nous montre qu’un enfant, même à l’âge adulte a toujours besoin du soutien de ses proches. Même s’il est autonome, même s’il vit une relation d’adulte, à un travail, l’enfant en lui cherchera toujours l’approbation de ses parents. Hors, beaucoup ne se rendent pas compte que l’ignorance est la pire des trahisons et qu’elle à un impact sur la confiance en soi….

Valentin. Ah Valentin. Sous ses apparences se cache un enfant perdu, un enfant rejeté, laissé à lui-même trop tôt, sans arme pour faire face à la vie et ses dangers. On découvre ses déboires, son passé plus que traumatisant. On comprend enfin ce personnage si attachant et pourtant troublant. Marie ne nous épargne rien sur cette descente aux enfers. On devient, comme les autres personnages qui l’entourent, spectateurs de cette agonie qui le ronge, cette peur de l’inconnu, ce combat avec lui-même pour s’ouvrir à quelqu’un d’autre.

Et enfin Dorian, Dorian est son syndrome de super héros. Celui à qui on n’a pas laissé le choix. Celui sur qui reposent trop de responsabilités, mais qui n’arrive pas à dire non. Mais aussi, l’homme au grand coeur, qui ne juge pas, qui tend la main à celui ou celle dans le besoin. C’est homme de confiance, celui qui a sauvé Valentin. Car oui, Dorian et Valentin ont, et cela depuis le début de la série une relation ambiguë, une broromance qui au fur et à mesure devient toxique tellement l’un est dépend de l’autre…

 

Alors oui, cette série est riche, profonde. Marie HJ nous offre une romance, mais ce n’est pas une simple romance. Elle nous donne matière à réfléchir. Car si on pousse la réflexion plus loin, il ne s’agit pas de quatre hommes qui vont chercher l’amour le temps d’un été. Il s’agit d’une famille agrandie, qui s’entraide, sur laquelle on peut se reposer, se remettre en question, pouvoir être soi-même sans être jugé. C’est ça qui fait que cette série matche tant. Le point commun à ses quatre hommes, c’est cette association, Sweet Home, qui a permis de les réunir, leur a permis de comprendre et accepter leur « différence »… Et je trouve que c’est un très bel hommage à ces hommes et ces femmes qui sont là pour les aider, les accompagner sur le chemin de la vie. Car oui, Sweet Home peut aussi être nommé Le Refuge ou tant d’autres. Le fait est que l’on comprend pourquoi ils deviennent indispensables.

En clair une série addictive ! Bravo Madame.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, homoparentalité, Le temps des choix, seconde chance, survivants, traumatismes du passé
Série: Independently published |