Le crime de s’aimer par Maxime DESMARTINS

Synopsis:

Benjamin est un adolescent âgé de seize ans et demi. Lorsqu’il débute une nouvelle année scolaire dans un lycée, sa vie bascule totalement quand, rencontre son professeur de français Loïck Perrot.

Un véritable coup de foudre.

Tous les deux, ont une passion en commun: la musique.

Cela va les rapprocher, et une véritable histoire d’amour va naître.

Pourtant, beaucoup d’obstacles se dresseront sur leur chemin et feront éclater leur bulle de bonheur.

L’amour peut se bâtir par des mots, des gestes, ce sentiment est universel, par moment il peut être hors la loi, mais personne ne doit le juger.

Entre, humour, mensonges, trahisons, leur union pourra-t-elle triompher ?

 

Mon avis:

Quelques problèmes de ponctuation au départ, des maladresses (mais qui n’en fait pas ?), mais un auteur en devenir avec un gros potentiel.

 

L’histoire est douce et se tient. L’intrigue nous prend aux tripes. On souffre comme on aime. On s’attache à ses deux hommes qui, en apparence, tout oppose. Rien ne les prédestine à s’aimer que cela soit la différence d’âge ou leur position (élève prof) et pourtant… On ne peut aller contre nos sentiments quitte à prendre le risque de s’aimer.

Ce qui est un crime pour certains devient une évidence contre laquelle on ne peut lutter pour d’autres.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, faux semblants, métier, romance, romance young adult
Série: Auto édition |

Protection rapprochée par Jane SEVILLE

Synopsis:

QUAND LE TUEUR À GAGES S’ÉPREND DE SA CIBLE…

Témoin d’un meurtre perpétré par la mafia, Jack Francisco, chirurgien, est devenu l’homme à abattre. Mais, D, le tueur à gages chargé de l’éliminer, ne peut se résoudre à presser la détente lorsqu’il retrouve sa trace. Il décide même de le protéger. Les deux hommes sont désormais les cibles d’une traque sans pitié. Forcés de s’entraider pour survivre, ils vont découvrir qu’ils ont davantage à partager qu’ils l’imaginaient et forger un lien bien plus fort qu’ils s’y attendaient…

 

Mon avis:

Le docteur Jack FRANCISCO est chirurgien. Témoin d’un crime crapuleux de la mafia, il se voit devoir tout quitter pour rentrer dans le programme de la protection des témoins jusqu’au jugement. Mais il devient aussi l’homme à abattre. D. tueur à gages est chargé de cette tâche … mais au moment de passé à l’acte, il s’en voit incapable. Pire, il décide de le protéger. les deux hommes se voient alors prendre la fuite. Forcés de s’entraider, ils vont apprendre à se connaitre, s’apprécier et forcément se rapprocher. Mais pourront ils y faire face, à leur le retour à la réalité?

Une intrigue prenante, au point de ne pas pouvoir lâcher le livre avant la fin. L’auteur par sa plume, nous tient en haleine. On ne peut deviner, en vue des nombreuses succession des péripéties et la complexité des personnalités des personnages, quelle la tournure va prendre l’histoire.  On se retrouve pris dans cet engrenage. Un très bon roman où se mêle la romance et l’intrigue d’un bon thriller.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: policier, romance
Série: Milady suspense |

Écorchés Vifs par Mathias P. SAGAN

 

Synopsis:

Quand la vie vous réserve une belle rencontre imprévue et qu’elle vous prend au dépourvu sur une autoroute…
Lorsque votre quotidien est rythmé par des manies, des tocs, et autres désagréments…
C’est ce que Benoit et Bruno vont vivre, ou vivent déjà. Deux êtres à part, attachants. Deux personnes qui se croisent et se trouvent.
Vont-ils réussir à s’accepter, se comprendre, s’apprivoiser ?

 

Mon avis:

Benoit, 19 ans a une vie casanière. Depuis son indépendance acquise, il ne souhaite qu’une chose, la stabilité et un vraie relation de couple. En se rendant sur son nouveau lieu de travail, il rencontre un jeune homme atypique. Il n’a aucune expression faciale, seul ses yeux parlent pour lui. Car Bruno a un syndrome d’Asperger. Mais Benoit le voit au delà de s apparences, il le regarde, lui Bruno.

Bruno vit avec son handicape du mieux qu’il peut. Hors mis Valentin, son chat, il vit reclus entre son travail et son domicile, essayant au mieux de gérer ses tocs et ses angoisses. Pourtant très peu empathique, il se surprend à ne pas pouvoir s’enlever de la tête cette rencontre avec ce jeune homme.

Avant même de pouvoir se revoir, Benoit va devoir, suite à un accident, apprendre à vivre différemment. Handicapé du jour au lendemain, il va devoir réapprendre à vivre en acceptant la situation. Le seul qui pourra l’aider, c’est Bruno. Car Bruno va l’accepter tel qu’il est. Ces deux écorchés vifs vont s’entraider, apprendre à s’accepter, faire un deuil sur le passé pour envisager un futur.

Mathias P.Sagan nous prouve que l’amour ne se juge pas sur les apparences sans chercher à comprendre ce que tu es réellement. On peut être atypique, handicapé, hors norme et aimer. Une très belle romance, remplie de douceur.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, handicap, handicap social, romance
Série: Auto édition |

Série Without You par KAYA C.

 Tome 1 : Without you

Amaury est un jeune homme timide, gentil, entouré par une famille aimante, dont certains membres sont un peu loufoques. Sa rencontre avec Eden va tout bouleverser, ils vont vivre un amour au-delà de tout ce qu’il aurait pu espérer. Mais le destin est capricieux et Amaury va en payer les frais. Qu’est-il prêt à supporter pour grapiller des morceaux de bonheur fou ? Combien de batailles devra t’il mener pour enfin être heureux ? Pourra t’il se reconstruire une fois qu’il aura tout perdu ? Qui sera celui qui l’aidera à continuer ?

 

Tome 2: Fight to survive

APRES L’HISTOIRE D’ AMAURY DANS WITHOUT YOU, FIGHT TO SURVIVE VA VOUS ENTRAINER DANS CELLE DE SULLIVAN…
Je m’appelle Sullivan, je suis le photographe le plus poissard de New York. Après avoir été trompé par mon ex, j’ai été foudroyé par des yeux bleu lagon qui m’obsèdent. Je suis irrésistiblement attiré par Amaury, mais il est marié à un type adorable, alors que lui est un abruti fini. Aussi beau qu’imbuvable, à chaque fois que je le croise on se saute à la gorge. Pourtant il est là qui me hante, je suis perdu, je l’ai dans la peau, je dois quitter New York, m’éloigner pour l’oublier. Je vais reprendre mon ancien métier de reporter de guerre, partir au bout du monde, et essayer de reconstruire ma vie ailleurs. Je n’imaginais pas que j’allais mettre directement les pieds en enfer. Comment supporter l’indicible, quand il n’y a plus d’espoir ? Quand l’horreur se déchaine, quand les ténèbres menacent de m’engloutir, il ne me reste que ses yeux pour seul espoir.

 

Mon avis: 

Préparez vous, car s’il y a bien une chose que vous devez savoir en débutant cette lecture, c’est que plus que lire, on vit chaque instant, chaque joie chaque peine. On pleure, on espère. Voilà la magie de cette plume: transcender son lecteur. Faire partie de cette histoire, devenir en quelque sorte cet(te) ami(e), ce confident, spectateur impuissant, mais présent à chaque instant. Voilà dans quoi vous vous embarquez. Vous êtes prévenus. Vous ne ressortirez pas indemne.

Beaucoup, moi-même d’ailleurs avons eu le plaisir de lire la première version de Without you. Kaya a bien insisté en précisant qu’elle l’avait retravaillé. Ce que je peux dire, c’est que c’est réussi. J’avais été marqué, mais cette réédition retravaillée est encore plus bouleversante. Tout est amplifié et cela tout au long de ce premier opus. Comme je l’ai dit à Kaya, j’ai été transcendée. Oui c’est un mot fort, mais c’est mon ressenti et c’est assez rare pour le noter.  Bravo à elle pour ce travail faramineux.

Tome 1:

Lorsque nous débutons cette histoire, nous faisons la connaissance d’Amaury alors âgé de 32 ans, architecte reconnu dans son loft New Yorkais. En apparence, tout lui réussit, mais cela n’est qu’une apparence… Car Amaury est seul dans ce lieu qui pourtant représente tant de beaux projets passés et à venir… Car il manque l’homme de sa vie, Eden.

Eden, qui deux ans et demi plus tôt va se voir faucher par une voiture et ainsi le condamner. Kaya va alors nous retranscrire cet instant où tout bascule, cet instant où la vie s’arrête et n’est plus. On suit ce couple dans cette lente descente aux enfers. Du choc de l’annonce à ce destin funeste qui les attendait. On ressent ce tiraillement entre espoir et résilience, ce combat auquel chacun doit faire face, pour au final accepter l’inacceptable et profiter de chaque instant offert.

Ce qui est « difficile » c’est cette date, celle où tout s’arrête. Kaya trait avec beaucoup d’humilité l’euthanasie du point de vue de celui qui choisit de partir dignement, mais aussi de l’entourage. Lors de la première partie du roman, nous suivons notre couple et ce travail de deuil par lequel l’un et l’autre va passer tout en ayant en tête cette date ultime. Tout comme eux, on passe par choc déni, colère, tristesse, cette quête de sens illusoire, mais vitale, cette résilience tout en restant dans le déni pour le « après », car sans l’amour de sa vie, il n’y a plus que le néant.

Dans la deuxième partie, nous faisons face à ce que tout le monde appréhende : le déni, la colère, la tristesse aussi. On subit autant qu’Amaury cette descente aux enfers qui commence. Oui, nous revivons une deuxième fois le deuil et cela prend une tout autre dimension à notre lecture.

Troisième partie marque la quête d’un nouveau sens à donner à sa vie, ces essais pour arriver à cette acceptation que oui, la vie continue malgré tout.

Quatrième partie est ce que je nommerais « ce nouveau départ », cette sérénité qui nous transperce. Cette absolue vérité que la vie continue malgré son absence, mais que l’être aimé est toujours là dans un coin de son cœur et veille sur nous.

En finissant cette lecture, on réalise l’importance de ces 4 parties, car à l’image d’Amaury, nous avons, le temps de cette lecture, nous aussi lecteur, vécu, ressenti éprouvé cette perte et tout le travail de deuil qui s’en suit.

 

Tome 2:

Ce deuxième opus se construit comme le premier. On découvre (enfin le beau et tendre) Sullivan. Tout comme le premier il y a un avant et un après. Cet instant où tout bascule, ce terrible traumatisme où on N est plus, on devient un autre plus fort.

Dans un premier temps on découvre la difficulté d être « l autre » celui qui tombe amoureux d un homme marié puis veuf et enfin d un fantôme. Alors qu’il se résigne, la vie va lui faire affronter le pire côté de l être humain. Sullivan N est plus. Il devient victime puis l ombre de lui même.
La deuxième partie est une double reconstruction : celui de la victime qui doit reprendre à vivre et celui de cet « autre ». Apprendre à vivre avec une personne veuf N a rien d évident ni pour l un ni pour l’autre. C est la la puissance des mots sur des maux. Trouver sa place dans la vie et dans celle que l on se construit avec L être aimé.

Conclusion 😉

Kaya par sa plume nous fait traverser un melting pot d émotions qui s amplifie suite à la lecture du premier. On ne parle pas de couple, d un trouble ou d un polyamour. On parle de famille, d êtres aimés. Elle cible ses mots, de telle façon qu ils ne peuvent que nous percuter. Simple mais tellement commun à chacun. En clair un superbe coup d artifice dans mon cœur et la chair de poule qui ne m a pas quitté tout au long de ma lecture. C est un combo gagnant à mes yeux.

Plus qu’un coup de coeur, un coup de foudre! C’est bien une série sombre qui aborde des sujets sensibles difficiles à manier sans tomber dans le cliché. Et pourtant Kaya C a réussi haut la main ce pari.

 

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

 


Genre: au delà des apparences, deuil, drame psychologique, faux semblants, handicap, Le temps des choix, romance, seconde chance, tatouage, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Le sel dans le frigo par Alexia Damyl

Synopsis:

Mathilde, mère de famille et épouse enfermée dans un quotidien qui ne lui convient plus, décide d’aider ses amis Jason et Mathieu sur le chemin de la paternité. Lors de la préparation à ce changement de vie, elle fait la rencontre de Rachel, une amie de longue date de Mathieu.

Pleine de bonnes intentions, Mathilde ne mesure pas la réaction en cascade que sa proposition va engendrer ni l’attraction qu’elle va éprouver pour Rachel, un véritable électron libre, une femme aussi subtile qu’irrévérencieuse, qui va bouleverser l’équilibre du petit monde de Mathilde.

 

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Mathilde, trentenaire, mariée mère de famille dont la vie est devenue monochrome. Sa vie est une routine bien huilée à laquelle on peut s’identifier. Et puis un jour, une crise existentielle remet tout en question. Elle réalise qu’elle a encore envie de vivre sa vie de femme, de se sentir vivante. De ce fait, elle se propose pour devenir mère porteuse et offrir la vie à son meilleur ami et son mari en désir d’enfant.

Tout son monde va se retrouver bousculé de cette initiative, tout va être remis en question, car elle ne s’attend pas à ce que cette simple décision déclenche autant d’incidence par la suite.

Le point fort de l’histoire est sans conteste la plume d’Alexia, ce vécu, cette vérité franchement nette directe cruelle parfois qu’elle pose sur le papier. Tout dans la description des sentiments de Mathilde nous amène à nous remettre en question.

Il y a des passages où l’on ne peut que la montrer du doigt, nous dire que c’est une femme irresponsable égoïste égocentrique. Mais plus l’histoire avance et puis on se rend compte qu’au final nous aussi, nous aurions pu vivre cela. Nous aussi, nous pourrions avoir ce grain de sel qui fait dérailler cette machine si bien huilée qu’est notre quotidien.

Le thème principal, l’adultère est un sujet de très peu abordé et très difficile à traiter, car c’est une véritable prise de position. Or, Alexia se joue des préjugés. Elle nous pousse dans nos retranchements, en nous faisant vivre à travers Mathilde toute la culpabilité que cette femme endure, ce tiraillement entre ses sentiments et son devoir.

D’une personne désignée coupable, on commence à avoir de la compassion pour elle. Toute cette remise en question est vraiment la clé de l’intrigue. On ne sait pas comment cela va se terminer, mais on souffre avec elle.

Alexia se fait l’avocat du diable. Pourtant, à la fin de cette lecture, notre point de vue change. On ne juge plus. Nous comprenons que l’adultère ne repose pas que sur une seule personne, que cela ne se fait pas sur un coup de tête. Il y a tout un contexte des relations de cause à effet qui amène à cette situation et c’est là le gros point fort de cette histoire.

Une romance à lire à relire. Une histoire qui ne peut que nous remettre en question et faire en quelque sorte le bilan de notre vie.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, homoparentalité, Le temps des choix, romance
Série: Les Editions Livresque |

Un Amour de soumis

Synopsis:

Alors que son mari part en Équateur plusieurs semaines, l’appétit sexuel de Julien est décuplé. Se retrouvant seul à Fontainebleau, à quelques jours d’un confinement sanitaire national, il croise Jordan, un ex-amant insatiable qui lui promet de lui être totalement soumis, aussi bien sexuellement que pour les tâches de la vie quotidienne. Julien est séduit et les deux jeunes hommes partent pour la Villa des Chasseurs. Ils vont y réaliser ensemble les fantasmes les plus extrêmes. Mais Jordan cache un insoupçonnable secret qui risque bien de les marquer à jamais et de changer complètement la nature de leur relation sadomasochiste.

 

Mon avis:

Nous faisons connaissance de Jordan et Julien dans « Un amour en cage » tiré de son premier recueil de nouvelles. Notons que ce roman peut être lu indépendamment ( ce qui est mon cas), cela n’est pas dérangeant.

Que dire de cette histoire ? Je me dois d’être franche, je lis peu de romances érotiques, car généralement c’est plus du fantasme. Mais il y a des exceptions, et Taram en est une. C’est érotique oui, c’est hyper  » chaud cacao » oui, mais la plume rend l’érotique beau et vulnérable !

« On ne juge pas les gens sur leurs fantasmes ». Cette phrase extraite de la romance résume à elle seule la volonté de l’auteur. Taram souhaite mettre en lumière cette pratique trop souvent catégorisée par des faux semblants. Mais et c’est en cela que la romance prend aussi une autre dimension, l’auteur évoque aussi les dérives liées à des apparences et des promesses souvent bien trompeuses. Derrière les beaux discours sur la délicatesse dans le BDSM, il y a quand même beaucoup d’accidents (l’auteur s’est inspiré de faits qui lui ont été relatés, ce qui ajoute encore plus de profondeur à ce récit). L’immersion est telle que nous nous retrouvons mal à l’aise, voire inquiets pour Jordan.

Son but ? Mettre en garde les jeunes contre les vendeurs de fantasmes où les performances promettent plus de plaisir…

Voilà pourquoi je suis fan de cette plume. Taram mène parfaitement sa romance érotique, mais toujours avec bienveillance et en la nuançant. Ces mêmes nuances amènent le lecteur à se remettre en question sur la pratique et le mettent en garde sur ses abus. Une prévention nécessaire et que nous ne pouvons que saluer. 

Un coup au cœur et de cœur pour Jordan. Bravo Taram.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, BDSM, drame psychologique, faux semblants, Le temps des choix, romance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

L’amour au parfum de ghetto par Marie-Paule Dunant

Synopsis:

Alex Newton est un jeune médecin fraîchement diplômé qui décide d’installer son cabinet à Harlem, un des ghettos de New York. Si la clientèle se fait rare, c’est du fait que les gens n’ont pas les moyens de se faire soigner et que la terreur règne en maître. Sans compter qu’on n’a jamais vu que les seuls blancs qui y viennent sont les Arañas, un gang hispanique. Il va devoir faire lui-même les premiers pas pour aider la population nécessiteuse. Un soir, alors qu’il termine ses consultations, il fait la rencontre d’Aaron, le numéro 2 du gang des Black Dragon. Entre eux va naître un étrange manège de tension et de provocation. Lequel des deux baissera les armes et ouvrira son cœur ?

 

Mon avis:

Harlem, 1990, un « blanc » décide de s’implanter dans ce quartier d’Afro-Américain pour aider son prochain. Tout peut se résumer à cela.

Nous faisons la connaissance d’Alex Newton, une jeune médecin qui, une fois diplômé, a désiré contre l’avis de son entourage et sa classe sociale de pratiquer son métier auprès de ceux qui en ont le plus besoin : les opprimés et les nécessiteux.

Le prologue nous plonge dans cette Amérique ségrégationniste. Les descriptions poussées ne font qu’accroître un peu plus ce paradoxe face à ce choc des cultures. L’auteure nous immerge totalement dans ce Harlem appauvri et délaissé. De ce fait, on se prend à s’imaginer aux côtés de ce jeune homme, qui devient malgré lui, un paria dans sa nouvelle communauté, ce qui amplifie la romance entre ces deux hommes en apparence aux antipodes.

Car Aaron est loin d’être le gendre idéal auquel Alex a été habitué à fréquenter en privé comme dans son internat. Aaron, un des membres des blacks dragon a une réputation sulfureuse qu’il aime étaler pour assoir son pouvoir.

Entre eux tout n’est que paradoxe. Enfin, c’est ce qu’on nous laisse à penser, car au final, il y a bien plus de choses qui les réuni qu’en apparence…

Il y a une volonté de l’auteure de ne pas mettre en avant un cliché, mais un paradoxe sociétal. Voilà pourquoi ce roman est très bien mené. Il peut s’adapter à n’importe quelle époque, car il met en avant ces castes et cette peur de la différence. L auteure apporte des faits concrets et une réflexion poussée sur les rapports entre les gens. Le petit bémol est que la romance prend le pas sur l’Histoire, et ce Harlem des années 90.

La fin a un goût de encore… Donc message à l’auteure: à quand la suite?

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, bad boys, choc des cultures, drame psychologique, faux semblants, romance, tatouage
Série: Homoromance éditions |

Jusqu’à ce que je te tue par Yukio Yanagisawa

Tome 1:

Au Japon, une nouvelle loi sur la peine de mort condamne les criminels à être exécutés de la même manière que leur victime. Enfermés dans un espace clos qui reprend les éléments de leur vie quotidienne, leurs journées sont retransmises en direct à la télévision. Le dernier condamné à mort du pays est Kaoru Oda, un ancien enquêteur accusé du meurtre de son amant par strangulation. Kohei Mizutani, un gardien de prison, a été sélectionné pour se charger de son exécution. En voulant jouer le rôle de l’ancien petit-ami, il finit par se rapprocher du meurtrier, et tente de comprendre ce qu’il peut bien cacher…

 

Tome 2:

Kaoru Oda est condamné à mort sous la nouvelle loi sur la peine de mort promulguée au Japon. Celle-ci consiste à surveiller le criminel en diffusant sa vie à la télévision, jusqu’à ce que sa sentence soit exécutée. Kôhei Mizutani, l’agent pénitentiaire en charge de son exécution, découvre quelques indices qui laissent croire qu’Oda ne serait pas le coupable des meurtres qu’il a prétendument commis… Alors qu’il ne peut pas lui-même sortir de la ville artificielle où ils sont isolés, Mizutani décide de coopérer avec ses collègues à l’extérieur pour tenter de le sauver. Tout comme la vérité, ses sentiments envers Oda sont prêts à jaillir…

 

Mon avis:

Attention ! Une fois débuté, on ne peut s’arrêter.

Ce yaoi est différent des Boy’sLove que nous avons l’habitude de lire. Pour quelles raisons ? Il n’exploite pas seulement les sentiments des personnages. Non. Il est avant tout un pamphlet sur cette société si manipulable. Par le biais des téléréalités, l’auteur nous montre les dérives du pouvoir.

La relation entre Oda et Mizutani est secondaire et pourtant imbriquée dans cette intrigue hautement addictive. Nous tanguons entre culpabilité et amour, sensationnel et quête de vérité. Tout n’est que faux semblants.

En clair un véritable coup de cœur pour ce yaoi que je ne peux que recommander.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, romance, Yaoi
Série: ‎ Boy's Love; Hana Collection édition |

Halcyon Days, ou l’illusion d’un Songe par Rudy Gestin

Synopsis:

Au hasard d’une rencontre, Mathieux va découvrir l’amour inconditionnel, passionné : Marc. Cet homme, qui va l’accompagner pendant ces années où il grandit et mûrit, apprendra lui aussi à abaisser ses barrières. Mais Marc n’est pas seul, il est père de famille, un fils adolescent, Lucas, un fils qu’il aura élevé toutes ces années sans la présence maternelle. Pourtant tous ces points ne sont que de simples détails comparés au tragique qui surgit. Une vie modifiée à jamais, où la résilience et la reconstruction prendront tout leur sens, et dans laquelle cet ami de toujours, Axel, tiendra cette place légitime et essentielle.
La vie est ainsi faite de rencontres. Certaines passent sans laisser de traces, d’autres vous transforment, vous transportent. La vie de Mathieux ressemble à tant d’autres, elle est faite de possibles, de lenteurs, de doutes et d’espoirs. Pourtant elle est tout autant accidentée et incertaine.

 

Mon avis:

La quatrième de couverture est assez explicite, inutile donc de résumer cette histoire au risque de spolier. Je vais donc vous faire part de mon ressenti. Et quel ressenti.

Nous ressortons de cette lecture, littéralement chamboulée. Rudy nous offre non pas une romance classique entre deux protagonistes, mais une histoire d’amour entre quatre hommes, liés par des sentiments forts et pourtant bien différents.

Voilà le thème principal de cette histoire : un simple nom, « amour », mais qui se conjugue au pluriel : l’amour filial, amical, sentimental… Tous les ingrédients sont présents pour nous apporter ce sentiment d’attachement à notre tour. Ce qui marque c’est cette volonté de l’auteur de mettre nos conventions sociales et autres conformismes de côté.

Voilà le véritable noyau de cette histoire : la tolérance, l’acceptation de soi, mais aussi la réalité de la vie : ces joies et ces désillusions, ses espoirs et ces résiliences aussi. Vous l’aurez compris, ce roman est un panel de sentiments forts, de remise en question aussi. Une lecture à l’image de la plume de l’auteur : addictive.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

 


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, drame psychologique, Le temps des choix, romance
Série: Homoromance éditions |

Reste auprès de moi par Antho Naki

Synopsis:

Vincent est un des lutins du Père Noël. Plus précisément son amant, et ce, depuis des siècles et des siècles.
Chaque année, il supporte la disparition de son amour durant deux longs mois. Mais cette année, le vase de sa patience déborde… Leur couple survivra-t-il? Car si le couple peut survivre sans la fête de Noël, l’esprit magique qui entoure cette dernière volera en éclat sans l’amour que se porte Vincent et Klaus…

Mon avis:

Nous retrouvons cette plume qui caractérise autant cet auteur, emplie de poésie. Dans cette nouvelle il aborde un sujet qui concerne tout couple de nos jours : la routine, la lassitude… Ce désir ardant de retrouver ces sentiments si authentiques que l’on savoure à nos débuts… Le tout dans l’esprit des fêtes de fin d’années… Un plaisir à lire en cette avant avant veille de Noel.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: Le temps des choix, romance
Série: Auto édition |