L’ombre du pouvoir par Thomas Lebescond

Synopsis:

Il y a ceux qui agissent dans la lumière pour que d’autres restent dans l’ombre. Mais à la fin de la nuit, plus personne ne sera dans l’obscurité. La vérité sera révélée. Et la mort reprendra ce qui lui revient de droit.

Mon avis: 

Chronique de L’ombre du pouvoir… Ou lorsqu’on tombe par hasard sur une pépite qui vous retourne. Je tiens à le préciser, c’est un fantastique. Mais pour moi, c’est beaucoup plus que cela. Le côté fantastique permet de poser le contexte et donne appui à l’histoire mais ce qui fait que cette romance devient un bijou, c’est Ethan. Ethan, ce jeune homme torturé, qui doit cacher sa véritable nature aux humains mais aussi à lui-même. Ethan, un jeune homme rongé par ses démons.

« Il n’est pas bon de vivre dans le passé » lui répète sa mère…

Mais la perte d’un être cher amène n’importe quel individu à changer. Le traumatisme est tel qu’une vie, jusqu’ici heureuse et insouciante devient obscurité, fantômes et amertume. Pour se reconstruire, Ethan cherche désespérément les raisons d’un tel dénouement funeste. Mais toutes les vérités ne sont pas bonnes à dires. Parfois, les secrets sont plus dangereux une fois révélés car il faut en assumer les conséquences.

Thomas nous met en avant cette dualité qui nous poursuit tout au long de notre lecture : le pouvoir face aux sentiments et cette difficulté à ne pas laisser l’un prendre le pas sur l’autre. Mais vivre dans le mensonge n’est en rien une solution viable. Cela amène à se perdre dans les abîmes, cette nuit sans espoir de lendemain.

Vous l’aurez compris, j’ai eu un véritable coup de foudre pour cette plume de ce jeune auteur. Plus qu’une fantasy, l’auteur met en avant des mots sur des maux invisibles qui font écho à notre société. Il nous offre une véritable remise en question sur le bien et le mal et cette fin ne fait que nous conforter dans cette idée que la vie n’est pas bicolore mais faite de nuances…

Bravo à lui pour cela. Un auteur à suivre !

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, fantasy, Le temps des choix, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Talk par Ophélie Pemmarty

Synopsis:

Un banc face à l’océan à Santa Monica, en Californie. Sur ce banc, tous les matins, un jeune homme admire l’horizon. Et tous les matins, Randy le voit et se demande pourquoi il est si seul. Lui a passé son enfance à Los Angeles et est revenu s’y installer, après avoir voyagé pendant presque dix ans pour devenir l’interprète de renom qu’il est aujourd’hui.
Alors, un jour, Randy va rejoindre l’inconnu sur le banc. En quelques mots, il parvient à le faire sourire. Ils font connaissance, ils se parlent. Ou plutôt, Randy parle, parce que Jonathan, lui, est muet…
Malgré leurs premières difficultés à communiquer, les deux hommes développent une complicité insoupçonnée. Le rendez-vous sur le banc devient pour eux une habitude ; le tout premier pas vers leur histoire. Mais il en faut beaucoup d’autres pour réussir à tracer un chemin ensemble, et parfois les faux pas sont inévitables.
Sous ses traits angéliques, Jonathan est un homme torturé, brisé par un passé qu’il s’efforce d’oublier et que son silence protège farouchement. Mais Randy est prêt à briser le silence et à affronter le passé. À force de patience, d’amour et de parole, il parviendra peut-être à libérer Jonathan des secrets qui l’emprisonnent…

Mon avis:

Ophélie Pemmarty nous offre une histoire bouleversante. On découvre en même temps que Randy, cet homme étrange, seul, effrayé. Tel un animal sauvage, elle nous permet d’accompagner Randy à apprivoiser cet être traumatisé. Grâce à la douceur de sa plume, elle nous enveloppe dans ce cocon que forme ce couple d’apparence atypique mais tellement fragile et attachant.

On ne peut ressortir indifférent de cette lecture. La chair de poule m’est restée un long moment suite à cette lecture. Par ces mots, on ressent toutes les émotions par lesquels passent nos deux protagonistes. On peut presque goûter ses moments de malaises, de peurs; toutes liées à un traumatisme passé.

Chers lecteurs, accrochez vous. Cette lecture sublime est un renversement émotionnel assuré.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: drame psychologique, handicap social, survivants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Emory par Chris VERHOEST

Synopsis:

Heath Drakefort mène une vie soumise aux exigences paternelles. Il doit remplir trois rôles : le sien et celui des deux disparus dans un accident, sa mère d’origine amérindienne, et son jeune frère.
Emory Chance Downing est le fils unique d’un couple tout aussi exigeant. Dynamique et positif, mais pas naïf, il rencontre Heath dans leur école de commerce privée californienne et ultra sélective. Il lui montre une autre facette de l’existence et s’efforce de le faire sourire de toutes les manières possibles.
Le jour où sa mère les surprend, le couple est séparé. Emory part dans un centre de thérapie. Sous couvert d’aider des personnes riches en difficulté (alcoolisme, dépression), le centre est en réalité une clinique anti-gay clandestine, parfaitement illégale. Des hommes et des femmes adultes y sont retenus contre leur gré et torturés. Le bâtiment et le parc sont surveillés, et le directeur est soutenu par des personnes influentes.
Pour Heath, il n’y a qu’une chose à faire : sortir Emory de cet enfer. On lui donne le nom d’un homme qui a gardé ses réflexes d’agent spécial, mais qui a démissionné du FBI. Un homme qui a la possibilité d’infiltrer les lieux et d’organiser une évasion : Kyle Emerson. Y parviendra-t-il ?
Et s’il y parvient, Emory et Heath peuvent-ils espérer survivre à cette expérience traumatisante et à ces gens puissants qui soutiennent le centre ?

 

Mon avis:

Voici une lecture au combien éprouvante qui parle d’un sujet brûlant et ENCORE d’actualité partout dans le monde : les thérapies de conversions.  Ces thérapies anti-gays où sont envoyés des hommes et des femmes qui n’ont que pour tord d’aimer le mauvais sexe !

Ce n’est pas Emory qui nous présente ce drame mais son compagnon Heath, impuissant face à la folie d’adultes homophobes et de Kyle, celui qui va s’infiltrer volontairement pour sauver Emory.

Ces deux points de vues amplifient encore plus le drame qui se joue sous nos yeux. On ne lit plus, on s’immerge dans l’histoire. On ressent toute cette colère, cette injustice pour ces victimes, cette incompréhension face à ces pratiques barbares et leurs conséquences dramatiques sur leurs « patients ».

Plus qu’une romance, Chris nous propose un pamphlet sur cette société où les « puissants » se prennent pour Dieu. Faire la comparaison entre les camps de concentrations et ces thérapies prend alors tout son sens et est largement justifié.

Une énième lecture qui nous marque, qui nous interroge, une lecture bouleversante… Une pépite, comme toutes celles de cette auteure.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

  


Genre: drame psychologique, homophobie, romance young adult, survivants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

HAREM par Marie H.J

#1 Insoumis au Jaguar

Nouvelle érotique métamorphe.
Kheran est un guerrier. Avaghar un prince Jaguar. Lorsque l’indomptable se retrouve entre les griffes du dominant, en qualité d’esclave sexuel, l’issue du combat n’est plus aussi certaine… Qui succombera le premier à l’attraction? Le plus docile n’est pas forcément celui qu’ils croyaient.

 

Mon avis:

Un jeu non pas de chat mais de jaguar et la souris…

Alors oui c est une romance érotique mais pas que. C est là que l on voit le génie de l auteure. On parle de deux hommes entiers, épris de liberté dans tous les sens du terme. Ils veulent tout maîtriser et pourtant… A vouloir soumettre ou se soumettre, on devient par la force des choses vulnérable face à ces sentiments. Voilà le vrai nœud de cette sublime romance. Une question, à quand une suite ?

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, faux semblants, Le temps des choix, romance métamorphe
Série: Auto édition |

L’Équilibre: L’allégorie de la Mort par Marion DE SOUSA

Synopsis:

La Mort a un visage.
Dans un monde ravagé par d’innombrables guerres, l’équilibre entre le bien et le mal n’est plus maintenu. Cela a pour conséquence de détruire peu à peu toutes formes de vie qu’il reste. Gaël, un jeune agriculteur de dix-huit ans apprend qu’une amie a été kidnappée par les Meurtriers, organisation malveillante au cœur de la cité. Il part à sa recherche, s’ouvrant à l’aventure intrépide qui l’attend. Très vite, il découvre qu’il descend d’une lignée de Veilleurs et que la Nature, esprit éminent qui dicte les lois de la planète, n’attendait que son dix-neuvième anniversaire pour lui révéler son identité. Elle lui annonce qu’il doit maintenir l’Équilibre. Entre doutes, mensonges et surprises, le jeune homme se bat pour garder son humanité qui menace chaque jour de se dissiper…

Mon avis:

Voici un livre dont on ne se ressort pas indemne, qui nous fait réfléchir, un post apocalypse dans toute sa splendeur. Un titre qui résume à lui seul ce formidable roman.

La couverture et son résumé m’avaient fait de l’œil alors quand l’auteure m’a proposé de le chroniquer, je n’ai pas réfléchi, j’ai plongé dedans. Car oui, c’est une immersion totale.

On découvre Néos, une des villes survivantes de la Grande Guerre… Une description hyper réaliste de survivants… D’hommes, de femmes, d’enfants qui survivent plus qu’ils ne vivent. On ressent ce poids qui pèse sur chaque personnage : celui d’être privé de cette liberté, cette peur qui est omniprésente dans leur quotidien. Dès le départ, on ressent cette hostilité, ce sentiment de désolation, cette mélancolie qui les suit telle une ombre. Et puis il y a ces jeunes, ces rebelles qui ne sont plus des enfants, mais pas encore des adultes. Ces jeunes gens en quête de liberté, cette volonté de sortir de ce carcan qui les étouffe, vivre… Gaël est l’un d’eux. Mais l’ennemi n’est jamais loin. Alors qu’il se pense perdu, Gaël va découvrir sa véritable nature et sa mission. Dans sa quête, Gaël va devoir apprendre à grandir, devoir faire face à des choix et des responsabilités d’adultes. Il va apprendre que certains sacrifices peuvent se justifier. Mais comme tout équilibre, chaque acte à des conséquences… On ressent cet élan d’espoir, un certain réconfort qui est contre balancé par les regrets et la peur de l’inconnu. En effet, les apparences sont trompeuses. Un don peut être porteur d’espoir ou de désespoir et devenir une malédiction.

Tout dans les interactions entre les personnages, les rebondissements, l’histoire en elle-même en fait, est en quête de cet Équilibre…  Ce roman est véhiculé tout du long par ce lien fragile parfois et pourtant essentiel: celui de l’amour.

L’auteure ne nous épargne rien : la peur, l’angoisse, la tristesse, l’amour et le don de soi… On grandit en même temps que Gaël, on devient mature, on s’affranchit. L’on comprend que la vanité de l’Homme est le fléau qui entraîne le monde et sa beauté vers le néant.

En clair, un énorme merci à l’auteure de ce cadeau et un livre que je vous recommande ! Un coup de cœur !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, Le temps des choix, romance young adult, survivants, voyage
Série: Auto édition |

Entre les draps par Devon McCormack

Synopsis:

« J’ai combattu sur le champ de bataille. Maintenant, je combats dans mon esprit. »

Jay passe son temps à fuir, cherchant perpétuellement un nouvel endroit où démarrer une nouvelle vie. Pourtant, même s’il court encore et toujours, il ne peut échapper aux souvenirs douloureux qui le hantent. À peine arrivé dans un nouvel emploi, il est pris en grippe par ses collègues et, en leur tenant tête, provoque une bagarre qui oblige son patron à intervenir. L’homme est un vétéran nommé Reese que Jay fait accidentellement tomber par terre, révélant sa jambe artificielle. Le jeune homme est alors persuadé de perdre son travail et il est abasourdi de se voir offrir une seconde chance.

Le nouvel employé contrarie Reese, qui le trouve irréfléchi et colérique. Peut-être n’aurait-il pas dû se montrer clément, mais Jay lui rappelle son frère d’arme, un homme auquel il tenait énormément et qu’il a perdu dans des circonstances tragiques. Il espère juste ne pas le regretter.

Quand un accident au travail déclenche une crise liée au SSPT de Reese, Jay paie sa dette en étant là pour lui, puis refuse de lâcher son patron lorsque celui-ci décide d’oublier ce qu’il s’est passé. Reese a beau essayer de garder ses distances, il y a une flamme – une passion – entre eux à laquelle il ne peut pas résister. Une passion qui les mène constamment dans la chambre à coucher. Pourtant, il se rend rapidement compte qu’ils ont allumé plus que les étincelles qu’ils créent entre les draps et que sous l’apparente dureté de Jay se cache une âme tout aussi torturée et blessée que la sienne.

Les deux hommes s’attachent, les liens se tissent, mais Reese sait bien que la tempête menace au fond de son esprit.

 

Mon avis:

Reese est un ancien militaire qui est ressorti de sa dernière mission traumatisée et handicapé. Il joue de cette apparence d’ancien militaire intimidante, mais avec cette droiture pour ne pas montrer sa vulnérabilité auprès de ses employés. Quand Jay rejoint son équipe, Reese le traite comme les autres, souhaitant lui offrir une seconde chance : celle de trouver sa place. Sauf que Jay traîne une réputation de fauteur de trouble qui ne fait qu’aggraver son apparence auprès des autres de par sa méfiance. Il parait frustré, aigri, inapprochable, voire agressif.

Mais voilà, les apparences sont trompeuses. Derrière leurs images de dur se cachent deux hommes traumatisés. Leurs attitudes froides s’expliquent par des syndromes de stress post-traumatiques pour l’un, de mauvais traitements pour l’autre. C’est le point commun qui va les rapprocher : ce handicap social qu’ils traînent derrière eux.

L’auteur a parfaitement traité dans cette histoire toute la difficulté de vivre « normalement » malgré ce handicap invisible et pourtant bien présent dans leur quotidien. On comprend que c’est un combat quotidien auquel ils doivent faire face pour ne pas retomber dans ce cauchemar, une conduite de chaque instant où ils doivent être en alerte par rapport à leur environnement tout en essayant de juguler leurs réactions. Le moindre bruit, la moindre interaction peut être un élément déclencheur. On comprend le poids de ce traumatisme sur leur quotidien, en notant le manque d’aide cruel pour l’accompagnement dans leur reconstruction.

Ces deux hommes vont se retrouver dans l’autre. Endeuillés, traumatisés, vivant dans cette insécurité constante, ils vont voir au-delà des apparences et s’apprivoiser. D’une relation de convenance, ils vont approfondir leur relation de confiance pour laisser à l’autre le voir tel qu’ils sont : des hommes vulnérables. Une fois de plus, l’auteur nous offre une histoire forte en émotions.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, armée, au delà des apparences, faux semblants, handicap social, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

L’inavouable secret de Mr Ballantyne par Isabel LUCIA

Synopsis:

Andrew Ballantyne, gentleman anglais, a quitté son pays natal pour s’établir à Manhattan, où il dirige depuis sept ans une école privée. Descendant d’une famille de la vieille noblesse, il a renoncé à son titre pour mener une existence tranquille et travailler dans un domaine qui le passionne.
Or voilà qu’un jour, cette vie bien ordonnée vole en éclats lorsqu’il reçoit au courrier un DVD… Celui-ci le ramène deux décennies en arrière, à sa carrière éclair en tant que Dickie Drew, acteur de films classés X… mais aussi au sulfureux trio qu’il formait à l’époque avec son petit ami Charlie et Craig, un producteur de vingt-six ans leur aîné.
Andrew Ballantyne aurait pourtant du s’en douter… Les secrets enfouis finissent toujours par remonter à la surface.

Mon avis:

Andrew, un aristocrate anglais est le directeur de l’école où étudie James, le fils de Michael. Michael, bisexuel, est fragilisé depuis son divorce et refuse toute relation amoureuse et pourtant, il ne peut réfuter son attirance pour ce beau lord anglais. De son côté, Andrew se retrouve dans une position délicate : un mystérieux corbeau le menace de rendre public son passé sulfureux de star porno. Un passé inavouable, des amours de jeunesse qui peuvent, si cela est rendu public, le briser lui et sa réputation.

Voir au-delà des apparences et d’un passé tumultueux, voilà comment résumer le travail d’écriture de Isabelle LUCIA. Elle nous montre que tout acte à des conséquences. Même en les occultant, la vérité finit toujours par refaire surface. Elle nous propose une sublime romance sur les apparences … Quand le passé ressurgit, c’est toute notre vie qui est remise en question. Dans le cas d’Andrew et Michael, ce sont deux hommes blessés, deux âmes perdues ayant perdu foi en l’amour qui vont s’offrir une seconde chance, celle de s’aimer malgré les apparences et leurs fêlures passées…

Plus qu’une romance érotique, la plume de Isabelle LUCIA dégage énormément d’érotisme. Et ce petit détail qui rend notre lecture palpitante, car on ressent la frustration de l’un et de l’autre. On peut se détacher de cette lecture avant de savoir ce qu’il adviendra. On devient addict et c’est là la preuve de la réussite de ce roman.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, Le temps des choix, métier, sexualité atypique, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Retour à la case départ par L.A Witt

Synopsis:

Trop longtemps, Holden Russell a laissé son travail consumer sa vie, et il a fallu que sa femme le quitte pour qu’il réalise qu’il était temps de changer. Son mariage est foutu, mais il est déterminé à faire les choses bien pour ses enfants, à commencer par moins d’heures au travail et plus avec eux. Sauf que ses enfants ne rivalisent plus avec son travail afin d’obtenir son attention. C’est Holden qui va devoir se battre pour obtenir la leur… ainsi que celle du baby-sitter à demeure. Leur très sexy baby-sitter à demeure.

Porter Black n’avait jamais envisagé d’être nounou, mais pourquoi pas ? Après qu’un burn-out et stress post-traumatique lui ont fait perdre son emploi d’ambulancier, il se lance à la recherche de quelque chose de nouveau, et il s’avère que ce contrat de baby-sitter n’est pas si mal. Le salaire est décent, le stress est gérable, les enfants sont géniaux et leur mère est cool. C’est au sujet de l’ex-mari qu’il a des doutes.

La situation était déjà suffisamment délicate quand Holden et Porter se prenaient la tête. Quand ils trouvent un terrain d’entente et que leur attraction mutuelle devint trop dure à ignorer, les choses se compliquent.

À moins de souhaiter que Porter perde son travail, ils vont devoir se la jouer discret et voler sous le radar de l’ex-femme. Sauf que les secrets tels que celui-ci ne restent jamais secrets bien longtemps…

 

Mon avis:

Toute la problématique de l’histoire est d’être attiré par une personne qui vous est interdite. Surtout quand c’est une tierce personne qui a un rôle dans l’éducation de nos enfants. LA WITT se joue de ses lecteurs. A chaque roman, elle réussit à aborder un sujet d’actualité avec beaucoup de subtilité.

Elle met en avant ces nouveaux couples de notre société : ils sont divorcés, assument leur sexualité et leurs devoirs vis-à-vis des enfants. Cela peut paraitre idyllique mais dans le quotidien rien ne l’est. Il faut déjà accepter cette étiquette : celle de parent divorcé. Cela a des incidences sur sa vie de famille : le travail toujours trop prenant, les factures à payer, les absences à répétition et le résultat : devenir un inconnu pour ses propres enfants. On devient l’intru, on se rend compte que la nounou fait plus référence de figure paternelle que vous-même. L’auteure dénonce ce triste constat : à vouloir améliorer son quotidien, on en oublie sa propre famille.

Alors quand une troisième personne rentre dans l’équation et qu’on envisage une relation, cela ajoute des complications. LA WITT nous montre toutes les difficultés pour ces parents solos de conjuguer vie de famille et relation sentimentale. Par ces mots, elle nous montre que les adultes ne sont pas aussi libres qu’un couple lambda. En plus de toutes les difficultés pour un couple en devenir, ils doivent prendre en compte que des enfants jouent un rôle important dans l’équation.

D’autre part, l’auteure aborde en second plan un sujet tout aussi important et qui dans cette histoire a des conséquences directes sur cette famille : les SSPT et ses conséquences sur le quotidien d’un homme traumatisé. Elle nous montre que cet handicap est certes invisible mais pesante dans chaque décision.

En clair, une romance comme on les aime, où on souffre, rit, se rebelle comme les personnages, qui nous font réfléchir, nous remet en question. Car en vérité, qui ne rêverait pas d’un retour à la case départ ? S’offrir une seconde chance d’être aimé, quand notre vie part à vau-l’eau? En clair une réussite.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, faux semblants, homoparentalité, romance, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Rebond (Lutins & Arcs-en-ciel t. 1) par L.A Witt

Synopsis:

Un père célibataire et quadragénaire, une star du hockey dans la vingtaine, et beaucoup de casseroles. Non, ça ne pouvait pas leur péter à la figure.

L’agent Geoff Logan a du pain sur la planche. Son salaire de policier et sa retraite d’ex-Marine ne suffisent pas pour joindre les deux bouts. Il se trimbale des blessures de guerre et des démons qui ne sont pas près de le quitter. Ses adolescents sont, eh bien, des adolescents, bien remontés contre lui en plus, car il a quitté le petit ami qu’ils aimaient tant. Il ne pourrait pas avoir droit à une petite pause ?

Le centre des Snowhawks de Seattle, Asher Crowe, a tout pour plaire. Un salaire à sept chiffres. Une maison sur une colline. Une relation aimante et stable avec un incroyable petit ami. Du moins, c’est ce que voit le reste du monde. En privé, il vit un enfer et quand il finit par avoir le courage de mettre fin à cette relation, son petit ami refuse de partir dans le calme.

Un coup de fil aux flics et, soudain, les chemins de Geoff et Asher se croisent. Mais ce lien entre eux n’est-il qu’une bonne alchimie ? Sont-ils âmes sœurs ? Ou juste deux cœurs solitaires à la recherche d’une distraction sexy ?

Et même si c’est plus que physique, un avenir s’ouvre-t-il vraiment à deux hommes appartenant à des mondes si différents ? Et que feront-ils quand le passé viendra frapper à la porte ?

 

Mon avis:

Deux hommes blessés qui survivent plus qu’ils ne vivent. Deux hommes qui ont peur, peur de l’engagement, peur d’une relation toxique… Voilà le point commun de ces deux hommes en apparence en totale opposition.

L’auteure met en avant cette culpabilité commune à toute victime de violence conjugale par rapport à son entourage et ce dégout d’elle-même. Elle utilise des mots simples, mais efficaces. Les personnages d’Archer et Geoff renforcent ce sentiment de par leurs métiers : un joueur de hockey et un membre des forces de l’ordre. Deux métiers en apparence où l’homme est inattaquable au contraire…

Dans ce monde où testostérone et masculinité dominent, elle nous prouve qu’un homme peut tomber dans cet engrenage et ressortir traumatisé d’une telle épreuve comme tout à chacun.

C’est là le point fort de cette lecture : dénoncer ces stéréotypes de violences conjugales : oui des hommes peuvent être battus. Oui, un homme, même musclé peut se faire battre… Oui, un sportif, même accompli peut tomber dans ce piège, que les violences conjugales ne sont pas que des coups. C’est un réel coup de pied à nos aprioris, une remise en question sur cette société.

Elle nous montre, par les voix de ces deux hommes les conséquences d’un tel traumatisme sur l’individu et sur son quotidien : la peur omniprésente, la honte, mais aussi le stress occasionné par ce harcèlement quotidien de l’ex-bourreau. On arrive à ressentir cette insécurité qui l’entoure.

Alors oui, cette lecture a été un réel coup de cœur. Je ressors de cette lecture en me disant : l’amour est risqué certes, mais parfois il vaut le coup de prendre ce risque, de s’offrir cette seconde chance d’être heureux.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, Le temps des choix, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Série Lawson par Norah R. CLAUER

Tome 1 : casting

Et si l’agence parfaite pour trouver l’amour existait ? Si vous pouviez choisir les critères les plus fous pour parvenir à être aimé de la personne idéale ? Garanti ou remboursé !

Tyler Grant ne peut qu’avoir envie de tenter sa chance. Après des années de déboires sentimentaux qui font rire à pleurer sa mère, ses soeurs et tous ses potes, Ty en a ras-le-bol ! Si cette agence ne lui trouve pas la perle rare, il se fait prêtre !

Remis entre les mains du plus parfait employé de la boite, Tyler va pourtant vite déchanté car, en vérité, sait-il vraiment ce qu’il souhaite ?

 

Tome 2 : un trésor à Lawson

Owen Taggart est un cow-boy. Sûr de lui, séduisant et épanoui dans bien des domaines, mais solitaire. Son travail est la seule chose qui ait du sens dans sa vie et il ne s’en serait jamais plaint si le hasard n’avait pas mis sur sa route un barman acariâtre. Cet homme là le déteste depuis leur première rencontre et Owen a bien envie de le faire changer d’avis sur son compte. Mais rien n’est simple avec le bel homme sauvage qui le fuit comme la peste. Le cow-boy n’est pas au bout de ses surprises car son coeur est bien décidé à séduire l’ennemi à tout prix. Mais pour obtenir un tel trésor, il va falloir se montrer patient et creuser plus profond qu’il ne l’aurait imaginé…

 

Tome 3 : à croquer

Dante Sorensen a quitté Lawson et une vie paisible pour étudier les sciences à New-York, mais au bout de quelques années à Columbia, il se rend compte qu’il souhaite tout autre chose : devenir cuisinier. Pour financer son projet de food-truck, Dante va accepter un job des plus attrayants auprès d’un riche homme d’affaires, sur une île paradisiaque. Mais le paradis va vite se transformer en cauchemar. Entre son patron, qui attend de lui plus que de la cuisine, et le premier secrétaire, rigide et conscient que Dante n’est pas le beau jeune homme innocent qu’il semble être, le jeune Sorensen va devoir lutter pour prouver que les erreurs qu’on commet ne sont pas le reflet de l’avenir qu’on peut obtenir.

 

Tome 4 : danser avec toi

Cody O’Connell s’est toujours senti différent des autres. Dans son petit village du Texas, il n’est pas heureux. Fils d’un éleveur de bovins et d’une femme au foyer qui ne jure qu’en son église, il n’a jamais pu avouer son homosexualité. Lorsqu’il décide de partir à New-York pour devenir un VRAI danseur, comme il l’a toujours rêvé, il se retrouve obligé de travailler dans un club un peu spécial pour survivre. Le patron, Daryl Cartwright, est loin d’être un homme ordinaire. Il va mettre en péril bien des choses dans la vie de Cody, de son coeur à son avenir. Mais jusqu’à quel point le jeune Texan se laissera-t-il emporter dans la danse du terrible patron qui est le sien ?

Tome 5 : le meilleur et le pire

Hellon Chamberlain va se marier. Ce qui pourrait faire son bonheur est en réalité le pire moment de sa vie. Contraint d’épouser une femme alors qu’il est résolument gay, celle-ci est également enceinte. Devenir mari et père n’a jamais été dans ses projets mais son père a veillé à ce qu’il ne puisse pas refuser cet arrangement. Alors quand il fait la rencontre du plus bel homme du monde, le jour même de son mariage, Hellon comprend qu’il est pris au piège et que le meilleur n’est pas prêt d’arriver. Car comment pourrait-il trouver le bonheur dans cette situation ?

Mon avis:

Voici une série comme on les aime. Toutes les histoires se ressemblent et pourtant, elle n’est en rien redondante. Pourquoi? Parce qu’elle est composée de fêlures et pourtant remplie d’amour et de douceur et ça c’est le combo gagnant ! Chaque tome nous conte l’histoire d’hommes brisés qui pourtant vont se voir offrir une seconde chance: celle d’être heureux.

Le premier tome nous présente deux êtres que tout oppose, deux êtres que rien ne destinait à se rapprocher et pourtant… En apprenant à passer aux delà des apparences, des faux semblants, on remet en question nos certitudes.
L’auteure met en avant cette industrie des sites de rentres qui promet la recherche de l’être parfait, idéalisation de l’amour comme dans les contes d’enfant. Elle nous prouve que ce processus n’est que de la poudre aux yeux. Que la recherche de sa moitié ne doit pas se faire sur des stéréotypes mais sur la personne dans son entièreté.
Une très belle romance qui remet en question notre société et ses pratiques, celle de la consommation rapide et facile, la facilité de peur d’être rejeté.

Dans le deuxième tome, on découvre, « enfin » Owen, le frère de Lemon du tome 1.
Owen, l’homme, en apparence, parfait pour son entourage. Une image de la perfection qui lui pèse. Car en vrai, Owen est loin d’être aussi parfait que ce que l’on prétend. Derrière les apparences se cache un homme plein de secrets. Le jour, c’est le cowboy irréprochable, mais la nuit, il redevient un simple homme qui laisse parler ses besoins et ses envies, loin des regards… Il n’a pas honte de cette double vie, de ce secret honteux jusqu’à l’arrivée d’Hadès… Hadès qui va remettre en question tout sur quoi pèse l’équilibre fragile de sa vie. Hadès est un homme en apparence taciturne, un hétéro coincé et arrogant… Oui, mais tout cela n’est qu’apparence… En réalité, Hadès cache de lourds traumatismes et des responsabilités qui régissent toute sa vie…
Tous les opposent en apparence et pourtant ils ont tous les deux un point commun : le poids de la solitude. L’auteur prend son temps pour poser cette relation quelque peu déséquilibrée. On apprend à connaitre Owen et Hadès, leurs points forts, leurs points faibles, leurs peurs et leurs espoirs pour l’avenir… C’est là que l’auteur joue son atout. La relation se construit lentement, mais quand on connait le passif des protagonistes ont ne peut que l’apprécier. Tout prend plus d’ampleur à chaque étape passée. Elle prend le temps de poser des mots sur leurs maux, leurs peurs et les sentiments qui en découlent.

Le tome 3 peut se résumer cette histoire par un savant mélange de Pretty Woman avec pour fond sonore The Scientist de Coldplay.
Il nous permet de découvrir Dante, celui qui nous a été l’élément déclencheur de la relation d’Owen et Hadès.  Cet être qui à l’image d’un fruit mûr et juteux: attractif. Sous cette apparence sexy et rebelle et son visage angélique se cache un homme névrosé. Toute sa vie se résume à cela: l’apparence. Mais un ange va passer par là et tout va être remis en question. Et oui, encore une fois, l’auteure se joue de ses personnages et de ses lecteurs.
Dante, pourtant prometteur, ne se résume qu’à son activité d’escort qui lui permet de financer ses études. L’histoire débute sur des apparences trompeuses et des quiproquos. Mais au fur et à mesure, on découvre que Cruz et Dante ont un point commun: tous les deux ont vécu un traumatisme.
L’auteure nous conte une belle histoire où la morale est saisissante de vérité: accepter son passé pour s’offrir cette seconde chance, celle d’être enfin heureux. Je rajouterai qu’il y a un superbe travail sur un métier quelque peu délicat: la prostitution. L’auteure nous montre différents point de vue: celui du prostitué, celui du client, celui de la famille. Tous ont pour point commun cette culpabilité et cela ressort à travers les mots employés.

Dans le quatrième tome, on fait la connaissance de deux personnages secondaire du tome 3: Daryl et Texas et on se dit « oula, ça promet! » Il faut dire que Dante nous a mis l’eau à la bouche concernant la relation quelque peu bancale des deux hommes…
Daryl est un maquereau et propriétaire d’un club libertin. Malgré ses apparences d’homme d’affaire intraitable se cache un homme soucieux de ses employés, une sorte de figure paternelle pour eux, Dante en est l’exemple flagrant.
Texas sur scène, Cody en privé est le genre d’homme qui fait tâche dans cet environnement luxurieux et libertin.  Lui, le jeune homme Texan, sous son apparence androgyne et candide, est un homme qui sait ce qu’il veut. Malgré une éducation rigide et son inexpérience, il va réussir à se fondre dans ce décor à l’opposé de son éducation sans pour autant vendre son âme au diable. C’est un jeune homme intègre qui malgré son désir pour Daryl ne succombera pas à ses mœurs légères. On découvre que les apparences sont trompeuses, que Daryl lui aussi à ses propres démons à combattre et que derrière l’homme froid se cache un homme vulnérable.
Cette fois-ci, l’auteure met en avant le poids de l’endoctrinement de la religion sur un enfant devenu jeune adulte. Cette différence qui fait que cette personne n’a plus de repère, de confiance de peur des jugements des autres. On parle de cas de conscience religieuse. L’auteure réussit à mettre des mots sur ces maux, donner la voix à différent personnages de tout bord, de différent âges et nous permettre de faire notre propre avis en même temps que Cody. C’est une vraie remise en question qu’elle nous propose, une remise en question sur nos actes, nos paroles face à la différence, face à nos croyances. Une réussite.

Et enfin le cinquième et dernier tome qui, comme le dirait le principal intéressé est: la cerise sur la pièce montée. Oui, nous allons enfin faire connaissance avec sulfureux Hellon… Hellon est l’ami d’Angel mais pas que… Un personnage  dont nous avons fait connaissance dans le tome 3. On peut dire que Norah nous avait laissés sur notre faim concernant Hellon à la fin du tome.

Il faut dire que Hellon n’est pas un ange. Loin, très loin de cela. Mais qui est-il ? Que savons-nous de lui? C’est un riche héritier, directeur de son agence de pub. Un homme qui aime le pouvoir, le contrôle, qui pense que tout lui est dû. Il est bel homme et il en joue avec ses multiples conquêtes. C’est un manipulateur hors pair, égoïste et superficiel. Oui, on peut le dire, Hellon n’est pas le genre de personnage que l’on porte dans notre cœur. Et pourtant… Tout cela ne définit pas le vrai Hellon. Norah se joue de ses personnages et de ses lecteurs. Elle réussit l’exploit de faire aimer un personnage que nous avions appris à détester. Toute référence à Hellon amenait à de la méfiance, le genre de personnage qui, là où il se trouve, attire des drames. Quel retournement de situation pour lui !

Dans ce tome, c’est l’arroseur arrosé. On découvre que l’Hellon que nous connaissions n’est en fait qu’un jeu de rôle. Cet homme n’est en fait qu’une victime. Depuis sa naissance on lui impose un monde de protocole et de bienséance qui ne lui correspond pas. Il refuse de rentrer dans ce jeu de dupe ce qui va lui valoir tous ces déboires à venir, dont le plus important : ce mariage de raison avec une parfaite inconnue,  d’un autre de surcroit. On découvre la vraie personnalité d’Hellon, bien camouflée sous ses airs arrogants : ce chevalier en armure prêt à se sacrifier pour le bonheur des autres. Quand on prend conscience de cela, notre point de vue change. On réfléchit autrement. On comprend enfin cette relation si ambiguë qu’il a avec Angel (tome 3), on comprend aussi son comportement par rapport à ses partenaires de jeu. On découvre l’homme passionné et passionnant, magnanime, attentionné. Comme beaucoup, nous l’avons jugé sur des apparences sans prendre le temps de le connaitre réellement. Et à la fin, on peut le dire, oui Norah a réussi à nous le faire aimer.

 

En clair, Norah se joue des apparences et de nos jugements trop hâtifs. Elle nous fait comprendre que l’habit de fait pas le moine. Que certains paraissent inaccessibles pour une seule raison : ils se protègent. Il est difficile de casser cette carapace, mais cela vaut le coup. Vous l’aurez compris, j’ai adoré cette série. Certains pourraient dire que l’on peut lire les tomes séparément. Je vous dirais que c’est réellement dommage, car chaque couple refait son apparition à un moment ou à un autre de sorte que nous ne parlons plus d’individus ou de couple, mais d’une famille élargie, mais unie.

 

 Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, cow-boys, drame psychologique, homoparentalité, homophobie, métier, prostitution, religion, romance, seconde chance, série
Série: Auto édition |