Près de la rivière par Laur'el

Synopsis:

David a éprouvé de sérieuses difficultés à se remettre de sa précédente relation. Aujourd’hui, son existence tranquille et ses petites habitudes lui donnent entière satisfaction. Il souhaiterait pouvoir tout oublier et se débarrasser de sa thérapie qui traîne en longueur.
Une manœuvre de collègues malintentionnés le pousse à accepter une mutation. Contraint de revenir dans sa région d’origine, il y retrouve ses amis et sa famille. Mais aussi de moins bons souvenirs et un lieu de travail où personne ne désire l’accueillir à bras ouverts.
Simon est un homme en colère. Son personnel le sait, il en fait parfois les frais. En ce moment, ce qui le fait sortir de ses gonds, c’est cette entreprise qui, avec une proposition d’association « gagnant-gagnant », est venue s’incruster dans son magasin. Même s’il est conscient de sa responsabilité dans la situation actuelle, il ne la supporte plus. Pour tout arranger, voilà que cette boîte plus qu’agaçante lui colle une taupe !
Ces deux-là vont devoir s’entendre. Pourtant, entre la méfiance, les séquelles du passé qui persistent, les emportements et les non-dits, rien n’est joué d’avance.

Mon avis :

David est un homme qui subit ses traumatismes passés. D’une enfance compliquée à l’échec de sa dernière relation, il sent cette impression de stagner dans sa vie dans ce marasme ambiant. David vit dans le déni. Il se pense guéri de ses démons passés.

Mais voilà qu’un évènement va changer la donne. Missionné par son entreprise, il va devoir revenir dans ce village de son enfance.

On suit à travers cet homme toute la difficulté pour se reconstruire. Le déni, la peur, l’insécurité constante, ce besoin de tout contrôler. David va se retrouver confronté à ses pires angoisses dans cette nouvelle dynamique qui lui est inconnue. Face à ses réactions, on a tendance à juger sur des apparences et des aprioris, en particulier Simon, chef d’entreprise dévoué, mais aussi colérique et impatient. Il refuse de voir l’héritage de son grand-père lui être enlevé par cette société. Évidemment, son directeur commercial, David, va en faire les frais.

Ce qui au départ va être un combat de coq de basse-cour va prendre au fur et à mesure une toute autre direction. La relation va mettre du temps à s’installer. Rien n’est précipité, tout n’est que découverte, mis en confiance. Ils ne s’attendaient pas à ce que cette alliance commerciale leur apporte un tel changement dans leur vie.

 

Nous découvrons les fêlures de chacun : David et ces peurs, Simon et sa solitude. Laurel nous permet de suivre leurs reconstructions, leurs appréhensions, leurs remises en question. On s’y attache très rapidement. On ressent cette culpabilité de part et d’autre, cette peur de blesser ou être blessé, de faire mal même involontairement. De méfiance, nous passons à de la connivence, à cette envie de voir au-delà de l’apparence. Tout est question de découverte de l’autre, mais aussi et surtout d’acceptation.

Plus qu’une romance, l’auteure joue la carte de l’amour et sa pluralité : amour filial, amical ou sentimental. Les personnages secondaires sont partie prenante dans la reconstruction de David et de Simon, ce qui renforce cette idée d’unité et de soutien.
Quelques longueurs à certains endroits, mais cela n’enlèvent pas le plaisir de cette lecture. Cette relation prend son temps et c’est ce qui en fait sa richesse.

 

Intéressé(e) ? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, Le temps des choix, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

Faux semblants par Collectif d'auteurs

Synopsis:

L’objet que vous avez entre les mains n’est pas un livre, pas du tout. Il a les pattes d’un dragon et la gueule d’un loup, l’esprit mathématique et la mémoire chaotique. Il vous tend quelques fleurs, la bague de vos rêves et la clef d’un coffre secret. Vous acceptez ? Vraiment ? Ne sentez-vous pas la pluie glacée qui coule le long de votre dos, n’entendez-vous pas les bijoux clinquer dans l’ombre ? Si vous vous fiez aux apparences, nous ne pouvons plus rien pour vous !

 

Mon avis:

Dès le départ, on nous met le nez dedans! Le synopsis de ce recueil résume à lui seul l’œuvre.

Ce recueil nous offre un panel d’auteurs de talent, mais aussi d’illustrateurs que l’on prend plaisir à découvrir. Merci à l’éditeur de nous donner leurs liens sur les réseaux pour les suivre.

Maintenant, parlons du recueil. Il s’agit de nouvelles MM et FF. On passe par un melting pot d’émotions et pour cause, les auteurs se jouent de la thématique. Tantôt cocasses et drôles, nous nous confrontons aussi à des histoires plus noires, tragiques. La lecture s’enchaîne et nous nous retrouvons bousculés par ces mots, liés à des maux.

Chaque nouvelle à son style, sa musique. Cela devient poétique, harmonieux. Ce que j’ai énormément apprécié, ce sont ces illustrations qui reflètent chaque univers. De la fantaisie au contemporain en passant par de la dark romance, c’est un véritable panel qui nous est offert.

Difficile de résumer chaque nouvelle sans spolier. Je vous propose donc de vous les présenter ainsi: en ouvrant ce recueil, vous allez faire face à de la pudeur, de la vanité, des mensonges, des duperies et leurs revers : culpabilité, imposture, peur,  tristesse, violence, abandon.

 

La thématique principale est réellement passionnante: les faux semblants. Il y a tant à dire sur cette thématique, tant de situations à explorer. Pourtant, il y a toujours ce point commun à chacune de ces nouvelles: que vaut une relation construite sur des faux-semblants ? Le mensonge est parfois le pire des poisons. Mais risquer de se montrer sous sa vraie nature entraîne toujours ce risque d’ être rejeté. Là est toute l’ ambiguïté des sentiments. Mais la duperie ne dure qu’ un temps…  On nous révèle les différents degrés des faux semblants et la cruauté qu’ils peuvent entraîner. Car cela est une réalité : les faux semblants ne sont que des actes égocentriques et cruels. Ils révèlent ces tabous qu’on ose révéler, dirigés par ce sentiment universel : la peur. Ces actes sont toujours justifiés comme un moyen de protéger des autres, de leurs regards, jugements au final. Et en cela on se retrouve en chacun d’ eux.

C’est en cela que ce recueil marque: cet écho à notre propre histoire, cette remise en question qui s’ensuit.

Encore merci pour ce moment de lecture. Je vous le recommande chaudement.

 

 Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

17


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, contes et légendes, drame psychologique, fantasy, faux semblants, homophobie, Le temps des choix, recueil, sexualité atypique, traumatismes du passé
Série: YBY Editions |

Le naufrage de Noé par Kelly Galhager

Synopsis:

Dans la vie, Noé est triste. Dépressif et suicidaire même. Gabin a l’air toujours heureux, enjoué et survolté. Pourtant Gabin habite lui aussi dans le couloir 4 du pavillon bleu de l’hôpital psychiatrique. Parrain de thérapie de Noé, les rôles vont peut-être s’inverser pour que chacun retrouve le bonheur malgré les interdits et les convenances.

Mon avis:

Nous faisons connaissance avec Noé lors de son arrivée dans le pavillon bleu. Il découvre son nouveau lieu de vie, adapté à des personnes « comme lui ».

Noé se pense perdu. Comme il le dit, tous ces médecins et thérapeutes pensent comprendre le mal dont il souffre, mais qu’en est-il en réalité ? Lui qui est si renfermé sur lui-même va se voir confronté à un élément inattendu : un parrain, Gabin.

On nage en eau trouble… On s’interroge dès le départ. Comme les autres on essaie d’apprendre à le connaître, le découvrir pour comprendre.

Comment survivre quand on a appris à se détester, à vivre avec le dégoût de soi ? Voilà ce qu’endure Noé depuis l’enfance jusqu’à cet appel d’espéré qui l’a mené dans cet hôpital. Il paraît soumis et résilié à cette vie qu’on lui impose.

Gabin, lui est,
avec ses antécédents et son comportement, un jeune homme un peu trop dans l’excès, instable, dangereux. On ne peut lui faire confiance selon certains thérapeutes. C’est une bombe à retardement. Mais encore une fois, les apparences sont trompeuses.

Voilà comment résumer cette histoire : un jeu de dupes.
L’un est lumière là où l’autre est obscurité. Mais leur rencontre va changer la donne, car dans le savoir, l’un et l’autre ont beaucoup plus de points en commun qu’ils ne le pensent. Ce qui au départ est une obligation non consentie va prendre une tout autre dimension. C’est une lecture intuitive où les maux ne nous sont pas révélés de front. L’auteur nous décrit de façon détournée tous ces « symptômes », ce mal-être qui entourent Noé, Gabin et les autres résidents, qui ne sont véritablement dévoilés qu’une fois que nous avons appris à les connaître. On ne peut que supposer et comme les psychologues et thérapeutes, appréhender les révélations.

Tout n’est qu’apparence et sensibilité. L’auteure joue ces cartes avec cette volonté de dévoiler leurs véritables natures. On les suit dans leurs introspections, leurs remises en question. Tout n’est que haine, amertume et rejet, solitude et souffrance ; incompréhension.
On se retrouve à avoir une bouffée de compassion pour ces personnes. On tremble parfois de peur d’une rechute, l’autodestruction plane au-dessus d’eux… On se retrouve, comme Noé et Gabin, sur un fil. Un fragile équilibre que nous ne pouvons que suivre avec appréhension.

Des sujets sensibles, actuels, qui touchent beaucoup de personnes, dont on parle peu. C’est une lecture marquante, finement amenée…

Bref j ai adoré. Franchement je note un 4 bien que quelques coquilles nous titillent les yeux, des mots oubliés certes, mais face à l’histoire, on les oublie à notre tour. C’est, à l’image de Noé et Gabin renversant de sincérité.
 

Intéressé(e) ? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, handicap, Le temps des choix, romance, seconde chance, traumatismes du passé
Série: Auto édition |

« Arrête avec tes mensonges » par Philippe Besson

Synopsis:

Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter :  » Arrête avec tes mensonges.  » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier. Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prévenir d’emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret.
Qui a fini par me rattraper.

 

Mon avis:

Nous faisons connaissance d’un jeune homme blasé alors âgé de 17 ans.
À l’époque, c’est un élève studieux sans  aucune ambition autre que de plaire à ses paires. Mais c’est aussi un jeune homme marginalisé, traité par les autres étudiants, car il dénote de la meute…  Oui il aime les garçons, de cela il en est sûr, mais il préfère se taire que d’avouer. Il est dans une sorte de déni volontaire face aux autres. Une façon de se détacher de cette étiquette d’exemplarité qu’on lui colle à la peau.
Oui, mais l’arrivée de Thomas va tout changer. Thomas, l’énigmatique étudiant d’une autre classe, inaccessible, celui qui ne prend jamais part aux moqueries, mais qui ne connait même pas son existence. Un étranger à ses yeux, un garçon à l’évidence pas pour lui. Et portant, Thomas va changer le cours de son existence toute tracée.
L’homme qui nous raconte son histoire se dévoile à nous sans pudeur, avec un regard critique sur ce jeune homme qu’il a été et qui a connu ce premier amour. Un amour fort, puissant qu’il n’oubliera pas, mais qui restera sous silence. Un secret, voilà comment elle se définissait. Un secret inavouable dans ce coin perdu, dans ce monde si étroit d’esprit, dans une époque où le Sida commence à faire parler, mais sans imaginer les drames qu’il engendrera. C’était en 1984 et pourtant, ce secret finira par le rattraper.

Il y a peu de dialogue. L’homme se met à nu face à son interlocuteur, nous les lecteurs. Un instant hors du temps, une parenthèse où il cesse ses mensonges, nous ouvre son intimité et des sentiments qu’entraîne ce mensonge à ma vue des autres: le manque, la privation, l’attente, le désir, inaccessibilité, cette pour constante d’être découverts, qui est amplifié par les premiers émois qui ne peuvent durer toute une vie… Qui ne sont qu’une parenthèse enchantée dans ce quotidien qui leur sont dictés.

Ce qui choque, une véritable volonté de l’auteur , c’est que cette histoire n’est autre qu’une confession. Un cadeau qu’il nous offre, un message lourd de sens.

Voilà ce qu’il nous livre: la vérité sur des désirs réprimés à cause des autres… Et ces émois lors de ses instants d’abandon, d’oubli de soi que l’on tait, qu’on se refuse, ces mensonges éhontés et pourtant si beaux, ce sentiment de gâchis.

Un mot résume ce bijou: défection. Un livre qui sonne telle une claque.

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

NB je mets le format ebook et Poche, le format papier étant moins cher.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, faux semblants, Le temps des choix, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Pocket |

À la pâle clarté de nos cœurs sombres par Lou Gahé

Synopsis:

Au cœur des tumultes de l’adolescence, sous les aurores boréales d’Anchorage, Lou se réfugie dans la musique et les contes ancestraux. Sa vie bascule quand d’étranges phénomènes le mettent sur la route de Caelum, un mystérieux jeune homme qui lui dévoile une nouvelle face du monde. Des soirées du lycée aux sabbats de sorciers, entre charmes et jeux occultes, leur rencontre explosive risque bien de renverser tout l’univers.

Puis, de l’autre côté de l’océan, Seize se réveille sur une île déserte du Vietnam, entre les mains d’un bourreau qui n’a de cesse de le torturer. Pour survivre, il devra choisir, entre la proie ou le chasseur, la voie qui tracera les contours de son avenir.

Trois destins. Trois idéaux. Et le monde qui se déchire sur les flots abîmés de leurs passions…

 

Mon avis :

C’est l’histoire de deux jeunes hommes qui se rencontrent, se retrouvent dans ce sentiment tumultueux de solitude et de tristesse. Il y a ce lien qui les lie, ce lien magique qu’ils ne peuvent expliquer et qui pourtant est universel. Ce lien qui va bouleverser leurs mondes en apparence opposés. Nous assistons aux prémices de sentiments forts et incertains. Tout n’est que cela : incertitude, fragilité et beauté à son sens primaire. Leur rencontre va leur insuffler de nouveau cette vie qui les avait désertés.
En parallèle nous faisons la connaissance de Seize, cet être sans nom, sans visage, captif et torturé… Lui qui survit plus qu’il ne vit, qui n’arrive plus à ressentir quoi que ce soit dans cet endroit inconnu. On le suit dans ce besoin de se sauver, de s’échapper de l’enfer où il se trouve.
On s’interroge dès le départ de ce qui lie ces trois hommes, et les questions s’enchaînent, s’entremêlent. On émet des hypothèses, on part dans un labyrinthe de suppositions. Tel un puzzle, on reconstruit cette histoire et là arrivent les premières réponses et tout est remis en question. Le temps se distant, et on se demande où l’auteur va nous mener.
Cette lecture n’est qu’ambiguïté et perplexité. Au départ, nous plongeons dans une romance Young adult « classique entre deux jeunes hommes ». Mais les apparences sont trompeuses. Des rebondissements, des vérités à moitié avouées nous amène à devenir attentifs, on s’interroge et sans s’en rendre compte les pages se tournent sans que nous les voyions passer. On ne peut rien prévoir, que subir comme les personnages. On rit, on pleure, on ressent de la joie de la colère de l’exaspération. Tout n’est qu’attente insoutenable. La rythmique est soutenue, ponctuée de moments hors du temps. On nous tient en haleine jusqu’à cet instant de vérité et le pire c’est que l’on ne peut pas raccrocher avant d’avoir ce mot « FIN », car une fois la qu’on a résolu cette énigme qui nous tient les 3/4 du roman en suspens, on ne peut deviner l après. Car toute vérité n’est pas bonne à dire et les conséquences qu’elle induire peut-être dévastatrice. Vous l’aurez compris, nous sommes littéralement happés par l’histoire et ses secrets qu’elle enfuie. Jusqu’au dernier instant, on retient notre souffle, se demandant jusqu’où tout cela v aller, quel grand final nous attend.
Voilà la magie de Gahé. Tout n’est que poésie des sens, d’un panel de sentiments saupoudré de magie. Notons que le cadeau de Lou, ce bonus où il nous confie sa playlist est perçu comme un cadeau que l’on chéri. Tel un journal intime, chaque chanson est accompagnée d’une note. De ce fait, nous retraçons son aventure. Alors que nous sortons chamboulés de cette lecture, elle amène ce lien si tangible que nous avons pu partager avec lui, nous lecteur.
Pour finir, et comme le dit très justement l’auteur et qui à mon sens résume cette histoire, tout n’est que « des points de suspension aux creux de nos vies ».

Intéressé(e) ? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, contes et légendes, fantasy, romance young adult, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Le choix de l’Oranger par Gabriel KEVLEC

Synopsis:

Samaël Kerléo, vingt-quatre ans, plus ou moins prof, monstre, moitié d’homme ». C’est ainsi que Samaël se serait présenté s’il ne s’était pas enfermé dans un empire de solitude après son agression. Alors qu’il ne se nourrit plus que de rêves et de poésies, réfugié derrière ses écrans ou dans les forêts qu’il arpente inlassablement, deux hommes vont venir ébranler son monde. A l’hôpital, il croise Ferréol, un infirmier tout en lumière et assurance, et qui porte l’écarlate de la passion et du sexe en bandoulière. Sur Twitter, la douceur des mots et des images de Manoé le bouleverse, et l’alchimie explose en mille nuances azur. Deux rencontres. Deux couleurs. Deux graines d’histoires qui germent ensemble dans la poitrine d’un homme à qui jusqu’alors tout manquait. Tiraillé entre réel et virtuel, écartelé entre rouge et bleu, Samaël est incapable de faire un choix. André Gide l’a écrit : choisir, c’est renoncer. Ce qu’il a oublié de préciser, c’est que choisir, c’est parfois la chose la plus difficile au monde. Et qu’un coeur, ça peut être grand comme une place publique.

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Samaël, 25 ans résidant à Clermont avec son chat Manson.  À cet instant, Samaël dégage ce sentiment de solitude et pour cause, il se sent en perpétuel décalage. À l’image d’un marginal, il se décrit comme un Monstre des contes de fées, cette Moitié d’homme. C’est un homme brisé, qui ne survit que dans l’Obscurité, essayant de retrouver cette étincelle de vie qu’il a perdue depuis son agression. Sa seule échappatoire ? Ce blog où il laisse anonymement ses poèmes, ces vers, ces pensées les plus personnelles et ses rencontres anonymes et éphémères qui lui apportent qu’ illusions de satisfaction de besoins primaires.

Samaël est un être à part, qui se cache.  Cette marque indélébile le contraint dans son quotidien. Il n’aime pas l’image qu’il dégage, ne trouve pas sa place dans la vie. Et pour cause, il est dans un entre-deux, plus mort que vivant. Nous découvrons au fur et à mesure de ses confidences les fantômes qui le suivent depuis cette nuit… L’ampleur du traumatisme avec lequel il vit au quotidien.

Mais tout cet ordre établi va être remis en question en faisant la connaissance ce cet être « azur ». Ce « M », rencontre par écran interposé puis Ferréol, un infirmer. Deux hommes, deux chemins de vie différents et pourtant ce même écho dans son cœur et sa tête …

L’un et l’autre sont de deux univers différents et pourtant lui apportent cette même sensation : être écouté et accepté dans son entièreté.

Deux rencontres qui vont bouleverser la vision du monde de Samaël. Comme le dit si justement Gabriel, Samaël n’est qu’une âme en champs de bataille, fatiguée de lutter, avide d’abandons et de servitude. Mais encore une fois les apparences sont trompeuses. Chacun recèle au fond de lui cette partie d’ombre qu’ils essaient tant bien que mal de dissimuler.

Dans ce roman, il est question d’ apparence, de sentiments, de désir. Avec ces notes de poésie, nous nous retrouvons tel un spectateur silencieux à suivre ce jeune homme aussi beau que seul se remettre en question, sortir de sa zone de confort. Il prend des risques, tiraillé entre ces deux tentations. Il est question de choix, un choix cornélien, un choix infaisable pour ce cœur si tendre et fragile. Le polyamour est la thématique qui découle de ce choix. Mais encore une fois, l’auteur se joue des apparences et nous décrit avec cette poésie, sa définition de ce sentiment multiple. C’est délicat, c’est précieux. Le ressenti tellement humain. C’est bête à dire, mais on se retrouve quelque part en eux.

Ce qui au départ est une lecture devient peu à peu une confession, un instant hors du temps où nous découvrons une part de cette intimité. C’est un partage qu’on nous offre empli de couleurs. D’obscurité, nous allons doucement vers du clair-obscur à la lumière. Ce qui est frappant c’est cette poésie qui nous accompagne et qui atténue le côté dramatique de l’histoire. Les scènes érotiques coulent de sens. Il n’y a rien de provocateur. C’est cru, c’est viril, mais au final, tout n’est que poésie des sens, découverte de l’autre. On ne parle plus de scènes de sexe torride, mais de vulnérabilité, d’oser se montrer entièrement face à l’autre.

Pour ma part, contrairement à mes habitudes, j’ai pris le temps de le lire. Je n e l ai pas lu d’une traite. Non pas qu’il soit mauvais. Loin de là. Mais cette musicalité, cette poésie nous suit. Elle amène cette envie de savourer chaque chapitre, chaque rebondissement. C’est ainsi que je qualifierais ce roman: un concentré de poésie d’ une lecture éprouvante. Mais quelle histoire ! Samaël est un être bancal, abîmé ( et c’est un mot faible) et pourtant il est magnifique et touchant.

Tout n’est qu’authenticité, vulnérabilité et sensibilité. C’est aussi un pamphlet sur le polyamour, un échange de point de vue. Ce qui en général est mal perçu prend une tout autre dimension. On nous décrypte son fonctionnement, les tenants et les aboutissements. Chacun se fera son idée sur la question, mais encore une fois, rien ne nous est imposé, on nous laisse le choix de nous faire notre propre avis sur la question et c’est en cela que le roman sort du lot. Tout est une question de choix.

Un coup au cœur tout simplement.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, faux semblants, Le temps des choix, traumatismes du passé, trouble
Série: EX AEQUO |

Le cœur en balance par Marie SEXTON

Mon synopsis:

Levi, la trentaine, est barman et surfeur. D’une famille mormone, il est, par son style de vie une abomination. Car bien qu’ils aiment le pécheur, ils haïssent le péché d’être homosexuel.

Ses douleurs récurrentes, qui l’handicap dans son sport, vont l’emmener à voir un kiné spécialisé: Jaime.

Jaime, un homme qui est un paranoïaque de la sécurité, qui cherche à garder le contrôle … suite à un traumatisme passé; est l’opposé de Levi. Il ne sait pas comment s’y prendre avec ce patient plein de vie.

Malgré leurs différences, ils désirent tous deux quelque chose qu’ils ne peuvent atteindre qu’ensemble. Avec le massage comme thérapie et grâce à leur amour, ils pourront se guérir l’un l’autre et apprendre à concilier leur mode de vie avec leur famille religieuse.

 

Mon avis:

Une romance qui combine trois sujets sensibles: la famille, la religion et les traumatismes passés. Marie Sexton, une fois de plus relève ce défi avec brio. Avec cette douceur qui caractérise sa plume, elle nous amène dans cette intimité, l’essence même de ces deux êtres abîmés. Le rejet face aux dogmes religieux d’un côté, le traumatisme de l’autre avec un point commun, la famille. Comment évoluer, grandir, faire confiance, aimer quand de telles épreuves nous sont arrivées? Elle nous montre ce chemin tortueux qui évolue doucement, mais sans temps mort, par étapes pour au final, trouver dans l’autre le moyen de guérir des blessures passées, et renaître.

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, drame psychologique, religion, traumatismes du passé
Série: MxM BOOKMARK Romance |

Emprise par Emy BLOOM

Synopsis:

Raphaël a tout pour être heureux. Il vit un vrai conte de fée… Grâce à son compagnon, il a une existence que beaucoup rêvent d’avoir. Mathieu lui a offert de vivre de sa passion, dans un cadre idyllique, dans un somptueux appartement avec vue sur la mer. Il lui a offert un environnement et un entourage qui le tirent vers le haut. Oui, selon les autres, Raphaël a une vie de rêve. Mais la réalité est bien différente. Quand les portes se ferment, qu’il n’y a plus de témoin, ce qui a débuté comme un rêve est devenu un cauchemar. Sans s’en rendre compte, Raphael est tombé dans le piège abyssal de son prédateur qui ne voyait à travers lui qu’une proie… Mais qui pourrait le croire, comprendre ce mal être qui le ronge ? Peut-être Michael… Cet ami perdu de vue il y a cinq ans qu’il recroise par hasard… Peut-être. Mais pour se sauver de cette relation qui le tue à petit feu, la seule personne qui pourrait sortir Raphaël des griffes de son compagnon, c’est lui-même. Raphaël sera-t-il capable de sortir de cette… Emprise ?

 

En vue de la sortie de l’adaptation de Emprise en version FF le 7 Mai, je vous repropose de découvrir ou redécouvrir l’avis de Rose TAYLOR, chroniqueuse du blog M/Meninbooks:

Etant l’auteure de ce roman, j’ai, avec l’accord de Rose que je remercie une fois de plus, souhaité vous donner un avis professionnel et impartial. Voici son retour de lecture.

Je dois avouer que j’ai eu peur d’ouvrir ce nouveau roman d’Emy Bloom, non pas qu’il soit mal écrit -bien au contraire- mais plutôt par peur de tous les sentiments que sa lecture risquait de provoquer en moi. Et ça n’a pas loupé, il y a bien des situations où j’ai du mal à m’exprimer, la maladie -et je ne parle pas de rhumes mais plutôt celles dont on ne sort pas indemne-, le deuil d’un proche, l’homophobie et la maltraitance envers un être vivant se rangent aussi dans cette catégorie.

On suit le long calvaire de Raphaël, dés le départ, il nous apparait comme piégé dans une relation qui sur le papier avait tout pour être idyllique mais qui tourne au cauchemar au fil du temps. Oh oui, Mathieu a extrêmement charmant car en plus d’être beau, séducteur, intelligent, il a un métier qui lui plait, l’entourant d’une sorte d’aura qui va impressionner Raphaël. Il sait manier les mots pour attirer ce dernier avec de belles paroles et une assurance assise par quelques années de plus.  Et même si ce dernier n’a pourtant rien à lui envier, il se sent moins à l’aise dans ses ambitions professionnelles, il semble plus fragile, moins assuré et c’est là, la brèche que va utiliser le manipulateur pour mettre le jeune homme sous sa coupe.

Ce sujet des violences conjugales est au cœur de cette année un peu particulière, on en parle beaucoup partout et c’est tant mieux. Ce roman apporte comme une sorte de témoignage du quotidien que doivent affronter les hommes et les femmes maltraités. Car bien qu’on parle beaucoup des femmes, le phénomène touche aussi les hommes et les enfants.

L’auteure n’a tout de même pas fait dans l’acide, le morbide ou l’agressivité, elle a su manier les mots pour amener cette situation douloureuse de façon à nous faire comprendre les tenants et aboutissants d’une manipulation d’abord mentale puis de plus en plus physique, avec une certaine douceur. Oui ça semble contradictoire avec le thème, mais c’est ce parti-pris qui m’a  beaucoup plu. On suit bien le calvaire de cet homme face à son conjoint charmeur, charmant néanmoins moralisateur et malveillant, mais sans que le lecture n’en devienne agressive ni dérangeante.

La construction du roman, alternant le présent dans lequel Raphaël se débat comme un être perpétuellement terrifié et le passé lors de sa rencontre avec son tortionnaire, est intéressante car elle amène insidieusement vers la situation violente. Tout au long des pages, on a envie d’arracher Raphaël à son prédateur en lui criant de ne pas faire cette bêtise, que c’est gros comme le nez au milieu de la figure, mais l’amour étant ce qu’il est, les yeux se remplissent d’étoiles et on plonge direct dans les tourments des premiers émois, des premiers baisers et déclarations même lorsque notre cerveau pourrait vouloir le contraire. Une situation qui, somme toute, pourrait arriver à tout un chacun surtout lors d’un premier amour, d’une phase de mal-être ou toute période où la vie est un peu moins clémente. Dans un couple, tout peut arriver en fonction des circonstances de la vie. Le vivre est un calvaire, le savoir est un objectif et le prévenir une nécessité.

Je ne peux que le conseiller sa lecture, mais soyez dans une période paisible pour affronter cette histoire difficile. Rose Taylor

Merci à Emy Bloom pour son SP.

 

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: au delà des apparences, faux semblants, Le temps des choix, survivants, traumatismes du passé
Série: Homoromance éditions |

Série H.E.R.O par Victoria SUE

Tome 1: Unité d’élite

En devenant un humain augmenté, ces personnes savent que leur vie et leurs rêves sont terminés. Détestés, traités avec suspicion et souvent enfermés, les augmentés étaient perçus comme des monstres. Ils sont méprisés par le public et on ne leur faisait jamais confiance pour servir dans l’armée ou dans n’importe quel autre organisme des forces de l’ordre.

Alors, quand le FBI propose de former une équipe composée de moitié par des humains augmentés et des normaux, Talon n’y croit pas. Il ne fait pas confiance dans les normaux pour protéger son équipe d’augmentés. Ce sentiment va être encore plus être renforcé en voyant le coéquipier qu’on lui assigne.

Finn Mayer rêve de rejoindre le FBI depuis qu’il a quatorze ans. Il a fait tous les sacrifices possibles pour y arriver, y compris vivre avec sa mère égoïste et son frère homophobe et tyrannique, et renoncer à avoir un petit ami. Mais sa dyslexie non diagnostiquée a coupé court à ses aspirations. Sa dernière chance est de faire équipe avec Talon, un augmenté aux capacités létales qui ne fait pas confiance aux humains ordinaires pour garder les secrets de ses semblables et qui veut voir Finn échouer.

Finn dispose de quatre semaines pour se montrer à la hauteur aux yeux de ses coéquipiers. L’équipe a quatre semaines pour faire ses preuves auprès du public. Et quand un autre groupe menace leur succès – et que leurs vies sont mises en danger – ils ont quatre semaines pour survivre.

 

Tome 2: Hors de contrôle

Les capacités mortelles de Talon sont hors de contrôle. Désireux de garder Finn en sécurité, Talon se bat pour protéger l’homme qu’il aime de tout son coeur, et ne pas devenir le plus grand risque pour la vie de Finn.

Finn n’a pas d’autre choix que de s’offrir comme appât pour que les forces du mal kidnappent des enfants améliorés, face à un danger pour lequel il n’est ni entraîné ni préparé, et il doit le faire seul.

Est-ce que Talon a un dernier combat en lui ? Est-ce qu’il va tuer tous ceux qui veulent détruire Finn et l’équipe, ou va-t-il finalement découvrir que pour vaincre leur ennemi et la menace ultime, la plus grande bataille à laquelle il doit faire face est une avec lui-même ?

 

Tome 3: Derrières les masques

Même si Gael Peterson est un membre important et sûr de lui de l’équipe H.E.R.O. du FBI, il a passé des années à se cacher derrière les capacités augmentées qu’il porte comme un masque.
La blessure et la trahison causées par l’abandon de sa mère et les coups de poing de son père sont des secrets qu’il a profondément enfouis sous les horribles cicatrices de son visage et il n’a pas confiance en Jake, son nouveau partenaire humain ordinaire, pour les lui confier. Dans un monde où ceux qui possèdent des capacités spéciales comme celles de Gael sont considérés comme des bêtes curieuses et des monstres, il ne sera pas facile pour lui de compter sur Jake pour protéger ses arrières, en particulier lorsque les capacités d’un enfant amélioré vulnérable et muet font de cet enfant le suspect d’un meurtre.
Les esprits s’échauffent et les loyautés sont mises à l’épreuve, et lorsque le tueur en série visant les augmentés jette finalement son dévolu sur Gael, ce dernier devra non seulement faire confiance à Jake pour protéger ses secrets, mais il pourrait devoir lui faire confiance pour lui sauver la vie.

Protéger et servir: H.E.R.O, T4 par [Victoria Sue, Ingrid Lecouvez] Tome 4:Protéger et Servir

Vance Connelly a toujours voulu perpétuer la tradition familiale et rejoindre le département de Police de Tampa, mais ses rêves sont anéantis le jour où il se réveille avec la marque des augmentés sur le visage.
Après des années de lutte pour s’adapter à sa nouvelle vie, c’est par hasard qu’il rencontre Talon Valdez et devient un fier membre des H.E.R.O.

Samuel “Angel” Piper est impatient de quitter son travail d’infiltration à la DEA et devenir le partenaire – humain – de Vance. Mais son passé douloureux est toujours là, menaçant la vie qu’il s’est construite.

Alors que l’équipe enquête sur une nouvelle drogue utilisant le sang des augmentés, de mystérieuses connexions avec le passé de Sam menacent non seulement sa vie, mais aussi celle de Vance.

 

Tout le monde brûle: H.E.R.O, T5 par [Victoria Sue, Ingrid Lecouvez] Tome 5: Tout le monde brule

Eli n’avait que sept ans quand il fut donné en pâture à des monstres.

Seize ans plus tard, il a l’occasion de prendre sa revanche, et avec ses capacités qui changent, rien ni personne ne l’arrêtera, surtout pas ce nouveau partenaire qui semble lire directement dans les sombres tréfonds de son âme.

L’agent Daniel Connelly a quitté Washington afin de préserver sa santé mentale, mais les images de victimes innocentes continuent de le hanter, et il sait que les horreurs qu’il voit dans les yeux d’Eli sont exactement ce qu’il essaie d’oublier.

Tout le monde brûle est l’histoire de deux hommes qui tombent amoureux. Sauf que l’un ne pense pas être capable d’aimer…

Et l’autre ne pense pas mériter l’amour.

 

Mon avis:

Voici une série policière où des humanoïdes côtoient des humains. Plus qu’une histoire « imaginaire », si on pousse plus loin dans la réflexion, on parle d’un sujet qui est tout à fait d’actualité dans notre monde, notre société: celui de la peur de l’étranger, celui de la ségrégation. Parce qu’ils sont différents, ils sont rejetés, maltraités. Victoria Sue pointe du doigt cette différence qui amène à la pire des réactions chez l’Homme: le rejet. Elle nous montre, par ses différents personnages les conséquences de tels actes et la difficulté au quotidien pour ces hommes/robots de vivre parmi les gens « normaux ». Une très belle leçon de tolérance qui nous fait réfléchir sur notre propre comportement.

D’autre part, les enquêtes policières sont très bien menées. Les rebondissements s’enchaînent sans nous laisser le temps de souffler. On évolue auprès de cette unité. Cette se sent proche d’eux de part le fait que l’auteur nous met, nous lecteurs en totale immersion auprès d’eux. On joue les inspecteurs, on décortique les faits, on enquête. On se prend au jeu et on se voit dans l’impossibilité de fermer le livre en cours de route. Chaque membre de l’équipe a son histoire personnelle, un passé traumatisant même si ils le dissimulent derrière une apparence, mais cette faiblesse ressort à un moment ou à un autre durant l’enquête. C’est à ce moment là que l’on rend à l’hybride toute son humanité, ce qui fait que nous ne pouvons que nous attacher encore plus à eux.

En clair une série plus qu’attractive, passionnante… Seul petit « reproche peut être noté, mais cela n’engage que moi. Les histoires sont très biens menées, mais la romance est, de mon avis, quelque peu bâclée sur la fin… On attend un peu plus de développement sur le couple une fois formé. C’est ce qui me fait ronchonner, je l’avoue surtout pour le Tome 5 que j’attendais tant. Mais cela n’enlève rien à l’histoire en général. H.E.R.O reste une de mes séries coups de cœur que je vous recommande. On attend avec impatient le prochain tome!

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.

 


Genre: au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, faux semblants, Le temps des choix, policier, roman d'anticipation, seconde chance, série, traumatismes du passé
Série: MxM BOOKMARK Imaginaire |

La série Le clan des Bennett par T.J KLUNE

  Tome 1: Le chant des loups

Après le départ de son père, Ox va devenir, à 12 ans l’homme de la famille. Il va devoir grandir avant l’heure pour aider sa mère.

Mais tout va changer lors de sa seizième année, le jour où un petit garçon va lui sauter dans les bras et lui offrir son amitié et son loup.

Joé n’a que dix ans mais il le sait. Ox est sien. En vue des ombres qui le poursuit, Ox est le seul à pouvoir l’apaiser.

De l’amitié, des sentiments plus fort vont apparaître. Mais face au danger, au Mal, leur relation va se fragiliser. Comment ce lien si particulier va t-il survivre face à la mort, l’abandon et la peur?

Comment une meute peut-elle survivre avec des personnes si différentes mais tout autant aimées?

 

 Tome 2 Le chant du corbeau

Gordo Livingstone n’a jamais oublié les leçons qu’il a difficilement apprises. Elles sont gravées dans sa peau. Durci par la trahison d’une meute qui l’avait laissé derrière lui, il avait juré de ne plus jamais s’impliquer dans les affaires des loups. C’était très bien comme ça. Mais c’était sans compter sur le retour des loups à Green Creek et avec eux, Mark Bennett. Ensemble, ils ont affronté la bête… et ont gagné, comme une meute.

Un an plus tard, la vie a repris son cours. Gordo se retrouve à nouveau le sorcier du clan Benett, et il a bien du mal à ignorer Mark et la chanson qui hurle entre eux.
Mais le temps est compté. Quelque chose arrive. Et cette fois, ça rampe de l’intérieur.

Certains liens, peu importe leur solidité, ont été conçues pour être brisés.

 

Tome 3: Le chant du coeur

Tout ce que Robbie Fontaine a toujours voulu, c’est un endroit où être à sa place. Après la mort de sa mère, il passe de meute en meute, tissant des liens temporaires afin de ne pas devenir sauvage. Cela lui suffit – jusqu’à ce qu’il reçoive une convocation du bastion des loups de Caswell dans le Maine. La vie en tant que fidèle second de Michelle Hughes – l’Alpha suprême – enseigne à Robbie – devenu l’ami proche d’un gentil vieux mage – ce que cela signifie de faire partie d’une meute, d’avoir une famille. Mais lorsque Michelle envoie Robbie en mission sur le terrain, il finit par remettre en question le lieu où il a trouvé sa place et tout ce qu’on lui a dit. Des rumeurs de loups traîtres et de magie sauvage abondent… mais qui sont les traîtres et qui sont les trahis ? Plus que tout, Robbie a faim de réponses et de vérité. Bientôt, tout volera en éclat.

 

Le chant des Bennett: Le clan Bennett, T4 par [T.J. Klune, Christine Gauzy-Svahn] Tome 4 le chant des Benett

Une vérité qu’il avait sous les yeux depuis le début.
Une vérité qui a disparu en emportant avec elle toutes les réponses à ses questions.

Désespéré, Carter prend la route, abandonnant sa famille et la sécurité de la meute, pour retrouver un homme qu’il ne connaît presque pas. Là réside le danger : les loups sont des animaux de meute, et plus Carter reste seul, plus son esprit dérive vers le vide insondable de la folie Oméga.

Mais il s’accroche, suivant la piste laissée par Gavin.
Gavin, le fils de Robert Livingstone, le demi-frère de Gordo Livingstone.

Au bout du chemin, les révélations faites à Carter changeront à jamais le destin des loups, car l’histoire de Gavin remonte à bien des années.
Un secret jalousement gardé par le père de Carter, Thomas Bennett.

Désormais, les péchés des pères reposent sur les épaules de leurs fils.

#Metamorphe #Famille #Meute #MM

 

Mon avis:

Une superbe histoire où les émotions sont mises à vive épreuve. Comme le dirait Joe, c’est de l’épique et du génial. Les tomes s’enchaînent et se complètent. Les chants s’enchainent pour devenir un tout. TJ KLUNE joue avec beaucoup d’habilité entre le passé, le présent et le futur de chaque protagonistes. Tel un puzzle, les pièces s’imbriquent à celles des autres membres de la meute et nous commençons à avoir un tableau complet de ce groupe si hétéroclite mais tellement homogène. Leurs fils s’entremêlent au point que tous sont liés quelque soit leur nature. Plus les tomes s’enchainent, plus nous apprenons à connaître cette famille si particulière. Nous devenons à notre tour attiré tel un aimant vers eux. On découvre leurs points forts mais aussi leurs faiblesses, leurs doutes. Nous intégrons ce clan si particulier. on les aimes non pas pour ce qu’ils représentent mais pour ce qu’ils sont, à part entier. Chaque personnage est travaillé, rien n’est laissé au hasard. Tous, qu’ils soient loups, humains, mages, chasseurs, tous sans exception à sa place et son rôle dans ce combat du bien et du mal. L’auteur ne nous épargne rien. On passe du rire au larmes en quelques pages, la violence est toujours présente, sous jacente, tangible… La tension est toujours là, nous n’avons pas le temps de dire ouf que de nouveaux épreuves s’enchaînent. Il n’y a pas de temps mort, c’est un vrai marathon pour nos émotions. Sans s’en rendre compte, nous devenons nous aussi membre de la meute…  Les secrets se dévoilent au fur et à mesure, on se prend à ressentir de la colère, de la peine, un sentiment de trahison aussi mais aussi et surtout de l’amour: amour pour un frère, un parent, un ami, un amoureux… C’est au final le fil conducteur de la série: cet amour de la « meutemeutemeute », celle de la famille au sens élargi. Car voilà la clé de cette saga: ce noyau, ce tout qui fait qu’ils ne font qu’un: ce fichu clan des Benett.

Une fin tant attendue, des secrets enfin dévoilés et notre meute qui s’accorde. Le chant n’est plus dissonant. Tous et toutes chantent pour une même cause: la paix. Une superbe série qui ne peut laisser indifférente, qui nous marque. Attention! si vous commencez cette lecture, vous deviendrez forcément addicts…

 

Intéressé(e)? Cliquez sur le lien pour le commander.


Genre: amitié / amour, au delà des apparences, choc des cultures, drame psychologique, faux semblants, Le temps des choix, romance métamorphe, sexualité atypique, tatouage, traumatismes du passé
Série: MxM BOOKMARK Imaginaire |