Void par Ranmaru ZARIYA

Synopsis:

À l’occasion de son anniversaire, Maki reçoit comme cadeau Arata, un humanoïde fabriqué par les humains pour devenir son « animal de compagnie ». Une surprise qui n’enchante guère Maki, jusqu’à ce qu’on lui annonce que ce dernier a la particularité d avoir les gênes du défunt Ren, l’homme qu’il aimait et qui l’a trahi par amour pour son grand frère. Le coeur de Maki n’ayant jamais pu soigner sa profonde blessure, pourra-t-il se venger sur Arata et obtenir l’amour inconditionnel qu’il espérait tant de la part de Ren ?

Mon avis:

Attention public averti !

Nous découvrons la relation particulière entre un humain en deuil et un humanoïde. Pour Maki, tout n’est que ressentiments, colère, rancœurs, blessures de l’âme. Se retrouver face à un humanoïde qui est la copie conforme de celui qui l’a trahi de la pire des manières sept ans auparavant est un réel choc pour lui. Il n’en veut pas, mais se voit dans l’obligation de s’en occuper… Mais voilà que les rancœurs refont surface. Là où l’un ne vit que dans le passé, l’autre est telle une page blanche qui ne demande qu’à écrire un futur…

Alors oui, c’est gore, on parle de tortures sexuelles et de vengeance malsaine, mais au final c’est tellement plus que ça. On fait face à un homme qui a mal, qui n’est que ressentiments… Quand la rancœur dépasse la raison, nous devenons à notre tour un monstre. Certains diront que c’est de la violence gratuite, voire vulgaire, mais à mon sens, c’est tellement plus que cela. On a tous un monstre caché à l’orée de notre conscience…

Cette histoire est criante de vérité. Qui n’a jamais eu ce genre de sentiments après une trahison ? La frontière entre la maîtrise de soi et la déraison est mince. L’amour nous pousse à des extrêmes. C’est là la force de cette histoire, cette humanité qui fait écho à chacun d’entre nous.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, seconde chance, traumatismes du passé, Yaoi
Série: TAIFU COMICS |

Douleurs Miroir par Cha Reinhardt, Laurence Barjy

Synopsis:

Un regard sur notre histoire : L’intolérance… Jonas la connait bien, il la côtoie tous les jours. Il la subit. Il en est responsable aussi, parfois. Est-ce qu’une après-midi et un vieux photographe pourraient changer les choses ? Peuvent ils suffire à transformer le regard des autres, et celui qu’on pose sur sa propre existence ? De bleu et de rouille : Pour lui, tout n’est que couleurs et sexe. Des corps, de la crasse, des teintes qui l’obsèdent et dont il ne parviendra jamais à restaurer les nuances. Une addiction trop ancrée en lui pour qu’il puisse s’en défaire. À moins que la rouille et le bleu qui s’invitent dans sa vie ne constituent un début de réponse ?

Mon avis:

Il y a des rencontres impromptues qui remettent en cause cette illusion d’équilibre précaire qui tente de combler ce vide abyssal avec lequel ils doivent survivre.
Une introspection face à son propre reflet et des choix qui se jettent sur eux tels une claque magistrale

Le titre du recueil est juste le plus juste résumé de ces deux parcours de vie. Et la morale, elle, est implacable.
Oui c’est une claque monumentale que je viens de prendre. Une puissance des mots sur des maux silencieux. Merci à Laurence Barjy Zimmermann et Cha Reinhardt pour cette claque monumentale.

Vous m’avez tout simplement bouleversée. J’ai pris mon temps car oui c’est une lecture difficile mais bordel, c’est ma came ! 

 

Avis à l’éditeur: il faut qu’il soit réédité, qu’il soit lu !

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

Commande à faire directement auprès des auteures, le broché n’étant plus à la vente.

 


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, faux semblants, homophobie, Le temps des choix, seconde chance, survivants, traumatismes du passé
Série: Mix Editions Romans |

Dans ses yeux par Sinièn M.

Synopsis:

David, jeune homme malvoyant depuis quatre ans, suite à un grave accident de voiture, se retrouve à participer à un programme de sensibilisation sur le handicap, dans son ancien lycée. Réticent à cette expérience, il se rend vite compte qu’il apprécie la compagnie des jeunes et surtout, du porteur de projet, qui petit à petit le bouscule dans son quotidien morne.
Au fur et à mesure de ses rencontres avec lui, David va progresser sur le chemin de la guérison qu’il a tant de mal à emprunter et se laisser aller au contact d’un autre. A ses côtés, il va enfin avancer et oser franchir le dernier pas, le dernier saut vers la cicatrisation de ses maux.

Mon avis:

David va du jour au lendemain voir sa vie prendre un tournant plus qu’inattendu. Lui qui, jusqu’alors, vivait dans la débauche et les excès se retrouve suite à un accident de voiture mal voyant et privé de tous ces repères. Il doit apprendre à composer avec ce handicap qu’il a du mal à accepter. Quand nous faisons sa connaissance, il n’est qu’amertume et regrets. Il survit plus qu’il ne vit essayant tant bien que mal de se reconstruire. Il ne pense pas un seul instant que d’accepter de participer à ce programme de sensibilisation va changer sa vision de la vie.

Ce qui fait que cette histoire est différente d’autres traitant de ce handicap est sans aucun doute la narration. L’auteur se place d’un point de vue extérieur. Elle nous raconte cette histoire, l’histoire de son personnage principal par ce « tu » et cela fait toute la différence. C’est la première fois que je lis une histoire où le narrateur est en fait le sujet principal : le handicap. Ce narrateur devient une personne à part entière qui nous décrit un quotidien d’un mal voyant tout en le comparant au David valide qu’il avait été. Voilà la clé de ce livre : jouer sur l’avant / après accident et nous immerger dans ce quotidien.

On découvre qu’il est facile de juger sur les apparences en public. David fait croire qu’il vit parfaitement bien son handicap, or il n’en est rien. On découvre la solitude qui entoure ces personnes incomprises. D’asocial, David va s’ouvrir et se laisser voir lui, tel qu’il est grâce à l’acceptation d’Antonin. Mais cela ne se fera pas aussi simplement qu’on pourrait le penser…

Ce qui n’est au départ qu’une sensibilisation auprès d’élèves devient une sensibilisation pour le lecteur. Je tire mon chapeau à l’auteure pour son travail de recherche et ce partage. On ressort de cette lecture avec une nouvelle vue sur les gens. Notre regard sur ces personnes change.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, handicap, seconde chance
Série: Auto édition |

Les mauvais garçons ont aussi besoin d’amour par Christa TOMLINSON

Tome 1: Gage

« Tu ne laisseras personne d’autre t’avoir, Joseph. Je ne laisserai personne d’autre t’avoir. Je te veux rien que pour moi. »
— Gage Mason

Nous en avons tous fait l’expérience. Le Bad Boy. Celui contre qui on nous met en garde. Celui avec des jeans troués et un sourire diabolique et paresseux sur les lèvres. Celui qui vous fait faire des mauvaises choses qui vous font vous sentir bien.
Pour moi, c’est Gage Mason. Nous nous sommes rencontrés alors qu’il travaillait sur ma Ducati. J’ai tout de suite su qu’il était synonyme d’ennuis, mais quelque chose à propos de ce Bad Boy m’a attiré. Peut-être est-ce ses yeux sombres qui m’étudient comme s’il voulait tout savoir sur moi. Peut-être est-ce ce qu’il me fait ressentir ; le contact rugueux de ses mains, sa prise possessive sur mes cheveux lorsque nous nous embrassons, ce que je ressens lorsqu’il est en moi. Ou peut-être est-ce la façon dont il a besoin de moi, même s’il ne l’admettra pas.

Pour une fois dans ma vie, je prends un risque. Malgré tout ce qui me dit que je ne devrais pas, je vais tenter ma chance avec Gage. Je ne sais pas si cela se terminera bien, mais je sais que je ne peux pas résister à ce Bad Boy.
— Joseph Naderi

 

Tome 2 : Nate

Pourquoi les Bad Boys vous font-ils vous sentir si bien ?

Nous en avons tous fait l’expérience. Le Bad Boy. Le beau sportif avec un corps dur et une barbe de trois jours parfaite. L’homme confiant qui est trop beau et sexy pour son propre bien.

Pour Kevin Roberts, cet homme est Nate McKinney. Ils se sont rencontrés lorsque Kevin s’est inscrit dans le club de sports de Nate. Ce dernier a exprimé son intérêt pour Kevin, mais le geek timide ne croit pas que le propriétaire sexy de la salle de gym puisse être attiré par un homme comme lui. Nate devra faire preuve de beaucoup de persuasion afin de montrer à Kevin que les geeks sont exactement son genre.

Kevin succombera-t-il à la séduction de Nate ? Ou ses insécurités l’empêcheront-elles de ressentir la force de la passion que Nate désespère lui montrer ?

Tome 3 : Max

Pourquoi les mauvais garçons vous font-ils vous sentir si bien ?

Nous en avons tous fait l’expérience. Le mauvais garçon. Le type fort et silencieux avec une voix aussi douce et cool que le whisky versé sur de la crème glacée au chocolat.

Pour le Dr Patrick Bishop, ce mauvais garçon est Max Stovall. Ils se sont rencontrés quand, à quarante-deux ans, Patrick a décidé de faire son premier tatouage. Max n’a pas dit grand-chose lors de leur première rencontre, mais il n’a pas eu besoin de le faire. Patrick a immédiatement été attiré par lui. Il a senti que l’attirance était réciproque, même si Max la jouait cool et prétendait le contraire.

Se rapprocher de Max ne sera pas facile. Il est dans le placard et déterminé à y rester. Patrick se détournera-t-il de lui ou sera-t-il capable de démontrer à Max que la vie est meilleure une fois que vous avez accepté celui que vous aimez ?

 

Mon avis: attention! Lecture pour public averti

Tome 1 vu par Joseph Naderi – Avocat

Gage Mason Nous en avons tous fait l’expérience. Le Bad Boy. Celui contre qui on nous met en garde. Celui avec des jeans troués et un sourire diabolique et paresseux sur les lèvres. Celui qui vous fait faire des mauvaises choses qui vous font vous sentir bien. Pour moi, c’est Gage Mason. Nous nous sommes rencontrés alors qu’il travaillait sur ma Ducati. J’ai tout de suite su qu’il était synonyme d’ennuis, mais quelque chose à propos de ce Bad Boy m’a attiré. Peut-être est-ce ses yeux sombres qui m’étudient comme s’il voulait tout savoir sur moi. Peut-être est-ce ce qu’il me fait ressentir ; le contact rugueux de ses mains, sa prise possessive sur mes cheveux lorsque nous nous embrassons, ce que je ressens lorsqu’il est en moi. Ou peut-être est-ce la façon dont il a besoin de moi, même s’il ne l’admettra pas. Pour une fois dans ma vie, je prends un risque. Malgré tout ce qui me dit que je ne devrais pas, je vais tenter ma chance avec Gage. Je ne sais pas si cela se terminera bien, mais je sais que je ne peux pas résister à ce Bad Boy.

Que dire à part que je suis ultra fan! L’auteure nous entraîne dans cette histoire où les deux amants sont atypiques et complexes. On vit avec eux leur rencontres, leurs douleurs, leurs démons du passé, leurs doutes, leur amour fort mais tortueux et violent. Elle nous montre que les apparences sont plus que trompeuses, et que derrière ces comportements, il y a des dépendances psychologiques liées à des douleurs profondes.

Dans les tomes 2 et 3, l’auteure nous présente les amis de Gage et leur histoire, celle de Nate et de Max.

  •  Nate

Kévin est un geek timide. Après s’être fait tatoué chez Max, il décide de se mettre à la musculation afin de mettre son tatouage en valeur. Sur les recommandations de Max, il va s’inscrire dans une des salles de sport de Nate. Nate, lui désespère, car il souhaite une relation durable mais avec un homme différent de ses plans habituels. Quand Kévin se présente, Nate ne peut rester indifférent face à ce jeune homme d’une timidité maladive. Nate fera tout pour le rassurer afin de pouvoir envisager cette relation qu’il désire tant.

  • Max

A l’aube de ses trente ans, Max est toujours célibataire. Ses amis, Gage et Nate sont en couples se qui amène un certain malaise au jeune homme. Lui aussi souhaite se poser mais … un lourd secret le retient. Lors d’une conversation, il rencontre Patrick, le docteur Bishop, le père de la copine d’une de ses employées au salon de tatouage.  Max est attiré par le médecin, mais face à son entourage familiale, il refuse de sortir du placard et se fait passer aux yeux de tous pour un hétéro volage. Mais aujourd’hui, il se remet en question sur ses choix de vie. Patrick a bien compris la situation du jeune homme, étant lui même passé par là par le passé … Mais cela ne l’arrêtera pas dans sa quête pour conquérir le jeune Max.

Ce « bonus » est plus que plaisant à lire, car nous nous sommes attachés à ces deux personnages secondaire mais au combien important dans la vie de Gage. Quelles surprises de les découvrir. Ce deuxième tome complète parfaitement le premier et assouvit notre curiosité.

 

A lire sans modération!

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, bad boys, choc des cultures, faux semblants, handicap, Le temps des choix, seconde chance, série
Série: Juno Publishing |

Série Without You par KAYA C.

 Tome 1 : Without you

Amaury est un jeune homme timide, gentil, entouré par une famille aimante, dont certains membres sont un peu loufoques. Sa rencontre avec Eden va tout bouleverser, ils vont vivre un amour au-delà de tout ce qu’il aurait pu espérer. Mais le destin est capricieux et Amaury va en payer les frais. Qu’est-il prêt à supporter pour grapiller des morceaux de bonheur fou ? Combien de batailles devra t’il mener pour enfin être heureux ? Pourra t’il se reconstruire une fois qu’il aura tout perdu ? Qui sera celui qui l’aidera à continuer ?

 

Tome 2: Fight to survive

APRES L’HISTOIRE D’ AMAURY DANS WITHOUT YOU, FIGHT TO SURVIVE VA VOUS ENTRAINER DANS CELLE DE SULLIVAN…
Je m’appelle Sullivan, je suis le photographe le plus poissard de New York. Après avoir été trompé par mon ex, j’ai été foudroyé par des yeux bleu lagon qui m’obsèdent. Je suis irrésistiblement attiré par Amaury, mais il est marié à un type adorable, alors que lui est un abruti fini. Aussi beau qu’imbuvable, à chaque fois que je le croise on se saute à la gorge. Pourtant il est là qui me hante, je suis perdu, je l’ai dans la peau, je dois quitter New York, m’éloigner pour l’oublier. Je vais reprendre mon ancien métier de reporter de guerre, partir au bout du monde, et essayer de reconstruire ma vie ailleurs. Je n’imaginais pas que j’allais mettre directement les pieds en enfer. Comment supporter l’indicible, quand il n’y a plus d’espoir ? Quand l’horreur se déchaine, quand les ténèbres menacent de m’engloutir, il ne me reste que ses yeux pour seul espoir.

 

Mon avis: 

Préparez vous, car s’il y a bien une chose que vous devez savoir en débutant cette lecture, c’est que plus que lire, on vit chaque instant, chaque joie chaque peine. On pleure, on espère. Voilà la magie de cette plume: transcender son lecteur. Faire partie de cette histoire, devenir en quelque sorte cet(te) ami(e), ce confident, spectateur impuissant, mais présent à chaque instant. Voilà dans quoi vous vous embarquez. Vous êtes prévenus. Vous ne ressortirez pas indemne.

Beaucoup, moi-même d’ailleurs avons eu le plaisir de lire la première version de Without you. Kaya a bien insisté en précisant qu’elle l’avait retravaillé. Ce que je peux dire, c’est que c’est réussi. J’avais été marqué, mais cette réédition retravaillée est encore plus bouleversante. Tout est amplifié et cela tout au long de ce premier opus. Comme je l’ai dit à Kaya, j’ai été transcendée. Oui c’est un mot fort, mais c’est mon ressenti et c’est assez rare pour le noter.  Bravo à elle pour ce travail faramineux.

Tome 1:

Lorsque nous débutons cette histoire, nous faisons la connaissance d’Amaury alors âgé de 32 ans, architecte reconnu dans son loft New Yorkais. En apparence, tout lui réussit, mais cela n’est qu’une apparence… Car Amaury est seul dans ce lieu qui pourtant représente tant de beaux projets passés et à venir… Car il manque l’homme de sa vie, Eden.

Eden, qui deux ans et demi plus tôt va se voir faucher par une voiture et ainsi le condamner. Kaya va alors nous retranscrire cet instant où tout bascule, cet instant où la vie s’arrête et n’est plus. On suit ce couple dans cette lente descente aux enfers. Du choc de l’annonce à ce destin funeste qui les attendait. On ressent ce tiraillement entre espoir et résilience, ce combat auquel chacun doit faire face, pour au final accepter l’inacceptable et profiter de chaque instant offert.

Ce qui est « difficile » c’est cette date, celle où tout s’arrête. Kaya trait avec beaucoup d’humilité l’euthanasie du point de vue de celui qui choisit de partir dignement, mais aussi de l’entourage. Lors de la première partie du roman, nous suivons notre couple et ce travail de deuil par lequel l’un et l’autre va passer tout en ayant en tête cette date ultime. Tout comme eux, on passe par choc déni, colère, tristesse, cette quête de sens illusoire, mais vitale, cette résilience tout en restant dans le déni pour le « après », car sans l’amour de sa vie, il n’y a plus que le néant.

Dans la deuxième partie, nous faisons face à ce que tout le monde appréhende : le déni, la colère, la tristesse aussi. On subit autant qu’Amaury cette descente aux enfers qui commence. Oui, nous revivons une deuxième fois le deuil et cela prend une tout autre dimension à notre lecture.

Troisième partie marque la quête d’un nouveau sens à donner à sa vie, ces essais pour arriver à cette acceptation que oui, la vie continue malgré tout.

Quatrième partie est ce que je nommerais « ce nouveau départ », cette sérénité qui nous transperce. Cette absolue vérité que la vie continue malgré son absence, mais que l’être aimé est toujours là dans un coin de son cœur et veille sur nous.

En finissant cette lecture, on réalise l’importance de ces 4 parties, car à l’image d’Amaury, nous avons, le temps de cette lecture, nous aussi lecteur, vécu, ressenti éprouvé cette perte et tout le travail de deuil qui s’en suit.

 

Tome 2:

Ce deuxième opus se construit comme le premier. On découvre (enfin le beau et tendre) Sullivan. Tout comme le premier il y a un avant et un après. Cet instant où tout bascule, ce terrible traumatisme où on N est plus, on devient un autre plus fort.

Dans un premier temps on découvre la difficulté d être « l autre » celui qui tombe amoureux d un homme marié puis veuf et enfin d un fantôme. Alors qu’il se résigne, la vie va lui faire affronter le pire côté de l être humain. Sullivan N est plus. Il devient victime puis l ombre de lui même.
La deuxième partie est une double reconstruction : celui de la victime qui doit reprendre à vivre et celui de cet « autre ». Apprendre à vivre avec une personne veuf N a rien d évident ni pour l un ni pour l’autre. C est la la puissance des mots sur des maux. Trouver sa place dans la vie et dans celle que l on se construit avec L être aimé.

Conclusion 😉

Kaya par sa plume nous fait traverser un melting pot d émotions qui s amplifie suite à la lecture du premier. On ne parle pas de couple, d un trouble ou d un polyamour. On parle de famille, d êtres aimés. Elle cible ses mots, de telle façon qu ils ne peuvent que nous percuter. Simple mais tellement commun à chacun. En clair un superbe coup d artifice dans mon cœur et la chair de poule qui ne m a pas quitté tout au long de ma lecture. C est un combo gagnant à mes yeux.

Plus qu’un coup de coeur, un coup de foudre! C’est bien une série sombre qui aborde des sujets sensibles difficiles à manier sans tomber dans le cliché. Et pourtant Kaya C a réussi haut la main ce pari.

 

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 

 


Genre: au delà des apparences, deuil, drame psychologique, faux semblants, handicap, Le temps des choix, romance, seconde chance, tatouage, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Wake up beauties: Roman lesbien par Alexia Damyl, Rachel Muratati

Synopsis:

Il était une fois une petite fille qui portait le doux nom de Thalie. Lors de son baptême, l’une de ses tantes lança une terrible prophétie : Au jour de ses seize ans, la piqûre d’un dard la ferait tomber dans un profond sommeil qui ne pourrait être vaincu que par l’amour véritable.

Il était une autre fois une petite fille répondant au prénom de Philippine. Issue d’une union forcée visant à rassembler deux fortunes, le sort voulait qu’elle se rebelle pour ne pas tomber dans la malédiction familiale de l’argent avant tout.

Deux princesses, deux égales, réunies par une magie d’un autre temps. Deux destins sombres qui devaient se retrouver en dépit des ronces entravant leur chemin…

 

Mon avis:

Vous l’aurez compris, les auteures nous proposent une revisite du conte de la Belle au bois dormant, mais en version Dark Romance. D’un revers de main, elles nous font oublier tous les codes des contes de notre enfance et nous offrent un conte revisité où les apparences sont à la hauteur de la noirceur de ce livre…

Alexia et Rachel nous présentent le destin de deux héroïnes, que tout oppose, en apparence.

D’une enfance miséricordieuse sentimentalement, les deux héroïnes vont connaître les désillusions, des trahisons et la déchéance avant de trouver cette main tendue vers l’absolution. Ces deux beautés endormies vont enfin se réveiller pour devenir des femmes accomplies, en accord avec ce qu’elles ont toujours voulu être : aimées et respectées.

De fantômes, elles deviendront lumière. Leurs chemins seront longs et semés d’embûches. Rien ne leurs seront épargnés et pourtant, elles auront droit leur conte de fées.

En clair, un coup au cœur pour ce roman que je ne peux que vous recommander.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, contes et légendes, drame psychologique, seconde chance, survivants, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Deuxième chance: On a tous besoin d’une main tendue par Marie-Paule Dunant

Synopsis:

Dans la vie il y a deux types de personnes – les forts et les faibles. Les premiers dominent les deuxièmes, les exploitant jusqu’à ce que mort s’ensuive.
C’est ainsi que Dan voit le monde, lui qui a dû fuir les atrocités de sa famille pour descendre aux enfers de la rue. Pourtant dans ce monde obscur, il a des amis sur qui compter. Jusqu’au jour où sa vie bascule à nouveau et cette fois à cause de Luc, un éducateur d’un centre de réinsertion.
Entre haine, folie et regret, un sentiment étrange apparaît dans la vie de Dan.

 

 Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Dan un jeune homme de 17 ans enfant des rues qui après une fugue se retrouve dans l’enfer de la rue prostitution et drogue, ce quotidien des enfants des rues.
Dès le départ, l’auteure nous plonge immédiatement dans cet enfer. Rien n’est mis sous silence ou enjolivé. On s’immerge dans cet environnement hostile, on ressent ce danger qui poursuit Dan et ses amis en permanence.
Il faudra que Dan se fasse arrêter pour qu’il se voie avoir le choix d’une seconde chance. Mais face aux traumatismes du passé qu’ils traînent depuis tant d’années, comment faire confiance à des étrangers ? On comprend qu’il y a cette peur viscérale d’être de nouveau abandonné.
Marie Paule nous décrit ce jeune homme en perdition, à l’enfance brisée par des maltraitances insoutenables. C’est un animal sauvage. Il craint tout ce qui l’entoure. Toute la difficulté est de l’apprivoiser, de le mettre en confiance. Rien n’est acquis. Tout est en suspens. On se retrouve à être pris en haleine. Va-t-il pouvoir être sauvé ? Les appels de la rue sont forts. Car oui, l’auteure met en avant l’appel de ces sirènes dévastatrices. Bien que cela soit l’enfer, cette misère est rassurante pour ces délaissés. Leurs visions de la vie et de son fonctionnement sont totalement faussées. On comprend alors tout le travail à accomplir pour se reconstruire et sortir de cette spirale infernale pour Luc responsable d’un ranch et de ses encadrants. Mais le risque pour eux est de prendre les choses trop à cœur … Trouver sa place n’est en rien évident.
Une nouvelle fois, on s’immerge dans l’histoire, on vit au plus près cette réadaptation, cette reconstruction qui n’est en rien une partie de plaisir. Apprivoiser un animal sauvage demande du tact, de la patience… Hors Dan joue son rôle à merveille ! Marie Paule nous montre toutes ces difficultés auxquelles il va devoir faire face : le sevrage, les règles, la vie en communauté, apprendre à faire confiance…
Tout dans son comportement reflète cet animal apeuré. On comprend que le seul moyen de se défendre c’est cette provocation. Là on voit le talent de l’auteure, c’est ce dosage savant… Un juste dosage des réactions de chacun. On ressent au fur et à mesure de l’empathie pour Dan, on s’y attache. On souffre avec lui, on espère un happy-end malgré ses réticences. Voir au-delà des apparences, comprendre au lieu de juger… Toute la difficulté est là. Peu à peu on découvre ce petit garçon fragile sous ses airs durs et provocateurs. Les révélations s’enchainent en même temps que sa reconstruction et nous marquent. C’est savamment orchestré, avec beaucoup de justesse. On ne tombe pas dans les clichés. Chacun à son histoire et celle de Dan est loin d’être un conte de fées, mais une réalité qu’on a tendance à occulter parce qu’elle dérange cette société si lisse…
Pour finir, je dirai que cette romance n’en est pas une. À l’image de son personnage principal, c’est une dark romance. Une lecture qui dérange, une lecture insoutenable par moments, mais une lecture à lire jusqu’au bout. C’est une lecture qui nous marque, une lecture qui montre l’étendue du talent de Marie Paule. Un mot pour résumer ce bijou ? Merci.

Notons que ce livre est une réédition.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander

 


Genre: drame psychologique, faux semblants, Le temps des choix, prostitution, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Books on Demand |

Harmonie imparfaite par Jay NORTHCOTE

Synopsis:

Une harmonie imparfaite peut tout de même être magnifique…

John Fletcher, ancien musicien, est coincé dans les limbes après le décès de son partenaire de longue date, deux ans plus tôt. Il s’est coupé de tout ce qui lui rappelle sa perte déchirante. Quand sa voisine le persuade de rejoindre la chorale locale, John redécouvre son amour de la musique et trouve une raison de recommencer à vivre.

Rhys Callington, chef de chœur talentueux et charismatique, capture l’attention de John dès leur première rencontre. Il semble être son opposé : jeune, dynamique, et plein de vie. Mais le passé sombre qui s’accroche à Rhys l’empêche de poursuivre ses rêves.

Malgré leurs dix-neuf ans d’écart, les deux hommes se rapprochent, et une relation fragile s’installe. Les fantômes du passé ainsi que les incertitudes quant à l’avenir menacent leur bonheur tout juste retrouvé. Mais pour que leur vie et l’amour qui naît entre eux trouvent l’harmonie qu’ils partagent à travers la musique, ils vont devoir commencer à suivre la même partition.

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de John, un homme tourmenté qui fuit tout ce qui s’approche de la musique. Mais voilà qu’un imprévu va contre carré ses plans. Souhaitant aider une amie de sa mère, John ne s’attend pas à faire la rencontre de Rhys.
Rhys, chef de cœur de la chorale paroissiale. Rhys et son apparence totalement en décalage avec les lieux avec des cheveux bleus, ses tatouages et surtout sa jeunesse. Cet homme l’intrigue, lui et son sourire empli d’espoir… Rhys est tout ce que John n’est plus : jeune, confiant, vibrant de vie… John se sent gauche et lourdaud à ses côtés. Pourtant Rhys ne peut s’empêcher lui aussi d’être attiré par cet homme plus âgé au cœur sur la main malgré cette aura de tristesse qui l’entoure.


L’auteur nous délivre une histoire faite de failles, de vulnérabilité. Ces deux hommes ont ce point commun : ils sont rongés par cette culpabilité, ce syndrome de l’imposteur, du survivant… Leur rapprochement est fragile, tout n’est qu’incertitudes entre les fantômes du passé et un avenir incertain et pourtant… La différence d’âge apporte ce petit quelque chose qui apporte encore plus de profondeur à ces deux hommes en apparence en totale opposition et pourtant tout aussi en perdition, en quête de reconstruction. Cette histoire devient belle de par les imperfections de chacun. Tout n’est que pudeur, sensibilité, fragilité et espoir.

Pour conclure, je dirais que l’auteur nous offre une tranche de vie, une symphonie des sentiments qui peut paraître imparfaite… Mais qui au final nous offre une lecture que l’on ne peut qu’affectionner et chérir.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, romance, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Jaybird Press Ltd |

L’Acrobate par Agnes Moon

Synopsis :

L’Acrobate est un voleur professionnel qui a des dizaines de cambriolages à son actif, mais lorsqu’il se retrouve pris au piège dans l’immense demeure d’un homme mystérieux, aussi séduisant que mortellement dangereux, il comprend que la police pourrait bien être le cadet de ses soucis.
Vincent de Saint-Bonnet est incroyablement riche, cache de nombreux secrets, et tient peu à la vie. Un petit voleur grossier aux splendides yeux bleus pourraient bien être exactement ce dont il a besoin pour apporter un peu de lumière à la grisaille de son interminable existence.

Un voleur à la recherche d’une précieuse dague, un marchand d’antiquités âgé de plusieurs siècles et pour qui l’arme a une. . . valeur inestimable. Chacun poursuit un but précis que rien ne l’empêchera d’atteindre. Pas même l’incroyable attirance qui s’empare d’eux et les entraîne dans un duel dont les armes sont les mensonges et la séduction.

Mon avis :

Liam, un gosse des rues, devenu par la force des choses un Arsène Lupin au grand cœur. Il joue le rôle du plus fort, celui qui résolve tous les problèmes, même dans les situations les plus pourries auprès de son frère de cœur au point de réaliser un cambriolage dans une villa dont le propriétaire n’est autre qu’un riche antiquaire e au sujet duquel on raconte des histoires sanglantes et inquiétantes. Mais les apparences sont souvent trompeuses…

Vous devinez que ledit cambriolage ne va pas se passer comme Liam l’avait prévu. Captif de son geôlier, notre acrobate va se retrouver à devoir se soumettre à cet homme à l’aura dangereuse. Ce qui au départ n’était qu’une relation sado masochiste va alors prendre une tout autre dimension… qui va grandement les remettre en question.

Le personnage de Liam m’a autant attendri qu’il m’a fait rire de par sa répartie très franche. En revanche, Vincent m’a un peu plus contrarié. Au vu du passif de ce personnage, je m’attendais à un homme moins « doux » avec son prisonnier au début de leur rencontre. Tout s’enchaine trop rapidement ce qui fausse quelque peu les véritables sentiments de Vincent vis-à-vis de Liam. On peut aussi relever quelques incohérences vis-à-vis du Clan ce qui ne fait que renforcer notre sentiment d’une romance un peu trop « linéaire ». L’histoire aurait pu être plus approfondie.

En conclusion, je dirais que cette romance réunit les fondamentaux : des malentendus, de l’humour et des sentiments forts. Mais ces incohérences et les coquilles me laissent quelque peu mitigée.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, Fantaisie, faux semblants, seconde chance
Série: Auto édition |

Liens de famille et Liens du Coeur – recueil de nouvelles

 

Les recueils que vous tenez entre les mains sont nés de la volonté de lecteurs, passionnés de MM et de littérature LGBT+. Pour le sixième anniversaire de leur groupe, l’idée est venue de proposer quelque chose de différent à leurs membres : des livres recueillant des récits inédits autour du thème des liens de famille car le concept de famille n’est pas qu’une position binaire liée à la génétique ainsi que autour du thème des liens du cœur car l’amour n’a pas de limite de genre, de temps, ni de lieu..
Avec le soutien des auteurs, des illustrateurs et des correcteurs, ce projet a pu aboutir pour notre plus grand plaisir !

Tournez les pages de ce recueil de 80 000 mots, découvrez les univers vastes et riches d’auteurs exceptionnels qui vous feront vivre d’incroyables aventures en peu de pages.

 

 

Mon avis:

Le premier recueil pour sur le concept de la famille, filiale ou élargie. Les auteurs ont à cœur de mettre en avant cette peur viscérale de chaque individu face à cet aveu et les réactions de ceux qui sont, à leurs yeux, leurs repères : la famille. Cet instant est décisif où ils avouent qui ils sont… On nous met face à leurs peurs du rejet.

Le second recueil, lui se tourne vers ce sentiment si commun à tous : l ‘amour.
L’amour nous pousse à de grandes choses, à se révéler, s assumer, pouvoir enfin vivre librement ses sentiments envers l’être aimé. Mais l’amour a aussi des déclinaisons. L’amour est aussi synonyme d’une amitié forte, solide par laquelle on peut se livrer sans honte, sans appréhension.

Ils nous entraînent dans des instants de vie volés, des moments intimistes, des confessions… on nous fait face à une réalité sociétale : trouver leur place dans la vie même si celle-ci n’est pas « ordinaire », « classique », coutumière. Pour le coup, le format choisi, de par ces diversités de plumes, apporte encore plus de profondeur à chaque histoire. On s’identifie à ces personnages, on se remet en question, s’interroge sur leurs appréhensions justifiées. Ce recueil et le travail des auteurs ont pour but d’apporter ces questionnements et nous ne pouvons que constater que ça marche. Ce recueil est avant tout un appel à la tolérance, quelle que soit la génération concernée. C’est en cela qu’on ne peut que saluer l’initiative.

En clair un recueil qui prône encore et toujours l’acceptation de soi, décider de se libérer de ses contraintes que la société et le plus important : que l’amour reste l’amour.

Un moment de lecture qui nous transporte.

 Rappelons que tous les bénéfices iront à l’association MAG Jeunes, qui défend une cause qui leur tient particulièrement à cœur.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, homoparentalité, Le temps des choix, recueil, seconde chance
Série: Books on Demand |