Série The original motorcycle Death Angels par Manhon TUTIN

La fondation du MC (Death Angels t. 0)

Au commencement, nous n’étions que de simples amateurs de motos.Nous adorions la bouffée d’adrénaline que nous procurait une longue chevauchée sur la Route 66 à dos de nos grosses cylindrées lancées à vive allure. Tous nos après-midi mécaniques entre potes à bidouiller nos engins, les doigts pleins de cambouis. Ainsi que ces nombreuses soirées passées dans le bar de Joey avec toute la bande, où l’on prenait un malin plaisir à deviser sur nos trois sujets de prédilection : les motos, nos femmes, et l’alcool. Les motos d’abord, puisque comme pour tout baroudeur qui se respectait, elles étaient comme des maîtresses insaisissables et indomptables.Les choses étaient simples en ce temps-là. Puis elles ont dérapé violemment…Nous faisant basculer avec force et cruauté dans l’illégalité.Nous sommes alors devenus les Death Angels.Voilà comment notre MC a été contraint de voir le jour. »

 

Hunter (Death Angels t. 1) 

Je n’ai pas choisi de devenir celui que je suis. On ne m’a pas laissé d’autre choix que celui d’embrasser ce destin funeste qui est le mien. Je suis né dans un monde de noirceur, de violence, de vengeance et de rage, parsemé d’illégalité. La faiblesse et l’amour n’avaient pas leur place entre les murs du MC qui m’a vu grandir. Seule comptait la loyauté. Johnny m’a façonné à son image. Ce n’était pas un mauvais père, pas vraiment, pourtant je ne me sens pas proche de lui. On cohabite tacitement, du moment que j’obéis et que j’emprunte le chemin qu’il m’a tracé. Je suis Hunter Stryker. On m’a destiné à devenir un leader, le futur président de notre club. Ainsi soit-il. Cependant, au fond de moi, je tremble à l’idée que la vérité à mon sujet soit découverte par mes frères. Parce que dans notre monde, il existe des règles, et celle que j’enfreins depuis des années est passible de la peine capitale…

 

Mon avis:

Houston nous avons un problème.

Quel plaisir de découvrir les fondations d un MC. L histoire est posée et les règles du MC nous donnent une multitude de rebondissements à venir. C est machiavélique de nous mettre l eau à la bouche donc je vous conseille d’enchainer avec le tome 1 de ce pas !

Manhon nous plonge dans le monde brutal d un MC 1% et quel MC…. Par son introduction avec le père de Hunter et la création des fondations du MC on attendait avec impatience la relève. Comme Hunter aime à le dire, on ne lui a pas laisser de choix. La vie s est imposée à lui. Il ne vit pas mais survit dans un milieu où être soi même signifie la peine de mort. Il pense pouvoir se cacher, faire semblant jusqu’à lui. Connor, un homme à part entière qui lui ne se cache pas. Par la force des choses Hunter va devoir faire des choix. Cela va lui coûter mais entre devoir et bon sens, il N y a qu un pas. Tout au long de ce roman un mot ressort: la frustration. Manhon joue parfaitement avec les sentiments et ressentiments de ses personnages sans pour autant enlevé ce caractère de bad boy et c est ça qui nous rend addict. Ces hommes sont entiers. Pas de mélo pas de pleurnicheries. C est dur, C est violent, C est de la testostérone et on en redemandé. À quand la suite ? Il me tarde de découvrir le Vice près… Bravo.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: bad boys, choc des cultures, deuil, faux semblants, homophobie, Le temps des choix, série, tatouage, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Deuxième chance: On a tous besoin d’une main tendue par Marie-Paule Dunant

Synopsis:

Dans la vie il y a deux types de personnes – les forts et les faibles. Les premiers dominent les deuxièmes, les exploitant jusqu’à ce que mort s’ensuive.
C’est ainsi que Dan voit le monde, lui qui a dû fuir les atrocités de sa famille pour descendre aux enfers de la rue. Pourtant dans ce monde obscur, il a des amis sur qui compter. Jusqu’au jour où sa vie bascule à nouveau et cette fois à cause de Luc, un éducateur d’un centre de réinsertion.
Entre haine, folie et regret, un sentiment étrange apparaît dans la vie de Dan.

 

 Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Dan un jeune homme de 17 ans enfant des rues qui après une fugue se retrouve dans l’enfer de la rue prostitution et drogue, ce quotidien des enfants des rues.
Des le départ l’auteure nous plonge immédiatement dans cet enfer. Rien n est mis sous silence ou enjolivé. On s immerge dans cet environnement hostile , on ressent ce danger qui poursuit Dan et ses amis en permanence.
Il faudra que Dan se face arrêté pour qu’il se voit avoir le choix d une seconde chance. Mais face aux traumatismes du passé qu il traînent depuis tant d années, comment faire confiance à des étrangers ? On comprend qu’il y a cette peur viscéral d être de nouveau abandonné.
Marie Paule nous décrit ce jeune homme en perdition, à l’enfance brisée par des maltraitances insoutenables. C est un animal sauvage. Il craint tout ce qui l entoure. Toute la difficulté est de l apprivoiser, de le mettre en confiance. Rien ne est acquis. Tout est en suspens. On se retrouve à être pris en haleine. Va t il pouvoir être sauvé ? Les appels de la rue sont fortes. Car oui, l auteure met en avant l appel de ces sirènes dévastatrices. Bien que cela soit l enfer, cette misère est rassurante pour ces délaissés. Leur vision de la vie et de son fonctionnement sont totalement faussés. On comprend alors tout le travail à accomplir pour se reconstruire et sortir de cette spirale infernale pour Luc responsable d un ranch et de ses encadrants. Mais le risque pour eux est de prendre les choses trop à cœur … Trouver sa place n est en rien évident.

Une nouvelle fois, on s’immerge dans l histoire, on vit au plus près cette réadaptation, cette reconstruction qui n est en rien une partie de plaisir. Apprivoiser un animal sauvage demande du tact, de la patience… Hors Dan joue son rôle à merveille ! Marie Paule nous montre toutes ces difficultés auxquelles il va devoir faire face: le sevrage, les règles, la vie en communauté, apprendre à faire confiance…

Tout dans son comportement reflète cet animal apeuré. On comprend que le seul moyen de se défendre c’est cette provocation. Là on voit le talent de l auteure, c’est ce dosage savant… Un juste dosage des réactions de chacun. On ressent au fur et à mesure de l empathie pour Dan, on s’y attache. On souffre avec lui, on espère un happy-end malgré ses réticences. Voir au delà des apparences, comprendre au lieu de juger… Toute la difficulté est là. Peu à peu on découvre ce petit garçon fragile sous ses airs durs et provocateur. Les révélations s enchainent en même temps que sa reconstruction et nous marque. C est savamment orchestré, avec beaucoup de justesse. On ne tombe pas dans les clichés. Chacun à son histoire et celle de Dan est loin d être un conte de fée mais une réalité qu on a tendance à occulter parce qu elle dérange cette société si lisse…

Pour finir, je dirai que cette romance n en est pas une. À l’image de son personnage principal, c’est une dark romance. Une lecture qui dérange, une lecture insoutenable par moments mais une lecture à lire jusqu’au bout. C est une lecture qui nous marque, une lecture qui montre l étendue du talent de Marie Paule. Un mot pour résumer ce bijou? Merci.

Notons que ce livre fait parti des livres retenus pour le prix du concours de la romance gay de l année 2020.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: drame psychologique, faux semblants, Le temps des choix, prostitution, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Sous le même ciel par Erika BOYER

Synopsis:

 

Mon avis:

Alejandro à 11 ans quand il se voit dans l’obligation de partir de son Espagne natale pour déménager à Arcachon. Enfant considéré comme « à part », il vit mal la situation. Mais cela va changer quand il va rencontrer son voisin, Hugo, ce magicien qui va lui faire retrouver le sourire.

Les deux hommes vont grandir et devenir amis. A 14 ans, Alejandro va se découvrir, comprendre son attirance pour les hommes et en particulier pour Hugo. Mais désireux de ne pas gâcher cette amitié, il va se taire. Mais la vie réserve de belles surprises … Hugo n’est pas insensible à son voisin.

Ils vont se découvrir des sentiments commun et ensemble, vont traverser bien des épreuves pour que leur couple persiste. Ils envisagent un futur, avec son lot de souhaits et d’amour éternel. Mais la vie peut aussi se montrer cruelle. Alejandro et Hugo vont devoir y faire face. Un amour aussi fort peut-il survivre à tout?

Un livre qui fait parti de ces livres où on ne voit rien arriver; mais une fois l’intrigue mis au grand jour, ne pouvons que ressentir ce sentiment d’impuissance qui nous bouleverse. L’auteure, par sa plume, nous décrit cette histoire d’amour avec une justesse infinie.

L’amour n’a pas forcément de Happy End. Mais l’on doit tout de même vivre, même dans la douleur et le souvenir pour chérir se qu’elle nous apporte.

Un livre qui vous fait pleurer, vous remet en question mais un petit bijou à chérir et à relire pour le savourer encore et encore.

Sans vous donner plus d’informations sur l’intrigue d’ Alejandro et Hugo, je tiens à vous prévenir, si vous acheter le livre, vous faite un don pour une association. Je ne vous dirais pas laquelle, tout est dans le livre.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: drame psychologique, maladie, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Comment j’ai rencontré un ange… par Estel STARK

Synopsis:

Certaines personnes naissent sous une bonne étoile et d’autres n’ont pas cette chance. Certains d’entre vous diront sûrement que j’appartiens à la seconde catégorie. Pour ma part, cela n’a aucune importance.
Depuis toujours, je vis dans l’ombre de mon frère aîné. Mes parents ont toujours souhaité avoir une fille comme deuxième enfant. Malheureusement pour eux, je suis né garçon.

 

Mon avis:

Voici une lecture au combien éprouvante. Nous faisons la connaissance de Gwendal. Gwendal qui n’a connu toute sa vie que la violence, la souffrance. L’auteure met en avant cette victime qui ne cesse d’être jugée et rabaissée ; par ses bourreaux, mais aussi par les autres et leurs condescendances… Jusqu’à cet ange. Cet ange qui va le voir lui, lui offrir quelque chose dont il a été privé toute sa vie : le libre arbitre et cette attention. Il va l’apprivoiser et l’aider.

Estel Stark nous offre un témoignage d’un homme en pleine reconstruction suite à une vie brisée… Les difficultés pour sortir de ce silence qu’on lui impose, oser s’affirmer et sortir de cette spirale…

Une énième lecture qui nous marque, qui nous interroge… Une pépite.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, Le temps des choix, survivants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

L’ombre du pouvoir par Thomas Lebescond

Synopsis:

Il y a ceux qui agissent dans la lumière pour que d’autres restent dans l’ombre. Mais à la fin de la nuit, plus personne ne sera dans l’obscurité. La vérité sera révélée. Et la mort reprendra ce qui lui revient de droit.

Mon avis: 

Chronique de L’ombre du pouvoir… Ou lorsqu’on tombe par hasard sur une pépite qui vous retourne. Je tiens à le préciser, c’est un fantastique. Mais pour moi, c’est beaucoup plus que cela. Le côté fantastique permet de poser le contexte et donne appui à l’histoire mais ce qui fait que cette romance devient un bijou, c’est Ethan. Ethan, ce jeune homme torturé, qui doit cacher sa véritable nature aux humains mais aussi à lui-même. Ethan, un jeune homme rongé par ses démons.

« Il n’est pas bon de vivre dans le passé » lui répète sa mère…

Mais la perte d’un être cher amène n’importe quel individu à changer. Le traumatisme est tel qu’une vie, jusqu’ici heureuse et insouciante devient obscurité, fantômes et amertume. Pour se reconstruire, Ethan cherche désespérément les raisons d’un tel dénouement funeste. Mais toutes les vérités ne sont pas bonnes à dires. Parfois, les secrets sont plus dangereux une fois révélés car il faut en assumer les conséquences.

Thomas nous met en avant cette dualité qui nous poursuit tout au long de notre lecture : le pouvoir face aux sentiments et cette difficulté à ne pas laisser l’un prendre le pas sur l’autre. Mais vivre dans le mensonge n’est en rien une solution viable. Cela amène à se perdre dans les abîmes, cette nuit sans espoir de lendemain.

Vous l’aurez compris, j’ai eu un véritable coup de foudre pour cette plume de ce jeune auteur. Plus qu’une fantasy, l’auteur met en avant des mots sur des maux invisibles qui font écho à notre société. Il nous offre une véritable remise en question sur le bien et le mal et cette fin ne fait que nous conforter dans cette idée que la vie n’est pas bicolore mais faite de nuances…

Bravo à lui pour cela. Un auteur à suivre !

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, fantasy, Le temps des choix, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Talk par Ophélie Pemmarty

Synopsis:

Un banc face à l’océan à Santa Monica, en Californie. Sur ce banc, tous les matins, un jeune homme admire l’horizon. Et tous les matins, Randy le voit et se demande pourquoi il est si seul. Lui a passé son enfance à Los Angeles et est revenu s’y installer, après avoir voyagé pendant presque dix ans pour devenir l’interprète de renom qu’il est aujourd’hui.
Alors, un jour, Randy va rejoindre l’inconnu sur le banc. En quelques mots, il parvient à le faire sourire. Ils font connaissance, ils se parlent. Ou plutôt, Randy parle, parce que Jonathan, lui, est muet…
Malgré leurs premières difficultés à communiquer, les deux hommes développent une complicité insoupçonnée. Le rendez-vous sur le banc devient pour eux une habitude ; le tout premier pas vers leur histoire. Mais il en faut beaucoup d’autres pour réussir à tracer un chemin ensemble, et parfois les faux pas sont inévitables.
Sous ses traits angéliques, Jonathan est un homme torturé, brisé par un passé qu’il s’efforce d’oublier et que son silence protège farouchement. Mais Randy est prêt à briser le silence et à affronter le passé. À force de patience, d’amour et de parole, il parviendra peut-être à libérer Jonathan des secrets qui l’emprisonnent…

Mon avis:

Ophélie Pemmarty nous offre une histoire bouleversante. On découvre en même temps que Randy, cet homme étrange, seul, effrayé. Tel un animal sauvage, elle nous permet d’accompagner Randy à apprivoiser cet être traumatisé. Grâce à la douceur de sa plume, elle nous enveloppe dans ce cocon que forme ce couple d’apparence atypique mais tellement fragile et attachant.

On ne peut ressortir indifférent de cette lecture. La chair de poule m’est restée un long moment suite à cette lecture. Par ces mots, on ressent toutes les émotions par lesquels passent nos deux protagonistes. On peut presque goûter ses moments de malaises, de peurs; toutes liées à un traumatisme passé.

Chers lecteurs, accrochez vous. Cette lecture sublime est un renversement émotionnel assuré.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: drame psychologique, handicap social, survivants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Emory par Chris VERHOEST

Synopsis:

Heath Drakefort mène une vie soumise aux exigences paternelles. Il doit remplir trois rôles : le sien et celui des deux disparus dans un accident, sa mère d’origine amérindienne, et son jeune frère.
Emory Chance Downing est le fils unique d’un couple tout aussi exigeant. Dynamique et positif, mais pas naïf, il rencontre Heath dans leur école de commerce privée californienne et ultra sélective. Il lui montre une autre facette de l’existence et s’efforce de le faire sourire de toutes les manières possibles.
Le jour où sa mère les surprend, le couple est séparé. Emory part dans un centre de thérapie. Sous couvert d’aider des personnes riches en difficulté (alcoolisme, dépression), le centre est en réalité une clinique anti-gay clandestine, parfaitement illégale. Des hommes et des femmes adultes y sont retenus contre leur gré et torturés. Le bâtiment et le parc sont surveillés, et le directeur est soutenu par des personnes influentes.
Pour Heath, il n’y a qu’une chose à faire : sortir Emory de cet enfer. On lui donne le nom d’un homme qui a gardé ses réflexes d’agent spécial, mais qui a démissionné du FBI. Un homme qui a la possibilité d’infiltrer les lieux et d’organiser une évasion : Kyle Emerson. Y parviendra-t-il ?
Et s’il y parvient, Emory et Heath peuvent-ils espérer survivre à cette expérience traumatisante et à ces gens puissants qui soutiennent le centre ?

 

Mon avis:

Voici une lecture au combien éprouvante qui parle d’un sujet brûlant et ENCORE d’actualité partout dans le monde : les thérapies de conversions.  Ces thérapies anti-gays où sont envoyés des hommes et des femmes qui n’ont que pour tord d’aimer le mauvais sexe !

Ce n’est pas Emory qui nous présente ce drame mais son compagnon Heath, impuissant face à la folie d’adultes homophobes et de Kyle, celui qui va s’infiltrer volontairement pour sauver Emory.

Ces deux points de vues amplifient encore plus le drame qui se joue sous nos yeux. On ne lit plus, on s’immerge dans l’histoire. On ressent toute cette colère, cette injustice pour ces victimes, cette incompréhension face à ces pratiques barbares et leurs conséquences dramatiques sur leurs « patients ».

Plus qu’une romance, Chris nous propose un pamphlet sur cette société où les « puissants » se prennent pour Dieu. Faire la comparaison entre les camps de concentrations et ces thérapies prend alors tout son sens et est largement justifié.

Une énième lecture qui nous marque, qui nous interroge, une lecture bouleversante… Une pépite, comme toutes celles de cette auteure.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

  


Genre: drame psychologique, homophobie, romance young adult, survivants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

HAREM par Marie H.J

#1 Insoumis au Jaguar

Nouvelle érotique métamorphe.
Kheran est un guerrier. Avaghar un prince Jaguar. Lorsque l’indomptable se retrouve entre les griffes du dominant, en qualité d’esclave sexuel, l’issue du combat n’est plus aussi certaine… Qui succombera le premier à l’attraction? Le plus docile n’est pas forcément celui qu’ils croyaient.

 

Mon avis:

Un jeu non pas de chat mais de jaguar et la souris…

Alors oui c est une romance érotique mais pas que. C est là que l on voit le génie de l auteure. On parle de deux hommes entiers, épris de liberté dans tous les sens du terme. Ils veulent tout maîtriser et pourtant… A vouloir soumettre ou se soumettre, on devient par la force des choses vulnérable face à ces sentiments. Voilà le vrai nœud de cette sublime romance. Une question, à quand une suite ?

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, faux semblants, Le temps des choix, romance métamorphe
Série: Auto édition |

L’Équilibre: L’allégorie de la Mort par Marion DE SOUSA

Synopsis:

La Mort a un visage.
Dans un monde ravagé par d’innombrables guerres, l’équilibre entre le bien et le mal n’est plus maintenu. Cela a pour conséquence de détruire peu à peu toutes formes de vie qu’il reste. Gaël, un jeune agriculteur de dix-huit ans apprend qu’une amie a été kidnappée par les Meurtriers, organisation malveillante au cœur de la cité. Il part à sa recherche, s’ouvrant à l’aventure intrépide qui l’attend. Très vite, il découvre qu’il descend d’une lignée de Veilleurs et que la Nature, esprit éminent qui dicte les lois de la planète, n’attendait que son dix-neuvième anniversaire pour lui révéler son identité. Elle lui annonce qu’il doit maintenir l’Équilibre. Entre doutes, mensonges et surprises, le jeune homme se bat pour garder son humanité qui menace chaque jour de se dissiper…

Mon avis:

Voici un livre dont on ne se ressort pas indemne, qui nous fait réfléchir, un post apocalypse dans toute sa splendeur. Un titre qui résume à lui seul ce formidable roman.

La couverture et son résumé m’avaient fait de l’œil alors quand l’auteure m’a proposé de le chroniquer, je n’ai pas réfléchi, j’ai plongé dedans. Car oui, c’est une immersion totale.

On découvre Néos, une des villes survivantes de la Grande Guerre… Une description hyper réaliste de survivants… D’hommes, de femmes, d’enfants qui survivent plus qu’ils ne vivent. On ressent ce poids qui pèse sur chaque personnage : celui d’être privé de cette liberté, cette peur qui est omniprésente dans leur quotidien. Dès le départ, on ressent cette hostilité, ce sentiment de désolation, cette mélancolie qui les suit telle une ombre. Et puis il y a ces jeunes, ces rebelles qui ne sont plus des enfants, mais pas encore des adultes. Ces jeunes gens en quête de liberté, cette volonté de sortir de ce carcan qui les étouffe, vivre… Gaël est l’un d’eux. Mais l’ennemi n’est jamais loin. Alors qu’il se pense perdu, Gaël va découvrir sa véritable nature et sa mission. Dans sa quête, Gaël va devoir apprendre à grandir, devoir faire face à des choix et des responsabilités d’adultes. Il va apprendre que certains sacrifices peuvent se justifier. Mais comme tout équilibre, chaque acte à des conséquences… On ressent cet élan d’espoir, un certain réconfort qui est contre balancé par les regrets et la peur de l’inconnu. En effet, les apparences sont trompeuses. Un don peut être porteur d’espoir ou de désespoir et devenir une malédiction.

Tout dans les interactions entre les personnages, les rebondissements, l’histoire en elle-même en fait, est en quête de cet Équilibre…  Ce roman est véhiculé tout du long par ce lien fragile parfois et pourtant essentiel: celui de l’amour.

L’auteure ne nous épargne rien : la peur, l’angoisse, la tristesse, l’amour et le don de soi… On grandit en même temps que Gaël, on devient mature, on s’affranchit. L’on comprend que la vanité de l’Homme est le fléau qui entraîne le monde et sa beauté vers le néant.

En clair, un énorme merci à l’auteure de ce cadeau et un livre que je vous recommande ! Un coup de cœur !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, Le temps des choix, romance young adult, survivants, voyage
Série: Auto édition |

Entre les draps par Devon McCormack

Synopsis:

« J’ai combattu sur le champ de bataille. Maintenant, je combats dans mon esprit. »

Jay passe son temps à fuir, cherchant perpétuellement un nouvel endroit où démarrer une nouvelle vie. Pourtant, même s’il court encore et toujours, il ne peut échapper aux souvenirs douloureux qui le hantent. À peine arrivé dans un nouvel emploi, il est pris en grippe par ses collègues et, en leur tenant tête, provoque une bagarre qui oblige son patron à intervenir. L’homme est un vétéran nommé Reese que Jay fait accidentellement tomber par terre, révélant sa jambe artificielle. Le jeune homme est alors persuadé de perdre son travail et il est abasourdi de se voir offrir une seconde chance.

Le nouvel employé contrarie Reese, qui le trouve irréfléchi et colérique. Peut-être n’aurait-il pas dû se montrer clément, mais Jay lui rappelle son frère d’arme, un homme auquel il tenait énormément et qu’il a perdu dans des circonstances tragiques. Il espère juste ne pas le regretter.

Quand un accident au travail déclenche une crise liée au SSPT de Reese, Jay paie sa dette en étant là pour lui, puis refuse de lâcher son patron lorsque celui-ci décide d’oublier ce qu’il s’est passé. Reese a beau essayer de garder ses distances, il y a une flamme – une passion – entre eux à laquelle il ne peut pas résister. Une passion qui les mène constamment dans la chambre à coucher. Pourtant, il se rend rapidement compte qu’ils ont allumé plus que les étincelles qu’ils créent entre les draps et que sous l’apparente dureté de Jay se cache une âme tout aussi torturée et blessée que la sienne.

Les deux hommes s’attachent, les liens se tissent, mais Reese sait bien que la tempête menace au fond de son esprit.

 

Mon avis:

Reese est un ancien militaire qui est ressorti de sa dernière mission traumatisée et handicapé. Il joue de cette apparence d’ancien militaire intimidante, mais avec cette droiture pour ne pas montrer sa vulnérabilité auprès de ses employés. Quand Jay rejoint son équipe, Reese le traite comme les autres, souhaitant lui offrir une seconde chance : celle de trouver sa place. Sauf que Jay traîne une réputation de fauteur de trouble qui ne fait qu’aggraver son apparence auprès des autres de par sa méfiance. Il parait frustré, aigri, inapprochable, voire agressif.

Mais voilà, les apparences sont trompeuses. Derrière leurs images de dur se cachent deux hommes traumatisés. Leurs attitudes froides s’expliquent par des syndromes de stress post-traumatiques pour l’un, de mauvais traitements pour l’autre. C’est le point commun qui va les rapprocher : ce handicap social qu’ils traînent derrière eux.

L’auteur a parfaitement traité dans cette histoire toute la difficulté de vivre « normalement » malgré ce handicap invisible et pourtant bien présent dans leur quotidien. On comprend que c’est un combat quotidien auquel ils doivent faire face pour ne pas retomber dans ce cauchemar, une conduite de chaque instant où ils doivent être en alerte par rapport à leur environnement tout en essayant de juguler leurs réactions. Le moindre bruit, la moindre interaction peut être un élément déclencheur. On comprend le poids de ce traumatisme sur leur quotidien, en notant le manque d’aide cruel pour l’accompagnement dans leur reconstruction.

Ces deux hommes vont se retrouver dans l’autre. Endeuillés, traumatisés, vivant dans cette insécurité constante, ils vont voir au-delà des apparences et s’apprivoiser. D’une relation de convenance, ils vont approfondir leur relation de confiance pour laisser à l’autre le voir tel qu’ils sont : des hommes vulnérables. Une fois de plus, l’auteur nous offre une histoire forte en émotions.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, armée, au delà des apparences, faux semblants, handicap social, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |