La Maison au milieu de la Mer céruléenne par T.J KLUNE

Synopsis:

Linus Baker mène une vie tranquille et solitaire. À quarante ans, il vit dans une petite maison avec un chat caractériel et ses vieux disques. En tant qu’agent du Ministère de la Jeunesse Magique, il doit s’assurer du bien-être des enfants dans les orphelinats supervisés par le gouvernement.

Mais lorsqu’il est convoqué de manière inattendue par les Cadres Extrêmement Supérieurs, il se voit confier une mission curieuse et hautement secrète : se rendre sur l’île de Marsyas dans un foyer où résident six dangereux pensionnaires.

Obligé de mettre ses craintes de côté afin de rédiger un rapport objectif sur l’établissement, Linus va vite comprendre que les enfants ne sont pas le seul secret que renferme l’île. Il devra également réussir à cerner le charmant et énigmatique directeur des lieux, Arthur Parnassus, qui fera tout pour défendre ses protégés.

À mesure qu’il découvre d’incroyables secrets et qu’il se rapproche d’Arthur, Linus va se retrouver confronté au plus difficile des choix : faire son devoir ou écouter son cœur.

 

Mon avis:

Difficile de faire un retour sans spolier donc je vais vous parler de mon ressenti. TJ Klune a l’art et la manière de prôner « la différence ». De par sa plume queer, il aborde des sujets aux combien actuels même dans de la fantasy. C’est ce qui fait son charme, avouons-le-nous !
Dans ce dernier roman, il fait un pamphlet sur les sténotypes que nous rencontrons dans notre quotidien : la grossophobie, l’homophobie, cette peur de l’inconnu. Par la voix de Linus, nous apprenons à voir au-delà des apparences, nous remettre en question, apprendre à connaitre avant de juger. Plus encore, il aborde aussi un thème difficile et pourtant ô combien important : l’amour. L’amour au sens large, celui d’un directeur d’orphelinat pour ses enfants abandonnés, celui d’un homme qui prend à cœur son métier. Voilà ce que recèle ce trésor, car oui, c’est un trésor à lire, à savourer.

Pour ma part, je dirais que c’est le plus réussi de ses romans, un melting pot de cette magie que seul cet auteur sait transmettre à ses lecteurs.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, drame psychologique, fantasy, seconde chance, survivants, traumatismes du passé
Série: DE SAXUS |

L’amant fantasmatique: Journal de Kerbihan par Guy BORDIN

Synopsis:

Les Esquimaux croient en l’existence d’amants fantasmatiques. Le narrateur l’apprend de son cousin historien du Canada, dont il est discrètement épris, quelque temps après leur arrivée dans une maison isolée entre lande et forêt bretonnes, où tous deux se sont retirés pour travailler.
Mais le séjour prend bientôt une tournure inattendue, avec d’hallucinantes flambées de désir, entre Finistère et étendues arctiques.

 

Mon avis:

Nous faisons connaissance d’un jeune apprenti historien qui fait la connaissance de Jean, cousin lointain découvert par hasard, lors d’un cours donné à la faculté. Jean est maître de conférences en histoire moderne spécialisée dans l’exploration et la colonisation française du Canada. Des histoires de famille ont fait qu’ils ne se connaissaient pas jusqu’alors. Notre jeune narrateur va alors se voir proposer d’aider son cousin pour sa thèse sur la vie en Nouvelle-France.

Tout est retranscrit sous forme de journal de bord où le narrateur retranscrit ces quatre semaines en vase clos avec celui pour qui il se découvre cette attirance inexplicable. Dans ce vase clos, le narrateur se retrouve spectateur impuissant de cet homme qu’il désire. Le fantasme se transforme peu à peu en obsession.

Tout au long de cette lecture, nous ressentons un réel inconfort de ce jeune homme face aux sentiments et pulsions qui le poussent vers ce cousin, ce sentiment de gêne vis-à-vis de ce parent et cette envie d’échappatoire tout en désirant profondément aller jusqu’au bout de son fantasme. Il est clairement tiraillé entre ce qu’il ressent jour après jour et qui ne fait que s’accentuer.

Entre le réel et le fantasme, la frontière est infime. L’auteur retranscrit avec brio ces sentiments de perdition et d’angoisses qui en découlent.

Les descriptions des ressentiments du personnage principal renforcent ce sentiment de vase clos, cet inconfort que nous ressentons, en même temps que le narrateur au fur et à mesure ce désir montant et pourtant insatisfait. Notre lecture devient alors à l’image de notre personnage anxiogène. Puis tout s’emballe. On ne sait plus distinguer le rêve et la réalité. Le doute s’immisce chez le lecteur.

À l’image de ces croyances d’Esquimaux, la métaphore d’amant fantasmagorique est attrayante, mais au final, elle entraîne indéniablement à la folie. On se referme sur soi-même, on s’isole du monde réel… Accepter l’inavouable, composer avec la réalité… Voilà ce à quoi notre narrateur se voit confronté.

Le titre prend alors tout son sens. Et l’on devient à notre tour spectateur silencieux de cette pièce de théâtre où désirs et toxicité se mêlent. L onirique se mêle à la réalité au point que le fantasme onirique devient horrifique.
Cela donne à réfléchir sur la dimension et la place du fantasme, qui peut tourner à l’obsession, jusqu’à isoler une personne. C’est autour de cette croyance que tourne l’histoire. Le tout est habilement mené par l’auteur.

Je peux vous dire que c’était sacré découverte, une lecture qui m’a sorti de ma zone de confort. Ce n’est pas mon genre de lecture de prédilection, je l’avoue, mais ma curiosité m’a poussé à lire, sans savoir quoi penser de ce jeune homme. Sans le vouloir, nous nous retrouvons entraînés dans quelque chose d’incontrôlable… notre lecture devient mystique.

Comme me l’a confié Guy, il préfère laisser parler la liberté de l’imagination. Il navigue aux frontières entre le réel tangible et tout le reste! Et je peux vous garantir que c’est un pari réussi pour ma part !

Préparez-vous à lire quelque chose de hors-norme, mais au combien fascinant… une lecture dont vous ne ressortirez pas indemne.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, faux semblants
Série: MAIA |

Faux semblants par Collectif d'auteurs

Synopsis:

L’objet que vous avez entre les mains n’est pas un livre, pas du tout. Il a les pattes d’un dragon et la gueule d’un loup, l’esprit mathématique et la mémoire chaotique. Il vous tend quelques fleurs, la bague de vos rêves et la clef d’un coffre secret. Vous acceptez ? Vraiment ? Ne sentez-vous pas la pluie glacée qui coule le long de votre dos, n’entendez-vous pas les bijoux clinquer dans l’ombre ? Si vous vous fiez aux apparences, nous ne pouvons plus rien pour vous !

 

Mon avis:

Dès le départ, on nous met le nez dedans! Le synopsis de ce recueil résume à lui seul l’œuvre.

Ce recueil nous offre un panel d’auteurs de talent, mais aussi d’illustrateurs que l’on prend plaisir à découvrir. Merci à l’éditeur de nous donner leurs liens sur les réseaux pour les suivre.

Maintenant, parlons du recueil. Il s’agit de nouvelles MM et FF. On passe par un melting pot d’émotions et pour cause, les auteurs se jouent de la thématique. Tantôt cocasses et drôles, nous nous confrontons aussi à des histoires plus noires, tragiques. La lecture s’enchaîne et nous nous retrouvons bousculés par ces mots, liés à des maux.

Chaque nouvelle à son style, sa musique. Cela devient poétique, harmonieux. Ce que j’ai énormément apprécié, ce sont ces illustrations qui reflètent chaque univers. De la fantaisie au contemporain en passant par de la dark romance, c’est un véritable panel qui nous est offert.

Difficile de résumer chaque nouvelle sans spolier. Je vous propose donc de vous les présenter ainsi: en ouvrant ce recueil, vous allez faire face à de la pudeur, de la vanité, des mensonges, des duperies et leurs revers : culpabilité, imposture, peur,  tristesse, violence, abandon.

 

La thématique principale est réellement passionnante: les faux semblants. Il y a tant à dire sur cette thématique, tant de situations à explorer. Pourtant, il y a toujours ce point commun à chacune de ces nouvelles: que vaut une relation construite sur des faux-semblants ? Le mensonge est parfois le pire des poisons. Mais risquer de se montrer sous sa vraie nature entraîne toujours ce risque d’ être rejeté. Là est toute l’ ambiguïté des sentiments. Mais la duperie ne dure qu’ un temps…  On nous révèle les différents degrés des faux semblants et la cruauté qu’ils peuvent entraîner. Car cela est une réalité : les faux semblants ne sont que des actes égocentriques et cruels. Ils révèlent ces tabous qu’on ose révéler, dirigés par ce sentiment universel : la peur. Ces actes sont toujours justifiés comme un moyen de protéger des autres, de leurs regards, jugements au final. Et en cela on se retrouve en chacun d’ eux.

C’est en cela que ce recueil marque: cet écho à notre propre histoire, cette remise en question qui s’ensuit.

Encore merci pour ce moment de lecture. Je vous le recommande chaudement.

 

 Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

17


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, contes et légendes, drame psychologique, fantasy, faux semblants, homophobie, Le temps des choix, recueil, sexualité atypique, traumatismes du passé
Série: YBY Editions |

À la pâle clarté de nos cœurs sombres par Lou Gahé

Synopsis:

Au cœur des tumultes de l’adolescence, sous les aurores boréales d’Anchorage, Lou se réfugie dans la musique et les contes ancestraux. Sa vie bascule quand d’étranges phénomènes le mettent sur la route de Caelum, un mystérieux jeune homme qui lui dévoile une nouvelle face du monde. Des soirées du lycée aux sabbats de sorciers, entre charmes et jeux occultes, leur rencontre explosive risque bien de renverser tout l’univers.

Puis, de l’autre côté de l’océan, Seize se réveille sur une île déserte du Vietnam, entre les mains d’un bourreau qui n’a de cesse de le torturer. Pour survivre, il devra choisir, entre la proie ou le chasseur, la voie qui tracera les contours de son avenir.

Trois destins. Trois idéaux. Et le monde qui se déchire sur les flots abîmés de leurs passions…

 

Mon avis :

C’est l’histoire de deux jeunes hommes qui se rencontrent, se retrouvent dans ce sentiment tumultueux de solitude et de tristesse. Il y a ce lien qui les lie, ce lien magique qu’ils ne peuvent expliquer et qui pourtant est universel. Ce lien qui va bouleverser leurs mondes en apparence opposés. Nous assistons aux prémices de sentiments forts et incertains. Tout n’est que cela : incertitude, fragilité et beauté à son sens primaire. Leur rencontre va leur insuffler de nouveau cette vie qui les avait désertés.
En parallèle nous faisons la connaissance de Seize, cet être sans nom, sans visage, captif et torturé… Lui qui survit plus qu’il ne vit, qui n’arrive plus à ressentir quoi que ce soit dans cet endroit inconnu. On le suit dans ce besoin de se sauver, de s’échapper de l’enfer où il se trouve.
On s’interroge dès le départ de ce qui lie ces trois hommes, et les questions s’enchaînent, s’entremêlent. On émet des hypothèses, on part dans un labyrinthe de suppositions. Tel un puzzle, on reconstruit cette histoire et là arrivent les premières réponses et tout est remis en question. Le temps se distant, et on se demande où l’auteur va nous mener.
Cette lecture n’est qu’ambiguïté et perplexité. Au départ, nous plongeons dans une romance Young adult « classique entre deux jeunes hommes ». Mais les apparences sont trompeuses. Des rebondissements, des vérités à moitié avouées nous amène à devenir attentifs, on s’interroge et sans s’en rendre compte les pages se tournent sans que nous les voyions passer. On ne peut rien prévoir, que subir comme les personnages. On rit, on pleure, on ressent de la joie de la colère de l’exaspération. Tout n’est qu’attente insoutenable. La rythmique est soutenue, ponctuée de moments hors du temps. On nous tient en haleine jusqu’à cet instant de vérité et le pire c’est que l’on ne peut pas raccrocher avant d’avoir ce mot « FIN », car une fois la qu’on a résolu cette énigme qui nous tient les 3/4 du roman en suspens, on ne peut deviner l après. Car toute vérité n’est pas bonne à dire et les conséquences qu’elle induire peut-être dévastatrice. Vous l’aurez compris, nous sommes littéralement happés par l’histoire et ses secrets qu’elle enfuie. Jusqu’au dernier instant, on retient notre souffle, se demandant jusqu’où tout cela v aller, quel grand final nous attend.
Voilà la magie de Gahé. Tout n’est que poésie des sens, d’un panel de sentiments saupoudré de magie. Notons que le cadeau de Lou, ce bonus où il nous confie sa playlist est perçu comme un cadeau que l’on chéri. Tel un journal intime, chaque chanson est accompagnée d’une note. De ce fait, nous retraçons son aventure. Alors que nous sortons chamboulés de cette lecture, elle amène ce lien si tangible que nous avons pu partager avec lui, nous lecteur.
Pour finir, et comme le dit très justement l’auteur et qui à mon sens résume cette histoire, tout n’est que « des points de suspension aux creux de nos vies ».

Intéressé(e) ? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, fantasy, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

La série Les contes de Verania par T.J KLUNE

Tome 1 : Le coeur de foudre

Il était une fois, dans une ruelle des quartiers pauvres de la Ville de Lockes, un jeune homme plutôt solitaire, du nom de Sam Haversford. Quand celui-ci transforme – tout à fait accidentellement – un groupe d’adolescents débiles en pierre, il attire bien malgré lui l’attention d’une puissance supérieure qui l’arrache au seul monde qu’il connaît pour devenir l’apprenti du plus important sorcier du royaume, Morgan of Shadows. À l’âge de quatorze ans, il pénètre dans la forêt de Dark Woods d’où il revient avec Gary, la licorne gay sans corne et un semi-géant du nom de Tiggy, ce qui lui vaut le surnom de Sam of Wilds. À l’âge de quinze ans, il comprend ce qu’est vraiment l’amour quand un nouveau chevalier arrive au château. Sir Ryan Foxheart l’incarnation du plus beau rêve qu’on puisse imaginer. Mais tout tombe à l’eau quand, au fil des ans, Ryan s’éprends du répréhensible prince Justin, que Sam ne peut pas contrôler sa magie, qu’un dragon sexuellement agressif kidnappe le prince, que le roi les envoie à son secours, et que Sam tombe de plus en plus amoureux de la seule personne qu’il ne pourra jamais avoir. Enfin, ça c’est ce qu’il croit.

Tome 2 : Les dragons de la destinée

Il était une fois Sam l’Indomptable, l’apprenti sorcier, qui a eu la fin heureuse dont il rêvait, auprès du chevalier commandant Ryan Foxheart, sa pierre angulaire. Une année s’est écoulée, et bien que Sam ait été capturé cinq ou six fois, les choses vont plutôt bien. Ses parents sont heureux ; Gary et Tiggy sont toujours aussi sarcastiques ; Randall est toujours vivant bien qu’il soit plus vieux que les dieux ; le roi règne d’une main de velours ; Kevin le dragon est toujours aussi dégoûtant ; Morgan soupire encore beaucoup ; Ryan est plus fringant et immaculé que jamais, et Sam est à deux doigts de convaincre le prince Justin qu’ils sont les meilleurs amis du monde.

La vie est belle.

Jusqu’à ce qu’elle ne le soit plus… quand Vadoma, cheffe du clan tsigane et grand-mère de Sam, arrive dans la Cité de Lockes porteuse d’une terrible prophétie qui lui vient des étoiles : un homme de l’ombre va détruire le monde si Sam n’accepte pas son destin et ne rassemble pas les cinq dragons de Verania à ses côtés.

Et elle a amené son bras droit avec elle, un certain Ruv.

Ruv, qui d’après Vadoma, est la vraie pierre angulaire de Sam.

 

Tome 3 : Les dragons de la destinée

Sam l’Indomptable a affronté Myrin, le sorcier Obscur, et est encore en vie pour en parler. La bataille lui a certes laissé des cicatrices, mais en retrouvant Morgan des Ombres et Randall, il se rend compte que cela pourrait être bien pire.

Parce que ces cicatrices ne sont qu’un aperçu du véritable plan de Myrin pour Sam et le Royaume de Verania.

Sam et sa bande déjantée – la licorne Gary, le demi-géant Tiggy, le Chevalier Commandant Ryan Foxheart, et le dragon Kevin – n’ont plus de temps à perdre. Ils doivent partir dans les montagnes enneigées, et au cœur des Bois Obscurs, pour convaincre les dragons restants de s’élever contre Myrin.

Chemin faisant, Sam apprendra des secrets du passé qui changeront pour toujours le cours de l’avenir.

L’heure du jugement approche pour Sam l’Indomptable et il n’y a rien qu’il puisse faire pour y échapper.

 

Tome 4 : Les dragons de la destinée

Aveuglé par la colère et la trahison, Sam l’Indomptable a pris la décision désespérée de suivre le Grand Dragon Blanc dans les Bois Obscurs. Mais un an plus tard, le monde a bien changé : la Cité de Lockes est devenue une prison. Le Roi a été enfermé dans le donjon. Le Royaume de Verania s’est effondré et Myrin, le Sorcier Obscur, est assis sur le trône.

Fort heureusement, tout espoir n’est pas perdu, car Sam apprend l’existence d’un groupe de résistants qui se bat en son nom. Il est mené par un chevalier courageux, un prince rebelle, une licorne échauffée et un demi-géant qui veut tout casser. S’il souhaite avoir la moindre chance de vaincre ceux qui se sont emparés de son royaume, Sam devra faire face aux conséquences de ses actes, mais surtout aux amis qu’il a abandonnés.

 

Mon avis:

Voici une série à la TJ KLUNE dans toute sa splendeur, faite de folie, de fantaisie et d’amour… tragico-romantique.

Le premier tome commence comme un conte de fées. Rien que le contexte nous vend du rêve. Un pays imaginaire où l’époque médiévale se mêle à un pays fait de magie et de créatures extraordinaires. Des personnages délirants, qui n’ont pas leur langue dans leurs poches, tous extravagante et pourtant avec une personnalité qui leur est propre, avec leurs faiblesses et leurs forces. Il n’y a pas de héros, personnages principaux, mais plusieurs. Le tout fait que notre héros est en fait une famille unie avec des personnages secondaires qui les magnifient.

L’intrigue est tout sauf simple. On pourrait croire à une banale histoire de conte de fées, avec un prince à sauver du haut de son donjon, or, tout cela n’est que faux semblant. Tout comme les personnages, les rebondissements sont riches en successions et plus abracadabrantesques les uns que les autres. On retient on souffle, car la fin est indéterminée.

Une histoire épique, décadente et une suite plus qu’attendue. Nous voyons notre Sam l’indomptable grandir, sortir de l’adolescence pour devenir un homme…

Sam va comprendre qu’il est entouré de personnes de confiance, de personnes qui sont prêtes à donner leur vie pour lui. Et lui se rend compte qu’il a mûri et commence à réfléchir sur les conséquences de ses actes… Il comprend que ce sont les sentiments qui dirigent les hommes. La question est : altruiste ou égoïste ? Un choix et à faire et cela n’est en rien évident. Entre amour et destinée, les choix devront être faits et assumés. Être « génial » n’est pas aussi glorieux et magnificence quand cela nous oblige à voir que les autres ne sont que des mortels fragiles… Car le temps des remises en question est passé. Il est temps de se mettre en route pour contrer le mal. Sam accepté enfin sa destinée, mais plus encore il s accepte tel qu’il est et comprend qu’il peut la contrôler, car lui seul peut tracer son propre chemin…

Le langage est cru, cash, sarcastique, mais telle une symphonie, les dialogues sont très bien menés. On ne peut que pleurer de rire dès les premières pages… puis on passe par un melting pot d’émotions et les larmes de joies deviennent tristesse à certains moments. C’est en cela que TJ KLUNE montre tout son talent: il rend ces personnages humains. On ressent leurs émotions, plus encore on vit cette épopée avec eux. On s’attache à eux, on en vient à faire partie de cette « meute » de joyeux lurons… Une série qui nous marque, une série coup de cœur!

Amateurs et amatrices de folie, paillettes, licornes, dragons et de beau chevalier… amateurs et amatrices d’histoire épique vous seront servis.

 
Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, fantasy, faux semblants
Série: MxM BOOKMARK Contes et légendes |

Ani’ Mots – Volume 3 – 100% MM par Alexis Dumais, Audrey Bnd, B.G. Decamp, L. Gautier Ma., Marion DE SOUSA, Merida Reinhart, Sawaën K., Selena A. M, Sophie Tallaire, Steff S.

Synopsis:

5 ans déjà !
Dans ce collectif de nouvelles 100% gay, 10 auteurs se mobilisent pour la cause animale afin de vous offrir une sélection de textes et plus particulièrement un choix de romances entre hommes. Tous les fonds seront intégralement reversés à la protection animale et s’ajouteront aux dons annuels effectués par notre maison d’édition chaque année aux associations locales québécoises.

Mon avis:

Que dire? Je l’avoue, je ne suis pas trop nouvelle ou novella en général. Je les apprécie généralement quand je connais la plume de l’auteure. Pourtant je me suis lancée dans cette lecture, heureuse de savoir que je participais à mon petit niveau pour une belle cause: aider aux bien-être des animaux (la totalité des fonds est reversée à une association pour animaux).

Alors que dire? Un coup de foudre lu en à peine deux heures (je lis très vite). J’ai pris plaisir à découvrir des histoires totalement différentes et pourtant chaque auteur a touché une corde sensible…

Ce recueil c’est comme une pinata : en apparence c’est un recueil de nouvelles d’auteurs. Mais une fois dedans, c’est un feu d’artifice de sensations ! On ne lit plus, on vit ces instants volés. On s’émeut pour ces histoires qu’elles soient contemporaines, historiques, ces remises en question, ces premiers émois. On s’immerge dans ces contes parfois féeriques, parfois cruels, au détour d’une fable poétique… On a des coups de chaud à certains moments… on touche du bout des doigts à une certaine poésie… Voilà ce qui ressort de ce recueil, un voyage des sens… Un coup de coeur, un grand merci à ces auteurs de nous transmettre ce melting-pot de sentiments… On a qu’une envie leur crier « encore! »

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, contes et légendes, deuil, drame psychologique, faux semblants, Le temps des choix, recueil, romance, romance young adult
Série: Homoromance éditions |

Camaël par Alexia Damyl

Synopsis:

La Bretagne, VIIe siècle. Dans des bois impénétrables, un vampire émerge de l’ombre, son nom : Camaël. Des siècles plus tard, sa vie prend un tournant qu’il n’aurait jamais imaginé. Une menace venue du fond des âges revient le hanter.
La découverte d’une prophétie énigmatique le propulse dans la quête de ses origines. Il va alors dénouer peu à peu les mystères de sa création…

Mon avis:

Alors que nous faisons la connaissance de Camael, celui-ci vit une vie tranquille auprès de l’homme qui l’aime. Malgré sa nature vampirique, il s’est, au fil du temps fondu dans la masse. Sa nature a laissé place à son humanité. Il vit en paix et profite de ses instants de bonheur. Son passé est loin derrière lui. Du moins c’est ce qu’il pense.
Mais voilà que ce même passé rejaillit de façon aussi fulgurante que déstabilisante. L’enlèvement d’Amin va obliger Camael à faire face à L. Cette métamorphe louve qui ne lui est pas inconnue.
L. a été sa meilleure amie avant de devenir sa pire ennemie. La pensant hors d’état de nuire, Camael a fait l’erreur de l’oublier.

Vous l’aurez compris, Alexia nous offre une nouvelle explosive, pleine de rebondissements. Il n’y a pas de temps mort, tout s’enchaîne et petit à petit, nous voyons se former ce puzzle. Ne vous fiez pas aux apparences. Jusqu’au dernier moment, nous allons de révélations en révélations. Rien n’est acquis, tout est remis en question. C’est en cela que la lecture devient addictive. L’auteure prend énormément de plaisir à se jouer autant de Camael que de nous. Tout n’est que manipulations.
Bien que cela soit un urban fantaisie, on s’identifie à Camael de par ses sentiments humains. L’auteure aborde des sujets concerts, d’actualités et intemporels.

On ressort de cette lecture essoufflé, haletant, car le grand final nous laisse imaginer une suite…
C’est son premier MM. Je l’avais découvert par son roman historique t’aimer et résister qui m’avait bouleversé. Elle réussit de nouveau à me bouffer de par ce urban fantaisie. Une auteure qui manie avec brio les styles et les genres.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, contes et légendes, faux semblants, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

L’Équilibre par Marion DE SOUSA

Synopsis:

Dans un monde où la moralité populaire entend opposer le bien et le mal, l’Équilibre universel est menacé. Cela a pour conséquences de détruire peu à peu toutes formes de vie. Gaël, un jeune survivant de dix-huit ans va apprendre, à ses dépens, que l’univers est composé d’une palette infinie de couleurs, mais que le blanc et le noir, le bien et le mal ne sont que les facettes d’une même entité…Homme ou femme, faune ou flore, rien ni personne n’est épargné par la Mort. Elle revêtit le visage d’un innocent, le regard d’un prude qui se croyait prêt à se battre. Violente est sa chute quand il découvre la mesure de ses actes. Accompagné d’un individu mystérieux, Gaël devra faire face à ses responsabilités et choisir son combat. Qu’est-il prêt à abandonner ? L’amour des siens, les beaux yeux de Raphaël ? Ou cette force indomptable et glacée ?

Mon avis:

Voici un livre dont on ne se ressort pas indemne, qui nous fait réfléchir, un post apocalypse dans toute sa splendeur. Un titre qui résume à lui seul ce formidable roman.

La couverture et son résumé m’avaient fait de l’œil alors je n’ai pas réfléchi, j’ai plongé dedans. Car oui, c’est une immersion totale.

On découvre Néos, une des villes survivantes de la Grande Guerre… Une description hyper réaliste de survivants… D’hommes, de femmes, d’enfants qui survivent plus qu’ils ne vivent. On ressent ce poids qui pèse sur chaque personnage : celui d’être privé de cette liberté, cette peur qui est omniprésente dans leur quotidien. Dès le départ, on ressent cette hostilité, ce sentiment de désolation, cette mélancolie qui les suit telle une ombre. Et puis il y a ces jeunes, ces rebelles qui ne sont plus des enfants, mais pas encore des adultes. Ces jeunes gens en quête de liberté, cette volonté de sortir de ce carcan qui les étouffe, vivre… Gaël est l’un d’eux. Mais l’ennemi n’est jamais loin. Alors qu’il se pense perdu, Gaël va découvrir sa véritable nature et sa mission. Dans sa quête, Gaël va devoir apprendre à grandir, devoir faire face à des choix et des responsabilités d’adultes. Il va apprendre que certains sacrifices peuvent se justifier. Mais comme tout équilibre, chaque acte à des conséquences… On ressent cet élan d’espoir, un certain réconfort qui est contre balancé par les regrets et la peur de l’inconnu. En effet, les apparences sont trompeuses. Un don peut être porteur d’espoir ou de désespoir et devenir une malédiction.

Tout dans les interactions entre les personnages, les rebondissements, l’histoire en elle-même en fait, est en quête de cet Équilibre…  Ce roman est véhiculé tout du long par ce lien fragile parfois et pourtant essentiel: celui de l’amour.

L’auteure ne nous épargne rien : la peur, l’angoisse, la tristesse, l’amour et le don de soi… On grandit en même temps que Gaël, on devient mature, on s’affranchit. L’on comprend que la vanité de l’Homme est le fléau qui entraîne le monde et sa beauté vers le néant.

En clair, un énorme merci à l’auteure de ce cadeau et un livre que je vous recommande ! Un coup de cœur !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, Le temps des choix, romance young adult, survivants, voyage
Série: Homoromance éditions |

Crocs et magie par Merida Reinhart

Synopsis:

Robin Aberdine est en apparence un homme des plus communs, qui aurait pu passer une très bonne soirée dans son night-club préféré, s’il ne venait pas de subir une rupture fracassante et une rencontre cauchemardesque coup sur coup. Arpenter les ruelles sombres ne l’a jamais effrayé, mais il ne s’attendait pas à y faire la rencontre qui allait bouleverser toute son existence. Car Robin a un secret, qu’il a longtemps refoulé : il voit des choses que le commun des mortels ignore. Si seulement l’homme devant lui pouvait n’être qu’une illusion… mais Vald Sorgue est bien réel. Pire, il pourrait être la clef de tout : son passé, comme son avenir, bien qu’il ne soit pas humain. Dans un monde où la magie et les créatures surnaturelles côtoient les humains, l’aventure de Robin va le mener bien plus loin qu’il ne l’imagine.

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Robin, libraire de son état, qui, le soir même où il se fait larguer par son petit ami, va faire une rencontre qui va changer le cours de son existence. Il est loin de s’imaginer retrouver sa sulfureuse rencontre sur son lieu de travail. De là, Robin va découvrir que les apparences sont trompeuses…Car Robin est loin d’être un type lambda. Entre un passé nébuleux et ses visions, il va trouver, en la personne de Vald, la clé de ses questions sans réponses. Sans le savoir, Robin va devoir replonger dans ces plus grandes peurs afin de découvrir sa véritable identité et découvrir le destin qui l’attend… fait de crocs et de magie.

Robin, un homme en apparence candide, mais qui est à la limite d’un burn-out. Il est constamment sous stress et angoisses avec ses visions obscures. Il parait faible et peu sûr de lui.  Vald d’une beauté magnétique est loin d’être sympathique. Bien au contraire, il impose sa dominance par son arrogance et la peur qu’il dégage. Il respire le pouvoir et l’égocentrisme. Mais cela n’est qu’une apparence… l’un et l’autre vont se dévoiler, faire ressortir des sentiments qui jusqu’alors étaient dissimulés sous cette attitude qui se dégage d’eux… Nous allons découvrir que celui qui parait faible et inoffensif est en fait un homme courageux, brave et volontaire. Le « tueur de sang-froid » n’est, lui n’est pas si imperturbable qu’il n’en paraît… derrière sa froideur se cache une grande vulnérabilité d’un homme brisé…

Tout, au départ n’est qu’un jeu de dupe et de croyances tirées de notre culture livresque et télévisuelle qui aime jouer sur les faux-semblants. Mais peu à peu, les personnages se dévoilent, les secrets se délient et la vérité devient alors limpide. Chacun à une place dans ce monde, un devoir à accomplir. La question est : allons faire face à notre devoir ou l’occulter ?

Mérida joue sur ces apparences : Un homme trop beau pour être vrai, avec des allures froides et cruelles peuvent se révéler être des personnes qui combattent pour le bien… un autre à qui on a voulu refouler leur vraie nature peut se révéler à lui-même… Nous avons clairement à faire à une fit-bit. Tous les codes, uses et coutumes liées aux créatures surnaturelles y sont. La « potion » est donc réussite. L’histoire tient sa promesse sur cette partie. En revanche, je trouve, personnellement le début un peu précipité. Pour quelqu’un qui se méfie de ce qui sort de « l’ordinaire », qui a même tendance à fuir ces étrangetés ; notre héros accepte un peu trop facilement la découverte des surnats. Après c’est un avis personnel qui n’enlève rien à la dynamique de l’histoire. La romance, à proprement parler, prend son temps à s’installer, mais cela en vaut le coup. Mérida pose son histoire. La romance est secondaire et pourtant prend peu à peu toute sa place. C’est finement pensé et de ce fait, apprécié.

Je rajouterai que nous sortons de notre lecture avec une question en tête : à quand la suite ? Et bien rassurez vous, Mérida nous prévoit une suite pour 2021 et moi la première, je suis dans les starting bloc pour la lire!

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, contes et légendes, fantasy, faux semblants, fit bit
Série: Homoromance éditions |

Colt et plume par Eva Justine

Synopsis:

À peine descendu sur le quai de la gare de Sunset Town, ville texane écrasée de chaleur située près de la frontière avec l’Arkansas, Jessy Jones songea qu’il ne manquait que la petite musique stridente et inquiétante d’un harmonica pour compléter le tableau. Accompagné du martèlement régulier des sabots de son cheval, il avança jusqu’au bureau du shérif pour y prendre ses fonctions de shérif adjoint. Une étoile piquée sur le revers de sa chemise, un colt glissé dans l’étui de son ceinturon et une Winchester en main, il était prêt à rencontrer son partenaire, un chasseur de serpents au caractère bien trempé.

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Jessy, ancien GI revenu plutôt de mission, suite à une blessure physique et sentimentale… Lorsqu’on lui propose un emploi de bureau, il préfère démissionner et revenir aux sources… Les grands espaces, la nature, l’authentique. Le voici donc embauché en tant que shérif adjoint dans cette ville du bout du monde : Sunset Town. Il ne le sait pas encore, mais sa vie va prendre un virage inattendu fait de rencontres et plus si affinités. Voilà comment résumer cette folle histoire sans spolier.

Parlons maintenant de ce qui se cache derrière cette apparente romance. Éva m’a littéralement bluffée. Oui, nous retrouvons sa plume, son amour pour les animaux, pour des hommes au caractère bien trempé qui ont leurs ombres passées. Mais, ce roman sort du lot par la thématique qu’elle porte : voir au-delà des apparences. Elle met en avant un événement passé et pourtant souvent mis sous silence : le génocide des Amérindiens lors de la ruée vers l’or. Incroyable, mais vrai, cette romance contemporaine nous amène dans une immersion de deux cultures que tout oppose : celle des Amérindiens d’Amérique et celles des Blancs, de ses cow-boys. Voilà la raison de ce coup de cœur. La romance entre deux hommes que tout oppose porte ce choc des cultures, nous imprégnant de l’une et de l’autre. Tout dans cette histoire est un devoir de mémoire, un respect de l’autre, une communion entre l’homme et sa nature environnante.

Une lecture qui nous fait voyager, nous fait rêver de grands espaces, de contes anciens… une lecture doudou à savourer.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, cow-boys
Série: Auto édition |