Without You par KAYA C.

Synopsis:

Amaury est un jeune homme timide, gentil, entouré par une famille aimante, dont certains membres sont un peu loufoques. Sa rencontre avec Eden va tout bouleverser, ils vont vivre un amour au-delà de tout ce qu’il aurait pu espérer. Mais le destin est capricieux et Amaury va en payer les frais. Qu’est-il prêt à supporter pour grapiller des morceaux de bonheur fou ? Combien de batailles devra t’il mener pour enfin être heureux ? Pourra t’il se reconstruire une fois qu’il aura tout perdu ? Qui sera celui qui l’aidera à continuer ?

Mon avis: 

Lorsque nous débutons cette histoire, nous faisons la connaissance d’Amaury alors âgé de 32 ans, architecte reconnu dans son loft New Yorkais. En apparence, tout lui réussit, mais cela n’est qu’une apparence… Car Amaury est seul dans ce lieu qui pourtant représente tant de beaux projets passés et à venir… Car il manque l’homme de sa vie, Eden.

Eden, qui deux ans et demi plus tôt va se voir faucher par une voiture et ainsi le condamner. Kaya va alors nous retranscrire cet instant où tout bascule, cet instant où la vie s’arrête et n’est plus. On suit ce couple dans cette lente descente aux enfers. Du choc de l’annonce à ce destin funeste qui les attendait. On ressent ce tiraillement entre espoir et résilience, ce combat auquel chacun doit faire face, pour au final accepter l’inacceptable et profiter de chaque instant offert.

Ce qui est « difficile » c’est cette date, celle où tout s’arrête. Kaya trait avec beaucoup d’humilité l’euthanasie du point de vue de celui qui choisit de partir dignement, mais aussi de l’entourage. Lors de la première partie du roman, nous suivons notre couple et ce travail de deuil par lequel l’un et l’autre va passer tout en ayant en tête cette date ultime. Tout comme eux, on passe par choc déni, colère, tristesse, cette quête de sens illusoire, mais vitale, cette résilience tout en restant dans le déni pour le « après », car sans l’amour de sa vie, il n’y a plus que le néant.

Dans la deuxième partie, nous faisons face à ce que tout le monde appréhende : le déni, la colère, la tristesse aussi. On subit autant qu’Amaury cette descente aux enfers qui commence. Oui, nous revivons une deuxième fois le deuil et cela prend une tout autre dimension à notre lecture.

Troisième partie marque la quête d’un nouveau sens à donner à sa vie, ces essais pour arriver à cette acceptation que oui, la vie continue malgré tout.

Quatrième partie est ce que je nommerais « ce nouveau départ », cette sérénité qui nous transperce. Cette absolue vérité que la vie continue malgré son absence, mais que l’être aimé est toujours là dans un coin de son cœur et veille sur nous.

En finissant cette lecture, on réalise l’importance de ces 4 parties, car à l’image d’Amaury, nous avons, le temps de cette lecture, nous aussi lecteur, vécu, ressenti éprouvé cette perte et tout le travail de deuil qui s’en suit.

Préparez-vous, car s’il y a bien une chose que vous devez savoir en débutant cette lecture, c’est que plus que lire, on vit chaque instant, chaque joie chaque peine. On pleure, on espère. Voilà la magie de cette plume: transcender son lecteur. Faire partie de cette histoire, devenir en quelque sorte cet(te) ami(e), ce confident, spectateur impuissant, mais présent à chaque instant. Voilà dans quoi vous vous embarquez. Vous êtes prévenus. Vous ne ressortirez pas indemne.

Beaucoup, moi-même d’ailleurs avons eu le plaisir de lire la première version de Without you. Kaya a bien insisté en précisant qu’elle l’avait retravaillé. Ce que je peux dire, c’est que c’est réussi. J’avais été marqué, mais cette réédition retravaillée est encore plus bouleversante. Tout est amplifié et cela tout au long de ce premier opus. Comme je l’ai dit à Kaya, j’ai été transcendée. Oui c’est un mot fort, mais c’est mon ressenti et c’est assez rare pour le noter.  Bravo à elle pour ce travail faramineux.
Alors évidemment pour conclure, que dire hors mis que oui! On attend le deuxième opus! Vu le premier, on sait d’or et déjà que oui, on va se reprendre une claque magistrale. Donc wait and see comme dirait Mac!

Plus qu’un coup de coeur, un coup de foudre!

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

 


Genre: au delà des apparences, deuil, drame psychologique, faux semblants, handicap, Le temps des choix, romance, seconde chance, tatouage, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

L’internat par Grymes

Synopsis:

Maxence revient dans cette histoire courte et choc sur ses souvenirs de l’internat, ses rencontres et son premier amour. Tous les éléments qui ont conduit à ces drames. Quatre tragédies, un seul lien : Maxence. Voici sa confession.

Mon avis:

« Mais comment a-t-on pu en arriver là ? » Voilà l’intrigue qui nous tient tout au long de cette nouvelle. Expliquer l’inavouable…
Nous faisons la connaissance de Maxence, deux mois après les faits. Alors que le psychiatre essaie de lui faire dire cette vérité tant inavouable, Maxence décide de nous (car oui dès le prologue on est pris dedans) SA vérité… Celle de ses souvenirs passés et vécus.

Tout débute à son entrée au lycée. Maxence est alors un mec lambda parois d’autres. Élève moyen, il s’intègre facilement et se fait des amis. Maxence lui-même le dit, il s’éloigne parfois de l’intrigue, cette question posée, mais en réalité, tout est lié… Tel un puzzle, les pièces s imbriquent et nous voyons au fur et à mesure la catastrophe à venir… Mais est-ce la vérité la vraie? Le doute nous poursuit tout du long, car ce sont ses souvenirs, avec leurs subjectivités qui nous sont contées. Notons que l’auteur joue énormément sur ce ressenti. Il narre l’histoire au présent tout en notant le ressenti de Maxence en le conjuguant au passé.

C’est une véritable introspection que l’auteur, à travers les souvenirs de Maxence, narre ce fait divers. On remonte le temps et on essaie de comprendre le pourquoi du comment… Comment en est-on arrivé à ce carnage? C’est un véritable pamphlet sur cette jeunesse faite d’apparences et égocentrique. Mais tout cela sonne creux. Car derrière ces apparences se cache le véritable fléau de notre société : l’ennui.

Ne vous attendez pas à une romance d’adolescents. C’est bien plus que cela : telle une photographie, on nous jette à la figure la réalité de cette jeunesse si peu sûre d’elle, si fragile qui repousse leurs limites pour paraître… Ce témoignage, car au final  s’en est un, fait échos à notre vécu, nos premiers émois, mais aussi à la génération qui le vit aujourd’hui.
Un drame psychologique qui nous marque, une lecture dont on ne ressort pas indemne. Un coup au cœur. 

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, romance young adult
Série: Auto édition |

Fracture(s) par Emy BLOOM

Synopsis:

Sébastien et Valentin ont tout pour être heureux. Malgré des débuts quelque peu difficiles, ils sont à présent bien ancrés dans leur relation. Chacun vit la vie qu’il souhaitait malgré un quotidien atypique. Mais une seconde suffit à bouleverser cet équilibre fragile. Une chute, un diagnostic et les voilà en plein chaos. Peut-on survivre à un tel évènement ? Peut-on espérer un lendemain lorsque notre passé est révolu à jamais et notre présent incertain ? L’amour est-il plus fort que la fatalité ? Peut-on survivre à une telle fracture ?

Mon avis:

Etant l’auteure de ce roman, j’ai, avec l’accord de Rose, chroniqueuse du blog M/Meninbooks, que je remercie une fois de plus, souhaité vous donner un avis professionnel et impartial. Voici son retour de lecture.

Quatrième roman de cette auteure que je bouquine. Je vous avoue au vu du titre, j’avais un peu la trouille de le lire. Pourquoi me direz-vous? Surement pour tous les sentiments qui allaient en découler, les larmes qui en résulteraient. Bin, ça n’a pas loupé!

Tout brille pour Sébastien et Valentin, ils s’aiment, ils sont devenus très épanouis depuis qu’ils sont ensemble, leur passé s’est apaisé grâce à l’amour, la loyauté, la confiance qu’ils partagent. Leur vie professionnelle est un aboutissement, ils vivent dans un bel appart, ils ont tissé des liens solides avec leurs amis et leurs familles, le tout dans une totale harmonie.

La vie est belle, l’avenir s’annonce serein jusqu’à un foutu escalier, la marche de trop ou de moins et le destin s’abat sur Sébastien mais pas que, sur Valentin mais pas que …. Et là commence le long calvaire de l’acceptation, de la réadaptation, de la compréhension.

L’auteure a pris le parti de nous faire découvrir, en alternance, les pensées de chacun des deux hommes, leurs douleurs, leurs angoisses, leur calvaire. Passée l’annonce de la survie, une forme de soulagement s’installe mais tellement de courte durée qu’il en est amoindri, négligé face aux conséquences d’une paralysie. Voilà le futur est chamboulé, leur vie bascule, qu’adviendra-t’il d’eux?

Malgré la difficulté de l’exercice de parler du handicap, des traumatismes, des conséquences, de la réadaptation physique et psychologique, l’auteure a su traiter tous les sujets avec un côté médical mais sans en faire un sujet trop larmoyant. Même si les larmes pointent le bout de leur nez, ce n’est pas l’enjeu du livre. Je dirais, de part mon ressenti, qu’ Emy Bloom l’a écrit pour nous faire comprendre que quelque soit le brouillard dans lequel on erre dans ces moments-là, on peut tous avoir la force de surmonter les épreuves, les vaincre, les apprivoiser, en faire des bases solides pour vivre avec et accepter ces profonds changements. 

Évidemment, Sébastien interpelle par sa peine, ses pensées et surtout par son « basculement » de vie. Je l’ai trouvé fort, j’avais toujours envie de le dire de ne pas sombrer, ce furent des moments intenses et durs à lire. Ensuite viennent les familles avec plus ou moins de déni, voulant être présentes sans vraiment pouvoir le faire.

Et Valentin, ah Valentin m’a beaucoup parlé, fait pleurer, m’a remise en question de bien des façons. Je crois que c’est lui qui m’a renvoyé le plus dans mes filets. Il m’a mis face à une réalité sans la comprendre, sans l’appréhender, mais qui aura eu le mérite d’obliger mon cerveau à se poser bien plus de questions que je n’étais prête à affronter. Je crois que c’est la première lecture autour du handicap, de la réadaptation à la vie qui m’ait autant tordu les tripes. Heureusement que la fin s’apaise !

Franchement, je ne peux que vous le conseillez. Même si le sujet est compliqué, réel, il apporte une sorte d’apaisement, un témoignage de vie. Rose Taylor

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, handicap, Le temps des choix, romance
Série: Homoromance éditions |

Et plane la mort

Synopsis:

Cole et Steve n’auraient jamais dû se rencontrer. Après tout, qu’ont en commun un juriste au chômage, contraint au porte-à-porte, et un détective privé à la dérive ? Pas grand-chose. Le destin les réunit pourtant lorsque Benjamin Everett demande à Steve d’enquêter sur la mort de son meilleur ami, Dan Halden, ex-star montante du show-biz.

Luttant contre cette attraction aussi soudaine qu’inattendue, les deux hommes devront se frotter au passé sulfureux de Dan. Drogue, porno, chantage, ce dernier ne semblait pas près de s’acheter une conduite. S’agit-il alors d’un suicide, ainsi qu’en a conclu l’enquête de police, ou Dan cachait-il d’autres secrets ? De mortels secrets ?

 

 

Mon avis:

Une enquête qui nous plonge dans le show bizz et l’envers du décor des starlettes des TV show. Telle une pelote de laine, l’auteur nous entraîne dans cette enquête. Les découvertes et rebondissements s’enchainent et le lecteur se prend au jeu de l’enquêteur. On se retrouve en immersion totale. On découvre la personnalité de la victime et ses activités … sulfureuses et son entourage. On devient impatient de découvrir le fin mot de cette histoire tellement on est pris dans nos recherches.

Ce que j’apprécie c’est que le couple ne prend pas le pas sur l’enquête ou inversement. On découvre que l’un complète l’autre. Je m’explique, quand on fait la connaissance de Steve, on découvre un homme brisé, en pleine dépression suite à la disparition de sa sœur. Quand l’affaire lui est proposé, il se voit à travers son client. Il se dit qu’il peut l’aider, qu’il connait cette détresse. Au fil et à mesure que la lecture se fait, on voit Steve sortir de cette torpeur. On retrouve cette envie d’aller de l’avant, tout comme son client.

D’un côté une enquête. De l’autre, un couple en devenir… Le point commun ? cette même expérience traumatisante de la perte d’un proche. Faire son deuil et s’offrir une seconde chance, celle d’être heureux malgré tout. C’est ce qui fait de cette histoire une vraie romance policière.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, policier
Série: Mix Editions |

L’année du renouveau: Se reconstruire, T1 par Kaje Harper

Synopsis:

Quand on perd presque tout, il ne reste de la place que pour les choses dont on ne peut pas se passer.

Quelques minutes dans un immeuble en feu ont suffi à Ryan Ward pour perdre son boulot de pompier, certaines amitiés, sa petite amie et presque sa jambe gauche.

Mais baisser les bras n’est pas une option.

Il préfère encore trouver un autre job, reprendre ses études et louer une chambre à l’université.

Mais quand il réalise qu’il tombe amoureux de son coloc, les choses deviennent compliquées.

John Barrett sait ce que c’est que de tout perdre. Après avoir déménagé deux fois pour rester en contact avec ses enfants, il ne peut rien faire quand sa femme décide de les emmener en Californie.

Louer une chambre à Ryan semble une bonne solution pour combler le vide laissé par le départ de ses enfants dans sa grande maison.

Mais quand leur amitié se développe en quelque chose de plus et que ses sens et son désir prennent feu, sa grande maison semble presque étouffante.

Avec leur passé respectif, il n’y a rien qu’ils ne peuvent surmonter ensemble. Mais quand on retrouve des corps sans vie sur le campus – et qu’un d’entre eux est soupçonné – leur avant goût du bonheur pourrait bien partir en fumée.

Mon avis:

Toute la thématique du livre est dans le titre: se reconstruite après un incident de la vie. Que ce soit un mariage raté ou un accident, faire le deuil de la personne que nous étions et ne serons plus est une épreuve. La reconstruction après le choc est loin d’être facile.
L’histoire de ces deux hommes aux modes de vie opposés, en est l’illustration. L’un n’a connu qu’une vie maritale rangée, l’autre que des conquêtes d’un soir. Ils sont hétéros et rien ne fait pensé que cela changera. Mais voila, dans leurs souffrances, ils se reconnaissent, sont attirés l’un vers l’autre. Un simple incident sur le campus vont les rapprocher, ils vont apprendre à se connaitre, s’apprivoiser l’un l’autre jusqu’à ressentir de l’attirance. Ensemble, ils vont apprendre à se reconstruire, à s’accepter, avec leur passé, mais aussi à accepter leur sentiments. Passer au delà des préjugés, des qu’en dira t-on. Ils vont apprendre à vivre le moment présent tel qu’il se présente. Une très belle histoire où se mettre à nu au sens propre comme au figuré n’a rien d’évident, mais pouvoir redevenir heureux en vaut le prix.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: Le temps des choix
Série: MxM BOOKMARK Romance |