Vivre parmi eux par Sawaën K.

Prequel : Sous les doux flocons de neige

L’un est vampire, l’autre est faë. Dans un monde de sorciers, il n’est pas facile de s’assumer quand on est métissé… et adolescent. Pourtant, l’insouciance de Dyck parviendra petit à petit à percer la carapace d’Extan et, ensemble, ils apprendront à accepter leur vraie nature.

 

Tome 1: Vivre parmi eux

Cet hiver a marqué un tournant dans la vie amoureuse de Dyck et Extan. Bien que leurs débuts aient été difficiles, ils forment à présent officiellement un couple qui apprend à se connaître, à se faire confiance et, surtout, à s’aimer.

Pourtant, les secrets de famille pèsent sur leur quotidien et ils seront rapidement confrontés à un choix inévitable. Leur couple s’en sortira-t-il ou leur jeunesse leur fera-t-elle obstacle ?

 

Mon avis:

Dès le préquel, l’auteure nous immerge dans son histoire. Les descriptions de l’environnement sont détaillées et soignées. On ressent cette atmosphère lourde et apeurante. Les personnages sont entiers, incisifs. Les scènes s’enchaînent. Tout n’est que cruauté sans tomber dans le morbide. Cela peut laisser perplexe. Pour ma part, je trouve au contraire qu’on est confronté à l’essence même de ces créatures. Rien n’est enjolivé, qui rend histoire presque authentique.

Ce qui est le plus troublant, c’est qu’à contrario de cette atmosphère emplie de tourments et de danger, naît sous nos yeux de lecteurs les premiers émois d’un amour d’adolescents. C’est en cela que ce prequel marque : Sawaën se joue de nos sentiments, tantôt méfiant et empli d’appréhension, tantôt cette note de douceur entre ces deux jeunes hommes en pleine découverte de l autre.

Que dire de plus ? Oui il est dur de refermer ce prequel. Car oui, en seulement 13 jours, on s’attache à ces deux jeunes métisses.

 

Ce tome 1 est une continuité du prequel, mais pas que. Nous retrouvons Extan toujours aussi froid en apparence et Dyck et sa désinvolture légendaire. L’un et l’autre sont officiellement un couple. Dyck prend peu à peu de l’assurance essayant de comprendre ce que son compagnon lui cache.
Mais voilà il ya des secrets difficilement avouables. Extan se retrouve déchirer entre l’envie de lui avouer ses nombreux tourments de peur d’être rejeté et que Dyck voit sa véritable nature.

Clairement, ce premier opus est sous le signe de l’ambivalence. Ambivalence entre une nature qu’il rejette et des sentiments purs et puissants pour son petit ami. Extan va devoir faire des choix. Mais toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Comment être soi-même quand une malédiction risque de nous faire perdre ce qui est essentiel à nos yeux ? Voilà à quoi Extan et Dyck se retrouvent confrontés. Entre obscurité et lumière, y a-t-il une nuance envisageable ?

Cette romance est celle d’un premier amour, le vrai, le pure, celui que nous idéalisons comme tout jeune adulte. Sawaen nous partage cette romance naissante avec douceur, sensualiste, mais aussi avec ses complications. Être en couple veut dire s’ouvrir à l’autre, lui confier une partie de soi. Ce qui donne tant de profondeur à cette histoire est le contexte. On ne peut que féliciter l’auteure de son travail de description. Que cela soit de par la nature de ses personnages ou des décors, on ne lit plus. On s’immerge dans cet urban fantasie. Telle une éponge, on ressent les joies, les peines, les angoisses de ces deux jeunes amoureux. On ne peut que les aimer et leur souhaiter de surmonter les épreuves qui leur font face.

L’histoire tient à elle seule de par son titre : Vivre parmi eux. Comment trouver sa place alors qu’on n’accepte pas sa propre nature ? L’amour peut-il tout faire accepter ?

Vous l’aurez compris, j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette histoire. Entre ombre et lumière, nous naviguons à vue jusqu’à la fin. On ne peut que souhaiter voir l’annonce du tome 2. Car oui, les quitter est douloureux. Voilà la force de la plume de Sawaen : nous faire aimer presque obsessionnellement ces personnages, à l’image de cet amour.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, Fantaisie, faux semblants, Le temps des choix, série
Série: Homoromance éditions |

Ani’ Mots – Volume 3 – 100% MM par Alexis Dumais, Audrey Bnd, B.G. Decamp, L. Gautier Ma., Marion DE SOUSA, Merida Reinhart, Sawaën K., Selena A. M, Sophie Tallaire, Steff S.

Synopsis:

5 ans déjà !
Dans ce collectif de nouvelles 100% gay, 10 auteurs se mobilisent pour la cause animale afin de vous offrir une sélection de textes et plus particulièrement un choix de romances entre hommes. Tous les fonds seront intégralement reversés à la protection animale et s’ajouteront aux dons annuels effectués par notre maison d’édition chaque année aux associations locales québécoises.

Mon avis:

Que dire? Je l’avoue, je ne suis pas trop nouvelle ou novella en général. Je les apprécie généralement quand je connais la plume de l’auteure. Pourtant je me suis lancée dans cette lecture, heureuse de savoir que je participais à mon petit niveau pour une belle cause: aider aux bien-être des animaux (la totalité des fonds est reversée à une association pour animaux).

Alors que dire? Un coup de foudre lu en à peine deux heures (je lis très vite). J’ai pris plaisir à découvrir des histoires totalement différentes et pourtant chaque auteur a touché une corde sensible…

Ce recueil c’est comme une pinata : en apparence c’est un recueil de nouvelles d’auteurs. Mais une fois dedans, c’est un feu d’artifice de sensations ! On ne lit plus, on vit ces instants volés. On s’émeut pour ces histoires qu’elles soient contemporaines, historiques, ces remises en question, ces premiers émois. On s’immerge dans ces contes parfois féeriques, parfois cruels, au détour d’une fable poétique… On a des coups de chaud à certains moments… on touche du bout des doigts à une certaine poésie… Voilà ce qui ressort de ce recueil, un voyage des sens… Un coup de coeur, un grand merci à ces auteurs de nous transmettre ce melting-pot de sentiments… On a qu’une envie leur crier « encore! »

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, contes et légendes, deuil, drame psychologique, faux semblants, Le temps des choix, recueil, romance, romance young adult
Série: Homoromance éditions |

Camaël par Alexia Damyl

Synopsis:

La Bretagne, VIIe siècle. Dans des bois impénétrables, un vampire émerge de l’ombre, son nom : Camaël. Des siècles plus tard, sa vie prend un tournant qu’il n’aurait jamais imaginé. Une menace venue du fond des âges revient le hanter.
La découverte d’une prophétie énigmatique le propulse dans la quête de ses origines. Il va alors dénouer peu à peu les mystères de sa création…

Mon avis:

Alors que nous faisons la connaissance de Camael, celui-ci vit une vie tranquille auprès de l’homme qui l’aime. Malgré sa nature vampirique, il s’est, au fil du temps fondu dans la masse. Sa nature a laissé place à son humanité. Il vit en paix et profite de ses instants de bonheur. Son passé est loin derrière lui. Du moins c’est ce qu’il pense.
Mais voilà que ce même passé rejaillit de façon aussi fulgurante que déstabilisante. L’enlèvement d’Amin va obliger Camael à faire face à L. Cette métamorphe louve qui ne lui est pas inconnue.
L. a été sa meilleure amie avant de devenir sa pire ennemie. La pensant hors d’état de nuire, Camael a fait l’erreur de l’oublier.

Vous l’aurez compris, Alexia nous offre une nouvelle explosive, pleine de rebondissements. Il n’y a pas de temps mort, tout s’enchaîne et petit à petit, nous voyons se former ce puzzle. Ne vous fiez pas aux apparences. Jusqu’au dernier moment, nous allons de révélations en révélations. Rien n’est acquis, tout est remis en question. C’est en cela que la lecture devient addictive. L’auteure prend énormément de plaisir à se jouer autant de Camael que de nous. Tout n’est que manipulations.
Bien que cela soit un urban fantaisie, on s’identifie à Camael de par ses sentiments humains. L’auteure aborde des sujets concerts, d’actualités et intemporels.

On ressort de cette lecture essoufflé, haletant, car le grand final nous laisse imaginer une suite…
C’est son premier MM. Je l’avais découvert par son roman historique t’aimer et résister qui m’avait bouleversé. Elle réussit de nouveau à me bouffer de par ce urban fantaisie. Une auteure qui manie avec brio les styles et les genres.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, contes et légendes, faux semblants, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

L’Équilibre par Marion DE SOUSA

Synopsis:

Dans un monde où la moralité populaire entend opposer le bien et le mal, l’Équilibre universel est menacé. Cela a pour conséquences de détruire peu à peu toutes formes de vie. Gaël, un jeune survivant de dix-huit ans va apprendre, à ses dépens, que l’univers est composé d’une palette infinie de couleurs, mais que le blanc et le noir, le bien et le mal ne sont que les facettes d’une même entité…Homme ou femme, faune ou flore, rien ni personne n’est épargné par la Mort. Elle revêtit le visage d’un innocent, le regard d’un prude qui se croyait prêt à se battre. Violente est sa chute quand il découvre la mesure de ses actes. Accompagné d’un individu mystérieux, Gaël devra faire face à ses responsabilités et choisir son combat. Qu’est-il prêt à abandonner ? L’amour des siens, les beaux yeux de Raphaël ? Ou cette force indomptable et glacée ?

Mon avis:

Voici un livre dont on ne se ressort pas indemne, qui nous fait réfléchir, un post apocalypse dans toute sa splendeur. Un titre qui résume à lui seul ce formidable roman.

La couverture et son résumé m’avaient fait de l’œil alors je n’ai pas réfléchi, j’ai plongé dedans. Car oui, c’est une immersion totale.

On découvre Néos, une des villes survivantes de la Grande Guerre… Une description hyper réaliste de survivants… D’hommes, de femmes, d’enfants qui survivent plus qu’ils ne vivent. On ressent ce poids qui pèse sur chaque personnage : celui d’être privé de cette liberté, cette peur qui est omniprésente dans leur quotidien. Dès le départ, on ressent cette hostilité, ce sentiment de désolation, cette mélancolie qui les suit telle une ombre. Et puis il y a ces jeunes, ces rebelles qui ne sont plus des enfants, mais pas encore des adultes. Ces jeunes gens en quête de liberté, cette volonté de sortir de ce carcan qui les étouffe, vivre… Gaël est l’un d’eux. Mais l’ennemi n’est jamais loin. Alors qu’il se pense perdu, Gaël va découvrir sa véritable nature et sa mission. Dans sa quête, Gaël va devoir apprendre à grandir, devoir faire face à des choix et des responsabilités d’adultes. Il va apprendre que certains sacrifices peuvent se justifier. Mais comme tout équilibre, chaque acte à des conséquences… On ressent cet élan d’espoir, un certain réconfort qui est contre balancé par les regrets et la peur de l’inconnu. En effet, les apparences sont trompeuses. Un don peut être porteur d’espoir ou de désespoir et devenir une malédiction.

Tout dans les interactions entre les personnages, les rebondissements, l’histoire en elle-même en fait, est en quête de cet Équilibre…  Ce roman est véhiculé tout du long par ce lien fragile parfois et pourtant essentiel: celui de l’amour.

L’auteure ne nous épargne rien : la peur, l’angoisse, la tristesse, l’amour et le don de soi… On grandit en même temps que Gaël, on devient mature, on s’affranchit. L’on comprend que la vanité de l’Homme est le fléau qui entraîne le monde et sa beauté vers le néant.

En clair, un énorme merci à l’auteure de ce cadeau et un livre que je vous recommande ! Un coup de cœur !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, Le temps des choix, romance young adult, survivants, voyage
Série: Homoromance éditions |

Coming Out par Mehdi BRACHET, Sophie

Synopsis:

Je m’appelle Raphaël, j’ai 28 ans. Je suis homosexuel et porteur du VIH. Aux yeux de beaucoup je suis une tare, un être contre-nature et malsain. Comment puis-je survivre dans cette société qui me rejette ? Peut-être en vous offrant quelques mots sur du papier. Ce livre est mon cri du cœur, ma thérapie, ma lutte contre la violence et les préjugés. L’amour, quelle que soit son orientation sexuelle, est toujours beau et pur. Cette histoire en témoigne. Les phrases que vous lirez ne sont juste que le reflet de mon âme, mes espoirs, ma souffrance, mon insurrection contre un monde qui s’est insurgé contre moi.

 

Mon avis:

Je l’avoue, en débutant cette lecture, je ne m’attendais pas à cette histoire. Pourtant, plus les pages défilent et plus ce titre « Coming-out » prend tout son sens. Car soyez-en sûr, Sophie et Mhedi nous font un pamphlet sur le Coming-out au sens le plus large.

Nous faisons la connaissance de Raphaël. Raphaël, un jeune homme parmi d’autres qui survit plus qu’il ne vit. Il est désabusé, a perdu ses illusions face à la dureté de la vie. On nous présente un jeune homme qui n’a jamais réussi à trouver sa place dans cette société où on aime caser les gens selon des stéréotypes. Il doit faire face tous les jours à ces jugements, ces remarques, ces attaques gratuites… Certes il s’assume, il a fait son coming out et est accepté de ses proches, mais il nous prouve que cela n’est pas pour autant évident au quotidien. Il est trop efféminé, il aime la couture …

Bref, il est l’archétype même d’une « taffiole, un pédé ». Et puis le diagnostic tombe. Il est séropositif et se pense fini.  Pourtant, il nous prouve une fois de plus que la maladie, toute comme sa sexualité ne le définit pas.

Raphaël est un exemple pour beaucoup… Car pour une majorité, accepter sa vraie nature est quelque chose d’inenvisageable. En est la preuve de Gabriel. À sa rencontre avec Raphaël, il le jalouse. Assumer sa sexualité dans cette société est synonyme de cataclysme. Les auteurs nous montrent qu’un coming out n’est pas qu’un simple mot, un effet de mode. C’est aussi une décision loin d’être évidente à accepter, avouer et assumer par la suite. C’est un travail au combien périlleux que de s’avouer la vérité nue.

Mais plus encore, quand les sentiments rentrent en jeu, tout est remis en question. L’amour est un terme si simple et pourtant si complexe. Comme le dit si bien Raphaël, il y a une différente entre tomber amoureux et aimer quelqu’un. Les apparences sont souvent trompeuses. Beaucoup fuient une réalité qui n’est pas la leur pour sauver les apparences. Cela entraîne des situations dramatiques. Les auteurs mettent le doigt sur cette société qui ne s’assume pas, qui se cache. On aborde différents sujets, trop souvent mis sous silence : les discriminations, la maladie, les violences conjugales…

Voilà c’est qui ce livre véhicule : être différent n’est pas synonyme de paria et pestiféré. Oui, la différence fait peur, oui, on a tendance à être stigmatisé. Mais non, en aucun cas, nous devons nous condamner à vivre cela. Faire son coming out, c’est faire le deuil d’une vie passée, c’est un fait. Mais faire son coming out c’est avant tout s’accepter et vivre enfin tel que nous sommes. S’autoriser à être heureux et construire un avenir. Voilà le message que Mehdi et Sophie veulent véhiculer et pour ma part c’est réussi.

Certains diront que le sujet de la séropositive n’est pas assez approfondi. C’est un fait, mais je pense aussi que c’est un acte volontaire de nos deux auteurs. Ils sont restés sur cette constance : montrer que la maladie, comme la sexualité, ne définit pas un être humain. On apprend à vivre avec. Car notons-le, Le jour où tout a commencé n’est qu’une introduction à cette histoire. Deux autres tomes vont suivre ! Et je sais de source sure (merci aux auteurs) que le tome 2 mettra la prévention à l’honneur. Alors que dire de plus ?

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce roman. Il me tarde de lire la suite avec impatience. Pour un premier roman, à quatre mains de surcroît, un mot : bravo !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, homophobie, Le temps des choix, maladie, romance
Série: Homoromance éditions |

Secret de famille par Marie-Paule Dunant

Synopsis:

Lake Louise, une région très prisée par les touristes au Canada. Pour Steve, c’est l’endroit idéal pour terminer son mémoire sur le réchauffement climatique lié à l’activité humaine. Avec sa meilleure amie, le voilà embarqué pour une année d’étude de la nature au sein d’un groupe plutôt atypique. Dès les premiers jours sur place, Steve est témoin de choses étranges. Par deux fois il aperçoit un loup à la taille surréaliste. Un mystère qui va l’emmener dans une enquête sur ses propres origines. Il n’a qu’un désir : percer tous les secrets du groupe de Drake, mais aussi ceux de sa famille.

 

Mon avis:

Tout part d’un projet de fin d’études. Steve accompagné de sa meilleure amie Emily décide de réaliser ce projet dans un endroit perdu en plein Canada. Ce à quoi ils ne s’attendaient pas, c’est de tomber dans la gueule d’une meute de loups, dirigée par cet étrange homme… Drake… Qui lui inspire de la méfiance, mais pas que…

Drake ne comprend pas pour son loup et son instinct est si perturbé par cet humain… Steve lui arrive de moins en moins à contrôler ses « tocs » émotionnels en sa présence… Pourtant ils se considèrent comme des hommes qui ne sont pas influençables alors comment expliquer ce magnétisme l’un envers l’autre?

Entre Steve et Drake, il y a cette attirance, cet appel qui l’amène l’un à l’autre…

Mais cela n’est pas le point central de cette histoire. Il n’est pas question de deux hommes étant attirés par ce lien… Non c’est plus que cela. Il est d’un sentiment qui se compose de différentes nuances: l’amour. En anglais ce sentiment porte plusieurs noms. C’est ainsi que l’auteure nous le décrit dans cette histoire. Ne vous arrêtez pas aux apparences. Marie Paule se joue de nous comme de ses personnages. Car le véritable sens de cette histoire c’est l’amour d’une famille élargie, une meute. L’amour de ses loups bêtas et Omega pour leur alpha et réciproquement, mais aussi l’amour entre chaque personne. Ce sentiment peut être amoureux amical ou… autre chose … De la haine à l’amour, il n’y a qu’un pas. Pour tout ce sentiment est, comme le conclue notre auteure, un sentiment à chérir, un trésor.
Vous l’aurez compris, c’est une romance, mais au sens large du terme et c’est ça qui fait qu’on sort des sentiers battus. Les apparences sont trompeuses, les sentiments aussi. Une histoire à laquelle je ne m’attendais pas en débutant cette histoire… Mais impossible de décrocher une fois lancée. Un plaisir de lire, de s’immerger dans ces contrées canadiennes lointaines … Encore une fois, Marie Paule a réussi à nous imprégner des lieux de par ces descriptions, mais aussi de cette meute. Nous devenons, lecteur, un membre, un spectateur silencieux et bienveillant.

À ceux et celles qui se disent: mais non, pas déjà… Et lui? ( Non, je ne dirais pas qui est-ce « lui » ). Mais j’ai réussi à avoir une exclusivité… Donc rassurez-vous, l’auteure nous prépare un second tome ! On l’attend avec impatience !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, faux semblants, romance métamorphe, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Les dix-sept couleurs de la liberté par Joyce C.

Synopsis:

Ulysse, jeune écuyer au charme désarmant, fait partie de la grande famille du Cirque Finderly. Alors que la troupe s’installe pour quelque temps aux abords de la capitale, il n’a qu’une idée en tête : découvrir la fameuse Tour Eiffel, qui vient tout juste d’être inaugurée. Suite à un incident sur les berges de la Seine, il rencontre Pâris, un lycéen en dernière année à l’Institut Jauffret, qui lui propose de partager avec lui les joies de la grande ville. Entre eux, l’alchimie est immédiate. La séduction s’installe, les étreintes s’enflamment. Paris devient le théâtre de leurs secrets. Jusqu’où l’ivresse les mènera-t-elle, avant que les jeux du cœur ne s’en mêlent ?

Mon avis:

Nous voici plonger dans l’époque de la Révolution industrielle française, auprès d’une troupe du cirque Finderly. À cette époque, c’est un nouveau genre de spectacle pour une population en majorité analphabète qui attire la curiosité de par ces animaux et ces hommes égotiques, différents, étranges… Imaginez un Paris qui est en pleine effervescence de par cette exposition universelle et cette tour Eiffel qui fait grand bruit… Pourtant l’arrivée de ces « monstres de foire » attire autant qu’ils font peur.

Les descriptions présentées nous immergent dans cette époque, nous fait redécouvrir le Paris du siècle dernier, mais aussi les cirques d’antan. Le rôle de chacun, celui des animaux est très bien décrit. On ne lit plus, on assiste à leurs représentations. C’est cette touche en arrière-fond qui nous sort des sentiers battus.

L’auteure nous fait de superbes descriptions de ces environnements, mais aussi de ses personnages. Elle pointe du doigt ce fossé entre la jeune bourgeoisie parisienne et cette troupe de saltimbanques. Derrière cette animosité apparente, ce cache aussi de l’envie : la liberté pour les uns, le confort et la luxure pour les autres. Voilà le point fort de cette folle histoire. Nous immerger dans l’histoire.

Concernant la romance à proprement parlé, j’ai, je l’avoue, un bémol ce qui explique mon 4/5 en notation. Les personnages sont les parfaits représentants de ce fossé qu’il y a entre les classes. D’un côté, nous avons Ulysse, jeune homme de dix-huit ans libre et passionné. Il est passionnant et passionné dans tout ce qu’il fait, mais aussi manipulateur. À l’image de ses yeux, d’une couleur vert absinthe, il est hypnotique. Il dégage une force et un charme désarmant. Ajoutez à cela un esprit vif, une langue acérée et vous aurez la définition même de ce jeune homme entier et passionné. Il est en totale opposition à Pâris, ce jeune lycéen issu de la bourgeoisie parisienne. Lui est effacé, essaie de ne pas se faire remarquer de par son albinisme et ses préférences en matière de compagnie. Comme l’auteure aime à nous le rappeler, à cette époque, les mentalités parisiennes se relèvent très complexes. Le crime de sodomie avait été aboli au début du siècle, mais pourtant la loi passée après la religion. Cette partie de la population doit sans cesse se cacher de la police des mœurs et des juges conservateurs qui n’hésite pas à les traiter comme des déviants, ayant une maladie mentale.

C’est une rencontre de deux mondes qui va faire des étincelles, car il est clair que l’attirance est réciproque… mais est-elle seulement physique ou peut-elle amener à quelque chose de plus profond ? La réponse est dans le livre… à vous de le découvrir.

Ce qui m’a dérangé, mais cela n’engage que moi, ce sont les trop nombreuses scènes de sexe. Cela a quelque peu gâché ma lecture surtout pour une romance Young Adult tout publique, mais j’insiste pour dire que cela n’enlève rien à la plume de Joyce. Une plume fine, directe, franche… Une plume qui nous transporte dans son univers.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, dépaysement, romance young adult
Série: Homoromance éditions |

Crocs et magie par Merida Reinhart

Synopsis:

Robin Aberdine est en apparence un homme des plus communs, qui aurait pu passer une très bonne soirée dans son night-club préféré, s’il ne venait pas de subir une rupture fracassante et une rencontre cauchemardesque coup sur coup. Arpenter les ruelles sombres ne l’a jamais effrayé, mais il ne s’attendait pas à y faire la rencontre qui allait bouleverser toute son existence. Car Robin a un secret, qu’il a longtemps refoulé : il voit des choses que le commun des mortels ignore. Si seulement l’homme devant lui pouvait n’être qu’une illusion… mais Vald Sorgue est bien réel. Pire, il pourrait être la clef de tout : son passé, comme son avenir, bien qu’il ne soit pas humain. Dans un monde où la magie et les créatures surnaturelles côtoient les humains, l’aventure de Robin va le mener bien plus loin qu’il ne l’imagine.

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Robin, libraire de son état, qui, le soir même où il se fait larguer par son petit ami, va faire une rencontre qui va changer le cours de son existence. Il est loin de s’imaginer retrouver sa sulfureuse rencontre sur son lieu de travail. De là, Robin va découvrir que les apparences sont trompeuses…Car Robin est loin d’être un type lambda. Entre un passé nébuleux et ses visions, il va trouver, en la personne de Vald, la clé de ses questions sans réponses. Sans le savoir, Robin va devoir replonger dans ces plus grandes peurs afin de découvrir sa véritable identité et découvrir le destin qui l’attend… fait de crocs et de magie.

Robin, un homme en apparence candide, mais qui est à la limite d’un burn-out. Il est constamment sous stress et angoisses avec ses visions obscures. Il parait faible et peu sûr de lui.  Vald d’une beauté magnétique est loin d’être sympathique. Bien au contraire, il impose sa dominance par son arrogance et la peur qu’il dégage. Il respire le pouvoir et l’égocentrisme. Mais cela n’est qu’une apparence… l’un et l’autre vont se dévoiler, faire ressortir des sentiments qui jusqu’alors étaient dissimulés sous cette attitude qui se dégage d’eux… Nous allons découvrir que celui qui parait faible et inoffensif est en fait un homme courageux, brave et volontaire. Le « tueur de sang-froid » n’est, lui n’est pas si imperturbable qu’il n’en paraît… derrière sa froideur se cache une grande vulnérabilité d’un homme brisé…

Tout, au départ n’est qu’un jeu de dupe et de croyances tirées de notre culture livresque et télévisuelle qui aime jouer sur les faux-semblants. Mais peu à peu, les personnages se dévoilent, les secrets se délient et la vérité devient alors limpide. Chacun à une place dans ce monde, un devoir à accomplir. La question est : allons faire face à notre devoir ou l’occulter ?

Mérida joue sur ces apparences : Un homme trop beau pour être vrai, avec des allures froides et cruelles peuvent se révéler être des personnes qui combattent pour le bien… un autre à qui on a voulu refouler leur vraie nature peut se révéler à lui-même… Nous avons clairement à faire à une fit-bit. Tous les codes, uses et coutumes liées aux créatures surnaturelles y sont. La « potion » est donc réussite. L’histoire tient sa promesse sur cette partie. En revanche, je trouve, personnellement le début un peu précipité. Pour quelqu’un qui se méfie de ce qui sort de « l’ordinaire », qui a même tendance à fuir ces étrangetés ; notre héros accepte un peu trop facilement la découverte des surnats. Après c’est un avis personnel qui n’enlève rien à la dynamique de l’histoire. La romance, à proprement parler, prend son temps à s’installer, mais cela en vaut le coup. Mérida pose son histoire. La romance est secondaire et pourtant prend peu à peu toute sa place. C’est finement pensé et de ce fait, apprécié.

Je rajouterai que nous sortons de notre lecture avec une question en tête : à quand la suite ? Et bien rassurez vous, Mérida nous prévoit une suite pour 2021 et moi la première, je suis dans les starting bloc pour la lire!

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, contes et légendes, fantasy, faux semblants, fit bit
Série: Homoromance éditions |

Tout feu, tout femme par Julie Lezzie

Synopsis:

« Le fourgon s’ébranla avec huit pompiers à son bord. Elsa avala sa salive. La nuit était tombée, lui rappelant le départ du soir de l’accident. Elle glissa ses doigts dans la poche intérieure de sa veste de feu, pour sentir la photo de Yannick qui la rassura instantanément. Puis, elle enfila sa cagoule ignifugée, passa le masque autour du cou, avant de mettre le casque. Se retournant pour s’équiper du harnais de l’appareil respiratoire derrière elle, il ne lui restait plus qu’à enfiler ses gants. Elle était prête à combattre le feu. »

Ancienne sapeur-pompier volontaire, Julie Lezzie relate avec force détails et émotions les aventures d’Elsa, jeune pompière professionnelle, seule femme de la caserne à laquelle elle est affectée. Devant faire sa place dans ce milieu d’hommes, il lui sera difficile d’arriver à concilier vie professionnelle et vie amoureuse. Jusqu’au soir où une visiteuse inattendue frappe à la porte de sa chambre… Entre interventions et engagement, expédition humanitaire et romance, le rythme est soutenu et la vie d’Elsa, tout feu, tout flammes.

 

Mon avis:

Nous faisons la connaissance d’Elsa, qui va faire son premier jour dans un centre de secours principal de la ville de Poitiers étant que pompière professionnelle après 3 ans en tant que pompière volontaire. Ce fameux 21 juin est un tournant dans sa vie. Elle ne sera pas seule pour affronter ce qui l’attend. Son meilleur ami d’enfance Yannick lui aussi pompier professionnel est présent pour l’accompagner.

 

Autant être franche avec vous tout de suite. Ne vous attendez pas à des scènes caliente comme. Nous pouvons le lire chez les MM ou MF… Julie brise tous les stéréotypes de lecture et ça fait du bien. Pourquoi ? Parce qu’elle nous montre l’envers du décor et ce, vu par l œil d’une femme. Cela fait toute la différence !

Dès les premiers chapitres Julie nous immerge dans ce monde masculin plein de testostérone à l’humour douteux concernant la place d’une femme dans une caserne. Misogynie et machisme sont de mise. Comme on s’y attend, L’auteure nous met avant des discriminations sexuelles. L’intégration est loin d’être plaisante pour quand on est du sexe féminin. Évidemment, elle aborde aussi l’homophobie latente qui se trouve dans ce milieu… Sortir des cases est loin d’une partie de plaisir pour s’intégrer. Faire ses preuves reste le meilleur moyen de devenir l’égale de ses coéquipiers, mais à quel prix?

Au-delà des apparences c’est bien un très bel hommage à ce métier trop souvent sous-estimé. Les pompiers sont trop catalogués alors qu’ ils sont les premiers sur le terrain accompagnant, réconfortant et côtoyant les souffrances, la vie et la mort. L’auteure nous démontrés que derrière l’apparence ce cachent des hommes et des femmes dévouées à leur métier, avec un cœur énorme. Plus qu’un choix c’est une vocation.

 

Mais il n’y a pas que cet hommage. Julie démontre aussi toute la difficulté de ce métier sur la vie en dehors de la caserne. Leur dévotion passe avant le reste quitte à oublier leur vie privée. Les absences répétées, cette constante appréhension à l’écoute d’une alerte ou bipper joue sur leur comportement, et ce même en civil. On découvre que ces pompiers ont une vie hors norme, en décalée qu’il est difficile à conjuguer avec un compagnon ou compagne qui a des horaires de bureau.

 

Julie nous laisse le temps de s’immerger comme son héroïne dans ce monde à part. On découvre les multiples interventions auxquels les pompiers sont confrontés, les relations entre collègues qu’il faut appréhender selon les comportements et caractères de chacun ne sont pas chose aisée. Il faut aussi composer avec d’autres services tels que les forces de l’ordre et les témoins, personnes à secourir… La romance s’installe après. Mais le plus périlleux reste surtout de vivre malgré les pertes…

Ne vous attendez pas à une romance classique. Ce roman est au-delà de ça. L’auteure nous fait vivre le quotidien d’une femme au métier peu ordinaire, mais qui au final a une vie extraordinaire. On ne lit plus, on vit son quotidien, partageons ses envies, ses joies, ses peines, ses deuils…

Voilà ce qui rend cette lecture à part. C’est une histoire, l’histoire d’une femme atypique… Plus qu’une romance c’est un hommage à l’uniforme qu’il nous est présenté.

Voir au-delà des apparences, des stéréotypes… Redonner à cette vocation ces lettres de noblesse qu’on a trop souvent tendance à minimiser pour ne pas dire oublier. En cela bravo.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, faux semblants, Le temps des choix, métier
Série: Homoromance éditions |

Fragments d’amour par S.M GERHARD

Synopsis:

Au travers de sept nouvelles de romance MM, ce recueil vous présente des fragments de vie qui montrent la complexité de l’amour et les multiples formes qu’il prend. Les circonstances, les connaissances, les surprises, un petit rien et tout change… mais il n’y a que deux constances dans l’éternelle quête de ce sentiment : le temps et l’aboutissement. On peut le trouver dans un bar, au détour d’une salle de réunion, grâce à un site de rencontre ou lors d’une soirée. Parfois, il se révèle par le biais de lettres ou de carnets oubliés. Un minuscule détail et la romance commence. Il n’y a pas qu’une recette pour atteindre le bonheur.

Chaque histoire est différente, unique comme les êtres qui la vivent. Alors, n’attendez plus ! Plongez dans ces Fragments de vie et voyez comme l’Amour peut être à la portée de tous !

 

Mon avis:

Comment ne pas tomber ou retomber (ce qui est mon cas) amoureuse/eux une fois de plus de la plume de Sandrine de par son recueil trop court à mon goût ! quel plaisir de retrouver ce qui caractérise autant cette plume qui dégage autant de poésie, de douceur, de délicatesse dans la description des sentiments des uns et des autres.

Tel un baume, elle nous décrit par des mots simples des situations différentes et pourtant si communes, que l’amour peut se présenter sous plusieurs formes, que chaque amour à son lot de montagnes russes émotionnelles, que les apparences peuvent être trompeuses.

Des nouvelles qui sont toutes différentes et pourtant dont le message est le même l’amour est et reste de l’amour. Préparez vous à passer par un melting pot d’émotions, à ne pas pouvoir vous arrêter en cours de lecture… On ne peut qu’être addict et en redemander encore.

En clair une lecture à laquelle on prend plaisir à lire, un moment hors du temps. Tel un partage, Sandrine nous offre des fragments de vie que l’on appelle l’amour.

Notons qu’elle a remportée le prix du recueil Gay 2020! On comprend pourquoi! alors à quand la prochaine histoire?

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, faux semblants, Le temps des choix, seconde chance
Série: Homoromance éditions |