La concession d un Omega brisé par Yochi Enuoka

Synopsis:

Jeune alpha rêvant depuis toujours de rencontrer son âme soeur, Iori se retrouve nez-à-nez avec le destin quand il croise la route de Léo, oméga de mauvais genre que la rumeur accuse de « consommer des alphas » après les cours au lycée…

Bien décidé à ne pas laisser passer cette occasion exceptionnelle, il cherche à le revoir pour confirmer avec lui la sensation unique qu’il a ressentie à son contact… Mais rien ne se passe comme prévu

Les sentiments que ressent Iori sont-ils le fait de l’amour, du destin ou bien de ses pulsions ? Réussira-t-il à consoler le traumatisme de Léo qui ne croit plus en l’amour depuis longtemps ? Laissez votre coeur vibrer devant la beauté de cette histoire d’amour cathartique.

 

Mon avis:

Une histoire sentimentale YA sous fond d omegaverse, mais pas seulement. L’auteur traite un traumatisme de l’enfance, de cet abandon de soi que s’inflige Léo. Tout est une question d’apparence, mais Iori ne se laisse pas berner. L’alfa se montre persévérant dans sa démarche. L’amour a ses certitudes qu’on ne peut contrarier. J’ai aimé cette douceur de ce jeune alfa face à cet Omega si abîmé.

Alors oui, on peut dire que cela n’est peut-être pas assez approfondi, mais c’est un yaoi. Les dessins dégagent beaucoup d’émotions. A contrario du texte qui amène des sentiments de persévérance et prévenance, les dessins eux dégagent cette violence et ces blessures enfouies et dissimulées. La combinaison des deux accentue un peu plus ces deux êtres que tout oppose en apparence et pourtant qui se combinent parfaitement. Une histoire qu’ on prend plaisir à lire avec des illustrations et un texte qui montre l’ambivalence de la situation qui se joue.
On s’immergé complètement dans l’histoire, dans l’état d’esprit de chacun. On suit avec avidité leurs parcours, les retranchements qu’ils s’imposent… Bref une chouette lecture à découvrir.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

N’étant pas disponible sur Amazon, voici le lien de la Fnac:

https://www.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?SCat=0&Search=La+concession+d%27un+om%C3%A9ga+bris%C3%A9+&sft=1&sa=0

 


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, omegaverse, prostitution, traumatismes du passé
Série: ‎ Boy's Love; Hana Collection édition |

Void par Ranmaru ZARIYA

Synopsis:

À l’occasion de son anniversaire, Maki reçoit comme cadeau Arata, un humanoïde fabriqué par les humains pour devenir son « animal de compagnie ». Une surprise qui n’enchante guère Maki, jusqu’à ce qu’on lui annonce que ce dernier a la particularité d avoir les gênes du défunt Ren, l’homme qu’il aimait et qui l’a trahi par amour pour son grand frère. Le coeur de Maki n’ayant jamais pu soigner sa profonde blessure, pourra-t-il se venger sur Arata et obtenir l’amour inconditionnel qu’il espérait tant de la part de Ren ?

Mon avis:

Attention public averti !

Nous découvrons la relation particulière entre un humain en deuil et un humanoïde. Pour Maki, tout n’est que ressentiments, colère, rancœurs, blessures de l’âme. Se retrouver face à un humanoïde qui est la copie conforme de celui qui l’a trahi de la pire des manières sept ans auparavant est un réel choc pour lui. Il n’en veut pas, mais se voit dans l’obligation de s’en occuper… Mais voilà que les rancœurs refont surface. Là où l’un ne vit que dans le passé, l’autre est telle une page blanche qui ne demande qu’à écrire un futur…

Alors oui, c’est gore, on parle de tortures sexuelles et de vengeance malsaine, mais au final c’est tellement plus que ça. On fait face à un homme qui a mal, qui n’est que ressentiments… Quand la rancœur dépasse la raison, nous devenons à notre tour un monstre. Certains diront que c’est de la violence gratuite, voire vulgaire, mais à mon sens, c’est tellement plus que cela. On a tous un monstre caché à l’orée de notre conscience…

Cette histoire est criante de vérité. Qui n’a jamais eu ce genre de sentiments après une trahison ? La frontière entre la maîtrise de soi et la déraison est mince. L’amour nous pousse à des extrêmes. C’est là la force de cette histoire, cette humanité qui fait écho à chacun d’entre nous.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, seconde chance, traumatismes du passé, Yaoi
Série: TAIFU COMICS |

Vivre à nouveau – Réédition par Marie-Paule Dunant

Synopsis:

Bradley est l’actuel numéro 1 mondial dans le ski slalom. Depuis près de neuf ans, personne n’a réussi à le détrôner. Il est proche d’obtenir le sacre suprême. Seulement, c’est la descente de trop et un dérapage non contrôlé le propulse dans le décor. Ce genre d’accident ne pardonne pas. Dorénavant sa vie ne sera plus la même.

Alors qu’il sombre dans une dépression sans nom, un assistant médical un peu spécial au doux nom d’Owen fait son apparition dans son quotidien.

Owen devra apprendre à dompter un Bradley détruit psychologiquement en plus que physiquement.

 

Mon avis:

L’histoire en elle-même est juste superbe. L’auteure nous amène dans un monde trop souvent mis sous silence, celui de « ces autres » qui se voient perdre leurs vies en un fragment de seconde et leur reconstruction qui est loin d’être évidente ! C’est un deuil qui leur fait face. Et cela, on le vit à travers Bradley.

On peut avoir tout l’argent du monde, il y a des choses qui ne s’achètent pas. Le roi déchu va devoir revoir complètement sa vie, mettre de côté son égo et ça, c’est loin d’être évident.

Ce que j’ai énormément apprécié aussi c’est Owen. Je n’ai lu jusqu’alors qu’un roman abordant les thérapies sexuelles à des fins thérapeutiques. Ici, on est immergé dans ce quotidien qui est loin d’être tout rose. En apparence, on se dit que c’est facile, mais la réalité est loin de l’être.

Voilà la force de cette histoire : mettre en avant le côté humain. Marie Paule ré humanise un homme qui n’est plus en mettant en avant ces soigneurs non reconnus et pourtant essentiels à la reconstruction de ces personnes qui ont perdu leur autonomie.

Pour cela, bravo. Fallait oser et ma foi, c’est un bel hommage qui est rendu. Rien n’est enjolivé. Tout n’est que réalisme avec ces difficultés. Lecture éprouvante donc, mais une histoire qui ne peut laisser indifférent.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 https://amzn.to/3Dgvfzk


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, deuil, drame psychologique, handicap, Le temps des choix, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Douleurs Miroir par Cha Reinhardt, Laurence Barjy

Synopsis:

Un regard sur notre histoire : L’intolérance… Jonas la connait bien, il la côtoie tous les jours. Il la subit. Il en est responsable aussi, parfois. Est-ce qu’une après-midi et un vieux photographe pourraient changer les choses ? Peuvent ils suffire à transformer le regard des autres, et celui qu’on pose sur sa propre existence ? De bleu et de rouille : Pour lui, tout n’est que couleurs et sexe. Des corps, de la crasse, des teintes qui l’obsèdent et dont il ne parviendra jamais à restaurer les nuances. Une addiction trop ancrée en lui pour qu’il puisse s’en défaire. À moins que la rouille et le bleu qui s’invitent dans sa vie ne constituent un début de réponse ?

Mon avis:

Il y a des rencontres impromptues qui remettent en cause cette illusion d’équilibre précaire qui tente de combler ce vide abyssal avec lequel ils doivent survivre.
Une introspection face à son propre reflet et des choix qui se jettent sur eux tels une claque magistrale

Le titre du recueil est juste le plus juste résumé de ces deux parcours de vie. Et la morale, elle, est implacable.
Oui c’est une claque monumentale que je viens de prendre. Une puissance des mots sur des maux silencieux. Merci à Laurence Barjy Zimmermann et Cha Reinhardt pour cette claque monumentale.

Vous m’avez tout simplement bouleversée. J’ai pris mon temps car oui c’est une lecture difficile mais bordel, c’est ma came ! 

 

Avis à l’éditeur: il faut qu’il soit réédité, qu’il soit lu !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

Commande à faire directement auprès des auteures, le broché n’étant plus à la vente.

 


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, faux semblants, homophobie, Le temps des choix, seconde chance, survivants, traumatismes du passé
Série: Mix Editions Romans |

L’instant X par Frederic Adam- Foucault

Synopsis:

Tout plaquer, s’affranchir, s’assumer tel qu’il est sans plus jamais avoir peur du regard des autres… Voilà ce à quoi aspire Arnaud, jeune provincial naïf, rêveur et paumé dans l’existence. L’instant X est le déclic qu’il attendait depuis un moment : avoir le courage de fuir la Haute-Saône et tout ce qu’il connait, avec l’espoir d’une vie meilleure à Paris. Il espère reprendre ses études et pourquoi pas, rencontrer l’homme de sa vie. Cependant, personne ne l’attend nulle part, et la poignée d’euros qu’il embarque disparaitra rapidement. Il devra, au gré des rues et des rencontres, affronter de nombreuses péripéties et se forger une carapace pour survivre. Parviendra- t-il à se réaliser ? Vous le découvrirez à travers ce roman noir et réaliste ; une immersion dans les méandres de la précarité.

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Arnaud, un jeune homme abandonné par sa famille, la société, la vie en elle-même. Las de cette misérable existence, il décide de tout quitter pour monter dans la ville des Lumières. Il le sait, dans la capitale tout est coloré. Il ne se doute pas qu’en y pénétrant, il va se voir ouvrir la boîte de Pandore.
Il va aller de désillusions en désillusions. Il va découvrir les bas-fonds que l’on préfère cacher à la vue de tous : précarité, prostitution, drogues et abus en tout genre.

Ce qui nous marque, et ce dès les premiers chapitres, c’est cette volonté de vivre, de s’en sortir qui pousse Arnaud à aller de l’avant.

Alors oui, c’est cru et dur. En un mot, sordide. Mais c’est surtout c’est criant de réalisme. L’auteur nous crache cette noirceur que l’on préfère occulter. Nous passons par une multitude d’émotions : espoirs, désillusions, craintes, peur, rage même ! L’auteur ne nous épargne rien. Nous découvrons la perversion de certains face à ces humains affaiblis. C’est là la force de cette histoire. Jusqu’au bout, nous retenons notre respiration, rien n’étant n’acquis.

Alors oui, cette histoire est à proposer à un public averti, mais quelle lecture ! Je ne peux que vous encourager à découvrir le parcours de cette âme égarée qui malgré tous les obstacles qu’il rencontrera sur son chemin, se battra avec détermination pour trouver ce à quoi chacun aspire, le « bonheur ».

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

ou sur le site de la maison d’Edition La Trémie : https://latremie.com/livre/linstant-x/


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, faux semblants, prostitution, survivants, traumatismes du passé
Série: Les Editions La Trémie |

Derrière les murs de Virginie Daenerys par Virginie Daenerys

Synopsis:

Quoi de mieux de vivre au bord de l’océan? A l’ile de ré ou chaque jour passe avec un paysage différent et changeant. L’océan peut être en furie ou limpide. Les Grenettes est un petit coin de paradis préservé et rester sauvage. Il y fait bon vivre. De nombreuses surfeuses prennent la vague, bienvenue au paradis. Un corps mutilé est retrouvé cacher sous un vieil arbre centenaire. Il s’agit d’une femme , la trentaine. Elle a été découverte par des promeneurs dérangés par une odeur de putréfaction. Les gendarmes de Saint Martin de ré enquêtent avec à leur tête le capitaine Jessica Pinaud. Nickie ,une profileuse de Londres va se joindre à eux pour une affaire dans le milieu des surfeuses. Tout semble être un crime passionnel mais est ce vraiment cela?

 

Mon avis:

FF polar
L’histoire est intense.
Jusqu’où irons nous par amour?
Quand Nickie est missionnée sur l île de Ré auprès du capitaine Pinaud pour un homicide, elle sait dès le départ que cet homicide est personnel. L auteure nous retranscrit l enquête en nous offrant des flashs back sur le passé obscure de la victime. Peut à peu, tel un puzzle, nous découvrons l horreur qui se cache  » derrière ces murs ».
L’auteure aborde un sujet sensible mais au combien réel : les violences conjugales. Car oui, celles-ci touchent aussi des couples lesbiens. On ressent un vécu derrière ces mots qui ne nous laisse aucunement indifférent.
A la fin de cette lecture, nous nous retrouvons instinctivement à prendre parti. Nous en arrivons à avoir de l empathie pour la personne qui s est rendue coupable d un tel acte. On la comprend. Mais plus encore, nous ressentons beaucoup d empathie pour la vraie victime de cette histoire, celle qui a été bafouée et à qui on rend justice que trop tard.
La mise en page est parfois hasardeuse mais la lecture prend le dessus sur cette « petite » gêne. Voilà pourquoi je note 4/5.

 


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Série Sur la route par Garett LEIGH

Descente + Bonus : Marqué: Sur la route #1 par [Garrett Leigh, Christelle S.] Tome 1: Descente

Ne regarde pas en arrière. Ne regarde jamais en arrière…

Ash, le timide tatoueur, a un passé troublé. Des années de négligence, d’abus de drogues et de vie dans la rue ont fait des ravages, et parfois il semble que le lien profond et tacite avec son amant est le seul baume pour des blessures qu’il ne comprend pas tout à fait.
Pete, l’ambulancier de Chicago, n’est que chaleur, amour et force – choses qu’Ash ne pensait pas avoir un jour, et ne savait même pas qu’il désirait jusqu’à ce que Pete le lui montre. Mais le destin est une maîtresse cruelle, et lorsque les cauchemars entrent en collision avec le présent, le monde qu’ils avaient timidement tenté de construire s’écroule.
Les événements traumatiques dans le travail de Pete le distancent de la maison, et il ne réalise pas jusqu’à ce qu’il soit trop tard qu’Ash a commencé une descente aux enfers. La trahison, les secrets et les mensonges se dévoilent, et quand une coïncidence dévastatrice prend place, Pete doit se battre avec tout ce qu’il a pour sauver l’amour de sa vie.

Bonus : Marqué

Six mois se sont écoulés depuis qu’Ash est entré dans la vie de Pete et a mis son monde sens dessus dessous, et six mois depuis qu’ils s’étaient assis dans un restaurant toute la nuit en cherchant la solution théorique d’Ash pour le tatouage fané et raté de Pete. Ce dernier a plus ou moins abandonné l’espoir qu’Ash tiendrait sa promesse quand un jour, à la fin d’un long service à la caserne, il trouve Ash l’attendant.
Ce soir est le soir.
Ash est prêt, et il semble que le temps soit venu pour lui de laisser sa marque sur Pete de plus de façons qu’il l’aurait imaginé.

Rare + Bonus : Libéré: Sur la route #2 par [Garrett Leigh, Christelle S.] Tome 2: Rare 

L’ambulancier Pete Adams a survécu à une terrible année, voyant son amant Ash s’effondrer, et l’équilibre précaire qu’il maintenait entre son travail et sa vie à la maison devient de plus en plus fragile. Son cœur est toujours à la maison, avec Ash, mais le côté sombre de son travail commence à lui peser.

L’artiste-tatoueur Ash Fagin reprend pied après une dépression nerveuse déclenchée par des révélations sur son enfance. Sa bataille avec cette maladie psychologique est loin d’être gagnée, mais avec Pete à ses côtés, il se sent de nouveau bien, tellement bien qu’il ne se rend pas compte que quelque chose manque, jusqu’à ce que cela fasse irruption dans son salon.

Ash est persuadé qu’il a eu assez de coïncidences dans sa vie, mais lorsqu’une voix de son passé revient le hanter, il faudra que la personne qu’il aime le plus soit atrocement blessée pour qu’il se laisse finalement convaincre de laisser ce fantôme devenir la famille qu’il ne pensait pas vouloir.

Bonus : Libéré

Les évènements récents ont convaincu Ash de franchir une nouvelle étape avec Pete. Il choisit donc un moment et un endroit spécial : leur jardin sur le toit de leur nouvelle maison. Ash voit cela comme la dernière pièce de leur puzzle, mais il n’est pas préparé aux émotions que cela provoque. Un sentiment d’appartenance, de paix et pour la première fois de sa vie, de liberté.

Cercle de vie: Sur la route #3 (DAPHNIS) par [Garrett Leigh, Christelle S.] Tome 3: Cercle de vie

Je l’aime… Mais il a oublié pourquoi.

Il peut se passer beaucoup de choses en six ans, et Ash et Pete ont vu leur monde basculer plus souvent que la plupart. Être les parents du jeune neveu de Pete n’était pas au programme, mais la vie suit son cours et ils font avec elle. Du moins, ils l’ont fait, jusqu’à ce qu’une nouvelle peine de cœur ébranle leur fin heureuse durement gagnée.

Ash aime Pete autant qu’avant – plus, en fait –, mais Pete se bat seul contre un fardeau qui pèse lourdement sur son cœur. Ash n’est pas étranger aux nuages sombres, mais le secret que Pete lui cache est une tempête qui pourrait les briser.

Malgré l’amour féroce qui les portait auparavant, ils se noient tous les deux, jusqu’à ce qu’un nouvel ami leur lance une bouée de sauvetage. Sa sagesse leur offre un nouveau regard – pour le meilleur ou le pire, l’amour véritable est rarement une traversée paisible. Pour que Ash et Pete referme le cercle encore une fois, ils devront prendre cette route et poursuivre leur bonheur.

Mon avis:

Tome 1:

Garett Leigh nous amène dans une lecture plus que difficile à lire. Le thème de son roman tourne autours des conditions de vie d’enfants abandonnés, d’enfants des rues. Elle met en évidence les traumatismes mis trop souvent sous silence et les dégâts qu’ils causent sur la vie d’adulte.

Une lecture difficile mais palpitante. Jusqu’aux derniers chapitres, on essaie de comprendre le mal qui ronge Ash, son comportement face au monde, à son couple et à lui même.

Je tiens à noter que le « bonus » qui nous est proposé est réellement un complément. Il donne ce petit plus sur un événement qui peut paraître anodin, mais qui nous expliquer les conséquences sur la suite de la relation de Pete et Ash .

Tome 2: 

Comme toujours, Garett LEIGH à l’art et la manière pour nous remettre en question sur la vie, le rôle du conjoint et de la sa famille dans ces imprévus, ce destin qui n’est pas forcément tendre. Impossible de prévoir la fin de cette histoire avant le mot fin. Une suite qui répond à toutes nos attentes.

Je tiens à noter que le « bonus » qui nous est proposé est réellement un complément. Il donne ce petit plus sur un évènement qui peut paraître anodin, mais qui nous expliquer les conséquences sur la relation de Pete et Ash pour la suite.

Tome 3: 

Un final explosif, ce dernier tome à un goût de sérénité, de calme. Une très belle conclusion de leur histoire dont la vie ne les a pas épargné.

Mais l’auteure nous donne une réelle leçon de vie, une conclusion finale qui résume les trois tomes: malgré les obstacles qui se mettent sur notre chemin, il ne sert à rien de les éviter. Il faut les franchir, même si c’est douloureux car au bout du chemin se trouve notre liberté.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, bad boys, drame psychologique, série, traumatismes du passé
Série: Juno Publishing |

Série Without You par KAYA C.

 Tome 1 : Without you

Amaury est un jeune homme timide, gentil, entouré par une famille aimante, dont certains membres sont un peu loufoques. Sa rencontre avec Eden va tout bouleverser, ils vont vivre un amour au-delà de tout ce qu’il aurait pu espérer. Mais le destin est capricieux et Amaury va en payer les frais. Qu’est-il prêt à supporter pour grapiller des morceaux de bonheur fou ? Combien de batailles devra t’il mener pour enfin être heureux ? Pourra t’il se reconstruire une fois qu’il aura tout perdu ? Qui sera celui qui l’aidera à continuer ?

 

Tome 2: Fight to survive

APRES L’HISTOIRE D’ AMAURY DANS WITHOUT YOU, FIGHT TO SURVIVE VA VOUS ENTRAINER DANS CELLE DE SULLIVAN…
Je m’appelle Sullivan, je suis le photographe le plus poissard de New York. Après avoir été trompé par mon ex, j’ai été foudroyé par des yeux bleu lagon qui m’obsèdent. Je suis irrésistiblement attiré par Amaury, mais il est marié à un type adorable, alors que lui est un abruti fini. Aussi beau qu’imbuvable, à chaque fois que je le croise on se saute à la gorge. Pourtant il est là qui me hante, je suis perdu, je l’ai dans la peau, je dois quitter New York, m’éloigner pour l’oublier. Je vais reprendre mon ancien métier de reporter de guerre, partir au bout du monde, et essayer de reconstruire ma vie ailleurs. Je n’imaginais pas que j’allais mettre directement les pieds en enfer. Comment supporter l’indicible, quand il n’y a plus d’espoir ? Quand l’horreur se déchaine, quand les ténèbres menacent de m’engloutir, il ne me reste que ses yeux pour seul espoir.

 

Mon avis: 

Préparez vous, car s’il y a bien une chose que vous devez savoir en débutant cette lecture, c’est que plus que lire, on vit chaque instant, chaque joie chaque peine. On pleure, on espère. Voilà la magie de cette plume: transcender son lecteur. Faire partie de cette histoire, devenir en quelque sorte cet(te) ami(e), ce confident, spectateur impuissant, mais présent à chaque instant. Voilà dans quoi vous vous embarquez. Vous êtes prévenus. Vous ne ressortirez pas indemne.

Beaucoup, moi-même d’ailleurs avons eu le plaisir de lire la première version de Without you. Kaya a bien insisté en précisant qu’elle l’avait retravaillé. Ce que je peux dire, c’est que c’est réussi. J’avais été marqué, mais cette réédition retravaillée est encore plus bouleversante. Tout est amplifié et cela tout au long de ce premier opus. Comme je l’ai dit à Kaya, j’ai été transcendée. Oui c’est un mot fort, mais c’est mon ressenti et c’est assez rare pour le noter.  Bravo à elle pour ce travail faramineux.

Tome 1:

Lorsque nous débutons cette histoire, nous faisons la connaissance d’Amaury alors âgé de 32 ans, architecte reconnu dans son loft New Yorkais. En apparence, tout lui réussit, mais cela n’est qu’une apparence… Car Amaury est seul dans ce lieu qui pourtant représente tant de beaux projets passés et à venir… Car il manque l’homme de sa vie, Eden.

Eden, qui deux ans et demi plus tôt va se voir faucher par une voiture et ainsi le condamner. Kaya va alors nous retranscrire cet instant où tout bascule, cet instant où la vie s’arrête et n’est plus. On suit ce couple dans cette lente descente aux enfers. Du choc de l’annonce à ce destin funeste qui les attendait. On ressent ce tiraillement entre espoir et résilience, ce combat auquel chacun doit faire face, pour au final accepter l’inacceptable et profiter de chaque instant offert.

Ce qui est « difficile » c’est cette date, celle où tout s’arrête. Kaya trait avec beaucoup d’humilité l’euthanasie du point de vue de celui qui choisit de partir dignement, mais aussi de l’entourage. Lors de la première partie du roman, nous suivons notre couple et ce travail de deuil par lequel l’un et l’autre va passer tout en ayant en tête cette date ultime. Tout comme eux, on passe par choc déni, colère, tristesse, cette quête de sens illusoire, mais vitale, cette résilience tout en restant dans le déni pour le « après », car sans l’amour de sa vie, il n’y a plus que le néant.

Dans la deuxième partie, nous faisons face à ce que tout le monde appréhende : le déni, la colère, la tristesse aussi. On subit autant qu’Amaury cette descente aux enfers qui commence. Oui, nous revivons une deuxième fois le deuil et cela prend une tout autre dimension à notre lecture.

Troisième partie marque la quête d’un nouveau sens à donner à sa vie, ces essais pour arriver à cette acceptation que oui, la vie continue malgré tout.

Quatrième partie est ce que je nommerais « ce nouveau départ », cette sérénité qui nous transperce. Cette absolue vérité que la vie continue malgré son absence, mais que l’être aimé est toujours là dans un coin de son cœur et veille sur nous.

En finissant cette lecture, on réalise l’importance de ces 4 parties, car à l’image d’Amaury, nous avons, le temps de cette lecture, nous aussi lecteur, vécu, ressenti éprouvé cette perte et tout le travail de deuil qui s’en suit.

 

Tome 2:

Ce deuxième opus se construit comme le premier. On découvre (enfin le beau et tendre) Sullivan. Tout comme le premier il y a un avant et un après. Cet instant où tout bascule, ce terrible traumatisme où on N est plus, on devient un autre plus fort.

Dans un premier temps on découvre la difficulté d être « l autre » celui qui tombe amoureux d un homme marié puis veuf et enfin d un fantôme. Alors qu’il se résigne, la vie va lui faire affronter le pire côté de l être humain. Sullivan N est plus. Il devient victime puis l ombre de lui même.
La deuxième partie est une double reconstruction : celui de la victime qui doit reprendre à vivre et celui de cet « autre ». Apprendre à vivre avec une personne veuf N a rien d évident ni pour l un ni pour l’autre. C est la la puissance des mots sur des maux. Trouver sa place dans la vie et dans celle que l on se construit avec L être aimé.

Conclusion 😉

Kaya par sa plume nous fait traverser un melting pot d émotions qui s amplifie suite à la lecture du premier. On ne parle pas de couple, d un trouble ou d un polyamour. On parle de famille, d êtres aimés. Elle cible ses mots, de telle façon qu ils ne peuvent que nous percuter. Simple mais tellement commun à chacun. En clair un superbe coup d artifice dans mon cœur et la chair de poule qui ne m a pas quitté tout au long de ma lecture. C est un combo gagnant à mes yeux.

Plus qu’un coup de coeur, un coup de foudre! C’est bien une série sombre qui aborde des sujets sensibles difficiles à manier sans tomber dans le cliché. Et pourtant Kaya C a réussi haut la main ce pari.

 

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

 


Genre: au delà des apparences, deuil, drame psychologique, faux semblants, handicap, Le temps des choix, romance, seconde chance, tatouage, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Sans concession par Onyx

Sans concession – tome 1

Titre originel : Manhattan District – Kelyos & Jared.
Seconde édition. Nouveau texte.

Contraint de quitter la police de Boston à cause de son comportement, le capitaine Jared Conrad accepte un poste d’adjoint au commandant de la division des stupéfiants au département de la police de New York. Dès son arrivée, il doit palier aux manquements d’une équipe déviante et s’investir personnellement en devenant l’officier coordinateur du lieutenant Kelyos Sullivan.

Quand ils se rencontrent, les deux hommes sont immédiatement attirés l’un par l’autre, mais le lieutenant est infiltré au SQube 10, le club de nuit d’un trafiquant de drogue violent dont il est devenu l’amant pour les besoins de la mission, alors c’est dans la peur et un profond déchirement que leurs sentiments s’épanouiront.

Kelyos et Jared iront jusqu’au bout d’eux-mêmes pour mener à bien cette enquête dont les rebondissements les conduiront vers une dernière épreuve.

Sans concession – tome 2

Titre originel : Manhattan District – Au-delà de la peur – Partie 1.
Nouvelle édition.

L’histoire de Noah et Cyrius se déroule sur les tomes 2 et 3 de la série.

Profondément marqué par son passé, Noah Malowe a néanmoins réussi à trouver un équilibre entre son travail de légiste, ses angoisses et ses amis… jusqu’à il y a un an et sa rencontre avec le capitaine Cyrius Godfrich. Ce jour-là, sa vie a basculé, car en même temps que l’homme s’imposait à lui comme un coup de poignard du passé, un sentiment improbable naissait dans son cœur.

Cyrius… Imposant, sombre et insolent, il est les souffrances de Noah. La raison lui dicte de fuir cette âme abîmée qui le rejette avec force mais son cœur ne peut s’y résoudre. Alors, quand la vie fait trébucher le légiste, il le relève et lui offre l’espoir d’une guérison.

Mais la vie est une vraie pute, Noah…

Frappé par une série de meurtres sadiques, Manhattan s’enflamme. Les orchestrations sont sordides, les mises en scène allusives et les effets destructeurs sur Noah dont la vie risque à nouveau de voler en éclats.

Sans concession – tome 3

Titre originel : Manhattan District – Au-delà de la peur – Partie 2.
Nouvelle édition.

L’histoire de Noah et Cyrius se déroule sur les tomes 2 et 3 de la série.

L’enquête de l’USIE sur la série de meurtres a pris une tournure dramatique. Les corps ont parlé, les indices se sont livrés et les pièces se sont assemblées pour révéler un jeu infâme dans lequel Noah est le pion.

Cette situation ne peut que le détruire alors, pour sauver cette part de bonheur que Cyrius lui a promis et à laquelle il tient tant, pour être libre aussi, Noah décide de dévoiler son passé et d’affronter sa plus grande peur.

Commence alors une traque à travers le pays et un affrontement sans merci pour Noah, Cyrius et leurs amis dont aucun ne sortira indemne.

Sans concession – Tome 4 : Ne m’abandonne pas

L’histoire de Shura et d’Ansgark se déroule sur les tomes 4 et 5 de la série.

Plusieurs semaines après la fusillade de l’usine, Shura Savoskini est toujours détenu par la CIA. L’enquête piétine à cause de l’animosité historique entre la CIA et le FBI alors, quand Ansgark est trahi par sa hiérarchie, il décide de prendre en main le sauvetage de celui qui est devenu son mari par vengeance.

Contraints de rester Europe de l’Est à cause de l’état de santé de Shura, les deux hommes entament une cohabitation des plus difficiles où la fierté de l’un et la patience de l’autre sont mises à rude épreuve. Contre toute attente, Ansgark devient l’ancre de Shura et le seul capable de l’empêcher de sombrer. Sauf que Shura refuse cette dépendance. Ansgark davantage encore.

Quand le passé de Shura resurgit de manière brutale, c’est un déchirement pour lui de supplier Ansgark de l’aider et plus encore de lui confier ce qu’il a de plus secret. Ce dernier accède à sa requête mais uniquement parce qu’elle lui permet d’effacer sa dette.

Les deux hommes mettent leur différend de côté pour se rendre en Ukraine où une situation particulièrement compliquée les attend. Compliquée et déchirante. Très vite, Ansgark réalise que son mari est loin de lui avoir tout dit…

Sans concession – Tome 5 : De l’ombre à la lumière

Quand la porte de la chambre se ferme et qu’Ansgark voit Shura à genoux et tétanisé, il comprend que des choses terribles se sont passées ici. Son mari accepte de lever le voile sur son passé et Ansgark prend de plein fouet une douleur qui bouscule son indifférence et l’exhorte à le protéger davantage encore.

Sauf que l’agent du FBI Loukas Filling lui demande d’infiltrer un groupe de shestyorkas ukrainiens travaillant pour l’organisation criminelle Astakaïa. Ansgark refuse mais Shura le convainc d’accepter car il s’agit de sauver le frère de leur ami Misawa. Tenté par l’opportunité de fuir ce mari trop tendre et ces émotions qu’il ne sait pas gérer, Ansgark accepte.

C’est ainsi que Shura se retrouve seul. Seul contre son père dont la haine est intacte, seul pour affronter les conséquences dramatiques des choix faits pour récupérer Mhya et seul dans cette chambre qui le terrorise. Pourtant il décide de se battre.

Commence alors pour chacun d’eux un difficile combat et contre toute attente, c’est dans leurs retrouvailles qu’ils puisent la force de continuer. Retrouvailles inconscientes dont ils paieront le prix.

La mission est arrêtée et semble sans issue sauf que dans l’ombre, quelqu’un a redistribué les cartes et une chance unique de faire tomber Solokov leur est offerte. L’équipe est à nouveau réunie et des moyens extraordinaires sont mobilisés pour monter l’opération la plus singulière de leur carrière.

La situation est extrême, la peur et l’angoisse omniprésentes, réveillant les instincts et exacerbant les émotions. Il n’y a plus de place pour les hésitations et Ansgark va devoir choisir entre ses idéaux et Shura.

 

Mon avis:

Voici une série comme je les aime, je préfère prévenir c’est noir, cruel, tortueux, mais extrêmement bien traité.
Nous découvrons Jared, qui suite à un fiasco sur sa dernière enquête se voit transféré au district de Manhattan. Il se retrouve adjoint à la division des stupéfiants, obligé de rester derrière un bureau pour encadrer son équipe. L’homme en lui-même est le stéréotype même du « mâle » : grand, fort, sombre et axé à des comportements violents. Il découvre que cette division n’est pas aussi unie que son ancienne unité. Ici règne la loi du silence, des actes homophobes sont loi sous le regard indifférent de leur directeur. Mais le pire est que ces actes ont des conséquences directes sur le travail, ce qui est inacceptable. Mettre en danger un coéquipier pour une raison aussi futile que son orientation sexuelle n’est pas acceptable. C’est ce qu’il découvre par le biais de Kelyos, son exact opposé physiquement. Kelyos qui malgré la pression exercée par ses collègues assume ses choix quitte à se mettre en danger.
On découvre les deux hommes à travers une enquête sordide où la drogue et le proxénétisme ne sont en fait que la partie émergée de l’iceberg… que des actes d’une cruauté insupportable se passent sous l’œil de tous dans le silence le plus complet. L’auteur nous immerge dans cette infiltration au combien périlleuse. On sombre avec Kelyos dans cet enfer.

Le deuxième « tome » de cette saga se tourne autour de ce personnage attachant, mais tellement mystérieux qu’est Noah. Noah et son anxiété sociale, Noah, ce petit brun qu’on a tout de suite envie de consoler, de rassurer, mais qui est inaccessible. Au fur et à mesure de la lecture, on découvre l’homme et ses cicatrices. Son combat quotidien pour survivre dans ce monde où tout le monde est un ennemi en puissance. On le voit lutter face à cette attirance pour le ténébreux Cyrius. Tout comme ce dernier, on ne comprend pas ces rejets. Mais quand la vérité éclate, on devient admiratif de l’homme. On se dit que réussir à se sortir de cette spirale infernale est un vrai défi. Noah, plus qu’une victime est un survivant qui va apprendre, au contact de Cyrius et de ses amis à se reconstruire et faire face à ses démons passés.
Vous l’aurez compris, une fois la lecture commencée, impossible de ne pas s’attacher à ses hommes. Chacun à des défauts, mais aussi des qualités remarquables. C’est dans leurs imperfections qu’ils deviennent humains et tellement attachants. Chacun à son passé, chacun ses traumatismes, mais l’union fait la force. D’apparence inaccessible, on découvre que derrière cette image d’hommes durs et insensibles se trouve un cœur qui bat et un sens aigu de l’amour, qu’il soit fraternel ou sentimental.
Ce qui fait le tour de force de l’auteur, c’est ce lien entre les enquêtes et ces hommes.

L’auteur se concentre sur l’humain, les conséquences de traumatismes vécus et les incidences sur l’homme et son entourage. On reste dans cette atmosphère lourde de A à Z. On souffre avec eux, on reste sur ce fil fragile, attendant la chute… On s’attache, on souffre, on se impuissant à certains passages. Le thème général est très bien traité, car il s’agit de victimes innocentes (mais je ne vais pas dévoiler l’intrigue). Cette lecture est addictive. Impossible de passer à autre chose une fois commencer. Bref un superbe coup de cœur pour cette réédition est plus profonde « encore ».

Veuillez m’excuser, je l’avoue, je n’ai pas eu le temps de chroniquer les deux derniers tomes ayant eu quelques soucis de santé. Je vous mets tout de même les liens d’achat. Dès que les chroniques seront prêtes, je mettrai à jour la page et je vous les présenterai. Bonne lecture.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, handicap social, harcelement, Le temps des choix, métier, policier, survivants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Aime-moi ! par Marie-Paule Dunant

Synopsis:

A vingt-et-un ans, Louane est plus seule que jamais, à la rue. Elle a tournée le dos à sa famille et ses amis n’en sont pas. Alors qu’elle fuit tout ce qu’elle rejette de la société, elle rencontre Sabrina, une fille au tempérament étrange. Son passé lui a prouvé qu’elle devait se méfier des gens. La différence n’est pas tolérée dans la société. Mais pourquoi cette fille avec sa tenue orange et bleue se montre si gentille et attentionnée ? Pourquoi ne semble-t-elle pas dégoûtée au fur et à mesure que les jours passent ? Alors qu’elle est devenue une fille sauvage, Louane va petit à petit s’ouvrir à Sabrina, cette femme au grand coeur qui lui apporte chaque soir un peu de réconfort.

 

Mon avis:

Quand une plume nous transmet fragilité et émotions…

Aime-moi est le premier roman FF que Marie Paule nous offre. Je l’avoue, je suis une fan de ses romances MM. contrairement à ces autres romans, l’histoire et la manière de la conter est à l’image de son héroïne : tout en fragilité et douceur. J’ai redécouvert sa plume sous un angle différent, mais qui m’a énormément touchée.

Nous faisons la connaissance de Louanne, une jeune femme SDF totalement perdue dans cette société qui l’ignore. Elle survit par miracle, nous pouvons le dire, jusqu’à cette rencontre inattendue : Sabrina. Par son intermédiaire, Louanne va peu à peu reprendre sa vie en main.

L’auteure s’attaque à un sujet très peu exploité et pourtant réellement présent : ces jeunes qui sont jetés à la rue, car ils ont fait « le mauvais choix ». Elle nous décrit leurs quotidiens et toute la difficulté de trouver sa place dans une société où l’apparence fait moi. Comme tant d’autres, l’auteure met en lumière ces jeunes qui fait au poids des convictions religieuses archaïques et homophobes, des apparences se retrouvent dans des situations inconsidérées et pourtant encore d’actualité.

À l’image du conte duquel l’auteure s’inspire, Louanne est tel ce vilain petit canard qui ne demande qu’à devenir un magnifique cygne. La romance entre les deux femmes se construit doucement ce qui est, de mon point de vue, très bien mené, car précipiter les choses aurait faussé la véracité des sentiments et des remises en question.

C’est cela qui rend l’histoire profonde. On ne parle pas d’une romance lambda entre deux femmes de classes différentes, mais d’une réelle introspection d’une jeune femme bafouée à tort et de son acceptation.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, faux semblants, homophobie, religion, survivants, traumatismes du passé