Une étincelle dans la nuit par Alexis Hall

Synopsis:

L’univers est une boule à facette que je tiens dans le creux de ma main.

Autrefois, enfant chéri de la scène littéraire anglaise, aujourd’hui, écrivain dépressif de romans policier, Ash Winters a renoncé à l’amour, à l’espoir, au bonheur et, surtout : à lui-même.
Il vit sa vie entre les cycles de sa maladie, hanté par les fantômes des attentes des autres.
Puis une rencontre fortuite à un enterrement de vie de garçon le jette dans les bras de Darian Taylor, un garçon du comté d’Essex, aspirant modèle qui vit dans un monde de gel pour cheveux, faux bronzage et défilés de mode.

Darian admet qu’il n’est parfait, mais il sait faire rire Ash, et lui rappeler ce qu’est la vie sans anxiété. Seulement, Ash vit dans l’ombre depuis tellement longtemps qu’il est incapable de voir la lumière briller.

Un homme qui n’a pas confiance en lui-même peut-il seulement croire au bonheur ? Et comment un homme qui ne croit pas au bonheur peut-il se battre pour le sien ?

 

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Ash, un homme quelque peu isolé et pour cause… cet homme fuit toute interaction sociale. Sa bipolarité a pris le contrôle de sa vie. Il sombre jour après jour dans une dépression sans fin. Tout n’est que honte et haine de lui-même. Tout n’est que routine millimétrée, ce contrôle de chaque instant de peur de retomber dans ses pires travers. Le seul sur qui il puisse compter est son ex et meilleur ami Niall.

Mais voilà qu’une obligation envers ses amis va le forcer à en sortir. Il ne s’attend pas alors à faire une rencontre qui va lui apporter de la lumière dans cette obscurité qu’est devenu son quotidien.

Lui, ce chasseur de fantôme poursuivant le spectre de ce qu’il fût va se voir bousculer par l’époustouflant et scintillant Darian, ce jeune homme satiné et serpentin. Darian est son exact opposé. Il parait trop brillant, impertinent et faux. Pourtant, aux yeux de Ash il rayonne. Tout n’est que sincérité.

Ce qui au départ ne devait être qu’une nuit de luxure va prendre une tournure inattendue. Vient alors une grande remise en question : Pourquoi, dans son monde si gris, un jeune homme candide, mais au combien coloré le fait sentir si vivant ? Peut-il assumer cette pulsion qui le pousse vers lui ?

 

Cette romance est à l’image de ses personnages : d’apparence trompeuse. On image des faux semblants, de la superficialité … Pourtant, l’auteure aborde un sujet ô combien délicat : le handicap mental, invisible et pourtant si réel. Au final, Ash et Darian ont bien plus de points communs qu’ils ne le pensent… L’apparence ne fait pas l’homme.

Ce roman peut se résumer à son titre, une histoire clair-obscur. Le risque était de tomber dans un extrême, mais tout est fluide. Nous vivons à travers Ash toutes les difficultés d’adaptations qu’il vit au quotidien. Darian devient pour nous lecteur, tout comme pour Ash, une vraie bouffée d’oxygène et d’authenticité. C’est en cela que la romance est si plaisante à lire.

Au final, on ne peut que remercier l’auteure pour son message de tolérance.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, handicap, handicap mentaux, handicap social, Le temps des choix, seconde chance, traumatismes du passé
Série: MxM BOOKMARK Romance |

Série Loving Clark par Kyrian Malone, Manhon TUTIN

Tome 1:

Clark McKenna, 17 ans, rentre au lycée Providence High en Californie. Clark est mentalement différent, et ses nombreuses consultations à Providence dans plusieurs cabinets psychiatriques le précèdent, aussi bien auprès de ses camarades que du corps enseignant. Plongé dans son imaginaire, sa perception du monde réel est biaisée, traduite par ses filtres émotionnels. Ses réactions, ses réflexions incomprises, Clark est en errance de diagnostic soumis à des traitements inadaptés. Considéré comme bipolaire, lunatique, schizophrène par des spécialistes incompétents, ce qu’il est demeure enfoui au fond de lui, annihilé par des médicaments inutiles. Pourtant, en arrivant à Providence High, Clark espère que les choses changeront pour lui. Il y a ce garçon Elliot Hamilton qui sera dans sa classe, et son professeur de lettres James Coleman, seuls personnes capables de le comprendre…

 

Tome 2:

Le sens de la justice, de l’équité, voilà deux concepts inhérents aux Aspergers. L’injustice, Clark Hastings en a souffert durant toute son enfance et son adolescence. Montré du doigt parce qu’il était différent, moqué par ses camarades, inconsidéré par le corps enseignant ou mal diagnostiqué par des médecins incompétents, Clark a très vite compris que dans ce monde à deux vitesses, il devrait s’en sortir seul, que pour être accepté en société, il lui faudrait faire semblant, mettre en place des stratégies d’adaptation, des illusions pour paraître « normal ».

 

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Clark, ce jeune homme dont l’apparence de « fou, déséquilibré » fait de lui un marginalisé.
On vit ce quotidien à travers ses yeux mais aussi de ses ressentiments ce qui rend ce texte fort. On ne lit pas, on vit avec cet handicap. On découvre ce quotidien qui est un combat continuel face à la bêtise de certains, l’ignorance des autres. Clark est différent c’est un fait mais ce n est pas pour autant que c’est un monstre. On ressent tout cet agacement qu il ressent. L auteure ne nous épargne rien au point que nous réagissons et cela dès les premiers chapitres.
Kyrian nous prouve que ces « 1% de la population » sont certes à part mais surtout ce sont des personnes touchantes, qui voit au delà des apparences. Ce qui pour une majorité d ignorant est un handicap est en réalité un réel trésor : ils ressentent autrement, ils en deviennent authentique. C’est en ça qu ils sortent de cette société manichéenne, à l esprit si étriqués et leurs réactions exacerbées face à l’inconnu.
Voilà pourquoi ce roman marque, nous interroge, nous ouvre les yeux là où nous sommes aveuglés. On nous imposons nos us et coutumes sans chercher à comprendre que d autres peuvent penser autrement. C’est bien de cela qu’il s agit, un ode à ces hommes et femmes différentes certes et pourtant qui méritent d être connues, voir reconnues. C’est un pamphlet la morale, la liberté et le devoir.

Nous voyons aussi le combat de l entourage et en particulier les parents, face à ces murs, totalement démunis face à des médecins incapable de donner un diagnostic définitif. On ressent cette douleur de voir son enfant devenir un rat de laboratoire où on tâtonne à l aveugle… Et les conséquences que cela engendre sur le quotidien de chacun.
Certains préfèrent la fuite, d autres comme le père de Clarke décide de faire front. On devient administratif face à cette détermination d offrir une chance à la chair de sa chair.

Et nous ne pouvons que fondre devant cette romance, ce premier émoi qu’on connaît tous et toutes… Tout est décrit avec une fluidité si limpide, si simple… La raison ? Encore une fois on ne lit pas mais on ressent ces émotions nous prendre car on le vit à travers les yeux de ce jeune homme si sensible qui voit autrement qu’avec ses yeux mais avec ses sens.

 

Dans ce second tome, nous retrouvons Clark à présent diplômé qui va entamer ses études supérieures à Providence. Ce roman se découpe en deux parties.

Dans un premier temps, Kyrian continue de nous confronter à la réalité d’une personne « à part ». On ne parle pas d’autisme. On ne parle pas d’homosexualité ou de haut potentiel. Non, on nous décrit le parcours d’un jeune homme qui se voit confronter à cette réalité avec le cumul de ces trois spécificités. Rien n’est enjolivé. Tout est authentique, réaliste. Les mots, les sentiments, les réflexions… tout n’est qu’intensité émotionnelle et verbale.

Telle une autopsie, on dissèque le quotidien d’un Asperger qui passe de l’adolescence au statut de jeune adulte en quête d’indépendance. On nous expose la perception de la réalité, les incapacités et inconforts de ce jeune homme atypique. On s’immerge dans le quotidien de Clark. On ne lit plus, on vit ce quotidien pesant, ambigu, voire stressant. Tous ne sont qu’anticipation pour ne pas succomber à cette appréhension de l’inconnu, de l’inattendu, dans cette incapacité sociale et handicapante. On prend conscience du calvaire qu’il endure pour se fondre dans notre société et s’adapter à chaque instant à ces convenances sociales. Clark nous apporte ce plus, que nous autres neuro- typique oublions : on ne juge pas uniquement sur une apparence.
Cette adaptation de l’enfance à la vie d’adulte est aussi difficile pour celui qui le vit que ceux qui l’accompagnent dans ce processus.

Voilà comment aborder la deuxième partie de ce roman : devenir adulte, c’est faire des choix et en assumer les conséquences. Dans cette réalité bicolore, où le bien se confronte au mal, comment se considérer ? Ange ou démon ? Kyrian nous expose des faits, des ressentis, des combats quotidiens pour essayer de conjuguer cette normalité imposée et cet esprit de justice. Voilà en quoi Clark nous marque, nous ébranle, nous touche. Tout est authentique. C’est en cela que cette lecture n’en est plus une. C’est beaucoup plus. Entre morale et devoir, nous-mêmes lecteurs, venons à être mis à rude épreuve.

À la fin de cette lecture, on ne peut que se demander quand nous sera proposée la suite. L’ambivalence, l’interrogation, ce malaise qu’on ressent ne nous lâche pas. On en redemande ! On veut savoir. Mais plus encore, cette histoire tient presque d’un témoignage. On ressent un vécu très fort dans cette plume. Kyrian nous avait prévenu, elle est incisive, cash, éprouvante mais au combien touchante. Vous êtes prévenus, on ne ressort pas indemne d’une telle lecture

Je tiens aussi à mettre en avant Manon TUTTIN qui a réalisé cette adaptation car Loving Clarke est, au départ un roman lesbien. Manon a réussit à adapter cette superbe histoire de fait que notre lecture est fluide, sans incohérences. On ne peut que la remercier.

Sans elle, j’aurais loupé quelque chose! Car je vous le garantit, cette histoire est à l’image des montagnes russes! On passe par tout un melting pot de sentiments.

Maintenant la question qui fâche … En vu de ces épilogues, on ne peut ressortir de cette lecture sans se demander « et après ? Que deviennent-ils? »

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, faux semblants, handicap, handicap social, Le temps des choix, romance young adult, seconde chance, série
Série: Homoromance éditions |

Signes par Anna MARTIN

Mon synopsis: 

Après avoir passé la majeure partie de sa vie dans des écoles spécialisées, Caleb Stone rejoint une école publique pour sa dernière année de lycée. Une perspective qui l’excite autant qu’elle l’inquiète, risquant d’empirer son anxiété sociale. Sourd, et maîtrisant avec difficulté la Langue des Signes, il s’est fermé au reste du monde. Caleb trouve du réconfort dans son amour pour la photographie. Tout ce qu’il n’arrive pas à exprimer, il le publie sur son Tumblr.

Luttant pour concilier la douleur d’avoir perdu un parent et son ressentiment envers l’attitude de son père, Luc parcoure Tumblr, cherchant quelqu’un qui pourrait comprendre son look goth et ses attitudes efféminées. Lorsque Luc reblogue l’une des photos de Caleb, c’est le début d’une amitié virtuelle qui devra surmonter bien des obstacles.

 

Mon avis:

Une histoire qui nous pousse à voir au delà des apparences, où des choix s’imposent, où les protagonistes sont à la croisé du chemin. L’auteure nous montre les difficultés qu’ont des personnes portant un handicap doivent affronter. L’exclusion, être traité comme un paria et d’un autre côté, être surprotégé par ceux qui nous aime… Un fragile équilibre qu’il est facile de franchir.

On retrouve aussi ces personnes qui face à leur exclusion, leur différence s’enferment dans ce monde virtuel, celui où on les voient pas, où on ne peut qu’apprécier leur vrai « moi ». Mais encore une fois, elle nous montre aussi les limites de ce système, on s’exclue nous même de la vraie vie, on la fuie, on se cache.

Elle nous montre que voir au delà des apparences nous amène à voir la véritable personne qu’il nous avons en face de nous: un être humain, qui peut lui aussi pallier à nos propres faiblesses.

Après tout, la communication peut prendre de nombreuses formes… quand vous apprenez les signes.

Une très belle leçon de tolérance, tout à fait adapté pour un jeune public à découvrir.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, handicap, handicap social, monde virtuel
Série: teen spirit |

A demis mots par Lily HAIME

Plongez dans l’univers de Lily Haime et ses recueils de belles histoires.

Ce premier tome contient le roman court 101 choses à faire avant de mourir, ainsi que deux nouvelles : Birdie et 10 instants de toi.

101 Choses à faire avant de mourir 

Ce sont les rêves d’un adolescent, coincé dans un lit d’hôpital, mourant. Des rêves qu’il fait sans vraiment y croire. Dernier sursaut d’espoir auquel s’accrocher. Dernières volontés si demain venait l’emporter. Hadrian Mianovich – Mia – lit une lettre qu’il a écrite, des années plus tôt. Une lettre adressée à l’homme qu’il est devenu. Une lettre et une liste, oubliées depuis qu’il est en rémission de la maladie d’Hodgkin. D’un coup, ce sont les aspirations du gamin malade qu’il était qui viennent rythmer sa vie d’aujourd’hui. De simples choses – presque anodines, presque rien – aux plus incroyables. Aux plus belles. « Tomber amoureux…  »

Birdie

Un psycopathe qui se prend pour le « doigt de Dieux », et le FBI qui est bredouille … Face à trop d’échecs, l’agent Cassandre WEBBER ne voit plus qu’une solution pour attraper ce tueur d’enfants … Revoir Jesse, . Mais en vue de leur passé commun, Jesse l’acceptera t-il ?

10 instants de toi

10 instants où la retenue des sentiments est le fil conducteur, de peur de perdre l’autre … Faire ses propres choix, ne pas avoir de regrets pour vivre et s’aimer.

 

 

Ce deuxième tome contient le roman court Requiem, ainsi que deux nouvelles :  Illusion et La Lettre.

Requiem: le langage de la musique

Millie se concidère comme un handicapé social. Il n’arrive pas à communiquer avec les autres. La seule façon pour lui extérioriser ses pensées par des notes de musique.

Rajouter à cela qu’il est naît un 29 février et qu’il est asthmatique est vous verrez l’enfer qu’est sa vie.  Face à ce poids qu’il l’étouffe, seule la musique le libère. Jusqu’à l’arrivée d’un étrange colocataire, lui aussi étouffer par le poids du passé…

Illusion

L’Homme peut être vil, tricheur, menteur. Il est violent, destructeur. Manipulateur. Pourtant, il y a une chose qui fait de lui un être exception. Son esprit libre et son cœur d’espérance … ou une satire ironique d’une société post apocalyptique.

La Lettre

Le vent nous mène là où nous n’avons jamais pensé atterrir. Mais c’est ainsi. Nous y sommes. Que faire maintenant? Ou quand des choix de vie s’imposent à nous et nous remettent en question par … une simple lettre.

 

Mon avis:

Lily HAIME, par sa plume, nous fait vivre ces histoires. Ce recueil ne peut nous laisser indifférent. Le premier recueil a pour fil conducteur la peur. Peur de la maladie, peur de perdre l’être que l’on aime, cette retenue, ce sentiment de fatalité. Oui, on vit plus que l’on lit ces histoires. Elle arrive à nous remettre en question, s’immerger dans ces relations et se dire « Et moi, je ferai quoi? »

Après lecture, il n’y a en a qu’une: Vivre, vivre pour ne rien regretter, se blesser se relever mais Vivre.

 

Dans le deuxième recueil, nous pouvons nous poser cette question: comment résumer une histoire d amour entre deux hommes qui ont leur part d ombre… L histoire de Millie dans son requiem du langage de la musique.
Lily Haime a réussi l exploit de nous traduire des émotions par le biais de notes de piano.
Requiem for dream résume à elle seule l histoire. Pour ma part je l ai écouté mais hors lecture…. C’est puissant.
Chapeau bas madame ! Nous retourner comme une crêpe par un simple la mi ré… On ne vit pas l histoire on la ressent… Et cela est juste sublime. On rentre dans notre propre bulle, un peu comme ces personnes qui le sont dans la leur… Que l’on décrit d autiste, moi je les appelle des magiciens. Merci de m avoir fait vivre cela.
Tout est une question de choix dans la vie, maintenant la vraie question est: Prendra t-on le risque de le faire, de vivre?
Voilà la plus belle marque qu’un écrivain puisse offrir à son lecteur. Et ce recueil est un melting-pot  d’émotions, d’histoires bouleversantes … Mais quel résultat … un bijou de lecture .
Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, handicap, handicap social, Le temps des choix, maladie, musique, recueil, romance young adult
Série: MxM BOOKMARK Romance |

Série Birdy par Jae-Akahone

T.1 Birdy

La routine ronge Kirill depuis de nombreuses années et aucune opportunité ne se présente à lui pour la renverser.
Dépité de devoir travailler pour Noël, il brave le froid et la neige pour retrouver le maigre confort de son petit appartement, ne s’attendant absolument pas à tomber sur le grain de sable qui enraiera sa routine bien trop huilée.

 

T.2 L’envol

Alors que les sentiments semblent s’installer durablement dans les cœurs de Kirill et Jasper, le passé de ce dernier refait surface, ébranlant les nouvelles certitudes de Kirill. Et si la vie brisait ses rêves pour les emporter au loin ?
Entre une famille qui réapparaît subitement, une reconversion professionnelle et un quotidien qu’il faut apprendre à conjuguer à deux, la vie du couple ne s’annonce pas de tout repos.

Tandis que Kirill se bat pour préserver ce qui le rend entier, tout ce qu’il croyait acquis se retrouve chamboulé…Mais parfois, le changement peut avoir du bon.

 

Mon avis:

Voici une romance contemporaine sur deux êtres perdus. L’un essaie de survivre depuis le décès de ses parents, l’autre est un enfant « perdu », littéralement. Ce qui au départ n’est qu’un sauvetage va évoluer vers quelque chose de plus fort. Sans le savoir, l’un et l’autre vont se repousser leurs peurs, leurs angoisses. Ils vont découvrir que la vie n’est pas une simple question de survie, mais quelle peut être belle, composée d’instants de bonheur, quelle peut se savourer à deux.

L’auteur nous fait partager leur quotidien et l’évolution de leur situation tout au long de la lecture. Dans le premier tome, on vit en vas clos, dans cette bulle qu’ils se créent pour se protéger. Le second tome est un réel « envol » pour eux. Par ses mots, par sa plume, Jae Akahone  a su nous faire ressentir toutes les émotions que vivent ses personnages: la peur, l’angoisse, le doute, l’envie, l’amour… Et c’est ça la force de cette série: ne pas simplement lire mais ressentir et à notre façon, partager l’histoire de ces deux êtres aussi fragiles qu’attachants.

Une douce romance à lire et à savourer.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: handicap social, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Manhattan Discrict – saga par Onyx

Manhattan District, Kelyos & Jared (Partie 1et 2 )

Mis à pied pour violences, Jared Conrad n’imaginait pas, en acceptant ce poste au département de la police de New York, qu’il plongerait de nouveau dans les ennuis
Désespérément attiré par le sublime lieutenant Kelyos Sullivan, il met tout en œuvre pour le soutenir dans sa mission d’infiltration du milieu mafieux. Et quand cette dernière tourne mal, il n’hésite pas à s’impliquer auprès du jeune homme.
Kelyos est immédiatement captivé par le sombre personnage. Son aide est inespérée.
Durement touché lors de l’infiltration, il trouve en Jared un soutien solide.
L’affaire connaît un rebondissement inattendu et oblige le jeune lieutenant à accepter l’impensable. Jared doit alors braver tous les interdits.

Manhattan District, Au-delà de la peur Noah et Cyrius (Partie 1et 2 )

Profondément marqué par son passé, Noah a néanmoins réussi à trouver un équilibre entre son travail de légiste, ses angoisses et ses amis… jusqu’à il y a un an et sa rencontre avec Cyrius. Ce jour-là, sa vie a basculé, car en même temps que l’homme s’imposait à lui comme un coup de poignard du passé, un sentiment improbable naissait dans son cœur.
Cyrius… Imposant, sombre et insolent, il est les souffrances de Noah. Et si sa raison lui dicte de fuir cette âme abîmée pour leur bien à tous les deux, son cœur ne peut s’y résoudre. Alors, quand la vie fait trébucher le légiste, le flic le relève et lui offre l’espoir d’une guérison.
Mais la vie est une vraie pute, Noah…
Manhattan. Frappé par une série de meurtres sadiques, le quartier s’enflamme. L’orchestration est sordide, les mises en scène allusives et les effets dévastateurs sur Noah. L’enquête piétine, l’étau se resserre et quand les corps parlent, que les indices se dévoilent et que les actes se durcissent, les pièces s’assemblent pour dévoiler l’horreur d’une situation qui ne peut que le détruire. Commence alors un affrontement sans merci, pour Noah, Cyrius et leurs amis, dont aucun ne sortira indemne.

 

Mon avis:

Voici une série comme je les aime, je préfère prévenir c’est noir, cruel, tortueux, mais extrêmement bien traité.
Nous découvrons Jared, qui suite à un fiasco sur sa dernière enquête se voit transféré au district de Manhattan. Il se retrouve adjoint à la division des stupéfiants, obligé de rester derrière un bureau pour encadrer son équipe. L’homme en lui-même est le stéréotype même du « mâle » : grand, fort, sombre et axé à des comportements violents. Il découvre que cette division n’est pas aussi unie que son ancienne unité. Ici règne la loi du silence, des actes homophobes sont loi sous le regard indifférent de leur directeur. Mais le pire est que ces actes ont des conséquences directes sur le travail, ce qui est inacceptable. Mettre en danger un coéquipier pour une raison aussi futile que son orientation sexuelle n’est pas acceptable. C’est ce qu’il découvre par le biais de Kelyos, son exact opposé physiquement. Kelyos qui malgré la pression exercée par ses collègues assume ses choix quitte à se mettre en danger.
On découvre les deux hommes à travers une enquête sordide où la drogue et le proxénétisme ne sont en fait que la partie émergée de l’iceberg… que des actes d’une cruauté insupportable se passent sous l’œil de tous dans le silence le plus complet. L’auteur nous immerge dans cette infiltration au combien périlleuse. On sombre avec Kelyos dans cet enfer.
La deuxième partie est un réel complément de l’enquête. L’auteur se concentre sur l’humain, les conséquences de traumatismes vécus et les incidences sur l’homme et son entourage. On reste dans cette atmosphère lourde de A à Z. On souffre avec eux, on reste sur ce fil fragile, attendant la chute… Cette lecture est addictive. Impossible de passer à autre chose une fois commencer.

Le deuxième « tome » de cette saga se tourne autour de ce personnage attachant, mais tellement mystérieux qu’est Noah. Noah et son anxiété sociale, Noah, ce petit brun qu’on a tout de suite envie de consoler, de rassurer, mais qui est inaccessible. Au fur et à mesure de la lecture, on découvre l’homme et ses cicatrices. Son combat quotidien pour survivre dans ce monde où tout le monde est un ennemi en puissance. On le voit lutter face à cette attirance pour le ténébreux Cyrius. Tout comme ce dernier, on ne comprend pas ces rejets. Mais quand la vérité éclate, on devient admiratif de l’homme. Ons e dit que réussir à se sortir de cette spirale infernale est un vrai défi. Noah, plus qu’une victime est un survivant qui va apprendre, au contact de Cyrius et de ses amis à se reconstruire et faire face à ses démons passés.
Vous l’aurez compris, une fois la lecture commencée, impossible de ne pas s’attacher à ses hommes. Chacun à des défauts, mais aussi des qualités remarquables. C’est dans leurs imperfections qu’ils deviennent humains et tellement attachants. Chacun à son passé, chacun ses traumatismes, mais l’union fait la force. D’apparence inaccessible, on découvre que derrière cette image d’hommes durs et insensibles se trouve un cœur qui bat et un sens aigu de l’amour, qu’il soit fraternel ou sentimental.
Ce qui mon le tour de force de l’auteur, c’est ce lien entre les enquêtes et ces hommes. Au départ j’étais un peu déboussolée avec le tout premier tome. Je m’attendais à une enquête policière, mais pas du tout à ça. Fort de ma curiosité, j’ai enchainé les lectures de Kelyos puis Noah et là j’ai pigé. C’est art un art complexe que l’auteure nous présente: celui de mélanger l’enquête et l’homme, son essence, son passé, son présent … Et c’est ça qui fait le gros plus. C’est un savant mélange entre le côté judiciaire et l’humain et ses tourments. J’avoue avoir préféré Noah, mais c’est mon côté tourmenté. Les enquêtes sont intimement liées, les tomes se complètent et appuie l’histoire. On s’attache, on souffre, on se impuissant à certains passages. Le thème général est très bien traité, car il s’agit de victimes innocentes (mais je ne vais pas dévoiler l’intrigue). Bref un superbe coup de cœur.
En clair un réel coup de cœur pour cette série. J’espère qu’Onyx a prévu une suite, car la fin de la saga nous laisse sur notre faim. On veut savoir ce que devient notre cher « minet » !
Affaire à suivre donc.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, handicap social, harcelement, Le temps des choix, métier, policier, survivants, traumatismes du passé
Série: Éditions Textes Gais |

Talk par Ophélie Pemmarty

Synopsis:

Un banc face à l’océan à Santa Monica, en Californie. Sur ce banc, tous les matins, un jeune homme admire l’horizon. Et tous les matins, Randy le voit et se demande pourquoi il est si seul. Lui a passé son enfance à Los Angeles et est revenu s’y installer, après avoir voyagé pendant presque dix ans pour devenir l’interprète de renom qu’il est aujourd’hui.
Alors, un jour, Randy va rejoindre l’inconnu sur le banc. En quelques mots, il parvient à le faire sourire. Ils font connaissance, ils se parlent. Ou plutôt, Randy parle, parce que Jonathan, lui, est muet…
Malgré leurs premières difficultés à communiquer, les deux hommes développent une complicité insoupçonnée. Le rendez-vous sur le banc devient pour eux une habitude ; le tout premier pas vers leur histoire. Mais il en faut beaucoup d’autres pour réussir à tracer un chemin ensemble, et parfois les faux pas sont inévitables.
Sous ses traits angéliques, Jonathan est un homme torturé, brisé par un passé qu’il s’efforce d’oublier et que son silence protège farouchement. Mais Randy est prêt à briser le silence et à affronter le passé. À force de patience, d’amour et de parole, il parviendra peut-être à libérer Jonathan des secrets qui l’emprisonnent…

Mon avis:

Ophélie Pemmarty nous offre une histoire bouleversante. On découvre en même temps que Randy, cet homme étrange, seul, effrayé. Tel un animal sauvage, elle nous permet d’accompagner Randy à apprivoiser cet être traumatisé. Grâce à la douceur de sa plume, elle nous enveloppe dans ce cocon que forme ce couple d’apparence atypique mais tellement fragile et attachant.

On ne peut ressortir indifférent de cette lecture. La chair de poule m’est restée un long moment suite à cette lecture. Par ces mots, on ressent toutes les émotions par lesquels passent nos deux protagonistes. On peut presque goûter ses moments de malaises, de peurs; toutes liées à un traumatisme passé.

Chers lecteurs, accrochez vous. Cette lecture sublime est un renversement émotionnel assuré.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: drame psychologique, handicap social, survivants, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Les murs de Troy par L.A Witt

Synopsis:

 Les ordres du MA1 Iskander Ayhan sont simples : escorter le fils de l’Amiral Dalton en tant que garde du corps en civil, pendant ses cours universitaires. C’est tellement typique : un officier de haut rang abusant des ressources de la Marine pour une protection inutile qui ne sert qu’à étaler son pouvoir. Mais avant peu de temps, Iskander se rend compte qu’il n’est pas vraiment là pour protéger le jeune homme d’un harcèlement bénin de la part de camarades homophobes.
Derrière les piercings, l’eyeliner et le mauvais caractère, Troy Dalton cache quelque chose. Il a peur, et même s’il n’est pas certain qu’un garde du corps armé suffira à le protéger, il ne peut pas risquer de révéler la vérité.
Lentement, Iskander gagne la confiance de Troy et les murs commencent à tomber, mais en un rien de temps, les deux hommes se rapprochent beaucoup trop… et soudain, Iskander attire plus de danger encore sur l’homme qu’il a juré d’aider.
Désormais, il ne sait plus comment protéger Troy : en restant à ses côtés ou s’éloignant le plus loin possible.

 

Mon avis:

Iskander, ancien policier militaire dans les marines est aujourd’hui dans la protection rapprochée. Troy, lui, est le stéréotype même d’un fils d’un riche et gradé militaire… Tout en arrogance. Deux êtres aux antipodes l’un de l’autre.

Alors que, ce qui au départ n’est qu’une menace prise avec légèreté va devenir quelque chose de beaucoup plus complexe, Iskander va voir au-delà des apparences et découvrir que son jeune protégé n’est pas celui qu’il prétend être. Troy est un jeune qui se camoufle sous un déguisement pour cacher un mal être plus profond et dangereux. La question est de quoi ou de qui.

Tout comme Iskander, le lecteur s’aperçoit que cette image de jeune adulte « je-m’en-foutiste » n’est que la partie émergée de l’iceberg. Tel un animal sauvage, il va falloir apprivoiser ce jeune homme terrorisé. La relation entre les deux hommes prend son temps. On passe par différentes étapes pour arriver à une relation de confiance, de partage. Il n’est pas évident de montrer notre vulnérabilité avec ses peurs et ses doutes. Et pourtant, L.A WITT trouve les bons mots pour poser des mots sur ces maux.

Elle aborde aussi un sujet très complexe dans les relations amoureuses : celle de la différence d’âge. D’un côté on a le privilège de la jeunesse, de la fougue, celle des rêves et de l’autre celle de l’expérience et des responsabilités. Et cela devient encore plus complexe quand la relation se créée alors qu’elle démarre sur une collaboration professionnelle. On ressent le poids de la culpabilité face à ces désirs, mais aussi à ce danger qui plane au-dessus d’eux. Ce sentiment est amplifié par l’utilisation de ce « Je ». Iskander se dévoile à nous ce qui rend la lecture intime… On ressent de la compassion pour lui, mais aussi pour Troy.

En clair, de mon avis personnel, l’une des meilleures romances de cette grande auteure.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, handicap social, homophobie, policier
Série: CreateSpace Independent Publishing Platform |

Entre les draps par Devon McCormack

Synopsis:

« J’ai combattu sur le champ de bataille. Maintenant, je combats dans mon esprit. »

Jay passe son temps à fuir, cherchant perpétuellement un nouvel endroit où démarrer une nouvelle vie. Pourtant, même s’il court encore et toujours, il ne peut échapper aux souvenirs douloureux qui le hantent. À peine arrivé dans un nouvel emploi, il est pris en grippe par ses collègues et, en leur tenant tête, provoque une bagarre qui oblige son patron à intervenir. L’homme est un vétéran nommé Reese que Jay fait accidentellement tomber par terre, révélant sa jambe artificielle. Le jeune homme est alors persuadé de perdre son travail et il est abasourdi de se voir offrir une seconde chance.

Le nouvel employé contrarie Reese, qui le trouve irréfléchi et colérique. Peut-être n’aurait-il pas dû se montrer clément, mais Jay lui rappelle son frère d’arme, un homme auquel il tenait énormément et qu’il a perdu dans des circonstances tragiques. Il espère juste ne pas le regretter.

Quand un accident au travail déclenche une crise liée au SSPT de Reese, Jay paie sa dette en étant là pour lui, puis refuse de lâcher son patron lorsque celui-ci décide d’oublier ce qu’il s’est passé. Reese a beau essayer de garder ses distances, il y a une flamme – une passion – entre eux à laquelle il ne peut pas résister. Une passion qui les mène constamment dans la chambre à coucher. Pourtant, il se rend rapidement compte qu’ils ont allumé plus que les étincelles qu’ils créent entre les draps et que sous l’apparente dureté de Jay se cache une âme tout aussi torturée et blessée que la sienne.

Les deux hommes s’attachent, les liens se tissent, mais Reese sait bien que la tempête menace au fond de son esprit.

 

Mon avis:

Reese est un ancien militaire qui est ressorti de sa dernière mission traumatisée et handicapé. Il joue de cette apparence d’ancien militaire intimidante, mais avec cette droiture pour ne pas montrer sa vulnérabilité auprès de ses employés. Quand Jay rejoint son équipe, Reese le traite comme les autres, souhaitant lui offrir une seconde chance : celle de trouver sa place. Sauf que Jay traîne une réputation de fauteur de trouble qui ne fait qu’aggraver son apparence auprès des autres de par sa méfiance. Il parait frustré, aigri, inapprochable, voire agressif.

Mais voilà, les apparences sont trompeuses. Derrière leurs images de dur se cachent deux hommes traumatisés. Leurs attitudes froides s’expliquent par des syndromes de stress post-traumatiques pour l’un, de mauvais traitements pour l’autre. C’est le point commun qui va les rapprocher : ce handicap social qu’ils traînent derrière eux.

L’auteur a parfaitement traité dans cette histoire toute la difficulté de vivre « normalement » malgré ce handicap invisible et pourtant bien présent dans leur quotidien. On comprend que c’est un combat quotidien auquel ils doivent faire face pour ne pas retomber dans ce cauchemar, une conduite de chaque instant où ils doivent être en alerte par rapport à leur environnement tout en essayant de juguler leurs réactions. Le moindre bruit, la moindre interaction peut être un élément déclencheur. On comprend le poids de ce traumatisme sur leur quotidien, en notant le manque d’aide cruel pour l’accompagnement dans leur reconstruction.

Ces deux hommes vont se retrouver dans l’autre. Endeuillés, traumatisés, vivant dans cette insécurité constante, ils vont voir au-delà des apparences et s’apprivoiser. D’une relation de convenance, ils vont approfondir leur relation de confiance pour laisser à l’autre le voir tel qu’ils sont : des hommes vulnérables. Une fois de plus, l’auteur nous offre une histoire forte en émotions.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, armée, au delà des apparences, faux semblants, handicap social, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

À chacun de nos souffles par Lily HAIME

Synopsis:

« Il est 08 h 46. Le premier impact. Les contours de mon passé s’effacent. Ils se perdent au bord d’un monde qui part en cendres… »

Kalli n’était qu’un adolescent lors des attentats du 11 septembre. Quatorze ans plus tard, c’est un secouriste qui parcourt le monde, d’une mission humanitaire à une autre.
Profondément traumatisé, souffrant depuis ce jour d’un syndrome de stress post-traumatique, Kalli se débat avec un passé qui n’existe pas vraiment.
Il ne fait plus confiance qu’à l’urgence dans laquelle il excelle. Et à ces courses de motos, qu’il écoute, casque sur les oreilles, comme des rengaines dont il ne se lasse jamais.
Les grondements des moteurs sont comme les filaments de ses souvenirs qui lui échappent.

Lorsqu’il accepte de revenir à Chicago, pour rendre service à son mentor, il ne s’attendait pas se retrouver devant Yaël Dazi, l’un des meilleurs pilotes de moto GP.
Mais surtout, devant un visage que Kalli croit reconnaître. Il a toujours eu l’impression de croiser dans ce regard, celui d’un garçon qu’il a perdu dans les dédales de sa mémoire.
Et, pourtant, Kalli sait que c’est faux. Cette folie qui brouille ses pensées a-t-elle seulement existé ?

Des urgences de Chicago aux circuits moto de par le monde, Kalli sillonnera de nouveau son existence, réinventera son univers et déterrera les secrets d’un passé troublé.
Yaël deviendra chacun de ces souffles, que la haine lui a volé…

« La vie, c’était ça, non ? Et l’amour ? Une lumière qui vacillait dans le monde. »

 

Mon avis:

Voici une nouvelle lecture bouleversante que Lily HAIME nous propose. Tout au long de cette histoire, on est littéralement en apnée. Car plus qu’une histoire, c’est un témoignage d’un homme parmi d’autres. Un homme qui a connu l’horreur, un homme victime collatérale de la folie humaine.

Cette fois-ci, Lily HAIME s’attaque à un handicap invisible et pourtant omni présent dans la vie de celui qui le subit : un SSPT lié à un deuil. C’est là toute la particularité de cette lecture. On a plus eu l’occasion de lire des SSPT liés à des métiers à risque. C’est extrêmement rare d’aborder en lecture ce type de traumatisme suite à la perte d’une personne proche. Encore plus quand cette perte fait écho à notre propre histoire. Tout le monde se souvient du Nine Eleven et du « Après ».

Ici l’auteure met en avant ces victimes, prisent dans la masse, essayant tant bien que mal de survivre après un tel acte. Comment retrouver un semblant de normalité quand on perd tout, quand notre vie n’est que peur, crainte, réminiscences, délires…

Voilà l’histoire de Kalli… Un homme perdu dans les méandres d’un traumatisme passé. Un homme qui fuit de peur de s’attacher… Jusqu’à Lui. Lui et ce sentiment de déjà vu, Lui et cette attirance, Lui, le seul qui l’ancre à la réalité.

Un bijou, un de plus, à lire… Mais vous êtes prévenus, préparez-vous car rien ne nous est épargné.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, drame psychologique, handicap social, seconde chance, sport, traumatismes du passé, voyage
Série: MxM BOOKMARK Romance |