Jusqu’à ce que je te tue par Yukio Yanagisawa

Tome 1:

Au Japon, une nouvelle loi sur la peine de mort condamne les criminels à être exécutés de la même manière que leur victime. Enfermés dans un espace clos qui reprend les éléments de leur vie quotidienne, leurs journées sont retransmises en direct à la télévision. Le dernier condamné à mort du pays est Kaoru Oda, un ancien enquêteur accusé du meurtre de son amant par strangulation. Kohei Mizutani, un gardien de prison, a été sélectionné pour se charger de son exécution. En voulant jouer le rôle de l’ancien petit-ami, il finit par se rapprocher du meurtrier, et tente de comprendre ce qu’il peut bien cacher…

 

Tome 2:

Kaoru Oda est condamné à mort sous la nouvelle loi sur la peine de mort promulguée au Japon. Celle-ci consiste à surveiller le criminel en diffusant sa vie à la télévision, jusqu’à ce que sa sentence soit exécutée. Kôhei Mizutani, l’agent pénitentiaire en charge de son exécution, découvre quelques indices qui laissent croire qu’Oda ne serait pas le coupable des meurtres qu’il a prétendument commis… Alors qu’il ne peut pas lui-même sortir de la ville artificielle où ils sont isolés, Mizutani décide de coopérer avec ses collègues à l’extérieur pour tenter de le sauver. Tout comme la vérité, ses sentiments envers Oda sont prêts à jaillir…

 

Mon avis:

Attention ! Une fois débuté, on ne peut s’arrêter.

Ce yaoi est différent des Boy’sLove que nous avons l’habitude de lire. Pour quelles raisons ? Il n’exploite pas seulement les sentiments des personnages. Non. Il est avant tout un pamphlet sur cette société si manipulable. Par le biais des téléréalités, l’auteur nous montre les dérives du pouvoir.

La relation entre Oda et Mizutani est secondaire et pourtant imbriquée dans cette intrigue hautement addictive. Nous tanguons entre culpabilité et amour, sensationnel et quête de vérité. Tout n’est que faux semblants.

En clair un véritable coup de cœur pour ce yaoi que je ne peux que recommander.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, romance, Yaoi
Série: ‎ Boy's Love; Hana Collection édition |

Halcyon Days, ou l’illusion d’un Songe par Rudy Gestin

Synopsis:

Au hasard d’une rencontre, Mathieux va découvrir l’amour inconditionnel, passionné : Marc. Cet homme, qui va l’accompagner pendant ces années où il grandit et mûrit, apprendra lui aussi à abaisser ses barrières. Mais Marc n’est pas seul, il est père de famille, un fils adolescent, Lucas, un fils qu’il aura élevé toutes ces années sans la présence maternelle. Pourtant tous ces points ne sont que de simples détails comparés au tragique qui surgit. Une vie modifiée à jamais, où la résilience et la reconstruction prendront tout leur sens, et dans laquelle cet ami de toujours, Axel, tiendra cette place légitime et essentielle.
La vie est ainsi faite de rencontres. Certaines passent sans laisser de traces, d’autres vous transforment, vous transportent. La vie de Mathieux ressemble à tant d’autres, elle est faite de possibles, de lenteurs, de doutes et d’espoirs. Pourtant elle est tout autant accidentée et incertaine.

 

Mon avis:

La quatrième de couverture est assez explicite, inutile donc de résumer cette histoire au risque de spolier. Je vais donc vous faire part de mon ressenti. Et quel ressenti.

Nous ressortons de cette lecture, littéralement chamboulée. Rudy nous offre non pas une romance classique entre deux protagonistes, mais une histoire d’amour entre quatre hommes, liés par des sentiments forts et pourtant bien différents.

Voilà le thème principal de cette histoire : un simple nom, « amour », mais qui se conjugue au pluriel : l’amour filial, amical, sentimental… Tous les ingrédients sont présents pour nous apporter ce sentiment d’attachement à notre tour. Ce qui marque c’est cette volonté de l’auteur de mettre nos conventions sociales et autres conformismes de côté.

Voilà le véritable noyau de cette histoire : la tolérance, l’acceptation de soi, mais aussi la réalité de la vie : ces joies et ces désillusions, ses espoirs et ces résiliences aussi. Vous l’aurez compris, ce roman est un panel de sentiments forts, de remise en question aussi. Une lecture à l’image de la plume de l’auteur : addictive.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

 


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, drame psychologique, Le temps des choix, romance
Série: Homoromance éditions |

Reste auprès de moi par Antho Naki

Synopsis:

Vincent est un des lutins du Père Noël. Plus précisément son amant, et ce, depuis des siècles et des siècles.
Chaque année, il supporte la disparition de son amour durant deux longs mois. Mais cette année, le vase de sa patience déborde… Leur couple survivra-t-il? Car si le couple peut survivre sans la fête de Noël, l’esprit magique qui entoure cette dernière volera en éclat sans l’amour que se porte Vincent et Klaus…

Mon avis:

Nous retrouvons cette plume qui caractérise autant cet auteur, emplie de poésie. Dans cette nouvelle il aborde un sujet qui concerne tout couple de nos jours : la routine, la lassitude… Ce désir ardant de retrouver ces sentiments si authentiques que l’on savoure à nos débuts… Le tout dans l’esprit des fêtes de fin d’années… Un plaisir à lire en cette avant avant veille de Noel.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: Le temps des choix, romance
Série: Auto édition |

Harmonie imparfaite par Jay NORTHCOTE

Synopsis:

Une harmonie imparfaite peut tout de même être magnifique…

John Fletcher, ancien musicien, est coincé dans les limbes après le décès de son partenaire de longue date, deux ans plus tôt. Il s’est coupé de tout ce qui lui rappelle sa perte déchirante. Quand sa voisine le persuade de rejoindre la chorale locale, John redécouvre son amour de la musique et trouve une raison de recommencer à vivre.

Rhys Callington, chef de chœur talentueux et charismatique, capture l’attention de John dès leur première rencontre. Il semble être son opposé : jeune, dynamique, et plein de vie. Mais le passé sombre qui s’accroche à Rhys l’empêche de poursuivre ses rêves.

Malgré leurs dix-neuf ans d’écart, les deux hommes se rapprochent, et une relation fragile s’installe. Les fantômes du passé ainsi que les incertitudes quant à l’avenir menacent leur bonheur tout juste retrouvé. Mais pour que leur vie et l’amour qui naît entre eux trouvent l’harmonie qu’ils partagent à travers la musique, ils vont devoir commencer à suivre la même partition.

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de John, un homme tourmenté qui fuit tout ce qui s’approche de la musique. Mais voilà qu’un imprévu va contre carré ses plans. Souhaitant aider une amie de sa mère, John ne s’attend pas à faire la rencontre de Rhys.
Rhys, chef de cœur de la chorale paroissiale. Rhys et son apparence totalement en décalage avec les lieux avec des cheveux bleus, ses tatouages et surtout sa jeunesse. Cet homme l’intrigue, lui et son sourire empli d’espoir… Rhys est tout ce que John n’est plus : jeune, confiant, vibrant de vie… John se sent gauche et lourdaud à ses côtés. Pourtant Rhys ne peut s’empêcher lui aussi d’être attiré par cet homme plus âgé au cœur sur la main malgré cette aura de tristesse qui l’entoure.


L’auteur nous délivre une histoire faite de failles, de vulnérabilité. Ces deux hommes ont ce point commun : ils sont rongés par cette culpabilité, ce syndrome de l’imposteur, du survivant… Leur rapprochement est fragile, tout n’est qu’incertitudes entre les fantômes du passé et un avenir incertain et pourtant… La différence d’âge apporte ce petit quelque chose qui apporte encore plus de profondeur à ces deux hommes en apparence en totale opposition et pourtant tout aussi en perdition, en quête de reconstruction. Cette histoire devient belle de par les imperfections de chacun. Tout n’est que pudeur, sensibilité, fragilité et espoir.

Pour conclure, je dirais que l’auteur nous offre une tranche de vie, une symphonie des sentiments qui peut paraître imparfaite… Mais qui au final nous offre une lecture que l’on ne peut qu’affectionner et chérir.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, romance, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Jaybird Press Ltd |

Without You par KAYA C.

Synopsis:

Amaury est un jeune homme timide, gentil, entouré par une famille aimante, dont certains membres sont un peu loufoques. Sa rencontre avec Eden va tout bouleverser, ils vont vivre un amour au-delà de tout ce qu’il aurait pu espérer. Mais le destin est capricieux et Amaury va en payer les frais. Qu’est-il prêt à supporter pour grapiller des morceaux de bonheur fou ? Combien de batailles devra t’il mener pour enfin être heureux ? Pourra t’il se reconstruire une fois qu’il aura tout perdu ? Qui sera celui qui l’aidera à continuer ?

Mon avis: 

Lorsque nous débutons cette histoire, nous faisons la connaissance d’Amaury alors âgé de 32 ans, architecte reconnu dans son loft New Yorkais. En apparence, tout lui réussit, mais cela n’est qu’une apparence… Car Amaury est seul dans ce lieu qui pourtant représente tant de beaux projets passés et à venir… Car il manque l’homme de sa vie, Eden.

Eden, qui deux ans et demi plus tôt va se voir faucher par une voiture et ainsi le condamner. Kaya va alors nous retranscrire cet instant où tout bascule, cet instant où la vie s’arrête et n’est plus. On suit ce couple dans cette lente descente aux enfers. Du choc de l’annonce à ce destin funeste qui les attendait. On ressent ce tiraillement entre espoir et résilience, ce combat auquel chacun doit faire face, pour au final accepter l’inacceptable et profiter de chaque instant offert.

Ce qui est « difficile » c’est cette date, celle où tout s’arrête. Kaya trait avec beaucoup d’humilité l’euthanasie du point de vue de celui qui choisit de partir dignement, mais aussi de l’entourage. Lors de la première partie du roman, nous suivons notre couple et ce travail de deuil par lequel l’un et l’autre va passer tout en ayant en tête cette date ultime. Tout comme eux, on passe par choc déni, colère, tristesse, cette quête de sens illusoire, mais vitale, cette résilience tout en restant dans le déni pour le « après », car sans l’amour de sa vie, il n’y a plus que le néant.

Dans la deuxième partie, nous faisons face à ce que tout le monde appréhende : le déni, la colère, la tristesse aussi. On subit autant qu’Amaury cette descente aux enfers qui commence. Oui, nous revivons une deuxième fois le deuil et cela prend une tout autre dimension à notre lecture.

Troisième partie marque la quête d’un nouveau sens à donner à sa vie, ces essais pour arriver à cette acceptation que oui, la vie continue malgré tout.

Quatrième partie est ce que je nommerais « ce nouveau départ », cette sérénité qui nous transperce. Cette absolue vérité que la vie continue malgré son absence, mais que l’être aimé est toujours là dans un coin de son cœur et veille sur nous.

En finissant cette lecture, on réalise l’importance de ces 4 parties, car à l’image d’Amaury, nous avons, le temps de cette lecture, nous aussi lecteur, vécu, ressenti éprouvé cette perte et tout le travail de deuil qui s’en suit.

Préparez-vous, car s’il y a bien une chose que vous devez savoir en débutant cette lecture, c’est que plus que lire, on vit chaque instant, chaque joie chaque peine. On pleure, on espère. Voilà la magie de cette plume: transcender son lecteur. Faire partie de cette histoire, devenir en quelque sorte cet(te) ami(e), ce confident, spectateur impuissant, mais présent à chaque instant. Voilà dans quoi vous vous embarquez. Vous êtes prévenus. Vous ne ressortirez pas indemne.

Beaucoup, moi-même d’ailleurs avons eu le plaisir de lire la première version de Without you. Kaya a bien insisté en précisant qu’elle l’avait retravaillé. Ce que je peux dire, c’est que c’est réussi. J’avais été marqué, mais cette réédition retravaillée est encore plus bouleversante. Tout est amplifié et cela tout au long de ce premier opus. Comme je l’ai dit à Kaya, j’ai été transcendée. Oui c’est un mot fort, mais c’est mon ressenti et c’est assez rare pour le noter.  Bravo à elle pour ce travail faramineux.
Alors évidemment pour conclure, que dire hors mis que oui! On attend le deuxième opus! Vu le premier, on sait d’or et déjà que oui, on va se reprendre une claque magistrale. Donc wait and see comme dirait Mac!

Plus qu’un coup de coeur, un coup de foudre!

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

 


Genre: au delà des apparences, deuil, drame psychologique, faux semblants, handicap, Le temps des choix, romance, seconde chance, tatouage, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Pour un bouquet de fleurs par A.L. Morgann, Kaelig Lan

Synopsis:

Le jour où Jérémy décide de se marier, c’est tout naturellement qu’il demande à Mattéo, son cousin et Caz, son meilleur ami d’être ses témoins.
Les deux hommes ne se sont jamais rencontrés, mais tout les oppose. Pour le bonheur de Jérémy, ils vont pourtant devoir faire un effort. Pour le pire comme pour le meilleur…

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de deux hommes que tout oppose, en apparence…

Il faut dire que Mattéo, notaire est du genre BCBG, en apparence coincée. Alors quand il fait la connaissance du meilleur ami de son cousin, forcément, c’est empli d’a priori qu’il juge Caz. Avec son look négligé, genre hipster et sa réputation de gigolo, ce n’était pas gagné. Mais voilà que se retrouver témoins et devoir préparer l’enterrement de vie de garçon de Jérémy va les rapprocher.

Nous allons suivre leur rapprochement d’abord amical. Ce que j’ai adoré dans cette romance, c’est que l’auteure prend son temps. Oui, c’est une romance, mais plus encore, c’est une tranche de vie qui nous est proposée. Nous découvrons, au fil des pages qui sont réellement ces deux hommes derrière l’apparence. L’un et l’autre cache des secrets, des fêlures. On les découvre et de facto on s’y attache. Les personnages secondaires ne font qu’un avec nos deux protagonistes. On rit, on appréhende et au final, on finit cette lecture d’une traite.

Ce que j’ai beaucoup apprécié aussi, c’est que l’auteure nous présente en la personne de Caz, un personnage qui diffère des personnages que nous avons l’habitude de voir dans des romances LGBT de par sa bisexualité. Caz l’assume totalement et l’auteure en joue avec brio.
Vous l’aurez compris, j’ai adoré cette romance. Sans prise de tête, nous passons un moment hors du temps, une belle échappée livresque.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, romance
Série: Crayons de bois |

Série Unité K9 par Eva Justine

Tome 1: Unité K9

Placé depuis sa petite enfance dans des familles d’accueil, Tiago est une tête brûlée. À quelques jours seulement de sa majorité, alors qu’il fugue du foyer dans lequel il est placé, il rencontre sur sa route le marshal Grant. Grâce à lui, il découvrira l’entraide, l’amitié et ses premiers émois amoureux. Pourtant, malgré la main tendue, il s’enfuira à nouveau dès qu’il apprendra son surprenant secret.
Six ans plus tard, Tiago est désormais devenu un membre de l’unité K9. Avec son demi-loup Bud, il assure des missions anti-drogue couronnées de succès. Lorsqu’au hasard de l’une d’elles, les deux hommes se retrouveront face à face, tout ne se passera pas comme l’un et l’autre l’imaginaient, bien au contraire.

 

Tome 2: Un jour à la fois

Toujours membre de l’unité K9, Tiago attend son ordre de mutation pour rejoindre Lukas à Green River. Même si leurs journées sont occupées par des missions d’infiltration dans un groupe de trafiquants de drogue ou la recherche de suspects en fuite, tous deux s’impatientent de vivre enfin ensemble. Ils profitent donc des week-ends pour renouer le contact et maintenir le lien qui les unit déjà. Alors que la petite ville de Green River revêt ses habits de fêtes à l’occasion du grand rodéo, ce qu’ils croyaient établi sera pourtant totalement bouleversé le jour de cette manifestation.

 

 Tome 3: Hors de contrôle

Avant de rejoindre Lukas à Green River, Tiago multiplie les missions au sein de l’unité K9 et de la brigade des Stups. Entre deux retrouvailles brûlantes, les deux hommes posent les fondations d’un avenir à trois. Alors que tout semble aller pour le mieux, une surprenante révélation bouleverse toutes leurs certitudes. Totalement hors de contrôle, que va décider Tiago ? Rester ou fuir à nouveau ?

 

 Tome 4: Green River

Désormais loin des anciennes missions dangereuses ou palpitantes du MPD, Tiago patrouille chaque jour avec Bud dans les rues de Green River.Si sa vie professionnelle ne ressemble plus à ce qu’il connaissait, sa vie personnelle est au contraire en complète ébullition. Pas un jour ne se passe sans qu’amis, enfants et même chiens envahissent son espace. Si l’amour entre Lukas et lui est toujours au beau fixe, une turbulence surgit néanmoins le jour où le passé refait surface. Action, amour et humour, vous retrouverez tout cela dans Unité K9, une romance qui a déjà séduit des milliers de lecteurs.

 

Mon avis:

Unité K9 est une romance dans toute sa splendeur. On pourrait s’attendre à des intrigues policière, vu que nos deux protagonistes sont dans des unités policières, met cela est mis en second plan. Non, cette histoire est l’histoire de deux hommes qui, de prime à bord, tout oppose. Différence d’âge, l’un est un solitaire dans l’âme qui n’a confiance en rien, l’autre est un être abimé, qui a tout perdu. Mais au fil de la lecture, on apprend à connaitre ces deux hommes au passé traumatisant, on apprend aussi les raisons de leurs comportements, cette peur des sentiments face à ces retrouvailles. Là où l’auteure joue sa carte maitresse, c’est que l’histoire des humains se confondent avec celles de ces chiens. Il y a un gros travail sur les conditions de ses animaux abandonnés qui renforce encore plus la perception que nous pouvons donner à Tiago. L’homme et l’animal ne font qu’un, au final car il est comme ces animaux. Un être solitaire, mais qui ne cherche qu’une chose, l’amour. Ce comparatif nous explique l’apparence générale de Tiago, ses doutes, ses peurs, sa façon d’être et toute la difficulté pour ceux qui l’entourent de l’apprivoiser. 

Dans le deuxième tome on prend plaisir à retrouver Tiago et Lukas ainsi que tout leur entourage. Leur relation évolue doucement. Eva aborde cette évolution par la notion d’une vie à deux, prendre conscience que être un couple signifie qu’on ne pense plus seul mais avec l’autre. Une relation qui entraîne forcément des compromis. C’est la toute la difficulté que met en avant l’auteure… Accorder cette confiance à l’autre, accepter les contraintes qu’entraîne une relation de couple dans son entièreté. Ce qui m’a quelque peu dérangé, c’est le nombre de personnages secondaire abordés. On s’y perd quelque fois, on se demande si il y avait un intérêt à mettre certaines scènes qui ne sont pas en lien direct avec notre couple principal, mais c’est un avis personnel qui ne déprécie pas le travail de l’auteure. C’est ce qui rend notre lecture addictive.

On peut le dire, Eva aime se jouer de ses personnages et de ses lecteurs. Le tome 3 est à la hauteur de nos attentes. Ce pauvre Tiago est vraiment « hors de contrôle ». Mais après tout, qui ne le serait pas à sa place? Car oui, l’auteure nous permet de suivre l’évolution de Tiago sans brûler les étapes et ça, on l’apprécie. Nous avions quitté notre K9 avec ses souhaits de poser les fondations d’un avenir avec son Marshall et Emy. Mais qui dit avenir commun, dit forcément en contrepartie des compromis. Voilà toute la problématique abordée dans ce tome. Être avec quelqu’un, s’engager dans une relation sur du long terme demande de se montrer entièrement. Cela signifie que l’on devient vulnérable. Avec un passif aussi traumatisant que celui de Tiago, il n’est en rien évident de se laisser découvrir, de se confier même à des personnes qui nous sont chères. On apprend à faire confiance, à apprivoiser l’autre, dévoiler nos insécurités. Et Eva réussit avec brio à mettre des mots sur ces sentiments et ressentiments tout au long de ce tome. C’est ce qui fait qu’il devient un réel moment de plaisir. Rien n’est précipité, les rebondissements et les révélations qui en découlent s’enchaînent sans accros. Conclusion, encore un coup de coeur pour notre K9.

 

Notons que le spin off de Skyler est sorti: Chacun son combat – Spin off de K9 que je vous recommande grandement
Voici mon retour le concernant (http://www.regard-sur-un-livre.com/book-review/chacun-son-combat-spin-off-de-k9/)

 

Que dire du tome 4, le dernier de cette folle saga  ? Dès les premières pages, nous sommes, nous lecteurs dans cette ambivalence à vouloir découvrir cette suite tant attendue, mais aussi triste, car elle marque la fin de leur aventure. Plus qu’une romance, cette série aura marqué par cette unité, cet amour qui s’écrit et se vit au pluriel. Nous retrouvons nos deux amoureux de la première heure, Lukas et Tiago sans oublier pour autant les autres personnages secondaires qui sont indissociables de nos deux héros : Emi la pétillante petite fille comblée avec ses deux pères, Bud et le reste de la « meute » (Marvin, Keelin, Matty et Skyler…), mais aussi de nouveau dont une fameuse tigresse…

Mais Eva aime se jouer de nous comme de ses personnages. Ne vous attendez pas à une romance douce… Non, à l’image de ses protagonistes, ce dernier tome est dynamique, drôle et caliente ! Eh oui, jusqu’au bout nous aurons eu le droit à ces sensations multiples, des rires, des peurs, des moments hots, mais surtout ce fil conducteur qui nous suit depuis le départ : l’amour dans le sens le plus large. Voilà la marque d’Eva. C’est en cela que nous rend addicts.

Ce que j’ai adoré, c’est que même pris dans ce tourbillon de rebondissements, Eva nous a résumé tout au long de ce tome l’ensemble de son œuvre, des flashs blacks très bien placés par rapport à des situations bien précises… Cela renforce encore plus la profondeur des sentiments de chacun.

Alors oui, quand on finit ce dernier tome, on ressent ce pincement au cœur de les quitter… Mais connaissant Eva, je suis persuadée qu’elle ne s’arrêtera pas là et qu’elle nous donnera de leurs nouvelles…

Merci à l’auteure pour cette saga qui englobe tellement d’émotions… ce fut un plaisir de les retrouver. Je ne peux que vous encourager à lire cette saga.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, homoparentalité, policier, romance
Série: format kindle |

Le naufrage de Noé par Kelly Galhager

Synopsis:

Dans la vie, Noé est triste. Dépressif et suicidaire même. Gabin a l’air toujours heureux, enjoué et survolté. Pourtant Gabin habite lui aussi dans le couloir 4 du pavillon bleu de l’hôpital psychiatrique. Parrain de thérapie de Noé, les rôles vont peut-être s’inverser pour que chacun retrouve le bonheur malgré les interdits et les convenances.

Mon avis:

Nous faisons connaissance avec Noé lors de son arrivée dans le pavillon bleu. Il découvre son nouveau lieu de vie, adapté à des personnes « comme lui ».

Noé se pense perdu. Comme il le dit, tous ces médecins et thérapeutes pensent comprendre le mal dont il souffre, mais qu’en est-il en réalité ? Lui qui est si renfermé sur lui-même va se voir confronté à un élément inattendu : un parrain, Gabin.

On nage en eau trouble… On s’interroge dès le départ. Comme les autres on essaie d’apprendre à le connaître, le découvrir pour comprendre.

Comment survivre quand on a appris à se détester, à vivre avec le dégoût de soi ? Voilà ce qu’endure Noé depuis l’enfance jusqu’à cet appel d’espéré qui l’a mené dans cet hôpital. Il paraît soumis et résilié à cette vie qu’on lui impose.

Gabin, lui est,
avec ses antécédents et son comportement, un jeune homme un peu trop dans l’excès, instable, dangereux. On ne peut lui faire confiance selon certains thérapeutes. C’est une bombe à retardement. Mais encore une fois, les apparences sont trompeuses.

Voilà comment résumer cette histoire : un jeu de dupes.
L’un est lumière là où l’autre est obscurité. Mais leur rencontre va changer la donne, car dans le savoir, l’un et l’autre ont beaucoup plus de points en commun qu’ils ne le pensent. Ce qui au départ est une obligation non consentie va prendre une tout autre dimension. C’est une lecture intuitive où les maux ne nous sont pas révélés de front. L’auteur nous décrit de façon détournée tous ces « symptômes », ce mal-être qui entourent Noé, Gabin et les autres résidents, qui ne sont véritablement dévoilés qu’une fois que nous avons appris à les connaître. On ne peut que supposer et comme les psychologues et thérapeutes, appréhender les révélations.

Tout n’est qu’apparence et sensibilité. L’auteure joue ces cartes avec cette volonté de dévoiler leurs véritables natures. On les suit dans leurs introspections, leurs remises en question. Tout n’est que haine, amertume et rejet, solitude et souffrance ; incompréhension.
On se retrouve à avoir une bouffée de compassion pour ces personnes. On tremble parfois de peur d’une rechute, l’autodestruction plane au-dessus d’eux… On se retrouve, comme Noé et Gabin, sur un fil. Un fragile équilibre que nous ne pouvons que suivre avec appréhension.

Des sujets sensibles, actuels, qui touchent beaucoup de personnes, dont on parle peu. C’est une lecture marquante, finement amenée…

Bref j ai adoré. Franchement je note un 4 bien que quelques coquilles nous titillent les yeux, des mots oubliés certes, mais face à l’histoire, on les oublie à notre tour. C’est, à l’image de Noé et Gabin renversant de sincérité.
 

Intéressé(e) ? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, handicap, Le temps des choix, romance, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

D’autres horizons par Angie Le GAC, Tan HAGMANN

Synopsis:

Lorsqu’Andrew, architecte à l’avenir prometteur, commet un faux pas en mêlant vie sentimentale et affaires, il se retrouve parachuté à Madagascar pour superviser la construction d’une école de brousse. Loin de Seattle, il vit mal son exil et ne s’acclimate ni au pays ni à ses habitants.Sa rencontre avec Tiana, un jeune autochtone venu de la capitale pour alphabétiser des adultes, est explosive. Si le maire du village n’y prend pas garde, ces deux-là pourraient bien finir par s’entretuer… À moins que Jean de Dieu, un gamin fragile à l’imaginaire très développé, ne parvienne à les réconcilier ?Embarquez pour D’autres Horizons, et vivez avec Andrew le choc des cultures et la découverte d’un monde qui le transformera à jamais.

 

Mon avis:

Voici un roman que j’ai eu l’honneur de découvrir en avant-première avant sa sortie officielle, j’en remercie encore les auteures. Que dire de ce roman? Il est en tout point hors norme. Déjà par le contexte, une mission humanitaire. Angie Le Gac et Tan HAGMANN nous font voyager dans une petite bourgade de Madagascar, un endroit paradisiaque où cette philosophie du MORAMORA prend tout son sens. Comme nos deux protagonistes, on prend le temps de se poser, s’enfermer dans cette bulle d’oxygène. Le temps s’arrête.

Avec une rythmique poétique, où les métaphores nous illustrent les sentiments, on découvre un choc des cultures. Celui de notre société occidentale, celle de la consommation, celle où les heures nous filent entre les doigts, où l’homme est cartésien et ne croit plus en grand-chose. Elles dénoncent cet individu nombriliste et matérialiste; qui fait la rencontre d’un peuple à son opposé. Un monde où les croyances et la nature rythment la vie de ces personnes, dans cet environnement plus rudimentaire. Les hommes et femmes se satisfont du peu qu’ils ont, l’entraide les unit.

Oui, sur le papier, cette ville perdue est idyllique pour l’homme pressé.  Mais, comme chacun, ces habitants ont aussi leurs fardeaux. Le poids des traditions et des croyances prend souvent le dessus sur des situations qui diffèrent de leur mode de vie.

Quelles que soient nos origines, notre façon de vivre, on retrouve les mêmes fléaux que l’on peut attribuer à l’homme: l’ignorance et ses dérives.

Alors la question se pose? Peut-on avoir le choix de vivre librement son amour? À un moment de notre vie, on doit faire des choix et en assumer les conséquences, dans le but de vivre.

Oui cette romance nous ramène à nous remettre en question sur l’essence même de notre condition d’humain. Un réel coup de cœur pour ce petit bijou.  Plus qu’une romance, un livre qui ne peut que nous remettre en question sur notre vie et nos choix qu’elle implique.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: choc des cultures, Le temps des choix, romance, voyage
Série: Juno Publishing |

Fracture(s) par Emy BLOOM

Synopsis:

Sébastien et Valentin ont tout pour être heureux. Malgré des débuts quelque peu difficiles, ils sont à présent bien ancrés dans leur relation. Chacun vit la vie qu’il souhaitait malgré un quotidien atypique. Mais une seconde suffit à bouleverser cet équilibre fragile. Une chute, un diagnostic et les voilà en plein chaos. Peut-on survivre à un tel évènement ? Peut-on espérer un lendemain lorsque notre passé est révolu à jamais et notre présent incertain ? L’amour est-il plus fort que la fatalité ? Peut-on survivre à une telle fracture ?

Mon avis:

Etant l’auteure de ce roman, j’ai, avec l’accord de Rose, chroniqueuse du blog M/Meninbooks, que je remercie une fois de plus, souhaité vous donner un avis professionnel et impartial. Voici son retour de lecture.

Quatrième roman de cette auteure que je bouquine. Je vous avoue au vu du titre, j’avais un peu la trouille de le lire. Pourquoi me direz-vous? Surement pour tous les sentiments qui allaient en découler, les larmes qui en résulteraient. Bin, ça n’a pas loupé!

Tout brille pour Sébastien et Valentin, ils s’aiment, ils sont devenus très épanouis depuis qu’ils sont ensemble, leur passé s’est apaisé grâce à l’amour, la loyauté, la confiance qu’ils partagent. Leur vie professionnelle est un aboutissement, ils vivent dans un bel appart, ils ont tissé des liens solides avec leurs amis et leurs familles, le tout dans une totale harmonie.

La vie est belle, l’avenir s’annonce serein jusqu’à un foutu escalier, la marche de trop ou de moins et le destin s’abat sur Sébastien mais pas que, sur Valentin mais pas que …. Et là commence le long calvaire de l’acceptation, de la réadaptation, de la compréhension.

L’auteure a pris le parti de nous faire découvrir, en alternance, les pensées de chacun des deux hommes, leurs douleurs, leurs angoisses, leur calvaire. Passée l’annonce de la survie, une forme de soulagement s’installe mais tellement de courte durée qu’il en est amoindri, négligé face aux conséquences d’une paralysie. Voilà le futur est chamboulé, leur vie bascule, qu’adviendra-t’il d’eux?

Malgré la difficulté de l’exercice de parler du handicap, des traumatismes, des conséquences, de la réadaptation physique et psychologique, l’auteure a su traiter tous les sujets avec un côté médical mais sans en faire un sujet trop larmoyant. Même si les larmes pointent le bout de leur nez, ce n’est pas l’enjeu du livre. Je dirais, de part mon ressenti, qu’ Emy Bloom l’a écrit pour nous faire comprendre que quelque soit le brouillard dans lequel on erre dans ces moments-là, on peut tous avoir la force de surmonter les épreuves, les vaincre, les apprivoiser, en faire des bases solides pour vivre avec et accepter ces profonds changements. 

Évidemment, Sébastien interpelle par sa peine, ses pensées et surtout par son « basculement » de vie. Je l’ai trouvé fort, j’avais toujours envie de le dire de ne pas sombrer, ce furent des moments intenses et durs à lire. Ensuite viennent les familles avec plus ou moins de déni, voulant être présentes sans vraiment pouvoir le faire.

Et Valentin, ah Valentin m’a beaucoup parlé, fait pleurer, m’a remise en question de bien des façons. Je crois que c’est lui qui m’a renvoyé le plus dans mes filets. Il m’a mis face à une réalité sans la comprendre, sans l’appréhender, mais qui aura eu le mérite d’obliger mon cerveau à se poser bien plus de questions que je n’étais prête à affronter. Je crois que c’est la première lecture autour du handicap, de la réadaptation à la vie qui m’ait autant tordu les tripes. Heureusement que la fin s’apaise !

Franchement, je ne peux que vous le conseillez. Même si le sujet est compliqué, réel, il apporte une sorte d’apaisement, un témoignage de vie. Rose Taylor

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, handicap, Le temps des choix, romance
Série: Homoromance éditions |